Le cardinal Nasrallah Boutros Sfeir, patriarche émérite de l’église maronite, est décédé aujourd’hui au Liban. Homme d’église, savant et dévoué, il a aussi été un patriote exemplaire et valeureux, qui a joué un rôle éminent pour mettre fin à la guerre dans son pays, en réconcilier les citoyens et en rétablir la pleine souveraineté.

Né l’année même où les autorités françaises proclamèrent l’Etat du Grand Liban en 1920, le cardinal Nasrallah Boutros Sfeir n’a cessé de promouvoir le pluralisme, la tolérance et le respect mutuel entre tous les Libanais, quelle que soit leur affiliation confessionnelle ou politique. Ami sincère de la France, francophone et francophile, il a eu à cœur de maintenir les liens étroits établis de longue date entre notre pays, les communautés chrétiennes et les peuples du Proche-Orient dans toute leur diversité. Il a marqué son temps d’une empreinte profonde.

Le Président de la République adresse ses sincères condoléances au cardinal Bechara Boutros Raï et à tous les fidèles de l’Eglise maronite, ainsi qu’au président Michel Aoun et à tous les Libanais.

Voir tous les articles et dossiers