Publié le 29 mai 2020

Climat, inégalités, démographie : installation d’une commission d’experts sur les grands défis économiques.

  • #monde
  • #Europe
  • #climat
  • #changement
  • #taxe carbone
  • #France verte
  • #écologie
  • #agriculture
  • #transition écologique

Surmonter la crise qui nous fait face, répondre aux défis globaux, implique de prendre des mesures fortes et adaptées, d’adopter des idées nouvelles, de mettre en œuvre des actions audacieuses.

C’est pourquoi, le Président de la République a demandé à 26 économistes de constituer une commission sur les grands défis économiques.

Le climat, les inégalités et la démographie sont trois enjeux cruciaux pour l’avenir et la prospérité des nations. Sur chacun d’entre eux, des solutions économiques nouvelles sont nécessaires, à plus forte raison dans les économies qui ont été frappées par la crise du COVID.

La Commission d’experts sur les grands défis économiques - installée ce jour au cours d’une visioconférence - a pour mission de proposer un cadre d’analyse fondé sur la science économique, et d’en tirer des recommandations pour rendre les politiques économiques plus efficaces dans la réponse à ces défis. La commission étudiera plus spécifiquement le cas des pays européens et de la France en particulier.

 

Composition de la commission

26 économistes académiques, travaillant en France ou à l’étranger. Les rapporteurs de la commission sont Olivier Blanchard et Jean Tirole. Une équipe est dédiée pour piloter les travaux sur chacun des trois défis :

1. Le climat : Mar Reguant et Christian Gollier.
2. Les inégalités : Stefanie Stantcheva et Dani Rodrik.
3. La démographie : Axel Borsch-Supan, Claudia Diehl et Carol Propper.

Les autres membres de la commission : Philippe Aghion ; Richard Blundell ; Laurence Boone ; Valentina Bosetti ; Daniel Cohen ; Peter Diamond ; Emmanuel Farhi ; Nicola Fuchs-Schundeln ; Michael Greenstone ; Hillary Hoynes ; Paul Krugman ; Thomas Philippon ; Jean Pisani-Ferry ; Adam Posen ; Nick Stern ; Lawrence Summers ; Laura Tyson.

Commission d’experts sur les grands défis économiques - Biographies

29 mai 2020 - Compte-rendu

Télécharger Commission d’experts sur les grands défis économiques - Biographies - PDF 918 Ko

Présidents (« Rapporteurs ») :

Olivier Blanchard 

Olivier Blanchard est le Fred Bergsten Senior Fellow au Peterson Institute for International Economics. De citoyenneté française, il a passé l’essentiel de sa vie professionnelle aux États-Unis.  Sa spécialité est la macroéconomie. Il a obtenu son doctorat au Massachusetts Institute of Technology (MIT) en 1977.  Il enseigna à Harvard jusqu’en 1982, retourna au MIT en 1982, fut président du département d’économie de 1998 à 2003, et est aujourd’hui Robert Solow Professor émérite au MIT.   En 2008, il fut détaché au Fonds Monétaire International, comme conseiller économique et directeur du département de recherche, où il resta jusqu’en 2015.  En 2018, il fut président de l’American Economic Association.

Jean Tirole

Jean Tirole est président honoraire de l’École d’économie de Toulouse (TSE), directeur scientifique de TSE-Partenariat à Toulouse, membre fondateur de l’Institute for Advanced Study in Toulouse (IAST). Il est également professeur invité au MIT. Ses recherches portent sur l'économie industrielle, la réglementation industrielle et bancaire, la théorie des organisations, la théorie des jeux, la finance, la macro-économie, et la psychologie. Jean Tirole a publié plus de 200 articles dans des revues internationales ainsi que 12 livres, dont en 2016 un livre destiné au grand public sur l’« Économie du bien commun ». Il a reçu de nombreuses distinctions internationales, dont la médaille d’Or du CNRS en 2007, et le Prix 2014 de la Banque de Suède en sciences économiques en mémoire d'Alfred Nobel.

