Le réchauffement climatique, ce sont des glaciers qui fondent à des milliers de kilomètres de chez nous, des ours polaires qui disparaissent au même rythme que la banquise. Mais c'est aussi au cœur même des Alpes ce glacier, le plus grand d'Europe, qui a reculé de 700 mètres en trente ans. Ce sont plus de 27 000 espèces animales – dont une partie vit dans nos montagnes, nos forêts et nos eaux – qui sont aujourd’hui menacées. 

Ce sont des incendies qui ravagent des forêts en Amazonie, en Australie et en Afrique. Ces mêmes flammes, dont la force de destruction augmente chaque été, trouvent aussi leurs braises dans le Sud de la France. 

Ce sont des ouragans et des typhons qui détruisent des villes entières en Amérique et en Asie. C'est aussi Irma, qui a dévasté les Antilles françaises en 2017, ainsi que des inondations et des crues qui ont des répercussions jusqu’au cœur même de notre capitale.

Les glaces fondent. Avec elles, les océans montent, condamnent des terres, perturbent les écosystèmes. La sécheresse menace, raréfie les denrées agricoles, provoque incendies et famines. Le climat se dérègle, détruit des habitats, oblige l’Homme à se déplacer, met en péril des vies. Notre planète, notre biodiversité, nos vies, sont en danger.

Nul ne peut accepter cette fatalité.

"Ce sera le combat du siècle, celui de notre capacité à inventer les nouvelles manières de vivre, d'habiter, de faire durablement. Je crois que ce combat du siècle nous pouvons le relever et nous avons décidé de le relever dans notre pays. Et même si c'est le combat du siècle il impose l'impatience, il impose la détermination et il impose d'agir vite. Je sais que vous y êtes prêts, j'y suis prêt aussi."

Emmanuel Macron, le 13 février 2020.

La France, seule, ne pourra pas venir contredire les prévisions alarmistes des scientifiques.

Les enjeux de climat et de biodiversité concernent tous les États de notre planète, mais aussi les acteurs non-étatiques. C’est pour cela que le Président Emmanuel Macron mène un ensemble d’actions pour mobiliser tous les acteurs (gouvernements, ONG, entreprises, investisseurs et banques régionales, organisations internationales, etc.), comme lors du dernier One Planet Summit au Kenya, ou encore lors de la dernière Assemblée générale des Nations Unies à New York pour porter le combat du climat et protéger l'Amazonie et les forêts tropicales.

Lors du G7 France, à Biarritz en août 2019 (organisé de manière écoresponsable), les Chefs d’État et de Gouvernement ont lancé un plan pour l'Amazonie en flammes

Plus tôt, en mai à Metz, les membres du G7 ont signé la Charte de la biodiversité qui reconnaît unanimement le message d'alerte des scientifiques et engage les États à intensifier leurs efforts en faveur de la protection de la biodiversité.

Des objectifs ambitieux sont portés au niveau européen :

  • ➜ Réduire de moitié l’utilisation de phytosanitaires d’ici 2025 pour protéger notre santé et notre environnement.
  • ➜ Mieux rémunérer les agriculteurs qui s’engagent pour l’environnement, dans le cadre de la réforme de la politique agricole commune.
  • ➜ Mettre fin à l’importation de produits agricoles issus de la déforestation d’ici 2030.

Une ambition plus ambitieuse encore, portée au niveau mondial, est indispensable pour réussir. Nous la devons à notre jeunesse :

  • ➜ La neutralité carbone, 0 émission de CO2 à horizon 2050.

Vidéo : le 10 mai 2019 à Sibiu, en savoir plus.

Au-delà des grands sommets européens et mondiaux, chaque rencontre diplomatique est une nouvelle occasion de porter la cause du climat. Ainsi, lors de la visite d’État en Chine du Président de la République, des avancées ont été obtenues à travers notamment la signature de l'Appel de Pékin sur la conservation de la biodiversité et le changement climatique.
 

