1. A l'invitation du Président de la République française Emmanuel Macron, la Première Ministre du Bangladesh S.E. Mme Sheikh Hasina effectue une visite officielle en France à compter du 9 novembre 2021. Les discussions de haut niveau ont notamment permis d’évoquer le rehaussement des relations bilatérales, le cinquantenaire de l’établissement des relations diplomatiques que les deux pays célèbreront l’année prochaine ainsi que les grandes questions internationales et régionales. Les deux parties ont rappelé le rôle historique éminent joué par Sheikh Bangabandhu Mujibur Rahman, et le Bangladesh a reconnu le précieux soutien apporté par le gouvernement et le peuple français lors de la guerre de libération en 1971. 

2. La France et le Bangladesh se sont félicités du développement de leurs liens d’amitié et ont souligné leur volonté commune de développer et d’approfondir tous les volets de leur partenariat dans le cadre de consultations politiques régulières portant sur les orientations stratégiques. Les deux pays ont ainsi réaffirmé leur détermination à renforcer leur coopération dans tous les domaines, notamment en matière politique et diplomatique, de défense et de sécurité, de commerce et d’investissement, de développement durable et de lutte contre le changement climatique, et enfin d’éducation et d’échanges culturels. Les deux pays ont également reconnu l’importance d’une coopération soutenue et substantielle dans les enceintes régionales et multilatérales pertinentes. 

3. La France et le Bangladesh ont affirmé leur volonté d’approfondir le volet défense et sécurité de leur partenariat. Dans cette perspective, les deux pays sont convenus de renforcer leur dialogue et de poursuivre leur coopération notamment en matière de formation, lancée à l’occasion de la présente visite. Ils se sont engagés par ailleurs à intensifier leur coopération en matière d’équipements de défense sur la base des besoins exprimés et des capacités de chaque partie à y répondre, en particulier par le renforcement des capacités et un éventuel transfert de technologies. Les deux parties se sont félicitées à cet égard de la signature d’une lettre d’intention relative à la coopération dans le domaine de la défense. 

4. La France et le Bangladesh partagent la même vision d’un espace Indopacifique libre, ouvert paisible, sûr et inclusif, reposant sur le droit international et promouvant pour tous une prospérité partagée. Prenant acte des stratégies française et européenne sur l’Indopacifique, les deux parties sont convenues d’œuvrer ensemble à promouvoir la paix et la stabilité régionales et d’étudier de nouvelles possibilités de coopération sur les questions de sûreté maritime et d’économie bleue. Soulignant leur attachement au plein respect de la Convention des Nations Unies de 1982 sur le droit de la mer ainsi qu’au règlement pacifique des différends à l’exclusion de tout recours à la menace ou à la force, elles ont affirmé l’importance du maintien de la sécurité et de la liberté de navigation et de survol dans toutes les mers et tous les océans. 

5. La France et le Bangladesh ont réaffirmé à nouveau que le terrorisme, sous toutes ses formes et manifestations, constitue l’une des menaces les plus sérieuses contre la paix et la sécurité mondiales et que tout acte de terrorisme est criminel et injustifiable. Ainsi, les deux parties expriment conjointement leur soutien aux efforts de lutte contre le terrorisme et sont convenus de renforcer leur coopération, notamment sous l’égide des Nations Unies. 

6. La France et le Bangladesh souhaitent par ailleurs accroître leur coopération et leur dialogue en vue de contribuer activement au renforcement de la connectivité en Asie méridionale visant à faciliter les échanges entre l’Europe et l’Asie et à promouvoir une croissance économique durable et inclusive. Saluant le travail mené au sein de l’ASEM sur la connectivité ainsi que l’approche européenne sur la connectivité globale, les deux pays ont insisté sur l’importance de poursuivre des projets économiques reposant sur les principes de concurrence équitable, de transparence, de soutenabilité économique, financière, environnementale et sociale et de bénéfice mutuel, en prenant en compte les principes, les objectifs et les cibles de l’Agenda de développement durable 2030 ainsi que les documents pertinents du G20. 

7. La France a félicité le Bangladesh sur la recommandation des Nations Unies en vue d’une sortie de la catégorie des pays les moins avancés en 2026. Prenant acte du plan d’action national dans le secteur de l’emploi que le Bangladesh a présenté à l’Union européenne, la France a souligné la nécessité de le mettre en œuvre intégralement et encouragé le Bangladesh à poursuivre sa croissance tirée par les exportations et sa diversification économique, notamment en s’appuyant sur les préférences commerciales prévues dans le cadre du règlement de l’Union européenne relatif au règlement européen du système de préférences généralisées (SPG). Les deux pays ont souligné en outre leur engagement en faveur de la libéralisation et de la facilitation du commerce et de l’investissement et leur attachement au rôle de l’Organisation mondiale du Commerce. Ils ont exprimé le souhait de renforcer leur coopération afin d’améliorer le mécanisme de gouvernance mondiale et de stimuler une relance et une croissance économique durables après la pandémie de COVID-19. 

