Publié le 23 mai 1979

ALLOCUTION PRONONCEE PAR M. VALERY GISCARD D'ESTAING, AU DINER OFFICIEL OFFERT PAR LE PRESIDENT NIMEIRI, PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE DU SOUDAN AU PALAIS DE L'AMITIE, KHARTOUM, MERCREDI 23 MAI 1979

ALLOCUTION PRONONCEE PAR M. VALERY GISCARD D'ESTAING, AU DINER OFFICIEL OFFERT PAR LE PRESIDENT NIMEIRI, PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE DU SOUDAN AU PALAIS DE L'AMITIE, KHARTOUM, MERCREDI 23 MAI 1979

23 mai 1979 - Seul le prononcé fait foi

Télécharger ALLOCUTION PRONONCEE PAR M. VALERY GISCARD D'ESTAING, AU DINER OFFICIEL OFFERT PAR LE PRESIDENT NIMEIRI, PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE DU SOUDAN AU PALAIS DE L'AMITIE, KHARTOUM, MERCREDI 23 MAI 1979 - PDF 284 Ko
`POLITIQUE ETRANGERE` MONSIEUR LE PRESIDENT ET CHER AMI, EXCELLENCES, MESDAMES, MESSIEURS,
- JE VEUX D'ABORD VOUS DIRE MA JOIE D'ETRE AUJOURD'HUI VOTRE HOTE ET CELUI DE LA REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU SOUDAN. JE SUIS FIER D'ETRE LE PREMIER PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE FRANCAISE A RENDRE VISITE A VOTRE PAYS.
- KHARTOUM, POUR LA FRANCE, EST D'ABORD LA CAPITALE D'UN PAYS AMI. L'ATMOSPHERE DE NOS ENTRETIENS, LA CHALEUR DE VOS PAROLES, MONSIEUR LE PRESIDENT, EN SONT AUTANT DE TEMOIGNAGES AUXQUELS JE SUIS SENSIBLE. ILS MONTRENT COMBIEN LES RELATIONS FRANCO - SOUDANAISES ONT PROGRESSE, AU-COURS DES DERNIERES ANNEES, NOTAMMENT A LA SUITE DE LA VISITE OFFICIELLE QUE VOUS AVEZ BIEN VOULU RENDRE A NOTRE PAYS. CE DEVELOPPEMENT REPOND A NOTRE SOUHAIT COMMUN D'INTENSIFIER NOTRE COOPERATION. KHARTOUM EST AUSSI LA CAPITALE D'UN PAYS QUI INCARNE, PAR SON SOUCI D'EQUILIBRE, D'OUVERTURE ET DE PAIX L'UN DES VISAGES DE LA SAGESSE AFRICAINE. LA FRANCE APPRECIE LE ROLE MODERATEUR QUE LE SOUDAN JOUE SUR LA SCENE INTERNATIONALE ET L'ACTION MEDIATRICE QU'IL CONDUIT EN AFRIQUE. NOS ECHANGES_DE_VUES NOUS ONT PERMIS DE CONSTATER LA CONVERGENCE DE NOS ANALYSES ET DE NOS EFFORTS
-\
`POLITIQUE ETRANGERE ` RELATIONS FRANCO - SOUDANAISES` CE QUI DONNE A CETTE VISITE AUJOURD'HUI UNE DIMENSION EXCEPTIONNELLE C'EST QUE, COMME VOUS L'AVEZ RAPPELE, KHARTOUM EST EN CE MOMENT LA CAPITALE DE L'AFRIQUE. NOTRE RENCONTRE EST DONC CELLE DU PRESIDENT DE L'ORGANISATION DE L'UNITE AFRICAINE `OUA` ET CELLE DU PRESIDENT DU CONSEIL_EUROPEEN. ELLE EST LA RENCONTRE DE DEUX CONTINENTS. L'EVENEMENT EST SANS PRECEDENT. IL A UNE VALEUR DE SYMBOLE.
- C'EST POURQUOI, MONSIEUR LE PRESIDENT, IL M'A PARU SYMBOLIQUE DE VENIR VOUS PARLER A KHARTOUM DU PROJET DE RASSEMBLER DANS UNE CONFERENCE LES ETATS AFRICAINS, ARABES ET EUROPEENS. AUCUN LIEU, EN EFFET, NE SAURAIT ETRE PLUS PROPICE POUR EN EXPOSER LES RAISONS ET EN ESQUISSER LES ETAPES. LES RAISONS, JE LES TROUVE DANS L'EVOLUTION DU MONDE DEPUIS UNE TRENTAINE D'ANNEES. PENDANT LONGTEMPS, LES RELATIONS INTERNATIONALES ONT ETE FACONNEES PAR LES REFLEXES ELEMENTAIRES DE LA MEFIANCE ET DE LA PEUR, DOMINEES PAR L'OPPOSITION DES PUISSANCES ET DES IDEOLOGIES. C'EST LE SENTIMENT D'UN DANGER MENACANT QUI CIMENTAIT LES REGROUPEMENTS D'ETATS. EN S'UNISSANT, LES NATIONS CHERCHAIENT A S'ABRITER POUR SURVIVRE ET NON A S'OUVRIR POUR S'EPANOUIR.
