Publié le 21 octobre 1980

Allocution prononcée par M. Valéry Giscard d'Estaing dans le grand amphithéâtre de l'université de Fudan, lors de sa visite officielle en Chine, Shanghai, le mardi 21 octobre 1980

Allocution prononcée par M. Valéry Giscard d'Estaing dans le grand amphithéâtre de l'université de Fudan, lors de sa visite officielle en Chine, Shanghai, le mardi 21 octobre 1980

21 octobre 1980 - Seul le prononcé fait foi

Télécharger Allocution prononcée par M. Valéry Giscard d'Estaing dans le grand amphithéâtre de l'université de Fudan, lors de sa visite officielle en Chine, Shanghai, le mardi 21 octobre 1980 - PDF 424 Ko
`Politique étrangère ` relations franco - chinoises`
- Monsieur le recteur,
- messieurs les professeurs,
- mesdemoiselles et messieurs les étudiants,
- Je ressens comme un grand honneur de terminer mon voyage officiel en Chine en m'adressant aux membres de l'Université de Fudan et à la jeunesse chinoise.
- Ceci pour trois raisons :
- le prestige et le rôle de Shanghai dans le présent, le passé et l'avenir de la Chine.
- Le fait qu'une partie importante de l'avenir du monde sera dessiné par la jeunesse chinoise, en-raison de son nombre, mais aussi de ses capacités évidentes.
- Et enfin parce que les formules d'organisation qui seront appliquées en Chine seront, par -nature, uniques. Il n'y a pas de précédent à l'organisation d'un pays aussi vaste et aussi peuplé. Ce que vous entreprendrez retiendra l'attention de la jeunesse du monde et de la jeunesse française.
- "Passant sur le pont d'une rivière, TCHOUANG TSEU dit à son compagnon :
- Voyez comme les poissons sautent ! C'est là le plaisir des poissons.
- Vous n'êtes pas un poisson, dit l'autre. Comment savez-vous ce qui est le plaisir des poissons ?
- - Vous n'êtes pas moi, reprit TCHOUANG TSEU. Comment pouvez-vous savoir que je ne sais pas ce qu'est le plaisir des poissons ?
- - Je ne suis pas vous, dit l'ami, et je ne sais pas ce que vous savez ou ce que vous ne savez pas. Mais en tout cas, je sais que vous n'êtes pas un poisson et il est sûr, qu'en conséquence, vous ne savez pas ce qu'est le plaisir des poissons".
- Cette parabole illustre à merveille le problème de la relation avec l'autre, le problème de la communication entre vous jeunes Chinois et les jeunes Français.
- Communication entre nations. Nos nations sont éloignées l'une de l'autre par l'espace et par la culture. Communication entre générations. Car je m'adresse ici à des étudiants. D'une certaine manière toute génération demande à celle qui la suit ou à celle qui la précède comment elle peut savoir en quoi consiste le plaisir des poissons.
- Essayons donc aujourd'hui de mieux nous comprendre et de franchir le double barrage des nations et des générations. (à propos de poisson, mon interprète est professeur de langue chinoise dans une de nos grandes universités à Aix-en-Provence et ainsi vous qui apprenez le français en Chine, vous pouvez constater aujourd'hui comme nous enseignons le chinois en France).\
`Politique étrangère ` relations franco - chinoises`
- La jeunesse d'aujourd'hui, du Nord au Sud, de l'Est à l'Ouest, est plus assurée que ses devancières d'être responsable de son destin. Selon le souhait d'un philosophe célèbre, elle s'estime davantage "maître et possesseur de la nature". Elle a la volonté et la passion de faire progresser les valeurs qui constituent le patrimoine commun de l'humanité.
- Nous devons répondre à l'interpellation passionnée de la jeunesse du monde. La tâche de ma génération est, avant tout, de bien préparer l'avenir de la vôtre.
- Dans mon pays, on dit parfois que l'expérience est comme une lumière, forte, mais toujours portée dans le dos : seul est éclairé le chemin parcuru, jamais le chemin à parcourir. Essayons de tourner la lumière du bon côté.
- La solidarité humaine est désormais universelle et immédiate. Rien de ce qui arrive à quelque groupe humain de notre planète n'est étranger à tout autre. Rien de ce qui arrive en Chine n'est indifférent à la France. Rien de ce qui arrive en Europe ou en France n'est indifférent à la Chine. Cette aventure nouvelle est aussi l'affaire de toutes les générations. Les adultes doivent se mettre à l'écoute des jeunes. Les jeunes, vous qui devrez un jour nous succéder, connaissent des choses que nous ignorons ou que nous ne savons pas voir. C'est par eux que nous prenons conscience de la nécessité de moderniser notre vieux monde. Si l'adulte se met à l'écoute des jeunes, les jeunes en retour doivent accepter d'apprendre. L'adulte est dépositaire de cette longue mémoire, qui assure le lien des générations. Et c'est le rôle éminent de l'Université d'assurer le brassage et la communication des générations qui se suivent.\