 

Membres leaders (« Head authors ») :

• Climat :

Christian Gollier

Les recherches de Christian Gollier s'étendent des domaines de l'économie de l'incertain à l'économie de l'environnement en passant par la finance, la consommation, l'assurance et l’évaluation des politiques publiques, avec un intérêt particulier pour les effets durables à long terme. A l'origine de Toulouse School of Economics (TSE) avec Jean Tirole, il a été successivement Directeur Adjoint de TSE de 2007 à 2009 avant d'être nommé Directeur Général de TSE de 2009 à 2015, puis à nouveau depuis décembre 2017. Il a publié plus d’une centaine d’articles dans des revues scientifiques internationales. Il a également publié 7 livres sur le risque dont « The Economics of Risk and Time » (MIT Press), qui a remporté le « Paul A. Samuelson Award » (2001), ainsi que « Le climat après la fin du mois » (PUF, 2019). En 2012, il a publié chez Princeton University Press un livre intitulé « Pricing the Planet’s Future », qu’il a présenté au « 6th Arrow Lecture » à l’Université Columbia. Christian Gollier est l'un des principaux auteurs des 4e et 5e rapports du Groupe d'experts intergouvernemental sur le changement climatique (IPCC, 2007 et 2013). En outre, il conseille régulièrement plusieurs gouvernements (France, UK, USA, Norvège) sur leur politique d’évaluation des investissements publics. Il est président de l’EAERE, l’Association européenne des économistes de l’environnement. 

Mar Reguant

Mar Reguant est professeur agrégé en économie à l’Université Northwestern. Auparavant, elle a travaillé au Stanford GSB. Elle a reçu son doctorat du MIT en 2011. Ses recherches utilisent des données à haute fréquence pour étudier l’impact de la conception des enchères et de la réglementation environnementale sur les marchés de l’électricité et les industries à forte intensité énergétique. Elle est ingénieur de recherche au National Bureau of Economic Research et adjoint de recherche au Center for Economic Policy Research. Elle a reçu plusieurs prix prestigieux, dont une bourse de recherche Sloan en 2016, le prix Sabadell pour la recherche économique en 2017, un prix présidentiel américain en début de carrière pour les scientifiques et ingénieurs (PECASE) en 2019 ainsi que le prix EAERE pour les chercheurs en économie de l’environnement de moins de quarante ans en 2019. 


•  Inégalités :

Dani Rodrik 

Dani Rodrik est professeur Ford Foundation d’économie politique internationale à la John F. Kennedy School of Government de Harvard. Il a rejoint la Kennedy School en juillet 2015 après deux ans à l’Institute for Advanced Study en tant que professeur Albert O. Hirschman à la School of Social Science. Il est codirecteur du réseau Economics for Inclusive Prosperity (EfIP) et président élu de l’Association économique internationale. Il est affilié au National Bureau of Economic Research et au Center for Economic Policy Research (Londres) parmi d’autres organismes de recherche. Les recherches du professeur Rodrik couvrent la mondialisation, la croissance et le développement économiques et l’économie politique. Il a été inclus dans la liste des 50 meilleurs penseurs du monde du magazine Prospect (2019) et dans la liste 50 du magazine Politico (2017). Le dernier livre du professeur Rodrik est Straight Talk on Trade : Ideas for a Sane World Economy (2017). Il est également l’auteur de Economics Rules : The Rights and Wrongs of the Dismal Science et The Globalization Paradox : Democracy in the Future of the World Economy. 

Stefanie Stantcheva

Stefanie Stantcheva est économiste et étudie la fiscalité, les inégalités, l’économie sociale et l’innovation. À partir de données et de modèles, elle cherche à comprendre comment concevoir un système fiscal en favorisant l’innovation. Elle mène des enquêtes et des expériences d’économie sociale pour explorer les déterminants de nos préférences, de nos attitudes et de nos perceptions face à l’économie. Après un doctorat en économie au MIT et un junior fellowship à la Harvard Society of Fellows entre 2014 et 2016, Stefanie Stancheva est devenue Professeur d’économie à l’Université de Harvard. Membre du Conseil d’analyse économique depuis mai 2018, elle a été nommée co-éditrice du Quarterly Journal of Economics en janvier 2020, devenant la première femme à occuper ce poste.

