Publié le 19 octobre 2019

Décès de Jean-Michel MARTIAL

Avec la disparition de Jean-Michel Martial, les Français perdent un visage familier, celui que le comédien avait prêté à tant de rôles, au théâtre, au cinéma et à la télévision.

Ils perdent une voix, celle d’un doubleur, qui se cachait derrière des personnages de grands films et de séries cultes, mais aussi la voix d’un engagé qui portait haut la parole des Outre-mer. Ils perdent encore un panache, celui d’un homme qui, partout, comme artiste et comme citoyen, défendait une belle langue, de grandes idées et des actions fortes.

La vie de Jean-Michel Martial avait pourtant commencé loin des planches de théâtre et des plateaux de cinéma. Né en 1952 à Madagascar de parents Guadeloupéens, il fut d’abord chirurgien dentaire à Cayenne avant que sa passion, et son talent, ne le rattrapent. En 1983, il rangea ses instruments de dentiste et partit frapper aux portes de son rêve : c’étaient celles des théâtres et des studios.

Il aura joué à l’Odéon et au Palais Royal, du Shakespeare et du Genet. Récemment encore, il triomphait dans Edmond d’Alexis Michalik, applaudi par des milliers de spectateurs et couronné de cinq Molières. Il y interprétait Honoré, le cafetier dont le verbe haut et l’esprit large inspire le personnage de Cyrano de Bergerac à son auteur.

Et quand les rideaux se refermaient sur la scène, Jean-Michel Martial entrait sur nos écrans. Très remarqué au Festival de Cannes de 1993 dans L'Homme sur les quais de Raoul Peck, on l’a aussi vu chez Cédric Klapisch, Jean Becker ou Claude Lelouch. Plus présent encore sur les petits écrans, il était depuis des années le Commissaire Grégoire Lamarck dans la série Profilage de TF1 et il avait pris part à l’aventure Netflix par son rôle dans Plan Cœur.

Sa voix puissante, Jean-Michel Martial l’a mise au service de personnages, d’auteurs et de textes, mais aussi d’un engagement passionné en faveur des Outre-mer. Plaidant sans relâche pour une plus grande visibilité des Français qui en sont originaires, et pour une égalité des chances plus effective, il défendait une France plurielle, riche et féconde de sa diversité. Inlassablement, il a promu les talents de cet archipel de France dont il était l’un des hérauts à Paris et dans le monde entier. A travers la compagnie de théâtre qu’il avait fondée – « L'Autre souffle » – il faisait vivre les œuvres de dramaturges ultramarins comme Léon-Gontran Damas ou Maryse Condé. Lui, qui fut également président du Conseil représentatif des Français d'outre-mer, sut porter leur parole par-delà les océans. En forgeant des ponts d’art et de culture, il aura comme rapproché tous nos territoires et tous nos citoyens. 

Le Président de la République salue le parcours d’un artiste qui savait porter ses engagements sur les planches et les écrans, comme il savait porter ses talents sur la place publique et la scène politique. Il adresse ses plus sincères condoléances à son frère et toute sa famille, à tous ceux qui ont travaillé à ses côtés, ainsi qu’à tous les Français que Jean-Michel Martial a fait rire et rêver.

Les dernières actualités

2020-09-23 (202285) Longjumeau (91) Maison de la petite enfance

Voir tous les articles et dossiers