Le Président de la République française et le Président des États-Unis d’Amérique se sont rencontrés aujourd’hui à Washington au cours de la première visite d’État sous l’administration Biden-Harris. Cet événement est l’occasion de réaffirmer une relation fondée sur plus de deux siècles d’amitié, de partenariat économique, de coopération en matière de défense et de sécurité et d’attachement commun aux principes, aux valeurs et aux institutions démocratiques. La France est le plus ancien allié des États-Unis ; cette relation prend ses racines dans notre histoire mais elle est résolument tournée vers l’avenir. Dans le prolongement de leur déclaration conjointe du 29 octobre 2021, les deux chefs d’État ont souligné leur volonté commune de renforcer la sécurité et d’accroître la prospérité dans le monde entier, de lutter contre le changement climatique, de renforcer la résilience pour faire face aux conséquences de ces derniers et de promouvoir les valeurs démocratiques. Cette volonté se fonde sur la conviction partagée que c’est ensemble que les États-Unis et leurs alliés et partenaires européens sont les plus à même de faire face aux enjeux majeurs et de tirer profit des opportunités qui se présentent à eux. Il s’agit notamment de faire face à des problématiques mondiales telles que le changement climatique, la transition énergétique, d’investir dans les technologies et de construire des chaînes de valeur résilientes dans des secteurs stratégiques comme la santé, les semi-conducteurs et les minerais critiques, ainsi que de renforcer leur coopération en matière de sécurité et de défense.

Sécurité transatlantique, européenne et mondiale

Les deux présidents sont déterminés à continuer d’œuvrer sans relâche pour une Europe unie, libre et en paix. Cela implique de continuer d’assurer la défense et la sécurité collectives de nos nations, notamment par l’intermédiaire de l’Organisation du traité de l’Atlantique Nord (OTAN), de recourir à une approche plus robuste, plus intégrée et plus cohérente pour renforcer la résilience, au niveau national et collectif, face aux menaces militaires et non-militaires qui pèsent sur notre sécurité, et de promouvoir la stabilité internationale pour répondre à l’ensemble des menaces actuelles. Les deux présidents reconnaissent également l’importance d’une défense européenne plus forte et plus opérationnelle, qui contribue positivement à la sécurité transatlantique et mondiale et qui est complémentaire et interopérable avec l’OTAN. Les missions et opérations sous conduite européenne, notamment en Bosnie et les actions de formation en soutien à l’Ukraine, contribuent de manière positive à la sécurité transatlantique.

Les deux présidents saluent la relation entre la France et les États-Unis dans le domaine de la défense et se félicitent de la déclaration d’intention signée le 30 novembre 2022 entre le ministre français des Armées et le secrétaire américain à la Défense, qui permettra de renforcer l’interopérabilité et la coopération dans les domaines de l’espace, du cyberespace, du renseignement et de la lutte contre les influences malveillantes. Les deux présidents ont l’intention d’étendre la coopération en matière de défense dans les domaines des capacités avancées et des technologies essentielles qui joueront à l’avenir un rôle critique pour la dissuasion et la défense.

Ils se félicitent des avancées du dialogue stratégique franco-américain en matière de commerce militaire pour promouvoir des approches communes des questions liées à l’accès aux marchés et aux exportations militaires. La France et les États-Unis entendent poursuivre leur coopération pour améliorer l’efficience des procédures d’autorisation d’exportation dans le domaine de la défense, afin de développer des bases industrielles de défense plus solides et plus interopérables en Europe et aux États-Unis, pour améliorer les capacités militaires dans l’intérêt de l’Alliance.