• Démographie :

Axel Börsch-Supan

Le professeur Börsch-Supan est diplômé du MIT (Cambridge, États-Unis) où il a obtenu un doctorat en économie en 1984. Après avoir travaillé en tant que professeur adjoint de politique publique à l’Université de Harvard (1984-1987) et comme professeur de théorie économique à l’Université de Dortmund (1987-1989), il a été professeur de macroéconomie et de politique économique à l’Université de Mannheim (1989-2011). En tant que directeur de l’Institut Max Planck en droit social et politique sociale à Munich, il dirige le Center for the Economics of Aging (MEA) de Munich depuis 2011. Le professeur Börsch-Supan est membre à part entière de l’Académie Berlin-Brandebourg des sciences et Académie nationale allemande des sciences Leopoldina. Il coordonne également l’Enquête sur la santé, le vieillissement et la retraire en Europe (SHARE). En outre, le professeur Börsch-Supan est membre du Conseil des conseillers du ministère allemand de l’économie (président 2004-2008). Il était également membre du groupe d’experts du gouvernement fédéral allemand sur la démographie. Depuis juin 2018. Börsch-Supan est membre du comité des pensions « Verlässlicher Generationenvertrag » du gouvernement fédéral allemand. Il a été consultant auprès de la Commission européenne, de l’OMS, de la Banque mondiale et de l’OCDE.

Claudia Diehl 

Claudia Diehl est titulaire de la chaire Hannah Arendt 2019-2020 en études allemandes et européennes. Elle a rejoint la Munk School de l’Université de Constance où elle est titulaire d’une chaire de microsociologie. Claudia  Diehl travaille actuellement sur les processus d’intégration des nouveaux immigrants en Europe et sur la xénophobie et la discrimination ethnique. Elle a obtenu son doctorat à l’Université de Mannheim en 2001 et a été chercheuse à l’institut de recherche de l’Office fédéral de la statistique allemand et professeur à l’Université de Göttingen avant sa nomination à Constance. Elle est membre du Conseil d’experts des fondations allemandes sur l’intégration et la migration et du Comité consultatif pour les affaires familiales. Ses publications comprennent un numéro spécial des ethnicités sur les schémas d’intégration précoce des migrants récents dans quatre pays européens, un volume édité sur les inégalités ethniques en matière d’éducation en Allemagne et plusieurs articles de revues sur la migration, l’intégration et la discrimination ethnique. Elle est à l’école Munk jusqu’à l’été 2020. 

Carol Propper

Carol Propper est professeur d’économie à l’Imperial College Business School au Département d’économie et de politique publique. Ses recherches portent sur l’impact des incitations sur la qualité de la prestation des soins de santé, sur la conception et les conséquences des incitations dans le secteur public et la frontière entre les marchés publics et privés et l’impact de l’environnement sur la santé. Elle est la présidente actuelle de la Royal Economic Society. Elle a été doyenne associée de la faculté et de la recherche à l’Imperial Business School 2016-2019, codirectrice et directrice du Center for Market and Public Organisation de l’Université de Bristol 1998-2009 et codirectrice du Center for the Analysis of Social Exclusion à la London School of Economics 1997-2007. Elle est rédactrice en chef adjointe de VOXEU depuis 2016. Elle est membre de la British Academy, membre internationale de la US National Academy of Medicine et membre de l’Association of Social Sciences. Ses recherches ont été publiées dans un grand nombre de revues économiques importantes et ont reçu de nombreux prix (en 2010 et 2017, pour le meilleur article en économie de la santé dans le monde en 2010 et 2017 ; en 2016, pour le meilleur article publié dans l’American Economic Journal : Economic Policy). 
 

