Publié le 15 octobre 1980

Allocution prononcée par M. Valéry Giscard d'Estaing à l'occasion du dîner offert par le gouvernement chinois lors de sa visite officielle en Chine, Pékin, Palais de l'Assemblée, le mercredi 15 octobre 1980

15 octobre 1980 - Seul le prononcé fait foi

Allocution prononcée par M. Valéry Giscard d'Estaing à l'occasion du dîner offert par le gouvernement chinois lors de sa visite officielle en Chine, Pékin, Palais de l'Assemblée, le mercredi 15 octobre 1980

Télécharger le .pdf
`Politique étrangère ` relations franco - chinoises`Ï Monsieur le Premier ministre,Ï messieurs les ministres,Ï mesdames,Ï messieurs,Ï Un an, jour pour jour, après la visite en France du président HUA GUOFENG, je suis aujourd'hui l'hôte officiel de la République Populaire de Chine.Ï Rien ne peut mieux souligner la continuité d'un dialogue renoué il y a seize ans. Un dialogue qu'inspirent l'amitié et la considération et que soutient la convergence de nos attitudes à l'égard de nombreux problèmes du monde.Ï Cest avec émotion et intérêt que je découvre aujourd'hui votre très grand pays, à l'originalité si forte qu'aucun aléa de l'Histoire n'a jamais pu l'entamer.Ï Aussi loin que l'on remonte dans le temps, la Chine y projette une image immuable, celle du milieu du monde, celle de la seule civilisation de l'histoire dont le cours n'a jamais été interrompu, ce qui explique que nous lui portions intérêt et admiration.Ï Cette image est encore celle que la Chine nous offre, alors qu'en cette fin du XXème siècle, elle est entrée dans la vie internationale comme un partenaire essentiel. Une civilisation vieille de quatre millénaires se prolonge et se renouvelle sous nos yeux.\
`Politique étrangère ` relations franco - chinoises`Ï Si différente de la nôtre que soit la réalité chinoise, si dissemblables que soient les dimensions de nos pays et de nos peuples, si vaste que soit la distance qui nous sépare, la volonté de nous rencontrer s'appuie sur un long héritage : la France s'est toujours intéressée à la Chine, comme s'il existait entre elles une affinité particulière.Ï Rien d'étonnant à ce qu'elle se soit exprimée à nouveau lorsque le Général de GAULLE, le Président MAO ZEDONG et le Premier ministre ZOU EN LAI décidèrent l'établissement de nos relations diplomatiques.Ï Ces liens sont ceux de deux nations qui ont chacune une longue histoire, de deux Etats qui ont connu, à travers les siècles, de profonds bouleversements, de deux civilisations qui ont largement contribué au progrès de l'humanité.Ï Ce sont aussi des liens actuels, tenant aux principes semblables qui inspirent aujourd'hui notre action dans le monde, et qui font que la Chine et la France se comprennent et qu'elles se rejoignent souvent.Ï Pourquoi cette similitude ?Ï Parce que nos deux pays sont avant tout attachés au respect de leur indépendance et qu'ils en tirent les mêmes conséquences :Ï La première est la nécessité de garder la maîtrise de leur destin, et de s'en donner les moyens afin de faire entendre dans le monde une voix indépendante.Ï La seconde est le respect de la souveraineté et du choix des autres peuples, fondé sur l'affirmation de l'égale dignité des Etats et des peuples.\
`Politique étrangère ` relations franco - chinoises`Ï Notre objectif est d'assurer que chaque Etat puisse, à l'abri des ingérences étrangères et dans-le-cadre de ses solidarités librement choisies, mobiliser son énergie au service de la paix et du développement.Ï La France se réjouit que la Chine ait repris la place qui lui revient dans les affaires du monde. Le retour de la Chine sur la scène mondiale, parmi les grandes puissances, d'une Chine animée par la volonté d'aider les Etats et les peuples dans leur lutte pour l'indépendance authentique et le progrès, favorise la paix, car elle contribue à un meilleur équilibre du monde.Ï C'est dans le même esprit que la France contribue à l'organisation d'une Europe forte et active. L'effacement de notre continent, à la suite des conflits mondiaux, constitue une anomalie de l'Histoire. Il est contraire à la tradition et à la vocation de l'Europe. Il entretient la rigidité d'un système bipolaire, avec ses menaces pour la paix et ses contraintes pour l'indépendance.Ï Je crois profondément que l'affirmation de l'Europe, de même que celle de la Chine, aux deux extrémités du continent eurasien, servent notre objectif fondamental qui est celui de la paix : une paix juste résultant alors de l'équilibre d'un monde multipolaire, et échappant ainsi à l'affrontement des blocs.\
`Politique étrangère ` relations franco - chinoises`Ï Aujourd'hui, la France, avec sa politique indépendante, soutenue par l'effort qu'elle maintient pour assurer sa sécurité, et la Chine, engagée dans l'effort qui fera d'elle une grande puissance moderne, sont devenues des partenaires importants de la vie internationale.Ï Nous avons pu vérifier, lors de la visite du Président HUA GUOFENG, la convergence de nos préoccupations sur beaucoup des grands problèmes de l'actualité internationale, ainsi que notre volonté commune d'approfondir notre dialogue.Ï Une année s'est écoulée. Les tensions qui menacent la paix mondiale, en plusieurs points de la planète, ne se sont malheureusement pas relâchées tandis que d'autres sont apparues qui pourraient enclencher de dangereux engrenages.Ï Au Proche-Orient, il est temps que s'impose l'évidence : c'est par un retrait des territoires occupés en 1967 que pourront être assurées et conciliées les deux exigences d'un règlement qui sont le libre exercice, par le peuple palestinien, de ses droits légitimes, y compris son droit à l'autodétermination, et la satisfaction des besoins de sécurité d'Israël, qui passe par la reconnaissance de ses frontières.Ï Ces exigences paraissent aujourd'hui contradictoires. On vérifiera un jour qu'elles sont en fait complémentaires. C'est pourquoi une paix solide et équilibrée appelle un règlement global. Les neuf Etats de la Communauté européenne `CEE`, manifestant leur volonté politique de mettre à-profit les liens qui les unissent à toutes les parties, ont entrepris d'en rechercher les bases.\
