Publié le 10 novembre 2020

Sommet de Sofia consacré aux Balkans occidentaux.

Le Président de la République s’est exprimé par vidéo dans le cadre du sommet de Sofia du processus de Berlin consacré aux Balkans occidentaux, co-présidé par la Bulgarie et la Macédoine du Nord.

Écoutez sa déclaration :

« Je voudrais souligner l’importance d’une coopération régionale et d’un développement économique et social renforcés, qui sont nécessaires au rapprochement des Balkans occidentaux avec l’Union européenne. »

Emmanuel Macron

Retrouvez la retranscription de sa déclaration :

Sommet de Sofia du processus de Berlin consacré aux Balkans occidentaux - Déclaration du Président Emmanuel Macron

10 novembre 2020 - Seul le prononcé fait foi

Télécharger Sommet de Sofia du processus de Berlin consacré aux Balkans occidentaux - Déclaration du Président Emmanuel Macron - PDF 201 Ko

Cher monsieur le Premier ministre - cher Boyko, cher Premier ministre Zaev, chère chancelière Merkel – chère Angela, chers collègues.

Je voudrais tout d’abord féliciter la Bulgarie et la Macédoine du Nord pour leur coprésidence et vous remercier de votre invitation.

Même si nous sommes tous très concentrés sur la situation de la COVID-19, il est essentiel que nous maintenions et renforcions ce dialogue très important avec les Balkans occidentaux : ils appartiennent à l'Europe, géographiquement, historiquement et culturellement. Et permettez-moi de réaffirmer très clairement que la France soutient la perspective européenne des Balkans occidentaux - et je voudrais dire quelques mots sur la manière dont nous la soutenons toujours aussi concrètement :


Depuis le début de cette année, plusieurs développements positifs ont eu lieu concernant les Balkans occidentaux :

D’abord, les États membres de l'Union européenne ont pris deux décisions importantes à la fin du mois de mars, au milieu de la première flambée de la pandémie : nous nous sommes mis d'accord sur une nouvelle méthodologie pour rendre le processus d'élargissement plus crédible et plus efficace, et nous avons décidé d’ouvrir les négociations d'adhésion avec l'Albanie et la Macédoine du Nord. C’est une perspective ouverte, vous savez l’esprit d’exigence que défend la France, qui est aussi une honnêteté à l’égard de chacune et chacun, et des peuples.

Deuxièmement, en juillet, la Serbie et le Kosovo ont accepté de reprendre leur dialogue, interrompu depuis 20 mois. Le différend entre la Serbie et le Kosovo est une question de sécurité européenne, il est donc essentiel que l'Union européenne mène les efforts de médiation entre les deux parties afin de régler ce différend pour de bon.

La France a contribué à ces étapes positives et restera déterminée à soutenir les Balkans occidentaux, que ce soit dans leurs efforts de réforme ou dans le règlement des différends politiques.


S’agissant maintenant de l’ordre du jour de cette réunion, je voudrais souligner l’importance d’une coopération régionale et d’un développement économique et social renforcés, qui sont nécessaires au rapprochement des Balkans occidentaux avec l’Union européenne.

La promotion de la coopération régionale est le principal objectif du processus de Berlin depuis 2014. Or la France a contribué activement au renforcement de la coopération régionale dans la région :

D’une part, à travers l’office régional de coopération pour la jeunesse, sur le modèle de l'Office franco-allemand de la jeunesse et en partenariat avec l'Agence française de développement, a été créé à Paris lors du sommet du processus de Berlin en 2016. Depuis, il est devenu un exemple de réussite dans le soutien aux activités destinées à la jeunesse dans les Balkans occidentaux ;

D’autre part l'initiative franco-allemande de lutte contre le trafic d'armes légères et de petit calibre, que nous avons démarré en 2017, porte ses fruits grâce à l'engagement des six pays des Balkans occidentaux, et au soutien continu et résolu des partenaires. Cette initiative est un bon exemple de la manière dont la région peut travailler plus étroitement avec l'Union européenne pour lutter contre une menace majeure pour notre sécurité.

L'Union européenne a fait un effort très substantiel pour soutenir le redressement des pays des Balkans, profondément touchés par la pandémie: au printemps, l'Union européenne a consacré 3,3 milliards d'euros pour répondre aux besoins les plus urgents et lutter contre les conséquences à plus long terme de la crise de la COVID ; et il y a quelques semaines, la Commission européenne a présenté un plan économique et d'investissement de 9 milliards d'euros, ce qui constitue une contribution majeure au développement de la région.

    
Dans l'ensemble, l'Union européenne et ses États membres font beaucoup pour soutenir le développement économique et social des Balkans occidentaux. Par conséquent, nous nous attendons à ce que les pays des Balkans occidentaux fassent également preuve de leur engagement dans trois domaines :

Le premier, il est essentiel que les pays des Balkans occidentaux renforcent leur coopération. C'est pourquoi je soutiens chaleureusement l'initiative visant à créer un marché régional commun basé sur les normes et principes de l'Union européenne, y compris les quatre libertés de l'Union européenne. Je salue l’approbation aujourd’hui de cette nouvelle initiative par les dirigeants des six pays.

Deuxièmement, nous attendons des Balkans occidentaux, des pays qui constituent cette région, qu’ils accélèrent les réformes structurelles en mettant l’accent sur les réformes fondamentales que sont l’état de droit et la gouvernance économique. De nouveaux progrès dans ces domaines restent indispensables pour le rapprochement de la région avec l’Union européenne.

Troisièmement, nous avons besoin de tout le soutien des pays des Balkans occidentaux pour nous aider à mieux lutter contre le terrorisme. Alors que le danger grandit, tant au sein de l'Union européenne que dans la région des Balkans, une coopération renforcée sera clairement dans notre intérêt à tous, et une clarté dans les messages passés à l’ensemble de nos sociétés.

Je veux vraiment ici féliciter vivement l’adoption d’un Agenda vert pour les Balkans occidentaux, sur le modèle du Pacte Vert de l’Union européenne. C'est aussi un signal bienvenu d'appropriation de la région et une contribution aux efforts de premier plan de l'Union européenne dans la lutte contre le changement climatique et pour la protection de l'environnement.

Le programme vert pour les Balkans occidentaux contribuera à libérer le potentiel économique de l'économie verte dans la région, et permettra également une meilleure mise en œuvre de l'Accord de Paris. Nous sommes prêts à aider les Balkans occidentaux à lutter contre le changement climatique.

Permettez-moi enfin de nous souhaiter à tous de pouvoir nous rencontrer la prochaine fois de manière physique, dès que la situation épidémique nous le permettra, et de continuer à avancer sur ces sujets essentiels pour la sécurité, la stabilité, la prospérité de notre Europe.

Je vous remercie à toutes et tous pour votre attention.

Voir tous les articles et dossiers