Les autres membres de la commission :

Philippe Aghion

Philippe Aghion est Professeur au Collège de France et à la London School of Economics, il est aussi membre de la Société économétrique et de l’Académie américaine des arts et des sciences. Ses travaux portent sur la théorie de la croissance et l’économie de l'innovation. Ses publications en français incluent la Théorie de la croissance endogène (avec Peter Howitt, MIT Press, 1998 ; traduit chez Dunod, 2001) ; Les leviers de la croissance française (avec G. Cette, E. Cohen et J. Pisani-Ferry, La Documentation française, 2007) ; L’Économie de la croissance (avec P. Howitt, MIT Press, 2009 ; traduit chez Economica, 2010) ; Repenser l’État (avec A. Roulet, Éditions du Seuil, 2011) ; Changer de modèle (avec G. Cette et E. Cohen, Odile Jacob, 2014) ; Repenser la croissance économique (Fayard, 2016). En 2001, Philippe Aghion reçoit le prix Yrjo Jahnsson du meilleur économiste européen de moins de 45 ans. Il se voit également décerné le prix John Von Neumann, en 2009, ainsi que le « Global Entrepreneurship Award » en 2016. En 2017, grâce à son projet IFDG, le Professeur Aghion se voit attribuer la bourse du programme ERC Advanced Grants. En mars 2020, il est co-lauréat avec Peter Howitt du BBVA Frontier of Knowledge Award pour "avoir développé une théorie de la croissance basée sur l'innovation qui résulte du processus de destruction créatrice".

Richard Blundell

Le professeur Sir Richard Blundell, CBE FBA est titulaire de la chaire David Ricardo d’économie politique à University College London, où il a été nommé professeur d’économie en 1984. Il est diplômé de l’Université de Bristol et de la LSE. Il est directeur du Centre ESRC pour l’analyse microéconomique des politiques publiques à l’Institut d’études fiscales (IFS) où il a été directeur de recherche de 1986 à 2016. Il a occupé des postes de professeur invité à UBC, MIT, Chicago, Northwestern, TSE et Berkeley. Il est membre de l’Economic Society (1991), de la British Academy (1996), membre honoraire de l’American Academy of Arts and Science (2002) et membre international de la National Academy of Science (2019). Il a été président de l’European Economics Association en 2004, président de l’Econometric Society en 2006 et président de la Royal Economic Society 2011-2013. Il a été membre du comité de rédaction de nombreuses revues universitaires. Ses articles sur la microéconométrie, l’épargne, l’offre de travail, la fiscalité, les finances publiques, l’innovation et les inégalités ont été publiés dans toutes les principales revues universitaires. Il a été l’un des principaux auteurs de l’IFS-Mirrlees Review : Tax Reform for the 21st Century et est actuellement membre du panel de l’IFS-Deaton Review of Inequality. 

Laurence Boone

Laurence Boone est Chef économiste et Chef du Département des affaires économiques de l’OCDE. Elle représente l’OCDE aux réunions préparatoires sur le volet financier du G20. Avant de rejoindre l’OCDE, elle était Chef économiste du Groupe Axa et dirigeait au niveau mondial le département Multi-Asset Client Solutions & Trading and Securities Finance (AXA Investment Managers, France). Auparavant membre du conseil d’administration de Kering, elle continue de siéger au Comité stratégique de l’Agence France Trésor. Précédemment, elle a exercé les fonctions suivantes : Conseillère spéciale auprès du Président de la République française pour les affaires économiques et financières multilatérales et européennes ; Chef économiste et Directrice générale à Bank of America Merrill Lynch ; Directrice générale et Chef économiste de Barclays Capital en France  ; économiste à l’OCDE  ; économiste au Centre d'études prospectives et d'informations internationales (CEPII) en France  ; et analyste quantitative chez Merrill Lynch Asset Management au Royaume-Uni. Elle est membre du Cercle des Économistes et de la SDA Bocconi. Elle a enseigné à l’École polytechnique, à l’École nationale de la statistique et de l’administration économique (ENSAE), à l’École Normale Supérieure et à Sciences Po Paris. Elle est titulaire d’un doctorat d’économétrie appliquée de la London Business School ; d'un master d'économétrie et de modélisation macroéconomique de l'université de Reading ; d'un master d'économie de l'université Paris X Nanterre ; ainsi que d'un diplôme d'études approfondies (DEA) d'analyse quantitative et de modélisation de l'université Paris X Nanterre.

