Si vous êtes victime de violences, que cela soit des violences conjugales, des violences sexuelles, des mutilations sexuelles, un mariage forcé ou des violences sur votre lieu de travail, que ces violences soient verbales, physiques ou psychologiques, sachez que des outils sont mis pleinement à votre disposition pour vous aider. Vous n’êtes pas seul(e). Des agents professionnels sont à votre disposition pour vous accompagner.

Si vous êtes témoin de personnes victimes de ces violences ou si vous avez des doutes pour quelqu’un potentiellement en danger, ces mêmes outils sont également à votre disposition.

Je suis en danger et je cherche de l’aide immédiate

Pour tout danger immédiat, il vous faut contacter au plus vite la police, la gendarmerie ou les pompiers qui interviendront urgemment :

  • Pour la police : appelez le 17
  • Pour la gendarmerie : appelez le 112
  • Pour les pompiers : appelez le 18
  • Dans le doute, si vous ne savez pas lequel de ces numéros appeler : appelez le 112.

Je suis victime de violences et je voudrais être aidé(e)

Appelez le 3919

Le 3919, c’est un numéro d’écoute entièrement gratuit ouvert 7 jours sur 7, de 9h à 22h du lundi au vendredi et de 9h à 18h les samedi, dimanche et jours fériés. Cet appel est anonyme et ne figurera pas sur vos relevés téléphoniques.

Au bout du fil, des agents seront là pour vous écouter, vous informer en fonction de votre situation et de vos demandes et vous orienter vers les associations nationales ou locales les mieux à même de vous apporter une aide adéquate.

Si vous êtes témoin, vous pouvez également utiliser ce numéro afin de demander des informations sur la manière dont vous pourriez aider la personne en danger de votre connaissance

Attention : le 3919 n’est pas un numéro d’urgence. En cas de danger immédiat, il vous faut appeler la police, la gendarmerie ou les pompiers en composant le 17, le 112 ou le 18.

Allez sur la plateforme de signalement en ligne des violences sexistes et sexuelles

Disponible 24h sur 24 et 7 jours sur 7, entièrement gratuite et anonyme, la plateforme www.signalement-violences-sexuelles-sexistes.gouv.fr vous met en relation directe avec un agent de police ou de gendarmerie.

Comment ça marche ? Vous indiquez le nom de votre ville et êtes automatiquement redirigée vers des agents de la police ou de la gendarmerie la plus près de chez vous, spécifiquement formés à votre prise en charge. Vous avez alors la possibilité de parler en direct avec l’un d’entre eux, sur le tchat de la plateforme. Il pourra vous orienter soit vers un dépôt de plainte, soit vers une prise en charge par les partenaires du ministère de l’Intérieur. Il pourra également vous informer sur vos droits.

Si vous êtes témoin, vous pouvez également utiliser cette plateforme afin de signaler des faits de violences à la gendarmerie ou à la police.

Attention : la plateforme de signalement n’est pas adaptée aux urgences. En cas de danger immédiat, il vous faut appeler la police, la gendarmerie ou les pompiers en composant le 17, le 112 ou le 18.

Informez-vous sur le site Internet lancé par le Gouvernement

Lancé il y a quelques jours, le site Internet https://arretonslesviolences.gouv.fr/ vous permet de trouver des renseignements sur les différents types de violences qui existent, les associations qui se trouvent près de chez vous ou encore sur ce que dit la loi sur la situation que vous vivez.

En cas de danger, un bouton vous permet de quitter rapidement la plateforme et un guide vous est proposé pour vous montrer comment effacer les traces de votre venue sur le site dans votre historique.

Le compte Twitter @arretonsles lancé il y a quelques semaines par le gouvernement vous permet également d’avoir accès à des informations pouvant vous aider.

Attention : le site Internet du gouvernement et le compte Twitter ne sont pas adaptés aux urgences. En cas de danger immédiat, il vous faut appeler la police, la gendarmerie ou les pompiers en composant le 17, le 112 ou le 18.
 

En parallèle, beaucoup d’actions pour vous aider ont déjà été mises en place. Pour les consulter, rendez-vous ici :

Voir tous les articles et dossiers