Publié le 16 octobre 1974

COMMUNIQUE PUBLIE A L'ISSUE DES ENTRETIENS ENTRE LE PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE FRANCAISE ET LE PRESIDENT DES ETATS-UNIS, A LA MARTINIQUE 16 DECEMBRE 1974

COMMUNIQUE PUBLIE A L'ISSUE DES ENTRETIENS ENTRE LE PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE FRANCAISE ET LE PRESIDENT DES ETATS-UNIS, A LA MARTINIQUE 16 DECEMBRE 1974

16 octobre 1974 - Seul le prononcé fait foi

Télécharger COMMUNIQUE PUBLIE A L'ISSUE DES ENTRETIENS ENTRE LE PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE FRANCAISE ET LE PRESIDENT DES ETATS-UNIS, A LA MARTINIQUE 16 DECEMBRE 1974 - PDF 305 Ko
=POLITIQUE EXTERIEURE= LE PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE FRANCAISE, VALERY GISCARD D'ESTAING ET LE PRESIDENT DES ETATS-UNIS, GERALD R. FORD, SE SONT RENCONTRES A LA MARTINIQUE LES 14, 15 ET 16 DECEMBRE 1974 POUR EXAMINER DES PROBLEMES ACTUELS D'INTERET COMMUN. LE MINISTRE DES AFFAIRES ETRANGERES, JEAN SAUVAGNARGUES, LE SECRETAIRE_D_ETAT ET ASSISTANT DU PRESIDENT POUR LES QUESTIONS DE SECURITE NATIONALE HENRY A. KISSINGER, LE MINISTRE DE L'ECONOMIE ET DES FINANCES JEAN-PIERRE FOURCADE ET LE SECRETAIRE AU TRESOR WILLIAM SIMON ONT PARTICIPE A LEURS DISCUSSIONS. LES MINISTRES ONT EGALEMENT EU DES ENTRETIENS COMPLEMENTAIRES. LA REUNION S'EST TENUE DANS UN CLIMAT DE CORDIALITE ET DE CONFIANCE MUTUELLE. LE PRESIDENT GISCARD D'ESTAING ET LE PRESIDENT FORD SE SONT FELICITES D'AVOIR AINSI PU PROCEDER A UN EXAMEN DETAILLE DE TOUTES LES QUESTIONS D'INTERET COMMUN. EN TANT QU'AMIS ET ALLIES DE LONGUE DATE, LES DEUX PAYS PARTAGENT DES VALEURS ET DES BUTS COMMUNS, ET LES DEUX PRESIDENTS ONT MANIFESTE LEUR DETERMINATION DE COOPERER SUR CES BASES EN_VUE DE LA SOLUTION DES PROBLEMES COMMUNS. ILS ONT PASSE EN-REVUE LA SITUATION INTERNATIONALE DANS LES DOMAINES ECONOMIQUE, FINANCIER ET MONETAIRE\
=POLITIQUE EXTERIEURE = LUTTE CONTRE L'INFLATION= LES DEUX PRESIDENTS SONT CONVENUS QUE LES GOUVERNEMENTS DES ETATS-UNIS ET DE LA COMMUNAUTE_EUROPEENNE, AU NOM DE LAQUELLE LE PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE S'EST EXPRIME A CE SUJET, DOIVENT ADOPTER DES POLITIQUES ECONOMIQUES QUI SOIENT COHERENTES ENTRE ELLES AFIN QU'ELLES PARVIENNENT EFFICACEMENT A EVITER LE CHOMAGE TOUT EN COMBATTANT L'INFLATION\