Valentina Bosetti

Valentina Bosetti est présidente de Terna SpA et professeure titulaire au Département d’économie de l’Université Bocconi. Elle est chercheuse principale au RFF CMCC European Institute on Economics and the Environment. Valentina Bosetti est titulaire d’un doctorat en mathématiques computationnelles et recherche opérationnelle de l’Université Statale de Milan et d’une maîtrise en économie de l’environnement et des ressources de l’University College de Londres. Elle a travaillé à la Fondazione Eni Enrico Mattei de 2003 à 2018 et a collaboré avec la SMCC depuis 2006. Valentina a été membre du Conseil de l’Association européenne des économistes de l’environnement et présidente de l’Association italienne des économistes de l’environnement. Elle a publié plusieurs articles dans le domaine de l’économie du changement climatique et de l’innovation des technologies propres. Valentina est actuellement titulaire d’une subvention de démarrage du CER sur la perception de l’incertitude et le changement climatique. Elle a terminé une subvention de démarrage CER sur l’innovation dans les technologies énergétiques et a été l’auteur principal du 5ème rapport d’évaluation du GIEC (2010-2013) et sera auteur principal pour le 6ème. 

Daniel Cohen

Daniel Cohen est un économiste, éditorialiste et essayiste français. Diplômé de l’École Normale Supérieure (1976), agrégé de mathématiques (1976), il est titulaire d’un doctorat de 3ème cycle puis d’un doctorat d’État en sciences économiques (1979, 1986 – Paris-X). Il est également professeur agrégé de droit et d’économie (1988). Daniel Cohen est professeur d’économie à l’École Normale Supérieure, à Paris I, Panthéon-Sorbonne et à l’École d’économie de Paris et directeur du Centre pour la recherche économique et de ses applications (CEPREMAP). Il a notamment été membre du Conseil d’analyse économique (CAE) auprès du Premier ministre entre 2010 et 2012 et conseiller scientifique du Centre de développement de l’OCDE. Il est président du conseil scientifique de la Fondation Jean-Jaurès. Il a publié de nombreux travaux analytiques sur les transformations du capitalisme contemporain traduits en plus de dix langues. 

Peter Diamond

Peter A. Diamond a obtenu un doctorat en économie du MIT en 1963. Il a été professeur adjoint d’économie à l’Université de Californie, Berkeley, jusqu’en 1966, avant de retourner au MIT en tant que professeur agrégé, puis a détenu une série de postes de président. Il a analysé les systèmes de retraite dans de nombreux pays. Il a écrit plusieurs livres, dont Reforming Pensions : Principles and Policy Choices et Pension Reform : A Short Guide (les deux avec Nicholas Barr) et Saving Social Security : A Balanced Approach (avec Peter Orszag). Peter Diamond a suscité l’attention dans les années 1960 pour ses travaux sur les ramifications économiques de la dette nationale. Peter A. Diamond a été co-récipiendaire, avec Dale T. Mortensen et Christopher A. Pissarides, du prix Nobel 2010 en sciences économiques « pour leur analyse des marchés avec désaccords de recherche ». Leur cadre théorique est devenu largement utilisé dans l’analyse du marché du travail pour identifier et expliquer les situations dans lesquelles des taux de chômage élevés coexistent avec de nombreuses offres d’emploi. En 2010-2011, il a été nommé trois fois par le président américaine Barack Obama pour siéger au Conseil de la Réserve fédérale ; dans chacun des cas, cependant, les républicains du Sénat ont empêché un vote sur sa confirmation, et il s’est finalement retiré.

Emmanuel Farhi 

Emmanuel Farhi est professeur Robert C. Waggoner d’économie à l’Université de Harvard. Ses recherches portent sur la macroéconomie, la finance, l’économie internationale et les finances publiques. Il est ingénieur de recherche au National Bureau of Economic Research et au Center for Economic Policy Research. Il est ancien membre du Conseil d’analyse économique auprès du Premier ministre français. Il a reçu le prix Bernacèr 2009 du meilleur économiste européen de moins de 40 ans par l’Observatoire de la Banque centrale européenne, le prix Malinvaud 2011 de l’Association économique française, le prix du meilleur jeune économiste 2013 par Le Monde et les Cercles des Économistes, et le prix 2013 de la Banque de France et de la Toulouse School of Economics en Macroéconomie et Finance. En 2014, il a été nommé l’un des 25 meilleurs économistes de moins de 45 ans par le FMI. Il a grandi en France où il a suivi ces études à l’École Normale Supérieure. Il a obtenu son doctorat au MIT en 2006. 

