Publié le 6 mai 2019

Les annonces après le Grand Débat national

L’exercice démocratique était inédit et s'est avéré essentiel. Au cours des trois mois de Grand Débat national, de mi-janvier à mi-avril 2019, les Français ont été invités à mettre des mots sur leurs difficultés, à exprimer leurs attentes, à écrire leurs colères.

À l’issue de ce Grand Débat, après une phrase de synthèse de l’ensemble des contributions, le Président de la République a écouté et pris des décisions. Il s’est alors exprimé lors d’une conférence de presse pour annoncer un changement de méthode et des mesures concrètes et utiles à la vie des Français.

« Alors ce nouveau temps, de cette mandature et de notre République, je veux lui assigner un objectif simple : redonner une espérance de progrès à chacun, en demandant à chacun le meilleur de lui-même, et c’est ainsi que nous pourrons reconstruire ensemble très profondément ce que j’appellerais l’art d’être Français qui est une manière très particulière d’être ce que nous sommes. L’art d’être Français c’est à la fois être enraciné et universel, être attaché à notre histoire, nos racines mais embrasser l’avenir, c’est cette capacité à débattre de tout en permanence et c’est, très profondément, décider de ne pas nous adapter au monde qui nous échappe, de ne pas céder à la loi du plus fort mais bien de porter un projet de résistance, d’ambition pour aujourd’hui et pour demain.

Et pour ce faire il y a quatre orientations que je voulais brosser ce soir devant vous avant de répondre à vos questions et qui sont, en quelque sorte, celles sur lesquelles  je veux construire cette nouvelle étape. »

Emmanuel Macron, conférence de presse du 25 avril 2019.

Un changement de méthode

« Le sentiment de nos concitoyens : vous nous avez demandé des changements à nous, et vous n'avez pas changé.
Ce n'est pas faux. Nous devons changer notre démocratie, notre organisation, notre administration. »

Emmanuel Macron, conférence de presse du 25 avril 2019.

Les Français, les élus locaux (en particulier les maires) et tous les corps intermédiaires seront davantage associés aux décisions. Cela passe par des mesures très concrètes, comme la création d’un conseil de 150 citoyens tirés au sort, la possibilité pour les citoyens de faire inscrire un sujet à l’ordre du jour des instances locales, ou le lancement d’une mobilisation nationale autour de l’emploi et de la formation.

« Je souhaite que nous puissions ouvrir un nouvel acte de décentralisation adapté à chaque territoire. Les Français ont confiance dans leurs élus locaux et ce nouvel acte de décentralisation doit porter sur des politiques de la vie quotidienne, le logement, le transport, la transition écologique, pour garantir des décisions prises au plus près du terrain. »

Emmanuel Macron, conférence de presse du 25 avril 2019.

Des mesures concrètes pour la vie des Français

Baisse de l’impôt sur le revenu, ré-indexation des retraites de moins de 2000 euros, lieu regroupant tous les services publics dans chaque canton, versement sécurisé des pensions alimentaires aux mères isolées,... Le Président Emmanuel Macron a annoncé une série de mesures qui vont avoir un impact concret, immédiat et important sur la vie des Français.

Les mesures annoncées en conférence de presse :

Changer notre démocratie

Les Français veulent s'exprimer et participer aux décisions qui les concernent. Nous leur donnons les moyens :

Lutter contre les injustices

Les Français ont dit leur sentiment d'injustice fiscale : ils ont dit qu'ils avaient l'impression de payer, alors que d'autres, plus aisés, échappaient à leurs devoirs.

« La meilleure orientation pour répondre au besoin de justice fiscale n’est pas d’augmenter les impôts de tel ou tel, mais plutôt de baisser les impôts d’un maximum de nos concitoyens, en particulier de toutes celles et ceux qui travaillent et au premier chef des classes moyennes. »

Emmanuel Macron, conférence de presse du 25 avril 2019.

Sur le pouvoir d’achat, en décembre déjà, les mesures prises représentaient 10 milliards d’euros de pouvoir d’achat redistribués avec la prime exceptionnelle de fin d’année, les heures supplémentaires défiscalisées, la hausse de la prime d’activité, ou encore la baisse de CSG pour 5 millions de retraités. Les nouvelles annonces vont encore plus loin. La baisse de l’impôt sur le revenu va représenter 5 milliards d’euros de pouvoir d’achat redistribués en plus.