Ukraine

Les deux présidents condamnent fermement la guerre d’agression illégale menée par la Russie contre l’Ukraine, et ils soulignent que cibler intentionnellement des civils et des infrastructures civiles constitue des crimes de guerre et que leurs auteurs doivent répondre de leurs actes. Ils condamnent et rejettent également la tentative illégale d’annexion par la Russie de territoires ukrainiens souverains, en violation flagrante du droit international. La France et les États-Unis déplorent l’escalade délibérée de la Russie, notamment son discours irresponsable en matière nucléaire et sa désinformation au sujet de prétendues attaques chimiques ou de programmes d’armes biologiques ou nucléaires. Les deux présidents réaffirment le soutien continu de leurs deux pays en faveur de la défense de la souveraineté et de l’intégrité territoriale de l’Ukraine, notamment par l’intermédiaire d’une assistance dans les domaines politique, humanitaire, économique et de sécurité aussi longtemps qu’il le faudra. Cela comprend l’envoi de ressources importantes pour soutenir la résilience civile ukrainienne pendant tout l’hiver, notamment l’accélération des livraisons de systèmes de défense aérienne et d’équipement nécessaire à la réparation du réseau énergétique ukrainien. La France et les États-Unis ont l’intention de poursuivre leur travail avec leurs partenaires et alliés pour coordonner leur assistance, notamment lors de la conférence internationale qui se tiendra à Paris le 13 décembre 2022. Ils entendent également continuer de fournir à l’Ukraine un appui budgétaire direct et conséquent, et d’exhorter les institutions financières internationales à accroître leur soutien financier.

La France et les États-Unis réaffirment devoir respecter leurs obligations internationales en vigueur ainsi que les objectifs et les principes de la Charte des Nations unies. Ils réaffirment également leur détermination inébranlable à ce que la Russie rende des comptes pour les atrocités et les crimes de guerre, dont l’existence est largement attestée, commis tant par ses forces armées officielles que par ses supplétifs, notamment les mercenaires du groupe Wagner et d’autres entités. La France et les États-Unis soutiennent à cet effet les mécanismes de responsabilisation au niveau international, notamment la Cour pénale internationale, le parquet général ukrainien, la Commission d’enquête du Conseil des droits de l’Homme des Nations unies, le mécanisme de Moscou de l’Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe, les sanctions, et d’autres moyens.

La France et les États-Unis demeurent déterminés à lutter contre les conséquences plus vastes de la guerre menée par la Russie, notamment en œuvrant avec la communauté internationale pour renforcer la résilience face aux perturbations alimentaires et énergétiques.

Indopacifique

La France et les États-Unis, deux nations de l’espace indopacifique, renforcent leur partenariat dans la région en faveur de la prospérité, de la sécurité et des valeurs communes reposant sur l’ordre international fondé sur des règles de droit, la transparence de la gouvernance, les pratiques économiques justes et le respect du droit international, notamment la liberté de navigation. La France et les États-Unis entendent accroître leur participation à la diplomatie, au développement et à l’économie dans la région dans le but de renforcer la résilience des îles du Pacifique. Ils ont également l’intention d’accroître leur coordination pratique dans la région en matière de sûreté maritime. Les États-Unis entendent renforcer leur soutien et leurs contributions matérielles aux déploiements aériens et maritimes de la France et d’autres nations européennes dans la région.

Ils continueront de coordonner leurs préoccupations concernant la remise en cause par la Chine de l’ordre international fondé sur des règles de droit, notamment s’agissant du respect des droits de l’Homme, et de travailler de concert avec la Chine sur des enjeux mondiaux d’importance tels que le changement climatique. Les deux présidents réaffirment qu’il importe de préserver la paix et la stabilité de part et d’autre du détroit de Taïwan. Les deux chefs d’État condamnent également fermement le nombre sans précédent d’essais de missiles balistiques illégaux conduits cette année par la République populaire démocratique de Corée (RPDC), qui violent plusieurs résolutions du Conseil de sécurité des Nations unies et qui menacent la paix et la stabilité régionales ; ils sont déterminés à poursuivre leur coordination au sein du Conseil de sécurité des Nations unies pour faire face aux violations commises par la RPDC.

Afrique

Les deux présidents réaffirment leur détermination à travailler avec les partenaires africains sur les priorités concernant la gouvernance partagée, la sécurité et l’économie sur le continent. Ils soulignent l’importance des voix africaines au sein des enceintes multilatérales, notamment dans le cadre de la lutte contre des crises mondiales telles que le changement climatique, la réponse en cas de pandémie et la reprise subséquente, l’accès durable à l’énergie et l’insécurité alimentaire. Ils entendent soutenir les institutions démocratiques et les sociétés civiles en Afrique pour accroître la responsabilisation et la prestation des services de base.

