Emmanuel Macron, président de la République française, et Michael R. Bloomberg, envoyé spécial du secrétaire général des Nations Unies pour l’ambition et les solutions en faveur du climat, annoncent la création d’un Comité directeur sur les données liées au climat, destiné à orienter le recueil et la production de données climatologiques ouvertes et centralisées afin d’accélérer la transition vers une économie mondiale résiliente ne produisant aucune émission nette.
 
Dans la lancée de l’initiative One Planet Data Hub annoncée par Emmanuel Macron, ainsi que de l’Alliance financière de Glasgow pour l’absence d’émissions nettes coprésidée par Michael Bloomberg, ce nouveau Comité directeur sur les données liées au climat rassemble des organisations internationales, des organismes de régulation, des responsables politiques et des dirigeants du secteur privé, qui présenteront leurs conclusions au mois de septembre lors de l’Assemblée générale des Nations Unies. 

Après une réunion bilatérale organisée ce jour au Palais de l’Élysée, Emmanuel Macron, président de la République française, et Michael R. Bloomberg, envoyé spécial des Nations Unies pour l’ambition et les solutions en faveur du climat, ont annoncé le lancement d’une initiative internationale visant à rendre le suivi des actions et des engagements des entreprises en matière de climat plus transparent, afin de lutter contre le changement climatique au niveau mondial. Le nouveau Comité directeur sur les données liées au climat réunira des organisations internationales, des organismes de régulation, des responsables politiques et des prestataires de services de données afin de piloter la conception et la création d’une plateforme publique de données ouvertes qui recueillera, compilera et normalisera les données relatives à la transition vers l’objectif de zéro émission nette correspondant aux engagements pris par le secteur privé en faveur du climat.

À l’heure actuelle, les acteurs du secteur privé ne rendent pas compte de manière homogène de leurs engagements visant à atteindre l’objectif de zéro émission nette, ni des données étayant ces engagements. La plupart des plateformes de données existantes ne sont pas publiques et aucune n’est exhaustive : cela empêche les organismes de régulation, les investisseurs et les autres acteurs de tenir compte des risques concrets pour le climat et de l’avancée vers l’objectif de zéro émission nette au moment d’évaluer les entreprises et les institutions financières. Le manque de données accessibles et normalisées limite la capacité des marchés et du grand public à lutter contre le changement climatique. 

Le Comité directeur sur les données liées au climat, qui sera un groupe international associant des représentants des secteurs public et privé, supervisera la création d’une plateforme unifiée de données climatologiques ouvertes, de portée mondiale, consultable par les marchés, les organismes de régulation, les scientifiques travaillant sur le climat et la société civile. La mise à disposition d’informations plus pertinentes et accessibles à tous contribuera à faciliter et à accélérer la transition vers une économie mondiale « zéro émission nette ». Les données ouvertes sont indispensables au suivi des engagements pris par les entreprises et les institutions financières. Elles permettront aux institutions financières de disposer des informations nécessaires pour élaborer et réaliser leurs plans de transition, contribuant ainsi à accroître la transparence au niveau mondial et à faire en sorte que les entreprises et les institutions financières rendent des comptes au sujet de leurs engagements en faveur d’une économie ne produisant aucune émission nette. La création d’une plateforme de données ouvertes renforcera la transparence et la responsabilité des engagements que les entreprises et les institutions financières ont pris dans le cadre des campagnes Objectif zéro et Business Ambition for 1.5 °C de la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques (CCNUCC) ainsi que de l’Alliance financière de Glasgow pour l’absence d’émissions nettes. 

Le président de la République a déclaré : « La transition vers la neutralité carbone est un chemin dans lequel notre société s’engage tout entière, tant au niveau des États que des entreprises et des citoyens. Je suis certain que les normes et la transparence joueront un rôle déterminant pour atteindre cet objectif ambitieux. Les normes, car elles permettent une compréhension commune des actions menées et des engagements pris. La transparence, car elle stimule l’ambition et garantit la responsabilité de chaque acteur. C’est sur ces idées que repose le One Planet Data Hub, que j’ai lancé en octobre dernier. L’objectif de ce partenariat mondial avec Michael Bloomberg, envoyé spécial des Nations Unies pour le climat, est de veiller à ce que l’ensemble du secteur privé mène réellement sa transition écologique et de contribuer à atteindre l’objectif de zéro émission nette. »

Il y a cinq ans jour pour jour, la précédente administration américaine annonçait le retrait des États-Unis de l’Accord de Paris. Emmanuel Macron et Michael Bloomberg s’étaient rencontrés à Paris peu de temps après pour annoncer que les États-Unis continueraient à mettre tout en œuvre pour atteindre les objectifs de cet accord, au moyen d’un partenariat entre les villes, les entreprises et les États américains. 

