Publié le 24 juillet 2019

Le ministère de la Culture fête ses 60 ans

S’il y a quelques semaines, le 21 juin, vous dansiez dans les rues pour la Fête de la musique, si vous avez déjà prévu de participer, cette année encore, aux Journées européennes du patrimoine en septembre, si vous pouvez vous offrir des livres, si vous aimez vous rendre (parfois gratuitement !) dans des musées, si où que vous soyez dans le monde la langue française est reconnue et que tout le monde vous parle de la Joconde (symbole du rayonnement de notre culture)…. C’est parce que depuis 60 ans aujourd’hui, le Ministère de la Culture est au service du patrimoine, de la création et de la diversité culturelle. Au service de l’accès à l’art et la culture pour tous.

24 juillet 1959 : naissance du Ministère de la Culture

Le Général de Gaulle et l’écrivain André Malraux étaient unis par une expérience : la Résistance. De laquelle ils ont tiré une conviction : la culture est « la condition sine qua non de notre civilisation » (De Gaulle), et « ce qui répond à l’homme quand il se demande ce qu’il fait sur la terre » (Malraux). C’est ce qu’ils avaient réussi à préserver, protéger et sauver pendant la Seconde Guerre mondiale, et ce qui allait permettre à notre civilisation de croître en paix.

Plus que la protéger, ils voulaient désormais (selon le décret du 24 juillet 1959) « rendre accessibles les œuvres capitales de l’humanité, et d’abord de la France, au plus grand nombre possible de Français ». Ce qu’ils avaient sauvé, il fallait désormais le diffuser. 

Leur vision fut fondatrice : la France est alors la première grande démocratie à se doter d’un département ministériel de plein exercice consacré à ce domaine. Bien d’autres pays se sont inspirés du nôtre par la suite.

Et maintenant ? 

Depuis 60 ans, dans la lignée d’André Malraux, ses successeurs ont accompli de grandes avancées dont nous profitons aujourd’hui. Mais des déserts culturels subsistent encore en France : selon l’endroit d’où l’on vient, selon l’origine sociale qui est la nôtre, nous n’avons pas tous un accès égal à la culture, et donc, les mêmes chances de réussir dans la vie. 

La priorité du Président de la République : lutter contre ces inégalités de destin. Pour cela son ministre, Franck Riester, se bat chaque jour pour ouvrir l’accès à la culture.

D’ici trois ans : 

  • Les bibliothèques seront davantage ouvertes en soirée et le week-end, partout où cela est nécessaire ;
  • Le Pass Culture de 500 euros pour tous les jeunes de 18 ans, actuellement en expérimentation, sera généralisé dans toute la France. Il permettra un accès gratuit à la culture, quelle que soit sa forme ;
  • L’éducation artistique et culturelle (orchestre, chorales, troupes de théâtre, rencontre avec des œuvres et leurs artistes) sera généralisée à l’école.

Voir tous les articles et dossiers