Publié le 11 mai 2015

Déclaration de M. François Hollande, Président de la République, sur les relations culturelles franco-cubaines, à La Havane le 11 mai 2015.

11 mai 2015 - Seul le prononcé fait foi

Déclaration de M. François Hollande, Président de la République, sur les relations culturelles franco-cubaines, à La Havane le 11 mai 2015.

Télécharger le .pdf
Monsieur le Vice-Président,
Mesdames, Messieurs les ministres,
Monsieur l'Historiador de la ville de La Havane,
Je m'exprime en français, je suis à l'Alliance française, mais j'ai compris l'espagnol. Et si je n'en comprenais pas tous les mots, j'en saisissais le rythme, et la force, la vôtre, votre immense culture, votre amour pour la France, votre admiration pour Napoléon Bonaparte, dont vous êtes un des plus grands connaisseurs. Vous avez éclairé la part de gloire, et vous savez qu'il y a aussi une autre part, mais ici vous n'avez voulu retenir que Napoléon Bonaparte l'émancipateur.
Je suis heureux et fier d'être ici dans un lieu magnifique, chargé d'histoire, vous l'avez rappelé, mais qui est aussi une grande institution culturelle, Monsieur le Président de la fondation de l'Alliance française, Monsieur le Président de l'Alliance française de Cuba.
Ici, à La Havane, la culture c'est la langue française qui rayonne, qui diffuse, qui inspire. Mais le lieu lui-même, sur cette splendide avenue Paseo Del Prado, dont l'agencement a été conçu par l'architecte Jean-Claude FORESTIER dans les années 20, donne un caractère de temple à cette culture, de temple laïc. C'est un bâtiment magnifique, les volumes y sont majestueux, le patio y est étroit, ombragé, mais en même temps lumineux, les plafonds sont richement décorés, et les vitraux ont été soigneusement restaurés. Je peux le dire, c'est l'Alliance la plus belle au monde. Je prends mes risques pour les autres voyages que j'effectuerai.
Je me réjouis pour les jeunes, ici à La Havane, car ils pourront apprendre le français, découvrir la culture, participer à la Francophonie, et je tiens tout particulièrement à féliciter l'Historiador de la ville de La Havane, Monsieur Eusebio LEAL SPENGLER. C'est lui qui a permis que ce lieu puisse être réhabilité, rénové, réinspiré, et c'est un magnifique travail de restauration.
Je reviens sur ce que fait l'Alliance, ici, à La Havane : 12.000 apprenants en français. Rapporté à la population, c'est le chiffre le plus élevé au monde, la plus belle Alliance française, la plus fructueuse et rayonnante. Merci aux autorités cubaines, parce que c'est grâce aux autorités cubaines que l'Alliance française est installée ici. Grâce à une figure du 20ème siècle, dont la mémoire est ici présente, je pense à Che Guevara à cet instant, puisque c'est Che Guevara qui a tenu à ce que l'Alliance française se maintienne à La Havane. C'est lui qui dans les semaines qui ont suivi la révolution, en janvier 1959, a signé l'acte qui permettait de mettre à disposition ce lieu pour l'enseignement du français. C'est sans doute la raison qui explique que Che Guevara soit très populaire en France.
Che Guevara, n'oubliez pas qu'il avait était lui-même en Argentine, un élève de l'Alliance française de Rosario et il tenait à ce que le français avec la culture, avec les idées, avec la Marseillaise, puisse être ici présent à La Havane, au moment même où la Révolution s'installait, comme pour trouver une continuité.
Il était aussi avec toutes celles et tous ceux qui partageaient son combat un amoureux de la langue française comme SENGHOR qui avait défini la Francophonie comme un humanisme intégral qui se tisse autour de la Terre. Car la langue française n'est pas simplement un langage, elle est un ensemble de valeurs, de principes, une culture, une façon d'être, un mode de vie. C'est même un art, mais que nous ne voulons pas détenir pour nous-mêmes, que nous voulons partager. La langue française n'est pas une langue de domination, c'est une langue d'échanges, une langue qui considère que tous les peuples sont égaux entre eux.
Grâce à votre action Monsieur le Président Eduardo TORRES CUEVAS, la Havane, Cuba, joue un rôle de premier plan pour l'enseignement de la langue française. J'ai donc décidé à l'occasion de cette visite historique - parce que c'est la première - de proposer un partenariat entre la France et Cuba, mais un partenariat aussi entre toutes les institutions francophones pour que nous puissions contribuer à la formation continue de 1.000 professeurs en français en deux ans.
Un effort tout particulier sera fait auprès du jeune public. J'ai écouté comme vous les enfants de la chorale chanter la Marseillaise sans aucun accent, non pas que l'accent espagnol nous aurait troublé, mais ils ont voulu surtout traduire la pureté du message de la Marseillaise en s'appliquant à ce qu'elle puisse être chantée dans un Français parfait. Eh bien, il y a un projet qui s'appelle « chantons et jouons en français » et qui permet d'accompagner 2.500 enfants et nous soutiendront encore davantage cette initiative.
Nos liens sont historiques, je les ai rappelés, je vais citer deux grands poètes qui portent exactement le même nom, c'est normal ils étaient cousins. José-Maria de HEREDIA, militant de l'indépendance, mort en exil, et son cousin membre de l'Académie française qui incarnait le courant parnassien dans la poésie française, voilà ce qui peut symboliser l'union entre nos deux pays.
Je pense aussi à un grand auteur cubain, Alejo CARPENTIER, que j'ai évoqué lors de mon propos à l'université. Un grand écrivain qui parlait toujours en Français, mais écrivait en Espagnol et qui a passé de nombreuses années en France comme ambassadeur. Il avait aussi voulu que l'école française de la Havane puisse porter son nom. C'est aujourd'hui le cas, l'école Alejo CARPENTIER.
Je pourrais continuer, évoquer le peintre Wifredo LAM accueilli à Paris par PICASSO en 1938 et puis aussi le lien qu'avait Aimé CESAIRE et qui unissait les collectivités françaises des Antilles avec Cuba, aujourd'hui réunis dans l'espace francophone.
Je termine parce que la langue, c'est aussi la culture et les nouvelles technologies mises à la disposition de la Francophonie, de l'art, de l'échange culturel. En 2012, l'Institut National de l'Audiovisuel français a restauré et numérisé 1.400 numéros de Noticieros, le journal télévisé de l'institut cubain des arts et industries cinématographiques. Aujourd'hui le centre national du cinéma et son équivalent à Cuba se sont mis d'accord pour développer l'ensemble des projets cinématographiques. Il y a un festival de cinéma qui rencontre un grand succès et d'une certaine façon peut être comparé avec le Festival de Cannes, nous devons nouer cette relation dans les prochaines années.
C'est la raison pour laquelle j'ai décidé l'organisation en 2016 un mois de la culture française à Cuba autour du cinéma, avec tous les artistes. Il y aura donc ce grand rendez-vous et l'Alliance française y jouera tout son rôle ainsi que les services de notre ambassade. Mais plus largement nous voulons faire de ce mois de la culture, non pas simplement de la culture française, mais un mois où la France et Cuba pourraient échanger, partager.
Merci à l'Alliance française de jouer tout son rôle, merci d'avoir créé un lieu, un lieu qui pour toujours et pour tous les Cubains comme pour tous les Français sera le lieu de l'amitié.
Vive Cuba, vive la France, vive l'amitié entre France et Cuba.
Source http://www.ambafrance-cu.org, le 1er juin 2015

Voir tous les articles et dossiers