« Les grands noms du secteur privé ont pris des engagements ambitieux pour lutter contre les changements climatiques, dans le cadre de la campagne Objectif zéro de la CCNUCC et de l’Alliance financière de Glasgow pour l’absence d’émissions nettes. Cependant, le manque de données précises constitue souvent un frein à leur action. C’est un problème capital dans la lutte pour le climat, et ce partenariat aidera à le résoudre, a déclaré M. Bloomberg. Des données transparentes et normalisées aideront les investisseurs à prendre des décisions éclairées, inciteront plus d’entreprises à publier les données relatives à leurs émissions et permettront à la population de voir quelles entreprises sont à l’avant-garde. Il sera également beaucoup plus difficile pour les entreprises de verdir artificiellement leur image ou de faire de belles promesses sans pour autant réduire leurs émissions : elles devront joindre les actes à la parole. La France est pionnière en matière de transparence des données, et nous sommes impatients de travailler avec le président Emmanuel Macron sur ce sujet afin d’accélérer les avancées au niveau mondial. » 

Le Comité directeur sera composé d’organisations internationales telles que les Nations Unies, l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), le Conseil de stabilité financière et le Fonds monétaire international ; de représentants des gouvernements de pays développés et en développement ; ainsi que de prestataires de services de premier plan membres de l’Alliance financière de Glasgow pour l’absence d’émissions nettes tels que Bloomberg LP, London Stock Exchange Group, Moody’s, Morningstar, MSCI et S&P Global. Il consultera également les acteurs de la société civile œuvrant dans le domaine des données liées au climat. Le Comité directeur sur les données liées au climat se réunira à New York au mois de septembre, lors de l’Assemblée générale des Nations Unies, et présentera une feuille de route et une architecture communes pour la création d’une plateforme internationale publique rassemblant des données climatologiques, afin d’obtenir d’ici à la COP27 des données consolidées, normalisées et ouvertes concernant l’économie « zéro émission nette ». 

La secrétaire exécutive de la CCNUCC, Patricia Espinosa, a déclaré : « Je salue l’engagement du président Emmanuel Macron et de M. Michael Bloomberg pour la création d’un Comité directeur sur les données liées au climat et pour la transparence de ces données. Ce travail est indispensable à l’avancée des travaux de suivi des actions volontaires en faveur du climat ainsi qu’au développement et à l’évolution du portail de l’Action climatique mondiale de la CCNUCC. C’est un grand pas vers une transparence complète des engagements des acteurs extérieurs à la CCNUCC. Ces actions sont essentielles si nous voulons attendre l’objectif d’une hausse maximale de 1,5 °C de la température mondiale dans le cadre de l’Accord de Paris. »

La directrice générale du FMI, Kristalina Georgieva, a déclaré : « De meilleures données, de la transparence et des approches alignées de la finance durable sont essentielles pour que les investisseurs et les consommateurs puissent soutenir les entreprises qui accélèrent la transition vers des modèles neutres en carbone. Le FMI est profondément engagé dans le renforcement de l'architecture de l'information climatique dans le secteur financier, et dans l'amélioration de la qualité, de la cohérence et de la comparabilité des données. Nous sommes fiers de prendre part à cette nouvelle initiative. Ce projet s'appuiera sur les initiatives existantes et en cours au niveau mondial pour normaliser et mettre à disposition les données relatives au climat pour les institutions financières et les entreprises. »

Selon Mathias Cormann, secrétaire général de l’OCDE : « Créer une plateforme de données unique grâce à l’impulsion donnée par Emmanuel Macron et par le sommet One Planet nous offre un moyen extraordinaire de veiller à ce que les entreprises respectent leurs engagements en matière de changements climatiques. L’OCDE est prête à soutenir cette initiative et à partager son savoir-faire et ses analyses pour qu’elle soit couronnée de succès. »
 

Voir tous les articles et dossiers