`Politique étrangère ` relations franco - chinoises`
- Toute civilisation a ses périodes de lumière et d'ombre, d'expansion et de repli, mais toute civilisation n'atteint sa grandeur que dans l'ouverture sur le monde. Je n'en veux pour mémoire que la période des T'SANG, et je n'en veux pour exemple que l'oeuvre gigantesque réalisée en trente ans par la République populaire de Chine, en-particulier dans le domaine de l'éducation où cependant les obstacles étaient nombreux.
- En m'exprimant, aujourd'hui devant la jeunesse chinoise dans cette université célèbre, j'ai conscience de parler à une jeunesse qui pèsera demain sur le monde plus que tout autre, puisque six cent millions de Chinois ont moins de trente ans `âge`.
- Vous avez doté votre jeunesse d'un équipement culturel, de moyens d'éducation et d'information dont j'ai pu apprécier pendant mon séjour le sérieux et la qualité.
- Enfin, vous êtes ouverts sur le monde.
- Je suis fier que la France ait été parmi les premiers pays à accueillir vos étudiants. Il est vrai, que, depuis longtemps, s'était instaurée, entre nos deux pays, une tradition d'amitié et d'échanges. Et nous nous souvenons des séjours que MM. CHOU EN LAI et TIEN TSAO PING firent en France en 1921 - 1922 `date`, lorsqu'ils appartenaient à la catégorie des ouvriers-étudiants révolutionnaires.
- C'est que la France, et la jeunesse française sont intéressées de la Chine. Elles admirent sa civilisation, sa culture, sa grandeur. En facilitant les échanges entre nos deux pays, nous allons dans le sens de nos étudiants qui souhaitent travailler ensemble au mieux être de nos deux pays, au mieux-être du monde.\
`Politique étrangère ` relations franco - chinoises`
- Le monde dans lequel vous vivrez connaîtra de grands changements. Il connait, et il connaîtra fatalement des périodes de tension et de menaces.
- La France, au nom de laquelle j'ai l'honneur de parler aujourd'hui, est une vieille nation formée par la diversité des traditions.
- Tout en préservant son héritage culturel, elle se prépare activement à l'avenir dans l'industrie, dans l'agriculture, dans les sciences. Elle développe systématiquement les techniques d'avenir, l'espace, la télématique, l'électronique, la biochimie et les sciences de la vie. Et c'est pourquoi j'ai indiqué au Gouvernement de la République populaire de Chine et au recteur de votre université que la France était prête à ouvrir ici à Shanghai un institut universitaire de technologie `IUT` spécialisé dans les branches qui répondraient le mieux à l'intérêt et à la curiosité des étudiants chinois.\
`Politique étrangère ` relations franco - chinoises`
- La France veut être aussi un facteur de paix, de compréhension et de justice entre les peuples. Elle comprend les aspirations des nations longtemps silencieuses dans le Tiers-Monde, souvent privées de leur passé, de leur culture et d'une partie de leur richesse. Aussi, est-elle prête à coopérer avec la République populaire de Chine à leur développement, à la reconnaissance de leur personnalité et de leur culture.
- Et dans cette tâche de coopération avec le Tiers-Monde, la France compte sur sa jeunesse. Ce que nous appelons en France la politique de coopération et à laquelle nous consacrons de grands efforts est, pour l'essentiel, confiée aux jeunes Français. Ils y réussissent parce qu'ils sont remplis d'idéal, parce qu'ils sont généreux, parce qu'ils se sentent des citoyens du monde.
- Ils souhaitent davantage de justice, de solidarité et d'égalité dans les rapports humains. Ils répudient toute discrimination et fraternisent naturellement, comme je l'ai vu en Chine, avec les jeunes des autres pays.
- Ils rejettent les fausses hiérarchies et se préoccupent d'agir sur l'économie, mais aussi sur la substance de la vie sociale, sur la qualité des relations entre les hommes. La qualité leur est désormais plus chère que la quantité.\
`Politique étrangère ` relations franco - chinoises`
- Je suis heureux, après ce voyage dans votre pays, voyage bien trop court naturellement pour le connaître, après ce contact avec votre peuple, le grand peuple de Chine, de constater combien la jeunesse française et la jeunesse chinoise se ressemblent. Jeunes Chinois et jeunes Français sentent qu'ils devront faire face aux mêmes problèmes et aux mêmes choix dans l'avenir.
- Que chacun de nos peuples, notamment, par sa jeunesse, affirme la présence de sa culture et développe son excellence. Soyons convaincus que tout progrès culturel ou économique dans chaque pays est un progrès culturel et économique pour l'humanité tout entière. Nous, peuples du monde, nous devons être ni ennemis, ni adversaires : nous sommes désormais complémentaires dans le progrès de l'humanité.\