=POLITIQUE EXTERIEURE = COMMERCE EXTERIEUR= ILS SONT EN-PARTICULIER CONVENUS QU'IL ETAIT IMPORTANT D'EVITER DES MESURES DE _NATURE PROTECTIONNISTE. ET ILS ONT DECIDE DE PRENDRE L'INITIATIVE DE CONVOQUER DE NOUVELLES RENCONTRES INTERGOUVERNEMENTALES DANS LA MESURE OU CELA SERAIT NECESSAIRE POUR OBTENIR LA COHERENCE VOULUE ENTRE LES POLITIQUES ECONOMIQUES DES PAYS INDUSTRIELS\
=POLITIQUE EXTERIEURE = SYSTEME MONETAIRE INTERNATIONAL= ETANT DONNE LA RAPIDITE DE L'EVOLUTION DES SITUATIONS FINANCIERES DANS LE MONDE D'AUJOURD'HUI, LES PRESIDENTS ESTIMENT TOUS DEUX SOUHAITABLE DE MAINTENIR L'IMPULSION DONNEE A L'ETUDE D'UNE COOPERATION FINANCIERE PLUS ETROITE, A LA FOIS AU-SEIN DU FONDS MONETAIRE INTERNATIONAL =FMI= ET PAR DES MESURES COMPLEMENTAIRES. PARMI LES MESURES SPECIFIQUES DESTINEES A RENFORCER LA STRUCTURE FINANCIERE EXISTANTE, LES PRESIDENTS SONT CONVENUS QU'IL SERAIT APPROPRIE QUE TOUT GOUVERNEMENT QUI SOUHAITERAIT LE FAIRE EVALUE SES AVOIRS EN OR `METAL` `REEVALUATION DES ENCAISSES` SUR LA BASE DES PRIX COURANTS DU MARCHE\
=POLITIQUE EXTERIEURE= LES DEUX PRESIDENTS ONT PROCEDE A UN EXAMEN APPROFONDI DU PROBLEME DE L'ENERGIE ET DE SES GRAVES EFFETS SUR L'ECONOMIE MONDIALE QU'IL PERTURBE. ILS ONT RECONNU L'IMPORTANCE QUE REVET POUR LES ETATS-UNIS, POUR LA COMMUNAUTE_EUROPEENNE ET POUR D'AUTRES PAYS INDUSTRIALISES LA MISE EN_OEUVRE DE POLITIQUES DE CONSERVATION DE L'ENERGIE, DE DEVELOPPEMENT DE SOURCES D'ENERGIE EXISTANTES ET NOUVELLES ET LA MISE EN_OEUVRE DE NOUVEAUX MECANISMES DE SOLIDARITE FINANCIERE. ILS ONT SOULIGNE L'IMPORTANCE DE LA SOLIDARITE SUR CES QUESTIONS ENTRE LES PAYS IMPORTATEURS DE PETROLE\
=POLITIQUE EXTERIEURE= LES DEUX PRESIDENTS ONT EGALEMENT EU UN ECHANGE_DE_VUES SUR L'OPPORTUNITE D'UN DIALOGUE ENTRE LES CONSOMMATEURS ET PRODUCTEURS ET, A CET EGARD, ILS ONT EXAMINE LA PROPOSITION FAITE LE 24 OCTOBRE 1974 PAR LE PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE FRANCAISE DE TENIR UNE CONFERENCE DES PAYS EXPORTATEURS ET IMPORTATEURS DE PETROLE. ILS SONT CONVENUS QU'IL SERAIT SOUHAITABLE DE CONVOQUER UNE TELLE CONFERENCE DANS LES MEILLEURS DELAIS. ILS ATTACHENT DE L'IMPORTANCE A CE QUE TOUTES LES PARTIES CONCERNEES SOIENT MIEUX INFORMEES DE LEURS INTERETS ET DE LEURS PREOCCUPATIONS RESPECTIFS, ET A CE QUE DES RELATIONS HARMONIEUSES SOIENT ETABLIES ENTRE ELLES POUR PROMOUVOIR LE DEVELOPPEMENT DE L'ECONOMIE MONDIALE SUR DES BASES SAINES. LES DEUX PRESIDENTS ONT CONSTATE QUE LEURS VUES SUR CES QUESTIONS ETAIENT COMPLEMENTAIRES, ET