Ils réaffirment leur appui conjoint à l’initiative de la Grande Muraille verte, menée par l’Afrique pour faire face à la crise du climat et de la biodiversité et qui contribue au développement durable, à la paix et à la sécurité dans les régions du Sahara et du Sahel. La lutte contre la désinformation et le terrorisme sur le continent reste une priorité commune de la France et des États-Unis. Les deux pays entendent poursuivre leur étroite collaboration avec l’Union africaine et les organisations régionales pour faire face aux enjeux auxquels est confronté le continent et tirer parti des possibilités de développement du commerce et des investissements.

Moyen-Orient

La France et les États-Unis sont déterminés à œuvrer en étroite collaboration en faveur de la paix et de la prospérité au Moyen-Orient. Les deux présidents se félicitent du lancement du forum du Néguev et du deuxième anniversaire de la signature des accords d’Abraham ainsi que de l’avancée historique que constitue l’accord entre Israël et le Liban délimitant leur frontière maritime conclu en octobre 2022. Ils sont déterminés à déployer des efforts conjoints visant à exhorter les dirigeants libanais à élire un président et à mettre en œuvre des réformes essentielles. En tant que membres de la Coalition internationale contre Daech, ils demeurent attachés à maintenir les moyens et capacités nécessaires à la mission anti-terroriste en Irak et en Syrie. La France et les États-Unis poursuivent leurs efforts visant à améliorer la situation humanitaire précaire à laquelle la population syrienne fait face, et à promouvoir un règlement pérenne et juste du conflit syrien. Ils continueront à coopérer avec leurs partenaires au Moyen-Orient et assureront le suivi de la conférence de Bagdad organisée en août 2021.

Les deux présidents expriment également leur respect envers la population de l’Iran, en particulier les femmes et les jeunes, qui manifeste courageusement pour obtenir la possibilité de jouir de ses droits et libertés fondamentaux que les autorités iraniennes se sont engagées à respecter et pourtant bafouent.

Ils demeurent déterminés à faire en sorte que l’Iran ne développe ni n’acquière jamais une arme nucléaire. La France et les États-Unis continuent de travailler avec d’autres partenaires internationaux pour répondre à l’escalade nucléaire de l’Iran, à son défaut de coopération avec l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA), notamment concernant les questions graves et pendantes liées aux obligations juridiques de l’Iran en vertu de son accord de garanties dans le cadre du Traité sur la non-prolifération des armes nucléaires (TNP), et à ses activités déstabilisatrices au Moyen-Orient, en particulier la question urgente de ses transferts de missiles et de drones, y compris à destination d’acteurs non étatiques. Ces transferts sont susceptibles de menacer des partenaires clés de la région du Golfe ainsi que la stabilité et la sécurité dans cette région, de contrevenir au droit international et de contribuer à présent à la guerre d’agression menée par la Russie contre l’Ukraine. La France et les États-Unis travailleront avec leurs partenaires pour accroître la coopération concernant l’application des résolutions pertinentes du Conseil de sécurité des Nations unies et la lutte contre ces activités. Ils déploieront des efforts conjoints pour continuer à renforcer le cadre international visant à limiter la prolifération de missiles iraniens et de technologies liées aux aéronefs sans pilote dans la région et au-delà et pour améliorer les mesures concrètes visant à contrecarrer cette prolifération.

Dissuasion nucléaire, non-prolifération et désarmement

La France et les États-Unis réaffirment que la dissuasion nucléaire est essentielle pour leur sécurité nationale et constitue un élément clé des capacités générales de l’OTAN en matière de dissuasion et de défense. Ils réitèrent le fait que l’objectif premier des capacités nucléaires détenues par l’OTAN est de préserver la paix, de prévenir la contrainte et d’éviter les agressions dirigées contre l’alliance. Ils réaffirment l’importance du TNP ainsi que leur opposition au Traité sur l’interdiction des armes nucléaires qui ne reflète pas le contexte international de sécurité de plus en plus difficile et ne correspond pas au régime existant de non-prolifération et de désarmement. En outre, la France et les États-Unis réitèrent leur appui à leur accord de défense mutuelle ainsi que leur intention d’élargir leur coopération technique couvrant de nombreux sujets en matière de réduction des risques stratégiques.