- AINSI, NAQUIRENT LES BLOCS AVEC LEUR STRUCTURE HIERARCHIQUE ET LEUR AFFRONTEMENT MUTUEL. AINSI, S'IMPOSA LEUR LOGIQUE SELON LAQUELLE QUICONQUE N'EST PAS AVEC MOI EST CONTRE MOI. LES BLOCS, AUJOURD'HUI N'ONT PAS DISPARU MAIS LEUR ETREINTE S'EST DESSERREE. DEUX PHENOMENES Y ONT CONTRIBUE. LE PREMIER, CE SONT LES PROGRES DE LA DETENTE. LE SECOND, C'EST L'APPARITION DE GENERATIONS ENTIERES D'ETATS DONT LES ASPIRATIONS ET LES INTERETS SONT ETRANGERS AUX QUERELLES DES BLOCS
-\
`POLITIQUE ETRANGERE ` RELATIONS FRANCO - SOUDANAISES` LA VOIE S'EST OUVERTE A DES GROUPEMENTS D'ETATS D'UN AUTRE TYPE. ILS NE TROUVENT PAS LEUR RAISON D'ETRE DANS LA CRAINTE D'UNE MENACE EXTERIEURE, MAIS DANS LA CONSTATATION D'AFFINITES NATURELLES. ILS NE SE FONDENT PAS SUR UN PRINCIPE DE HIERARCHIE MAIS SUR UN PRINCIPE D'EGALITE. ILS NE VISENT PAS A S'OPPOSER MAIS A CONSTRUIRE. ILS NE SERVENT PAS A DIVISER MAIS A UNIR. C'EST A CETTE CATEGORIE QU'APPARTIENNENT LA COMMUNAUTE_ECONOMIQUE_EUROPEENNE, L'ORGANISATION DE L'UNITE AFRICAINE `OUA`, LA LIGUE ARABE. CE NE SONT PAS DES BLOCS MAIS DES FAMILLES DE NATIONS. LEUR FORMATION NE RESULTE PAS DE LA SIMPLE CONJONCTION DES INTERETS. ELLE S'ENRACINE DANS LES SOLIDARITES PROFONDES DE LA GEOGRAPHIE, DE L'HISTOIRE ET DE LA CULTURE.
- POUR CES FAMILLES DE NATIONS, S'OUVRIR A L'ECHANGE ET AU DIALOGUE, C'EST RESTER FIDELE A LEUR VOCATION. C'EST AUSSI LE MOYEN DE SE PREPARER ENSEMBLE A LA MISSION QUI LEUR REVIENT D'ETRE, AVEC D'AUTRES, LES PILIERS D'UN ORDRE INTERNATIONAL NOUVEAU. C'EST ENFIN LA CHANCE DE NE PAS ETRE DES ENJEUX DANS LA RIVALITE PLANETAIRE DES PUISSANCES, MAIS DES PARTENAIRES RECONNUS ET TRAITES COMME TELS
-\
`POLITIQUE ETRANGERE ` RELATIONS FRANCO - SOUDANAISES` ENTRE CES TROIS ENSEMBLES, DE L'EUROPE, DE L'AFRIQUE ET DU MONDE ARABE, LES DONNEES DU VOISINAGE ONT, DEPUIS TOUJOURS, FAVORISE LES CONTACTS. LA MEDITERRANNEE N'A PAS CESSE DE VEHICULER DU NORD AU SUD ET D'EST EN OUEST, LES IDEES, LES PRODUITS ET LES HOMMES. DEJA LE STADE DES RELATIONS BILATERALES D'ETAT A ETAT ET DE PEUPLE A PEUPLE, EST DEPASSE. AVEC LES ACCORDS DE LOME, AVEC LE DIALOGUE EURO - ARABE, AVEC LA COOPERATION ARABO - AFRICAINE, DES ETAPES NOUVELLES ONT ETE FRANCHIES.
- CES APPROCHES MULTILATERALES N'EN DEMEURENT PAS MOINS INSUFFISANTES. ELLES RESTENT PARTIELLES. ELLES SOULIGNENT UN ASPECT IMPORTANT MAIS LIMITE DE LA REALITE : CELUI DES RAPPORTS ECONOMIQUES. ELLES N'ASSOCIENT LES TROIS COTES DU TRIANGLE QUE DEUX A DEUX. IL LEUR MANQUE LA DIMENSION GLOBALE, LA PERSPECTIVE D'ENSEMBLE, LA VISION POLITIQUE QUI PERMETTRAIENT D'EXPRIMER DANS TOUTE SA RICHESSE LA SOLIDARITE EURO - ARABO - AFRICAINE, ET DE LA RENDRE VISIBLE AUX YEUX DE NOS PEUPLES, COMME A CEUX DU MONDE
-\
