Publié le 6 avril 1981

Discours de M. Valéry Giscard d'Estaing à Maisons-Alfort lors du Banquet républicain, lundi 6 avril 1981.

Discours de M. Valéry Giscard d'Estaing à Maisons-Alfort lors du Banquet républicain, lundi 6 avril 1981.

6 avril 1981 - Seul le prononcé fait foi

Télécharger Discours de M. Valéry Giscard d'Estaing à Maisons-Alfort lors du Banquet républicain, lundi 6 avril 1981. - PDF 147 Ko
Mon cher Maire, Monsieur le Président du Sénat, mes chers Amis du Val-de-Marne, vous venez de dire à l'instant, Monsieur Nectoux, que vous aviez cherché à juger mon action pendant ce septennat et que vous aviez porté finalement un jugement favorable, je vous en remercie £ quel n'aurait pas été mon désarroi, ce soir, si votre conclusion avait été différente !
C'est moi qui ai suggéré cette formule du Banquet républicain, parce que je trouve que dans la vie politique et démocratique de la France, il faut garder la fraternité et la cordialité et il faut qu'il n'y ait pas seulement des rencontres austères et formelles, mais qu'on puisse se retrouver un peu entre amis, je dirai presque entre copains.. (applaudissements). et, naturellement, les bords de la Marne sont pour cela tout indiqués.
Mais c'est aussi parce que l'action qui a été conduite ici à Maisons-Alfort, par une municipalité courageuse, dirigée avec à la fois l'autorité et la bonté de M. Nectoux, me paraît symbolique de ce que je souhaite que nous fassions au niveau national et de ce que je continuerai de faire avec la confiance des Françaises et des Français.
Maisons-Alfort a jugé le Président de la République, le Président de la République va juger Maisons-Alfort.
Maisons-Alfort est un exemple par l'unité dont y a toujours fait preuve la majorité. Cette unité lui a permis de reconquérir, dès 1947, la Mairie sur le Parti Communiste, et de la défendre avec un succès croissant dans un département particulièrement difficile, et je souhaite que le succès de Maisons-Alfort soit suivi par d'autres ailleurs.. (applaudissements)
Maisons-Alfort est aussi un exemple pour la générosité de sa politique sociale en faveur de la jeunesse, en faveur de l'éducation et en faveur des personnes âgées. La commune y verse, on l'a rappelé, un complément de ressources aux personnes âgées, 870 F au total, qui s'ajoute au minimum vieillesse versé par l'État et bien des municipalités pourraient d'inspirer de telles préoccupations sociales.
Maisons-Alfort offre enfin pour les contribuables l'exemple d'une commune dont la gestion financière est restée rigoureuse. Depuis six ans, l'augmentation moyenne des impôts, grâce à la gestion de votre équipe municipale, n'a pratiquement pas dépassé la hausse des prix, c'est-à-dire que la pression fiscale est restée stable à Maisons-Alfort alors qu'elle augmentait, hélas, ailleurs.
Et donc, vous avez mis dans votre programme, Monsieur le Maire, Mesdames et Messieurs les Conseillers municipaux, le programme qui sera le mien pour le septennat nouveau, et que je vous résume :
- volonté d'ouverture politique à partir d'une majorité unie et solidaire,
- générosité de la politique sociale en faveur des plus démunis,
- rigueur de la gestion des budgets publics pour stabiliser et, si possible, alléger les prélèvements fiscaux.
Tels sont les points forts de la gestion de Maisons-Alfort, tels sont mes objectifs pour le septennat.
J'aurais souhaité que cette salle soit plus grande encore, parce que j'aurais souhaité qu'on puisse accueillir toutes celles et tous ceux qui auraient voulu venir plus nombreux encore, mais si la Municipalité de Maisons-Alfort avait prévu beaucoup de circonstances, elle n'avait pas prévu le Banquet républicain de la campagne présidentielle.
Je vous invite, Monsieur le Maire, pour la prochaine campagne, de prévoir l'installation d'une salle permettant d'accueillir toutes les habitantes, tous les habitants du Val-de-Marne.. (vifs applaudissements) qui désireront s'associer à une pareille manifestation.
Monsieur le Maire, il y a ici, au bord de la Marne, et dans votre ville, des problèmes, notamment des problèmes de condition de vie, des problèmes de bruit, dont j'aurai l'occasion de parler tout à l'heure à Charenton et donc je réserve la partie technique de mon propos pour tout à l'heure dans la réunion publique que nous tiendrons.
Je voudrais, avant de nous quitter, remercier toutes celles et tous ceux qui ont fait l'effort d'organiser, de préparer et de servir ce grand Banquet républicain de Maisons-Alfort qui est la préface du Rassemblement républicain qui aura lieu, en France, le 26 avril et le dimanche 10 mai pour le succès de la France et des Français.
(vifs applaudissements)

Voir tous les articles et dossiers