Économie, technologies émergentes, commerce et chaînes d’approvisionnement

La relation bilatérale en matière d’investissement et de commerce entre nos deux nations est ancienne et profonde et est une source importante d’emploi et de prospérité pour nos deux pays. La France et les États-Unis réaffirment leur engagement en faveur d’un système commercial multilatéral ouvert fondé sur des règles de droit, articulé autour d’une Organisation mondiale du commerce modernisée. Dans cet esprit, ils continuent de promouvoir un commerce et des investissements bilatéraux soutenant la résilience des chaînes d’approvisionnement ainsi que nos entreprises du secteur de la haute technologie et de l’innovation, notamment l’aérospatial, les technologies de l’information, l’industrie pharmaceutique et la finance. Afin d’approfondir encore leur relation bilatérale en matière de commerce et d’investissement, ils ont l’intention de lancer des discussions sur une simplification mutuelle des procédures d’octroi et de renouvellement des visas ainsi que des autorisations de séjour.

La France et les États-Unis sont déterminés à développer des chaînes d’approvisionnement diversifiées et solides pour les minerais critiques, notamment grâce à leur collaboration dans le cadre du partenariat pour la sécurité des minéraux et du partenariat pour les infrastructures mondiales et l’investissement. Ils réaffirment leur objectif commun d’accélérer la transition mondiale vers une énergie verte. Ils attendent avec intérêt les résultats du groupe de travail États-Unis-Union européenne relatif au Inflation Reduction Act en vue de renforcer encore le partenariat entre les États-Unis et l’UE concernant l’énergie propre et le climat par des mesures mutuellement bénéfiques.

Spatial

Les deux présidents sont déterminés à renforcer l’alliance entre la France et les États-Unis dans tous les secteurs de la coopération spatiale. Ils soulignent leur attachement à poursuivre la coopération bilatérale de longue date en matière d’observation de la Terre pour surveiller et évaluer les changements climatiques et s’adapter à leurs conséquences. Dans cet esprit, ils prévoient de travailler conjointement dans le cadre de futures missions scientifiques relatives à l’étude de la planète. Ils saluent l’engagement pris par la France de ne pas mener d’essais de missiles antisatellites à ascension directe destructeurs et ils œuvreront en faveur de l’adhésion universelle à cet engagement. La France et les États-Unis sont déterminés à approfondir leur collaboration dans les activités de défense spatiale, notamment la planification militaire, l’échange d’informations et la coordination en matière opérationnelle. Ils se félicitent de la signature, en juin 2022, des accords Artémis par la France et de la Charte de l’observatoire spatial pour le climat par les États-Unis, ainsi que de la première réunion du dialogue global franco-américain sur l’espace qui s’est tenue à Paris en novembre 2022.

Énergie

Les deux présidents saluent la première année fructueuse du partenariat bilatéral États-Unis-France sur l’énergie propre, dont la dernière réunion s’est déroulée en octobre 2022, ainsi que la plateforme de haut niveau pour faire progresser notre coopération en matière d’énergie et de climat. En réitérant leur détermination commune de continuer à synchroniser et à approfondir leur coopération en matière d’énergie nucléaire civile, la France et les États-Unis prévoient de mettre en place un groupe restreint dédié à l’énergie nucléaire dans le cadre de ce partenariat. Les priorités définies dans ce cadre comprennent également l’approfondissement de la coopération nucléaire civile et la contribution à une chaîne d’approvisionnement nucléaire fiable, conformément aux normes les plus exigeantes en matière de non-prolifération nucléaire, notamment par l’application du protocole additionnel de l’AIEA, et en continuant de réduire la dépendance à l’égard de la Russie en matière de nucléaire civil et de produits connexes. Le partenariat promouvra une énergie nucléaire de pointe dans le monde entier, compte tenu de son rôle majeur dans la réduction des émissions mondiales de CO2, tout en poursuivant les efforts visant à limiter la diffusion de technologies sensibles d’enrichissement et de retraitement.

La France et les États-Unis continuent de promouvoir des mesures, technologies et innovations énergétiques qui permettent d’accroître la production d’énergies renouvelables et d’accélérer leur déploiement. Ils ont l’intention de poursuivre leur soutien à la diversification de l’approvisionnement de l’Europe en gaz naturel, notamment par des exportations de gaz naturel liquéfié américain, et de travailler en coopération à la réduction de la demande globale en gaz naturel, conformément aux objectifs climatiques. Les deux présidents saluent les progrès accomplis par le groupe de travail États-Unis-UE sur la sécurité énergétique afin de diversifier les sources d’approvisionnement de l’UE en gaz naturel, lesquels ont permis de réduire les coûts et de diminuer la dépendance vis-à-vis du gaz naturel.