Les Français ont dit aussi leur sentiment d'injustice sociale.

Les retraités ont travaillé toute leur vie. Aujourd'hui ils doivent soutenir leurs enfants, confrontés au chômage, et leurs parents, qui vivent plus longtemps. C'est à nous de les soutenir.

Les aidants mettent leur vie entre parenthèse pour s’occuper d’un enfant en situation de handicap, d’un proche, d’une personne de la famille devenue dépendante. Ils se dévouent pour autrui, et pourtant ils sont oubliés. Nous devons aider ceux qui aident.

Nos familles se sont profondément transformées ces dernières années. L’accompagnement doit lui aussi évoluer pour corriger les injustices notamment en ce qui concerne le non paiement des pensions alimentaires.

« La deuxième orientation que je souhaite poursuivre pour les prochaines années, c'est de remettre l'humain et la justice au cœur du projet national. Nous l'avons tous entendu et je l'évoquais, il y a un sentiment d'injustice et d'abord d'injustice fiscale qui est là. Alors, il s'est exprimé face à l'évasion fiscale qui est une réalité ou l'optimisation fiscale excessive et cette réalité d'évasion de l'impôt mine l'adhésion à l'impôt. Alors, je crois très profondément que sur ce sujet le gouvernement et le Parlement ont fait beaucoup de choses : des lois très importantes permettant de revenir sur ce qu'on appelle le verrou de Bercy, introduisant des règles de déchéance civique dans certains cas ont été prises mais il faut lever toute forme de soupçons. Aussi vais-je confier à la Cour des comptes, la mission d'évaluer précisément les sommes qui échappent à l'impôt et de proposer des mesures précises pour qu'en France chacun respecte les mêmes règles. »

Emmanuel Macron, conférence de presse du 25 avril 2019. 

Les Français ont l'impression d'être bloqués. Répondre à l'inégalité, ça commence dès le plus jeune âge, par l'éducation.

Nous l’avons toujours dit : l’école primaire est notre priorité absolue en matière d’éducation, et en particulier les classes où on apprend à lire, parce que c’est le moment où on acquiert les bases qui nous permettront, ou non, de poursuivre sa scolarité avec succès.

  • C’est ce qui nous a conduits à faire passer les classes de CP et de CE1 à 12 élèves dans les quartiers défavorisés en commençant dès 2017 (une des premières mesures mises en œuvre).
  • à limiter le nombre d’élèves par classe à 24 sur tout le territoire en grande section, CP et CE1, en commençant dès l’année prochaine.

Un état plus proche et plus humain

Les Français attendent de l'État qu'il soit plus proche de leurs réalités quotidiennes, et plus humain pour leur apporter des solutions concrètes :

Les problèmes de santé sont des drames personnels, qui ne peuvent être compliqués par des considérations administratives. Les Français ont besoin d’avoir accès à la santé près de chez eux :

Investir dans les grandes transitions

Le sentiment d’urgence climatique des Français, nous le partageons. C’est pour cela que nous agissons depuis 18 mois avec détermination, pour :

  • Réduire les énergies fossiles (fermeture des centrales à charbon d’ici 2022, des moyens pour multiplier par 5 le photovoltaïque et par 3 l’éolien en 10 ans) ;
  • Accompagner les Français modestes (extension du chèque énergie, changement de chaudière pour 1€, prime à la conversion jusqu’à 5000€ pour acheter une voiture plus propre) ;
  • Rendre les transports plus propres (ex : faciliter le covoiturage et le vélo) ;
  • Rendre les bâtiments plus économes en énergies (ex : rénovation de 500 000 logements/an avec le grand plan d’investissement).

Les Français ont conscience de l’urgence climatique dont ils ressentent les conséquences au quotidien (pollution, problèmes respiratoires, catastrophes naturelles...) La réponse apportée doit être à la hauteur de cet état d’urgence climatique.

(Re)voir l'intégralité de la conférence de presse :

Voir tous les articles et dossiers