`POLITIQUE ETRANGERE ` RELATIONS FRANCO - SOUDANAISES` VOILA POURQUOI LA FRANCE A AVANCE L'IDEE D'UNE CONFERENCE EURO - ARABO - AFRICAINE. ELLE RASSEMBLERAIT LES PLUS HAUTS RESPONSABLES DE CHACUN DES ETATS APPARTENANT A CES TROIS ENSEMBLES TELS QU'ILS SE DEFINISSENT EUX-MEME DANS LEUR INSTITUTION COLLECTIVE. ELLE AURAIT POUR OBJET DE CONSACRER LES LIENS QUI LES UNISSENT DANS UN TEXTE SOLENNEL QUI SERAIT LA CHARTE DE LEUR SOLIDARITE POUR LE DEVELOPPEMENT, POUR LE PROGRES ET POUR LA PAIX.
- EN ENONCANT CE PROJET, JE SUIS LE PREMIER, MONSIEUR LE PRESIDENT, A EN MESURER L'AMBITION ET LA DIFFICULTE. LE NOMBRE ET LA DIVERSITE DES PAYS CONCERNES, LES ADHERENCES QUI SUBSISTENT DU SYSTEME DES BLOCS SONT AUTANT D'OBSTACLES A SURMONTER. ILS NOUS IMPOSENT DE PROCEDER, DE FACON PRUDENTE ET PROGRESSIVE, C'EST-A-DIRE PAR ETAPES. LA PREMIERE ETAPE SERA UNE ETAPE DE REFLEXION, D'EXPLICATION ET D'EXPLORATION. ELLE PERMETTRA DE VERIFIER L'EXISTENCE D'UN LARGE CONSENSUS SUR LE PRINCIPE ET SUR L'UTILITE DE L'_ENTREPRISE.
- LA SECONDE POURRAIT ETRE UNE ETAPE OPERATIONNELLE DE PREPARATION. ELLE SERA CONSACREE A LA DEFINITION DES MODALITES, A LA MISE AU-POINT DES PROCEDURES, A LA REDACTION DES TEXTES. JE NE VEUX PAS, AU STADE ACTUEL, ALLER PLUS AVANT DANS LES DETAILS. CAR UN PROJET N'A DE SENS QUE SI CHACUN Y APPORTE SA CONTRIBUTION ET S'IL EST LE_FRUIT, NON PAS D'UNE INITIATIVE INDIVIDUELLE, MAIS DU _CONCOURS DE TOUS. CE QUE JE VEUX DIRE, EN REVANCHE, C'EST QUE LES OBSTACLES NE DOIVENT PAS NOUS INTIMIDER. CE QUE LES DEUX MOITIES DE L'EUROPE ONT FAIT A HELSINKI, LES EUROPEENS, LES AFRICAINS ET LES ARABES PEUVENT LE FAIRE AUSSI. CELA DEPEND AVANT TOUT DE LEUR FOI EN EUX-MEMES ET DANS L'AVENIR. L'ECHO QUE MON INITIATIVE A EVEILLE PARMI MES COLLEGUES EUROPEENS, PUIS A LA CONFERENCE FRANCO - AFRICAINE DE KIGALI, ET ENFIN ICI-MEME, AUJOURD'HUI, AUPRES DE VOUS, MONSIEUR LE PRESIDENT, M'INCITE A LA CONFIANCE
-\
`POLITIQUE ETRANGERE ` RELATIONS FRANCO - SOUDANAISES` EN VOUS EXPOSANT CE PROJET, MONSIEUR LE PRESIDENT, POUR QUE VOUS LE SOUMETTIEZ AUX DELIBERATIONS DES INSTANCES AFRICAINES, JE SAIS QUE JE LE REMETS EN BONNES MAINS. JE LE DEDIE AU GRAND FLEUVE QUI TRAVERSE VOTRE PAYS, A CE NIL DONT LES EAUX NOURRICIERES UNISSENT INLASSABLEMENT LES RIVES DES GRANDS LACS AFRICAINS AUX RIVAGES DE LA MEDITERRANEE, A CE FLEUVE QUI A VU NAITRE, PRES DE SES SOURCES LES PREMIERES MANIFESTATIONS DE L'ESPECE HUMAINE ET PRES DE SON EMBOUCHURE LA PLUS ANCIENNE DES GRANDES CIVILISATIONS.
- JE SAIS AUSSI, MONSIEUR LE PRESIDENT, EN CONNAISSANT L'INITIATIVE, LE REALISME ET L'EFFICACITE QUI MARQUENT VOTRE ACTION DIPLOMATIQUE, QU'UNE TELLE PERSPECTIVE REPOND AU ROLE QUE VOUS SOUHAITEZ POUR VOTRE PAYS. EN VOUS REMERCIANT DE VOTRE HOSPITALITE, MONSIEUR LE PRESIDENT, JE SALUE LE CHEF D'UN ETAT QUI EST A LA FOIS AFRICAIN, ARABE ET AMI DE L'EUROPE ET DE LA FRANCE ET J'ADRESSE AU PEUPLE SOUDANAIS LES VOEUX TRES CHALEUREUX DE PAIX ET DE PROSPERITE DU PEUPLE FRANCAIS
-\

Voir tous les articles et dossiers