Climat et biodiversité

Les deux présidents font part de leur vive préoccupation relative aux répercussions toujours plus importantes de dérèglement climatique et de la perte en biodiversité et ils entendent continuer à mobiliser leurs pays et la communauté internationale pour y remédier. La France et les États-Unis prévoient de poursuivre leurs efforts en soutien à l’élimination progressive du charbon dans les meilleurs délais, tant au niveau national que dans les économies émergentes. Ils prévoient d’accroître leur soutien aux pays qui détiennent les plus importantes réserves de carbone irrécupérable et abritent une biodiversité importante. La France et les États-Unis travailleront également de concert pour protéger les forêts tropicales humides et lutter contre la déforestation et les coupes illégales, notamment lors de la tenue du « One Forest Summit » début 2023 à Libreville. Ils travailleront ensemble à une meilleure protection des océans dans la perspective de la prochaine Conférence des Nations unies sur les océans qui se tiendra en France en 2025 et ils demeurent pleinement mobilisés au plus haut niveau afin de conclure en 2023 la négociation du Traité des Nations unies sur la protection de la haute mer.

Renforcer l’architecture financière internationale

La France et les États-Unis entendent œuvrer conjointement au renforcement de l’architecture financière internationale pour soutenir les pays les plus vulnérables dans un contexte de chocs multiples, tels que la pandémie de COVID-19, les répercussions de la guerre de la Russie contre l’Ukraine ou encore les effets à un rythme accéléré des changements climatiques. La France et les États-Unis agiront également en étroite coopération pour remédier au manque de financement dans les économies émergentes et en développement afin d’encourager des progrès durables vers zéro émission nette. Cela implique également de travailler ensemble pour veiller à ce que les systèmes multilatéraux permettent d’alléger en temps utile la dette à l’égard des principaux bailleurs des pays en difficulté.

La France et les États-Unis, en tant qu’actionnaires principaux, réaffirment leur détermination à faire évoluer les banques multilatérales développement, au premier rang desquelles la Banque mondiale, pour une meilleure prise en compte des problématiques mondiales et un appui aux investissements privés sur les marchés émergents et en développement. La France et les États-Unis réaffirment leur engagement de contribuer à atteindre dès que possible l’objectif global de 100 milliards de dollars américains en contributions volontaires destinées aux pays qui en ont le plus besoin, notamment grâce à la réallocation des droits de tirage spéciaux.

Les deux présidents affirment leur souhait de coopérer pour parvenir à élever encore le niveau d’ambition sur ces sujets, notamment dans la perspective du sommet qui doit se tenir à Paris en juin 2023.

Santé mondiale et sécurité alimentaire

Il est remarquable que cette visite d’État coïncide avec la journée mondiale de lutte contre le SIDA, compte tenu du rôle moteur joué par nos deux pays pour faire reculer la pandémie du SIDA et en tant que derniers pays à avoir accueilli la reconstitution des ressources du Fonds mondial de lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme. Tirant les leçons de la pandémie de COVID-19, La France et les États-Unis prévoient d’intensifier leur coopération en matière de sécurité sanitaire mondiale et de prévention, préparation et riposte face aux pandémies, notamment en appuyant le nouveau Fonds sur les pandémies qui vient d’être créé, en renforçant les systèmes de santé nationaux, en formant davantage de personnel pour travailler dans le secteur de la santé et en consolidant les institutions multilatérales et en particulier l’Organisation mondiale de la santé. La France et les États-Unis entendent poursuivre leur travail conjoint pour faire face aux enjeux régionaux et mondiaux en matière de sécurité alimentaire. Ils entendent également promouvoir et protéger un marché agricole ouvert et transparent, investir dans des systèmes alimentaires résilients et renoncer à imposer des obstacles inutiles au commerce.

