Publié le 26 mai 2020

Plus verte et plus compétitive : notre plan de soutien à la filière automobile

La crise du COVID-19 a porté un coup terrible au secteur automobile français, déjà en difficulté depuis plusieurs mois. Pour sauver ce pan de notre économie et les centaines de milliers d’emplois qu’il représente, nous lançons aujourd’hui un vaste plan de soutien pour rendre notre filière automobile plus verte et plus compétitive !

Au total, c’est plus de 8 milliards d’euros d’aides qui vont être versés à la filière par l’État. Mais cela ne se fera pas sans contreparties.

En échange, les constructeurs automobiles se sont engagés à :
1/ Relocaliser en France la production à valeur ajoutée 
2/ Consolider et maintenir la totalité de leur production industrielle sur nos sites français.

Cette aide de 8 milliards couvrira trois objectifs ambitieux pour recouvrer notre souveraineté industrielle automobile.

Le premier objectif de ce plan : relancer la demande et renouveler le parc automobile français afin qu’il devienne plus vert

À chaque fois qu’une personne change son vieux véhicule essence ou diesel pour un véhicule neuf diesel, essence, hybride, ou (encore mieux !) électrique, nous réduisons nos émissions de CO2.

Mais acheter un véhicule neuf a un coût important. Un coût que l’État vous aide à prendre en charge. Pour permettre au plus grand nombre de rouler plus propre, et moins cher

  • Le bonus écologique pour un véhicule électrique représentera désormais une somme pouvant aller jusqu’à 7 000 euros.
  • Nous créons un bonus écologique pour un véhicule hybride rechargeable de 2 000 euros.
  • La prime à la conversion pourra désormais atteindre jusqu’à 5 000 euros.

En parallèle, nous accélérons également le déploiement des bornes électriques sur tout le territoire pour atteindre dès 2021 l'objectif des 100 000 bornes.

Nous devenons ainsi le premier pays européen à avoir un système de soutien aussi ambitieux pour les véhicules électriques et hybrides.

Deuxième objectif : relocaliser la production en France

Il nous faut dès maintenant penser et construire l’après. Et l’après, dans l'industrie automobile, c'est le monde de la motorisation électrique. L'après dans l'industrie automobile, ce sont les véhicules autonomes. C'est bien cette avant-garde que notre pays doit incarner.

Notre industrie automobile doit être au cœur du défi de la modernisation, de l’électrique et de l’autonome. Dans cette optique, notre objectif est clair : faire de la France la première nation productrice de véhicules propres en Europe en portant à plus de 1 million par an sous 5 ans la production de véhicules électriques, hybrides rechargeables ou hybrides.

Troisième objectif : investir dans la modernisation des entreprises françaises et nous rendre ainsi plus compétitifs

Pour ce faire, nous créons un fonds pour l’avenir de l’automobile doté de :

  • 200 millions d’euros de subventions destinées à aider la digitalisation, la robotisation et la transformation industrielle, y compris écologique, des petits acteurs de la filière qui n’ont pas les moyens de ces changements
  • 150 millions d’euros pour accompagner l’effort de recherche des entreprises du secteur.

Nous créons aussi un fonds d’investissement doté de 600 millions d’euros pour accompagner les moments difficiles des industriels.

« Il s'agit d'un plan de défense de notre industrie qui va être confronté à l'une des plus graves crises de son histoire. Il s'agit d'un plan de souveraineté industrielle automobile qui a vocation à relocaliser de la valeur ajoutée et à nous battre pour que la valeur ajoutée et les secteurs d'avenir se fassent – et il s'agit donc bien d'un plan d'avenir de l'automobile du XXIème siècle. »
Emmanuel Macron, 26 mai 2020

(Re)trouvez le discours du Président Emmanuel Macron depuis l'usine Valéo à Étaples :

Voir tous les articles et dossiers