Nicola Fuchs-Schündeln

Nicola Fuchs-Schündeln est professeur de macroéconomie et de développement à l’Université Goethe de Francfort. Avant de rejoindre l‘Université Goethe en 2009, elle était professeur adjointe à l’Université de Harvard. Elle a obtenu son doctorat en économie à l’Université de Yale en 2004. Ses recherches portent sur l’analyse des comportements d’épargne et d’offre de main-d’œuvre des ménages, et l’endogénéité des préférences. Nicola Fuchs-Schündeln est présidente de la Revue des études économiques et de l’Association économique allemande. Elle a reçu le prix Gottfried Wilhelm Leibniz 2018 de la German Science Foundation, la plus haute distinction scientifique en Allemagne, et le prix Gossen 2016 de l’Association économique allemande. En 2018, elle a également reçu une subvention de consolidation du CER et en 2010 une subvention de démarrage du CER. Nicola Fuchs-Schündeln est membre du Comité consultatif scientifique du ministère fédéral allemand des Finances et du conseil franco-allemand des experts économiques. Elle détient de nombreuses affiliations dans les réseaux de recherche internationaux. 

Michael Greenstone

Michael Greenstone est le professeur Milton Friedman Distinguished Service en économie, ainsi que le directeur du Becker Friedman Institute et de l’Interdisciplinary Energy Policy Institute de l’Université de Chicago. Auparavant, il a été économiste en chef pour le Council of Economic Advisers du président Obama, où il a codirigé l’élaboration du coût social du carbone du gouvernement des États-Unis. Il est membre élu de l’American Academy of Arts and Sciences, membre de l’Econometric Society et ancien rédacteur en chef du Journal of Political Economy. Greenstone a aussi été professeur 3M d’économie de l’environnement au MIT. Les recherches de Greenstone, qui ont influencé la politique à l’échelle mondiale, se concentrent sur la découverte des avantages et des coûts de la qualité de l’environnement et des choix énergétiques de la société.  Son travail actuel consiste à tester des moyens innovants pour augmenter l’accès à l’énergie et améliorer l’efficacité des réglementations environnementales à l’échelle mondiale. En tant que codirecteur du Climate Impact Lab, il produit des estimations empiriques fondées sur les impacts locaux et mondiaux du changement climatique. Il a également créé l’Air Quality Life Index™ qui convertit les concentrations de pollution atmosphérique en leur impact sur l’espérance de vie et a cofondé Carbon Vault qui utilise les marchés pour permettre aux institutions et aux personnes de réduire leur empreinte carbone. 

Hilary Hoynes

Hilary Hoynes est professeur de politique publique et d’économie et titulaire de la Chaire distinguée Haas en disparités économiques à l’Université de Californie à Berkeley, où elle codirige également le Berkeley Opportunity Lab. Elle est membre de l’American Academy of Arts and Sciences, de la National Academy of Social Insurance et membre de la Society of Labor Economists. Le professeur Hoynes siège actuellement au comité de l’Académie nationale des sciences sur l’élaboration d’un programme pour diviser par deux le nombre d’enfants vivant dans la pauvreté dans 10 ans et au Conseil des conseillers économiques du gouverneur de Californie. Auparavant, elle était membre de la Federal Commission on Evidence-Based Policy Making, du comité éxécutif de l’American Economic Association, du comité consultatif de la National Science Foundation, de la direction des sciences sociales, comportementales et économiques, du groupe de travail de l’État de Californie sur Sortir les enfants et les familles de la pauvreté et le Comité consultatif national du programme de recherche sur les politiques de santé de la Fondation Robert Wood Johnson. Les projets en cours comprennent l’évaluation des effets de l’accès aux filets sociaux de sécurité dans la petite enfance sur les résultats en matière de santé et de capital humain, l’examen des effets de la Grande Récession sur la pauvreté et le rôle du filet de sécurité dans l’atténuation des pertes de revenus. Le professeur Hoynes a obtenu son doctorat en économie de l’Université de Stanford en 1992. 