Démocratie et droits de l’Homme

Les deux présidents sont conscients que le renforcement des valeurs démocratiques et du respect des droits de l’Homme universels est essentiel pour surmonter les difficultés sans précédent de notre époque. Ils réitèrent avec force les engagements pris lors du premier sommet pour la démocratie en matière de soutien à une presse libre et indépendante, de lutte contre la prolifération des technologies de surveillance et de la désinformation, et d’encouragement aux réformes et aux progrès de la technologie au service de la démocratie. La France et les États-Unis ont l’intention de renforcer et d’étendre la Coalition pour la liberté en ligne, de progresser dans la mise en œuvre des engagements pris dans le cadre de l’Appel à l’action de Christchurch pour supprimer les contenus terroristes et extrémistes violents en ligne afin de mieux protéger les droits de l’Homme, en ligne et hors ligne, et ils entendent promouvoir les principes énoncés dans la Déclaration sur l’avenir de l’internet.

Cybersécurité et lutte contre la désinformation

Les deux présidents réaffirment leur détermination à travailler de concert avec les partenaires et les acteurs concernés pour accroître la cybersécurité et faire respecter le droit international et les règles générales non-contraignantes qui s’appliquent en temps de paix au cyberespace, notamment grâce à l’Appel de Paris pour la confiance et la sécurité dans le cyberespace et à un ambitieux programme d’action des Nations unies. La France et les États-Unis prévoient de tenir la cinquième réunion de leur Dialogue bilatéral en matière de cybersécurité au début de 2023. Ils souhaitent également renforcer la coordination bilatérale de leurs efforts dans la lutte contre les manipulations étrangères de l’information en ligne. Ils réaffirment leur soutien à des médias indépendants au niveau international, grâce notamment au Fonds international pour des médias d’intérêt public qui se réunira prochainement à Paris. La France et les États-Unis soulignent l’importance du Sommet sur l’initiative de lutte contre les rançongiciels qui s’est tenu le mois dernier lors duquel ils ont réaffirmé aux côtés de 35 autres participants leurs efforts en matière de coopération pour neutraliser les rançongiciels à l’échelle mondiale. Reconnaissant que les capacités commerciales en matière spatiale sont de plus en plus utilisées pour appuyer des fonctions essentielles et que des cybermenaces croissantes pèsent sur ces capacités, la France et les États-Unis entendent travailler de concert pour renforcer la cybersécurité de ces systèmes spatiaux.

Partenariats en matière d’éducation et de sciences

La France et les États-Unis sont déterminés à approfondir leur coopération en matière d’éducation en poursuivant l’objectif commun de parvenir à davantage d’équité et d’accès à l’excellence en matière d’éducation. Prenant en compte le potentiel des langues et de la mobilité internationale pour nouer des partenariats concrets, ils ont l’intention de prendre de nouvelles initiatives pour encourager l’apprentissage des langues, en facilitant notamment les échanges d’assistants pour l’enseignement du français et de l’anglais entre leurs deux pays. Ils accueillent avec satisfaction et soutiennent l’initiative French for all, qui encourage, sur l’ensemble du territoire des États-Unis, un accès plus large et plus équitable à l’enseignement de la langue française, et promeut les bénéfices du bilinguisme pour les jeunes apprenants.

La France et les États-Unis ont pour objectif de parvenir à un solide réseau de partenariats et de programmes d’échanges en matière d’éducation au service de la prochaine génération de dirigeants de part et d’autre de l’Atlantique qui façonnera les relations entre nos deux pays au cours des prochaines décennies. Cela passe notamment par un renforcement du programme bilatéral phare Fulbright, qui fêtera en 2023 son 75e anniversaire. Elles souhaitent également concevoir de nouvelles manières pour les jeunes Français et Américains d’appréhender la culture et l’histoire de l’autre, notamment grâce au programme de résidences Villa Albertine destiné aux artistes français et francophones sur l’ensemble du territoire des États-Unis comme aux artistes américains en France. Dans le même esprit, ils sont en train de créer le programme « 250 pour 250 », qui célèbre le rôle joué par la France dans la fondation des États-Unis et l’amitié de longue date entre les deux nations, en offrant la possibilité à 250 étudiants français d’aller étudier ou effectuer un stage aux États-Unis et à 250 étudiants américains de faire de même en France.

En s’appuyant sur leurs échanges techniques et scientifiques, la France et les États-Unis souhaitent approfondir leur coopération sur des priorités communes telles que le santé, l’environnement et les nouvelles technologies, notamment la biotechnologie, la science quantique et l’intelligence artificielle.