8. Les deux pays ont exprimé leur détermination à renforcer la coopération économique, commerciale et en matière d'investissement et à poursuivre leurs efforts communs pour améliorer l’accès aux marchés de leurs entreprises respectives. Ils ont réaffirmé leur volonté de renforcer les partenariats économiques et industriels de long terme, notamment dans le secteur de l’agriculture, des infrastructures, des transports, de l’énergie et du numérique. Tenant compte des priorités exprimées par le Bangladesh sur le développement des secteurs aéronautique et spatial, les deux pays ont exprimé leur soutien à une coopération plus étroite et de nouvelles opportunités dans ces secteurs. La France a pris acte des efforts du Bangladesh pour parvenir à une économie fondée sur la connaissance et les deux parties sont convenues d’étudier les possibilités de renforcer la coopération en matière scientifique, technologique et d’innovation.

9. La France et le Bangladesh ont réaffirmé le rôle central des Nations Unies en faveur de la paix et de la sécurité internationales, et souligné l’importance de la promotion et de la protection des droits humains et des libertés fondamentales conformément aux buts et principes de la Charte des Nations Unies. Le Bangladesh, qui est l'un des principaux contributeurs aux opérations de maintien de la paix des Nations Unies, et la France, qui contribue aussi aux OMP, sont convenus de maintenir leur coopération dans ce domaine, notamment dans des contextes francophones spécifiques. Les deux pays ont rappelé leur attachement aux objectifs et principes poursuivis par l’ensemble des agences des Nations Unies, notamment l’UNESCO, enceinte dans laquelle les deux pays mènent une coopération active. 

10. La France a salué la générosité dont a fait preuve le Bangladesh en accueillant les Rohingyas, forcés de fuir les violences des forces de sécurité birmanes dans leur pays d’origine. La France et le Bangladesh ont noté la pression importante que la crise des Rohingyas fait peser sur le Bangladesh, notamment pour les communautés vivant à proximité des camps. Les deux pays ont souligné la nécessité d’assurer le financement du Plan d’intervention conjoint des Nations Unies face à la crise humanitaire des Rohingyas au Bangladesh et de permettre le plus rapidement possible leur retour volontaire, sûr, digne et durable en Birmanie. À cet égard, le Bangladesh a mis l’accent sur les risques potentiels que cette crise fait peser sur la sécurité de la région et demandé instamment à la communauté internationale de jouer un rôle constructif pour résoudre cette crise. 

11. Les deux pays se sont félicités du partenariat de long terme noué par l’Agence française de développement (AFD) avec le Bangladesh. La France s’engage à poursuivre, via les activités de l’AFD et en tenant compte des stratégies nationales du Bangladesh en matière de développement, son appui au système de santé au Bangladesh ainsi qu’aux secteurs de l’économie bleue, de l’énergie et de l’eau. Les deux pays ont salué la signature des conventions de prêt pour le renforcement des systèmes de santé et le traitement de l’eau. 

12. Au lendemain de la COP26 de Glasgow, la France et le Bangladesh ont réaffirmé avec détermination leur volonté commune de renforcer la coopération en faveur de l’environnement, de la lutte contre le changement climatique et de la promotion de la croissance durable, dans le cadre global de l’Agenda 2030. La France a loué le rôle moteur assumé par le Bangladesh au sein du Forum de la Vulnérabilité climatique, et les deux pays sont convenus d’œuvrer à l’obtention des financements de l’action climatique promis dans le cadre de l’Accord de Paris sur le changement climatique. 

13. La France et le Bangladesh sont convenus de faciliter la recherche scientifique et universitaire par la collaboration et des échanges de niveau institutionnel. La France a en outre accepté de proposer des stages spécialisés dans les institutions françaises compétentes à l’intention des diplomates et des militaires du Bangladesh. Les deux pays ont également affirmé leur volonté de promouvoir l’usage de la langue française au Bangladesh et de la langue bengali en France, et souhaitent développer et soutenir le rôle des Alliances françaises à Dacca et Chittagong. 

14. Les deux parties sont convaincues que la présente visite ouvrira un nouveau chapitre dans le renforcement du partenariat bilatéral entre la France et le Bangladesh. 

Voir tous les articles et dossiers