`Politique étrangère ` relations franco - chinoises`
- 1) - Pour faire progresser le monde, nous devons reconnaître le droit de tous les peuples à exister, à s'organiser et à disposer d'eux-mêmes comme ils l'entendent. Cela veut dire que nous devons bannir toute forme de domination. Les différents peuples doivent pouvoir conduire leurs affaires comme ils l'entendent dans la paix et dans la sécurité. Et ceci entraîne, vous le savez, sur-le-plan politique, l'acceptation de l'organisation du monde sous une forme que j'appelle multipolaire, un des pôles importants de décisions du monde revient assurément à la Chine.
- 2) - Nous devons, également, veiller à une meilleure répartition des ressources de la planète. Ressources qui, avec l'augmentation de la population, sont appelées à devenir de plus en plus rares. C'est pourquoi j'ai pris l'initiative de ce qu'on appelle le dialogue Nord-Sud qui doit permettre davantage de justice dans la répartition des ressources.
- 3) - Jeunes et moins jeunes, sommes aussi responsables à l'égard des générations futures de notre environnement. Nous devons, tout en acceptant les progrès nécessaires de la technique, défendre les équilibres naturels essentiels. Toutes les vies qui entourent la vie de l'homme lui sont aussi indispensables que la sienne propre. Et votre pays cultive cette préoccupation depuis l'origine de sa civilisation et nous devons partager cette préoccupation.
- 4) - Enfin, les problèmes économiques et sociaux devront être résolus non pas au sein d'une surabondance de richesses mais, au contraire, dans un monde où les richesses resteront par la force des choses relativement limitées et où devront être privilégiées les valeurs culturelles et les besoins de l'épanouissement de l'homme.\
`Politique étrangère ` relations franco - chinoises`
- Cette fin de notre siècle doit être, face aux divers risques possibles, le temps du courage et de la foi. C'est donc le temps des qualités de la jeunesse.
- Aucune jeunesse ne pourra mieux l'illustrer que la jeunesse chinoise.
- Car ce que la Chine devra réaliser pour son développement, aucun pays ne l'aura réalisé avant elle. Aucun pays n'aura eu à traiter à une telle échelle, je veux dire trois échelles, l'espace, le nombre des habitants `population` et le délai court dans lequel cette transformation doit être réalisée, je dis bien aucun pays n'aura eu à faire ce que vous ferez au-cours des prochaines vingts années.
- La dimension de la Chine et l'importance de sa population ne rendent transposable aucune expérience étrangère. Il n'y a pas d'expérience que la Chine puisse recopier comme lui donnant une formule toute faite. Vous allez devoir définir votre propre voie et mettre en oeuvre vos propres recettes. Et la manière dont vous organiserez le développement du pays le plus peuplé du monde sera suivi partout avec beaucoup d'attentions.
- Il y a, dans le monde, deux grands systèmes de développement : le système socialiste et le système fondé sur l'économie de marché et la concurrence `capitalisme`, et en fait chaque pays se réfère à un degré variable à l'un ou l'autre de ces systèmes. C'est sur une combinaison d'apports provenant de ces deux systèmes que l'expérience chinoise pourra se fonder sans porter atteinte aux principes socialistes sur lesquels est organisée la société chinoise. Tout ce que vous ferez pour définir un modèle chinois de croissance économique sera suivi et étudié avec le plus grand intérêt par la France.\
`Politique étrangère ` relations franco - chinoises`
- Chers amis étudiants,
- Par ma voix, la France salue avec respect et amitié la Chine, mère des peuples et des civilisations. Le sens de mon voyage dans votre grand pays est d'aider à la communication et à l'entente entre les peuples, à faire prévaloir l'idée de paix sur les risques de guerre, à souligner ce que les nations ont en-commun, plutôt que ce qui les sépare.
- C'est pourquoi, dans cette Université, mon message est simple : oui, la jeunesse du monde peut se retrouver unie sur les tâches essentielles qui ne sont plus la puissance et la domination, mais l'attachement aux valeurs culturelles fondamentales du progrès et de la justice, et plus simplement encore au droit au bonheur.
- Gardez aussi votre spontanéité, gardez aussi votre ardeur, mais j'ai pu constater qu'elles ne vous manquaient pas.
- C'est sur des mots d'amitié et de bonheur que je termine par ces deux vers de l'un de vos poètes :
- "Tel est simplement le fond de mon coeur.
- Qu'en chemin il s'ouvre aux amitiés fécondes".
- Vive la jeunesse chinoise.\

Sur le même thème

Voir tous les articles et dossiers