Publié le 30 avril 2009

Déclaration de M. Nicolas Sarkozy, Président de la République, notamment sur l'industrie agroalimentaire et sur le marché de Rungis, à Paris le 30 avril 2009.

Déclaration de M. Nicolas Sarkozy, Président de la République, notamment sur l'industrie agroalimentaire et sur le marché de Rungis, à Paris le 30 avril 2009.

30 avril 2009 - Seul le prononcé fait foi

Télécharger Déclaration de M. Nicolas Sarkozy, Président de la République, notamment sur l'industrie agroalimentaire et sur le marché de Rungis, à Paris le 30 avril 2009. - PDF 187 Ko
Monsieur le Président,
Mesdames et Messieurs,
Permettez-moi d'abord de vous dire tout le plaisir que j'ai de vous retrouver pour saluer le travail et le courage des commerçants du Marché d'Intérêt National de Rungis. Je veux vous remercier, Monsieur le Président, pour les voeux que vous avez exprimés et vous dire que le secteur agro-alimentaire constitue un élément essentiel de notre économie dans la conjoncture actuelle.
Le secteur agro-alimentaire c'est 10.000 emplois à pourvoir actuellement. Il est urgent que Pôle emploi et les organisations professionnelles se mobilisent pour les pourvoir ! Il y a du chômage et il y a des offres d'emploi qui ne sont pas satisfaites dans votre secteur.
Autre signe du dynamisme de la filière: les créations d'entreprises ont été sept fois plus importantes dans l'agroalimentaire que dans le reste de l'industrie en 2008. L'agroalimentaire c'est un élément qui témoigne de la bonne tenue de la consommation, en général française, et de la consommation alimentaire de nos compatriotes. Je sais que les habitudes de consommation des Français changent, que les marques nationales éprouvent des difficultés que les marques distributeurs progressent, ce n'est pas forcément défavorable aux PME puisque chacun sait que les marques distributeurs sont pour l'essentiel des produits fabriqués par les PME.
Le Marché d'Intérêt National de Rungis est un endroit extraordinaire dans lequel je me sens bien parce que ceux qui s'y trouvent ont mis la valeur travail au coeur de leur projet de société. Vous représentez des professionnels de très haut niveau attachés à la qualité des produits alimentaires, qualité qui fait la renommée de la France. Le 27 mai dernier j'étais très heureux d'être à vos côtés et on le refera si vous le voulez bien.
Vous incarnez des métiers de proximité qui gagnent en succès dans la crise que nous traversons, et les 1 300 entreprises présentes sur le marché de Rungis font de vous des acteurs du lien social avec l'ensemble de nos compatriotes. Rungis est une vitrine extraordinaire des produits et des terroirs français que vous faites vivre. Vous vous imposez comme le plus important marché de gros de produits frais au monde, ce qui est une réussite exceptionnelle. Vous me donnez l'occasion de vous dire à quel point je suis attaché au développement d'une production agro-alimentaire de qualité en Europe. C'est du succès de notre agriculture et plus largement du doublement de la production mondiale d'ici à 2050 que viendra la solution à la faim dans le Monde. On ne pourrait pas comprendre qu'il y ait des centaines de millions de gens qui meurent de faim dans le monde et qu'on nous demande de réduire les capacités de production de nos agriculteurs et de nos éleveurs.
L'occasion qui nous réunit c'est aussi un anniversaire, vous venez de fêter vos 40 bougies. La Semmaris a su s'adapter aux évolutions de l'économie, vous avez su préparer l'avenir de celle-ci.
Je vous félicite pour votre esprit d'innovation. En tout cas, pour moi, c'est le coeur battant de l'économie francilienne qui est en cause, et vous avez vu les projets que je nourris pour le Grand Paris, projets qui auront un impact sur le marché de Rungis. Vous le voyez bien, vous l'imaginez bien, ne serait-ce que d'instaurer des transports la nuit. Je pense à toutes ces femmes qui travaillent, tous ces hommes qui travaillent, qui arrivent à 4h du matin avant même que certains transports en commun ne soient en circulation. Je voudrais également vous dire qu'un certain nombre de changement vont avoir des conséquences. Le RSA sera mis en oeuvre le premier juillet, c'est-à-dire que toute personne qui prendra un travail ne sera pas pénalisée pour le travail qu'elle reprend. Le RMI, c'était un revenu d'assistance pour ceux qui ne travaillent pas. Le RSA, c'est tous les gens qui étaient au RMI qui reprendront un travail et qui garderont le RMI plus les revenus du travail.
Je dis aux femmes et aux hommes de Rungis que c'est la France du travail qui est mis en avant avec tout ceci. Je voudrais également vous dire combien je suis satisfait des résultats des Etats généraux de la restauration. Vous êtes un acteur de cette filière. Je n'avais pas fait cette promesse aux restaurateurs, ce n'est pas moi qui l'ai faite mais je m'étais engagé à la tenir. Vous voyez ma situation, je dois tenir non seulement mes engagements mais tous ceux qui ont été pris avant moi et qui n'avaient pas été tenus. Mais la baisse de la TVA à 5,5%, on l'a, nous y sommes arrivés. Cela sera appliqué le premier juillet.
Je veux dire aux femmes et aux hommes de Rungis, chaque fois que je vous ai dit quelque chose, je l'ai fait. C'est comme cela que l'on se respectera, c'est comme cela que l'on donne du crédit à la parole publique : en disant exactement ce que l'on pense et en faisant exactement ce que l'on dit. Et c'est cela qui permet de créer les conditions d'un retour de la confiance. Combien j'en ai entendu à Rungis qui m'ont dit : on n'y croit plus, nous sommes politiques aux paroles, on n'y croit plus. Aujourd'hui, je me tourne vers ceux qui m'ont dit cela. Je suis venu beaucoup de fois à Rungis, vous pouvez avoir confiance y compris parmi vous. Combien y en a-t-il qui pensaient que l'on obtiendrait les 5,5 et si vite ? Comme je l'avais dit. Je me suis engagé à moderniser la France, à sortir de cette crise plus fort qu'on y est rentré, à investir dans la formation des hommes et à investir dans les infrastructures et à investir dans le travail. C'est ce que je fais, c'est ce que nous faisons. Et je sais quand disant cela à des gens comme vous, qui n'avaient jamais rechigné au travail, qui ne demandaient qu'une seule chose c'est que l'on respecte votre travail. Vous comprenez ce que je vous dis, alors transmettez ce message à tous vos collègues, à tous vos amis. Il faut avoir confiance, continuer à travail, continuer à innover. C'est comme cela que l'on va s'en sortir et que l'on surmontera cette crise.C'est pour moi un grand plaisir de vous recevoir et croyez bien que j'apprécie le muguet et toutes les bonnes choses.

Sur le même thème

Voir tous les articles et dossiers