Publié le 22 octobre 1980

Déclaration de M. Valéry Giscard d'Estaing, au retour de sa visite officielle en Chine, Aéroport de Roissy, mercredi 22 octobre 1980

Déclaration de M. Valéry Giscard d'Estaing, au retour de sa visite officielle en Chine, Aéroport de Roissy, mercredi 22 octobre 1980

22 octobre 1980 - Seul le prononcé fait foi

Télécharger Déclaration de M. Valéry Giscard d'Estaing, au retour de sa visite officielle en Chine, Aéroport de Roissy, mercredi 22 octobre 1980 - PDF 133 Ko
`Politique étrangère ` relations franco - chinoises` Mon voyage officiel en République Populaire de Chine avait trois objectifs : Le premier était de développer les relations à haut niveau entre les responsables de la République Populaire de Chine et les responsables de la République française, étant donné l'importance de ces deux pays sur la scène internationale et le rôle croissant qu'est appelée à jouer la Chine dans les affaires du monde. J'ai eu des entretiens avec l'ensemble des hauts dirigeants chinois et nous avons pu procéder à une analyse complète des données de la situation internationale et des perspectives qu'offre celle-ci.
- En conclusion de ces entretiens, il a été décidé qu'il y aurait désormais des consultations périodiques entre le Gouvernement chinois et le Gouvernement français sur les principaux thèmes de la situation internationale. Le ministre des Affaires étrangères assurera l'application de cette décision.\
`Politique étrangère ` relations franco - chinoises`
- Le deuxième objectif était de redresser la situation qui était devenue la nôtre au-cours des dernières années et qui était la part insuffisante prise par la France dans le développement des activités économiques de la Chine. Dans ce bref compte-rendu je ne vous dirai pas ce que sont les perspectives de développement de la Chine telles qu'elles m'ont été exposées par ses dirigeants. La Chine est entrée dans une période nouvelle de développement économique £ l'immensité du pays, de sa population, de ses ressources, fait que l'économie chinoise jouera un rôle de plus en plus important dans la vie économique internationale. La position de la France sur le marché chinois, loin d'avoir progressé au-cours des dernières années, appelait au contraire un redressement. Cet objectif a été atteint par la décision prise par les autorités chinoises de confier à la France la construction des deux premières centrales nucléaires qui seront construites dans ce pays. En même temps un certain nombre de grands dossiers de coopération ont été étudiés et préparés avec les autorités chinoises. Il faut maintenant que nos entreprises et notre administration donnent une suite à ces premières décisions.\
`Politique étrangère ` relations franco - chinoises`
- Mon troisième objectif était de développer les relations culturelles, scientifiques et intellectuelles entre la Chine et la France. La tradition de ces relations est très ancienne, celles-ci sont naturelles en quelque sorte entre l'Etat du milieu de l'Asie qu'est la Chine, et la République du milieu de l'Europe qu'est la France. J'ai constaté qu'il y avait un développement satisfaisant de ces échanges, mais que nous pouvions faire encore davantage, c'est-à-dire accueillir davantage d'étudiants chinois dans nos universités, notamment pour les études avancées de troisième cycle, et développer notre coopération culturelle dans un certain nombre de domaines. C'est ainsi que j'ai annoncé notre proposition d'ouvrir à Shanghai un institut universitaire de technologie français qui serait adapté aux besoins spécifiques des étudiants chinois. L'enseignement dans cet IUT de Shanghai serait naturellement confié à des enseignants français.
- Voilà quels étaient les trois objectifs de mon voyage : développer la concertation politique à haut niveau entre la Chine et la France, assurer le développement des relations économiques entre ce très grand pays et le nôtre £ intensifier les échanges intellectuels, scientifiques et culturels entre la Chine et la France. Mission accomplie.\

Voir tous les articles et dossiers