`Politique étrangère ` relations franco - chinoises`Ï Le conflit qui oppose l'Irak et l'Iran accentue les tensions dans cette région, l'une des plus sensibles du monde. Sa prolongation fait peser la menace d'une intervention de puissances extérieures à la zone. C'est un conflit d'une autre dimension qui en résulterait. Notre devoir est de ne rien faire qui puisse aggraver les périls et, notamment, porter atteinte à la liberté de navigation dans le Golfe `persique`. Il faut aussi encourager les intéressés dans la -recherche d'un règlement politique de leurs différends.Ï Le Conseil de Sécurité `ONU` devrait y contribuer en définissant une solution qui permette un cessez-le-feu et l'ouverture de négociations entre l'Irak et l'Iran, dans des conditions équitables, fondées sur les principes du droit international. Les pays islamiques continueraient à y apporter leur -concours.\
`Politique étrangère ` relations franco - chinoises`Ï En Indochine se poursuit la tragédie du peuple khmer, soumis successivement à l'arbitraire d'un pouvoir d'une cruauté inhumaine, puis à l'occupation d'une puissance étrangère. Nos efforts doivent tendre à faire reconnaître la nécessité d'une solution politique pour que renaisse un Cambodge libre, indépendant et neutre, dont le peuple puisse reprendre en main lui-même son destin.\
`Politique étrangère ` relations franco - chinoises`Ï C'est sur les mêmes principes du respect de la souveraineté des Etats et de libre choix des peuples que la France se fonde pour juger inacceptable la situation actuelle en Afghanistan. Il faut que cesse l'intervention étrangère, et que l'Afghanistan soit rétabli dans sa position historique traditionnelle, qui est celle d'un pays authentiquement non-aligné £ elle répond à sa -nature et à la personnalité de son peuple. Des garanties pourraient être données par les pays voisins et ceux qui sont susceptibles de peser sur l'équilibre de la région, de telle sorte que l'Afghanistan ne puisse constituer pour aucun de ses voisins ni un enjeu, ni une menace.\
`Politique étrangère ` relations franco - chinoises`Ï Bien d'autres sujets s'offrent à notre réflexion et au dialogue que nous poursuivrons pendant cette visite. Je pense, notamment, au désarmement à l'égard duquel nos deux pays se prononcent en termes proches. Refusant à la fois la résignation - c'est-à-dire la course aux armements - et l'illusion - c'est-à-dire les déclarations sans portée pratique ou les propositions tendant à consolider les avantages, nous recherchons les voies d'un désarmement progressif et équilibré. Ce qui suppose qu'il parte des réalités que sont les arsenaux existants dans toutes leurs composantes, et qu'il tienne compte des situations régionales. Je me félicite que les initiatives françaises aient contribué à ce que la Chine rejoigne ce débat essentiel.Ï Je pense aussi à la coopération et au dialogue que nos deux pays entretiennent avec les pays non-alignés qui souhaitent, dans un environnement international difficile, se consacrer à leur développement, à l'abri des ingérences étrangères.Ï C'est l'esprit des relations confiantes que la France maintient, avec de nombreuses jeunes nations dans le monde et, plus particulièrement, sur le continent africain.\
`Politique étrangère ` relations franco - chinoises`Ï Enfin, le choix que la Chine a fait d'une politique de modernisation qui touche tous les grands aspects de sa vie nationale doit contribuer à renforcer nos liens. Ce sera également le sujet de nos entretiens.Ï La France est disposée à appuyer vos efforts là où vous souhaitez recourir aux connaissances et aux techniques étrangères. Je suis convaincu que la coopération que nous avons déjà engagée peut s'étendre, d'une manière mutuellement bénéfique, à de nombreux secteurs de nos activités respectives dans le domaine économique et scientifique, comme dans ceux de la culture, de l'art et de la technique.Ï Aussi nous donnerons à nos relations la dimension qu'appellent l'estime, le respect et l'amitié qui déjà les caractérisent.Ï Notre rencontre en sera l'occasion.Ï Elle doit être aussi, pour les peuples du monde, inquiets du présent, incertains de l'avenir, un signe d'espoir par l'exemple qu'offrent la France et la Chine, c'est-à-dire deux pays qui expriment leurs vues de manière indépendante et ferme, qui suivent une voie qui leur est propre, et qui apportent aux affaires du monde une contribution guidée par des sentiments de respect, de solidarité et de justice, et un attachement égal à la paix.Ï Je vous invite à lever votre verre en l'honneur du Premier ministre ZHAO ZIYAN, en l'honneur de toutes les hautes personnalités présentes, à la prospérité et au bonheur du grand peuple chinois, ainsi qu'à l'amitié et à la coopération entre la France et la République Populaire de Chine.\

Voir tous les articles et dossiers