DANS CETTE PERSPECTIVE, ILS SONT CONVENUS QUE LES MESURES SUIVANTES, LIEES ENTRE ELLES, DEVRAIENT ETRE PRISES SUCCESSIVEMENT. ILS SONT CONVENUS QUE DES MESURES SUPPLEMENTAIRES DEVRAIENT ETRE PRISES DANS-LE-CADRE DES INSTITUTIONS ET DES ACCORDS EXISTANTS AUXQUELS ILS SONT PARTIES, ET EN CONSULTATION AVEC LES AUTRES CONSOMMATEURS INTERESSES, EN_VUE DE RENFORCER LEUR COOPERATION. EN-PARTICULIER, UNE TELLE COOPERATION DEVRAIT INCLURE DES PROGRAMMES DE CONSERVATION DE L'ENERGIE, DE DEVELOPPEMENT DES SOURCES D'ENERGIE EXISTANTES ET NOUVELLES ET DE SOLIDARITE FINANCIERE. EN SE FONDANT SUR LES PROGRES SUBSTANTIELS QUI SERAIENT OBTENUS DANS LES DOMAINES SUSMENTIONNES, LES DEUX PRESIDENTS SONT CONVENUS QU'IL SERAIT SOUHAITABLE DE PROPOSER LA TENUE D'UNE REUNION PREPARATOIRE ENTRE CONSOMMATEURS ET PRODUCTEURS POUR METTRE AU-POINT UN ORDRE_DU_JOUR ET DES PROCEDURES POUR UNE CONFERENCE ENTRE LES CONSOMMATEURS ET LES PRODUCTEURS. UNE TELLE REUNION PREPARATOIRE DEVRAIT SE TENIR EN MARS 1975. LES DISCUSSIONS PREPARATOIRES SERONT SUIVIES DE CONSULTATIONS INTENSIVES PARMI LES PAYS CONSOMMATEURS EN_VUE D'ELABORER DES POSITIONS POUR LA CONFERENCE. LES DEUX PRESIDENTS ESTIMENT QUE LES ACTIONS ENUMEREES CI-DESSUS DOIVENT SE DEROULER LE PLUS RAPIDEMENT POSSIBLE, COMPTE_TENU DE L'INTERET COMMUN QUE LES ETATS-UNIS, LA FRANCE ET TOUS LES PAYS INTERESSES ONT A FAIRE FACE A CETTE SITUATION CRITIQUE\
=POLITIQUE EXTERIEURE = CSCE= LE PRESIDENT GISCARD D'ESTAING ET LE PRESIDENT FORD ONT EXAMINE L'EVOLUTION ACTUELLE DES RELATIONS EST - OUEST. ILS SE SONT ENTRETENUS DE LEURS RENCONTRES RESPECTIVES AVEC M. BREJNEV ET M. KISSINGER A FAIT UN RAPPORT SUR SES ENTRETIENS AVEC LES DIRIGEANTS DE LA REPUBLIQUE POPULAIRE DE CHINE. ILS ONT PROCEDE A UN ECHANGE_DE_VUES SUR LE DEROULEMENT DES NEGOCIATIONS EST - OUEST, Y COMPRIS LA CONFERENCE EUROPEENNE SUR LA SECURITE ET LA COOPERATION. ILS ONT EXPRIME LEUR CONVICTION QUE DES PROGRES ETAIENT ACCOMPLIS DANS LA VOIE DE LA DETENTE\
=POLITIQUE EXTERIEURE= LES DEUX PRESIDENTS ONT PROCEDE A UN ECHANGE_DE_VUES SUR LA SITUATION ACTUELLE AU PROCHE-ORIENT. ILS SONT TOMBES D'ACCORD SUR L'IMPORTANCE DE PROGRES RAPIDES VERS UNE PAIX JUSTE ET DURABLE DANS CETTE REGION DU MONDE\
=POLITIQUE EXTERIEURE = EUROPE POLITIQUE= LE PRESIDENT GISCARD D'ESTAING A DECRIT LES EFFORTS ACCOMPLIS PAR LA FRANCE ET LES AUTRES PAYS MEMBRES DE LA COMMUNAUTE_EUROPEENNE POUR FAVORISER LE PROCESSUS DE L'UNITE EUROPEENNE. LE PRESIDENT FORD A REAFFIRME L'APPUI CONSTANT DES ETATS-UNIS AUX EFFORTS FAITS EN_VUE DE REALISER L'UNITE EUROPEENNE\
