Publié le 16 janvier 1981

Message de M. Valéry Giscard d'Estaing aux participants du colloque international sur "la Science et le Désarmement", Paris, Palais de l'Élysée, vendredi 16 janvier 1981

16 janvier 1981 - Seul le prononcé fait foi

Message de M. Valéry Giscard d'Estaing aux participants du colloque international sur "la Science et le Désarmement", Paris, Palais de l'Élysée, vendredi 16 janvier 1981

Télécharger le .pdf
Parmi les problèmes les plus préoccupants qui se posent à la communauté internationale, figure incontestablement celui du contrôle des armements qui s'accompagne des difficultés actuelles de la politique du désarmement et de la menace d'une reprise de la course aux armements.
- En recherchant, par le dialogue et la coopération, à limiter la compétition entre les Etats les plus armés, les négociations poursuivies au-cours de la dernière décennie, sans parvenir à garantir l'équilibre, ont au-moins assuré que les choix des responsables n'étaient pas le produit du seul déterminisme de l'innovation technologique.
- Quelles sont les causes de la crise actuelle ? D'abord, l'altération du climat international qui en portant atteinte à la confiance, conduit à réexaminer les conditions de la sécurité. Ensuite, le sentiment que le débat sur le désarmement, tel qu'il était conduit, ne reflétait plus les réalités du monde présent où le rôle des facteurs régionaux est croissant et où les deux principales puissances `Etats-Unis ` URSS` n'ont plus la capacité de contrôler, à elles seules, l'évolution des rapports internationaux. Les idées développées par la France, lors de la première session extraordinaire de l'Assemblée générale des Nations unies sur le désarmement ont eu précisément pour objet de replacer cette action dans une perspective tenant compte des situations réelles et des besoins de sécurité tels qu'ils sont perçus aujourd'hui.
- Enfin la crise actuelle tient à la difficulté de définir et de préciser le concept d'équilibre sur lequel est fondée la limitation des armements.\
Comment concilier le progrès technologique, c'est-à-dire le mouvement constant des connaissances et des réalisations, avec cette exigence d'équilibre ? Comment intégrer ce progrès dans les arsenaux sans remettre en-cause les fondements de l'équilibre stratégique ?
- Il est nécessaire, pour les responsables politiques d'être en mesure d'évaluer les implications des nouveaux systèmes d'armes en préparation, faute de quoi l'effort de maîtrise des armements et de désarmement est vain. Il ne s'agit pas de bloquer l'innovation technologique faute de pouvoir adapter les négociations de limitation d'armement au rythme du progrès scientifique, mais d'en analyser les conséquences pour mieux la maîtriser.
- Tel est le thème central proposé à la réflexion des personnalités éminentes réunies ici à l'occasion du colloque international sur la "Science et le Désarmement", organisé à l'initiative de la France, par l'Institut français des relations internationales.\
Lorsqu'il cherche, l'homme de science ne sait pas à l'avance ce qu'il trouvera. Ce qu'il découvre, il ne peut en mesurer toutes les implications et en prendre individuellement la responsabilité. C'est à la société tout entière qu'il incombe d'assumer les conséquences du savoir. Mais celle-ci doit demeurer aussi à l'écoute de ses savants.
- Science et Désarmement : le champ des interrogations est vaste, et nul ne peut assurer que des réponses définitives soient apportées. Une recherche et son éventuel aboutissement ne peuvent a priori être chargés d'une valeur positive ou négative du point de vue de la course aux armements. Qu'est-ce qu'une innovation déstabilisante ? Par-rapport à quel concept destabilité ? Le demeurera-t-elle encore demain ?
- Il importe que toutes ces questions soient posées. La rencontre des scientifiques et des politiques doit renforcer la conviction que leur dialogue constitue une dimension nécessaire de toute réflexion approfondie sur les problèmes de désarmement.
- Tel est le souhait que je forme au moment où s'ouvrent vos travaux, dont chacun ressent l'importance, la gravité, et l'utilité.\

Voir tous les articles et dossiers