Paul Krugman

Paul Krugman est professeur émérite au Graduate Center de l’Université de City de New York (précédemment professeur d’économie et d’affaires internationales à l’Université de Princeton), Professeur Centenary à la London School of Economics et chroniqueur pour le New York Times. En reconnaissance de son influence, le Washington Monthly l’a qualifié de « chroniqueur politique les plus important d’Amérique ». En décembre 2008, M. Krugman a reçu le prix Nobel commémoratif en sciences économiques, honorant son travail dans les schémas du commerce international. Avant sa nomination à Princeton, Krugman a fait partie de la faculté du MIT ; son dernier poste était professeur d’économie Ford International. Il a également enseigné aux universités de Yale et de Stanford, et avant cela, il était économiste international principal pour le President’s Council of Economic Advisers, sous Ronald Reagan. Il est membre de l’Econometric Society, ingénieur de recherche au National Bureau of Economic Research et membre du Groupe des trente. 

Thomas Philippon

Thomas Pilippon est professeur Max L. Heine de finance à la New York University, Stern School of Business. Philippon a été nommé l’un des « 25 meilleurs économistes de moins de 45 ans » par le FMI en 2014. Il a remporté le prix Bernácer 2013 du meilleur économiste européen de moins de 40 ans. Philippon a étudié divers sujets en macroéconomie et finance : le risque systémique, les mécanismes de résolution de crise, la dynamique de l’investissement des entreprises et de l’endettement des ménages, et la taille du secteur financier. Ses travaux récents se sont concentrés sur la crise de la zone euro, la réglementation financière et le pouvoir de marché des grandes entreprises. Il a été membre du conseil d’administration de l’Autorité de régulation prudentielle française de 2014 à 2019, et conseiller économique principal du ministre français des Finances en 2012-2013. Philippon est diplômé de l’École Polytechnique, a obtenu un doctorat en économie du MIT et a rejoint New York University en 2003. 

Jean Pisani Ferry

Jean Pisani-Ferry est titulaire de la chaire Tommaso Padoa-Schioppa à l’Institut universitaire européen de Florence, Senior Fellow à Bruegel (Bruxelles) et Non-Resident Senior Fellow au Peterson Institute for International Economics (Washington DC). Il enseigne à Sciences Po (Paris). Commissaire général de France Stratégie de 2013 à 2016, Jean Pisani-Ferry a rejoint en janvier 2017 la campagne d’Emmanuel Macron comme directeur du pôle programme et idées. Il a été ensuite chargé par le Premier ministre d’une mission de préfiguration du Grand plan d’investissement. De 2005 à 2013, il a été le premier directeur de Bruegel (Bruxelles), centre de recherche et de débat sur les politiques économiques en Europe qu’il avait contribué à fonder. Il avait précédemment été directeur du CEPII (1992-1997), conseiller auprès du ministre de l'Economie, des Finances et de l'Industrie (1997-2000), et président délégué (2001-2002) du Conseil d’Analyse Economique. Jean Pisani-Ferry tient des chroniques mensuelles dans Le Monde et Project Syndicate. Son dernier livre est Economic Policy : Theory and Practice (Oxford UP).

Adam Posen

Adam S. Posen est président du Peterson Institute for International Economics depuis Janvier 2013. Au cours de sa carrière, il a contribué à la recherche et aux politiques publiques concernant les politiques monétaires et fiscales du G20, le défis de l’intégration européenne depuis l’adoption de l’euro et les relations économiques sino-américaines. Il a été l’un des premiers économistes à sérieusement aborder les fondements politiques de l’indépendance de la banque centrale et à analyser la grande récession du Japon comme un échec de la politique macroénomique. Pendant qu’il était à la Federal Reserve Bank de New York en 1994-1997, il a coécrit Inflation Targeting : Lessons from the International Experience avec Ben Bernanke, Thomas Laubach et Frederic Mishkin. De 2009 à 2012, Posen a servi un mandat de trois ans en tant que membre votant externe du comité de politique monétaire de la Banque d’Angleterre. Posen a obtenu son BA et son doctorat à l’Université de Harvard. 