=POLITIQUE EXTERIEURE= LES DEUX PRESIDENTS ONT EXAMINE LA SITUATION EN INDOCHINE. ILS ONT CONSTATE QUE LES PROGRES DE RECONCILIATION ET DE REUNIFICATION AU LAOS ETAIENT ENCOURAGEANTS. LES DEUX PRESIDENTS SONT CONVENUS DE LA NECESSITE POUR TOUTES LES PARTIES INTERESSEES, D'APPORTER LEUR PLEIN APPUI AUX ACCORDS DE PARIS SUR LE VIETNAM. AU SUJET DU CAMBODGE, ILS ONT EXPRIME L'ESPOIR QUE LES PARTIES EN CONFLIT ENTAMENT DES NEGOCIATIONS DANS UN PROCHE AVENIR PLUTOT QU'ELLES NE CONTINUENT A SE BATTRE. ILS EXPRIMENT L'ESPOIR QU'A LA SUITE DU LAOS, LE CAMBODGE ET LE VIETNAM TROUVENT EGALEMENT DES MOYENS POLITIQUES POUR PARVENIR A LA PAIX CIVILE\
=POLITIQUE EXTERIEURE = FORCES NUCLEAIRES STRATEGIQUES= LES DEUX PRESIDENTS ONT REITERE LES ENGAGEMENTS PRIS PAR LES DEUX GOUVERNEMENTS, EN TANT QUE MEMBRES DE L'ALLIANCE ATLANTIQUE, DE MAINTENIR DES RELATIONS ETROITES EN-MATIERE DE DEFENSE. ILS CONSIDERENT QUE LA COOPERATION ENTRE LA FRANCE ET L'OTAN EST UN FACTEUR IMPORTANT POUR LA SECURITE DE L'EUROPE. ILS ONT NOTE AVEC SATISFACTION QUE LES MESURES POSITIVES PRISES AU-COURS DE LA RENCONTRE AMERICANO - SOVIETIQUE DE VLADIVOSTOK SUR LES NEGOCIATIONS SALT ONT REDUIT LA MENACE D'UNE COURSE AUX ARMEMENTS NUCLEAIRES. LES DEUX PRESIDENTS ONT EXAMINE LA QUESTION DE SAVOIR COMMENT EN TANT QU'EXPORTATEURS DE MATIERES ET DE TECHNIQUES NUCLEAIRES, LES DEUX PAYS POURRAIENT COORDONNER LEURS EFFORTS AFIN D'ASSURER DE MEILLEURES GARANTIES EN CE QUI CONCERNE LES MATIERES NUCLEAIRES. LE PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE FRANCAISE A INDIQUE QUE SON GOUVERNEMENT ETAIT DISPOSE A PARVENIR A UN REGLEMENT FINANCIER AU SUJET DU TRANSFERT HORS DE FRANCE, EN 1967, DES FORCES AMERICAINES ET DES BASES CONCEDEES A L'OTAN. L'OFFRE FRANCAISE DE 100 MILLIONS DE DOLLARS EN REGLEMENT GLOBAL A ETE FORMELLEMENT ACCEPTEE PAR LE PRESIDENT FORD\
LES DEUX PRESIDENTS ONT CONSTATE, EN CONCLUSION, QUE LE CONTACT PERSONNEL ET LES ECHANGES_DE_VUES AU-COURS DE CETTE RENCONTRE AVAIENT FAIT APPARAITRE UN ACCORD SUR DE NOMBREUSES QUESTIONS ET ILS ONT EXPRIME LEUR VOLONTE DE MAINTENIR UN CONTACT ETROIT AFIN DE COOPERER D'UNE MANIERE APPROFONDIE DANS LES DOMAINES D'INTERET COMMUN AUX DEUX PAYS\

Voir tous les articles et dossiers