Un Haut-Conseil pour le climat

Le Président a installé un Haut-Conseil pour le climat, présidé par la climatologue franco-canadienne Corinne Le Quéré, et composé de douze autres scientifiques, économistes, ingénieurs et experts. Ce conseil est chargé d’apporter un éclairage indépendant sur la politique du Gouvernement en matière de climat. 

Il rend un rapport sur la trajectoire de baisse des émissions de gaz à effet de serre, révisée tous les cinq ans. Il évalue si celle-ci est suffisante vis-à-vis de l’engagement de la France dans l’Accord de Paris, des engagements européens de la France, de l’engagement de neutralité carbone en 2050, tout en prenant en compte la soutenabilité économique et sociale de la transition ainsi que les enjeux de souveraineté.
 

Nous n’avons pas attendu pour agir !

Conscient des enjeux, le Président de la République a inscrit l’écologie comme priorité de son action politique. La France a acté des positions et des ambitions fortes sur ce sujet :

  • ➜ La France est le seul pays au monde à avoir adopté une loi qui met fin à la production de pétrole et de gaz sur son sol pour sortir des énergies fossiles.
  • ➜ La France a dit non, au nom du climat, à l’ouverture d’un accord commercial avec un pays qui veut sortir de l’accord de Paris.
  • ➜ C’est le seul pays européen à s’être doté d’une stratégie de lutte contre la déforestation importée.
  • ➜ Enfin, la France est le premier pays du G7 à transcrire dans ses lois la fermeture des centrales à charbon.
  • ➜ La centrale nucléaire de Fessenheim a été mise à l'arrêt.
  • ➜ L'objectif de classer 30% de notre espace maritime et terrestre en aires protégées a été acté.
  • ➜ Il a été décidé de l'arrêt du projet d'aéroport de Notre-Dame-des-Landes, de la mine de la Montagne d'Or en Guyane et du projet EuropaCity, qui ne répondaient absolument plus à nos défis de mobilité ni de préservation des espèces et d'équilibre de territoire.

 

Pour s'assurer de l'efficacité des mesures et maintenir l’ambition à la hauteur de la situation :

Un Conseil de défense écologique

Pour aller plus vite et faire en sorte que l’ensemble des politiques menées par l’État respectent les objectifs du Gouvernement en matière de protection du climat et de la biodiversité, le Président Emmanuel Macron a créé un Conseil de défense écologique. Objectif : faire de l'écologie une problématique globale, irriguant les actions de chaque ministère.

Les décisions sont déjà nombreuses : prêts supplémentaires pour la rénovation énergétique, annulation du projet minier Montagne d’Or en Guyane et du projet Europacity en métropole, mise en place d'une éco-contribution sur le transport aérien pour tous les vols au départ de la France (dès 2020), lutte contre l’artificialisation des sols et création et extension d’aires protégées pour atteindre 30% d’aires terrestres et marines protégées, etc. Retrouvez toutes les annonces dans le dossier consacré :

Pour faire vivre l’engagement et le débat démocratique :

Une Convention citoyenne pour le climat

Les citoyens ont demandé plus de démocratie. Le Président a alors proposé la création de la Convention citoyenne pour le climat, un exercice démocratique inédit.

La parole a été donnée à 150 citoyennes et citoyens tirés au sort. Ensemble, ils ont travaillé et débattu autour d'une question centrale : « Comment réduire les émissions de gaz à effet de serre d’au moins 40 % d’ici 2030, dans un esprit de justice sociale ? » avec la promesse que leurs propositions seraient soumises soit au référendum, soit au vote du Parlement, soit appliquées par voie réglementaire. Après neuf mois de travail, ils ont formulé 149 propositions. 

Le 29 juin 2020, Emmanuel Macron a dit « oui » à 146 propositions de la Convention citoyenne pour le climat ! Retrouvez toutes les annonces :

Retrouvez toutes les actions et déclarations en faveur du climat et de la biodiversité (de la plus récente à la plus ancienne) :

« Sur le climat, il n’y a pas de plan B.
Car il n’y a pas de planète B. »

Emmanuel Macron, le 1er juin 2017.

Découvrez tous nos dossiers