Nick Stern

Le professeur Stern est professeur IG Patel d’économie et de gouvernement, président du Gantham Research Institute on Climate Change and the Environment et directeur de la India Observatory à la London School of Economics. Président de la British Academy, juillet 2013-2017, et a été élu membre de la Royal Society en 2014. Le professeur a occupé des postes universitaires au Royaume-Uni à Oxford, Warwich et à LSE ainsi qu’à l’étranger, notamment au Massachusetts Institute of Technology, à l’École Polytechnique et le Collège de France à Paris, l’Institut indien de statistique à Bangalore et Delhi et l’Université populaire de Chine à Pékin. Il a été économiste en chef de la Banque européenne pour la reconstruction et le développement, 1994-1999, et économiste en chef et vice-président senior de la Banque mondiale, 2000-2003. Il a été le deuxième secrétaire permanent du Trésor de Sa Majesté de 2003 à 2005 ; directeur des politiques et de la recherche pour la Commission du Premier ministre pour l’Afrique de 2004 à 2005 ; chef de la Stern Review on the Economics of Climate Change, publiée en 2006 ; et chef du Service économique du gouvernement de 2003 à 2007. Il est membre indépendant (sans affiliation partisane) de la Chambre des Lords depuis 2007. 

Lawrence Summers

Lawrence H. Summers est président émérite de l’Université de Harvard. Au cours des deux dernières décennies, il a occupé une série de postes stratégiques en matière de politiques publiques, notamment celui de vice-président de l’économie du développement et économiste en chef de la Banque mondiale, sous-secrétaire au Trésor pour les affaires internationales, directeur du Conseil économique national de l’administration Obama de 2009 à 2011 et secrétaire du Trésor des États-Unis de 1999-2001. Il a obtenu un Bachelor of Science du Massachusetts Institute of Technology en 1975 et un doctorat de Harvard en 1982. En 1983, il est devenu l’un des plus jeunes individus de l’histoire récente à être nommé professeur de la faculté de l’Université de Harvard. En 1987 M. Summers est devenu le premier spécialiste des sciences sociales à recevoir le prix Alan T. Waterman de la National Science Foundation (NSF) et a reçu la médaille John Bates Clark en 1993, décernée tous les deux ans à l’économiste américain d’exception de moins de 40 ans. Il est actuellement professeur Charles W. Eliot University Professor de l’Université de Harvard. 

Laura Tyson

Laura D’Andrea Tyson est directrice de la faculté du Berkeley Haas Institute for Business and Social Impact, qu’elle a lancé en 2013. Elle préside également le conseil d’administration du UC Berkeley’s Blum Center for Developing Economies, qui vise à développer des solutions à la pauvreté mondiale. Elle a été doyenne intérimaire de la Haas School de juillet à décembre 2018 et doyenne de 1998 à 2001. Tyson a été présidente du President’s Council of Economic Advisers de 1993 à 1995 et directrice du White House National Economic Council de 1995 à 1996. Elle a été la première femme à occuper ces postes. Une grande partie des recherches récentes de Tyson se concentre sur les effets de l’automatisation sur l’avenir du travail. Elle est co-organisatrice de Work and Intelligent Tools and System, un groupe de professeurs interdisciplinaires créé pour explorer les impacts des technologies numériques et de l’intelligence artificielle sur le travail, les revenus et l’apprentissage. Elle a également consacré une attention politique considérable aux liens entre les droits des femmes et les performances économiques nationales. Elle est également co-auteur de Leave No One Behind, un rapport du Panel de haut niveau des Nations Unies sur l’autonomisation économique des femmes (2016). Tyson est aussi auteur sur la compétitivité, la politique industrielle, le commerce international et les pratiques commerciales durables.

La commission va conduire ses travaux en totale indépendance, et les conclure par un rapport qui sera publié en décembre 2020.

Voir tous les articles et dossiers