Rencontre du Président de la République avec des représentants français de la lutte mondiale contre le SIDA

Le Président de la République a reçu, cet après-midi au Palais de l'Elysée, le professeur Françoise Barré-Sinoussi, prix Nobel de médecine, le professeur Jean-François Delfraissy, directeur de l'Agence nationale de recherches sur le sida et les hépatites virales (ANRS), M. Bruno Spire, président de l'association Aides, M. Eric Fleutelot en représentation de M. Pierre Bergé, président du Sidaction, et M. Vincent Pelletier en représentation de Mme Lise Pineault, présidente de « Coalition Plus ».

Cette rencontre est intervenue à quelques jours de la conférence internationale sur le sida, prévue du 22 au 27 juillet 2012 à Washington, qui permettra de réaffirmer la mobilisation de la communauté internationale. Cette conférence annuelle est organisée par l'International Aids Society, dont Mme Françoise Barré-Sinoussi s'apprête à prendre la présidence. Le gouvernement français y sera représenté par la ministre des Affaires sociales et de la Santé et par la ministre de l'Enseignement supérieur et de la Recherche. Elles y porteront un message de la France pour accroître l'action internationale afin d'arrêter la progression du sida. C'est un objectif réaliste que doit se fixer la communauté internationale.

Historiquement, depuis l'identification du virus de l'immunodéficience humaine (VIH) en 1983 à l'Institut Pasteur, la France a joué un rôle fondamental dans la lutte contre le sida et les autres grandes pandémies. La santé est une priorité de sa politique de développement. Elle y consacre un milliard d'euros chaque année. Elle est l'un des tous premiers contributeurs au Fonds mondial de lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme, à l'Alliance des vaccinations (GAVI) et à la facilité internationale pour l'achat de médicaments UNITAID.

La rencontre a également permis de faire le point sur la question des financements innovants -comme la taxe sur les billets d'avion qui bénéficie à la santé mondiale- ou la taxe sur les transactions financières, en faveur de laquelle la France s'engage au niveau national, européen et international.

Le Chef de l'Etat a tenu à saluer le rôle et la mobilisation des associations pour leur action en France et dans le monde en faveur de la prévention, du dépistage, de l'accès universel aux traitements, de l'accompagnement et la défense des droits des malades. Leur action, complémentaire de celle des Etats, est irremplaçable.

On estime qu'environ 140.000 personnes vivent en France avec le VIH, dont 20 à 30.000 sans le savoir, sur les 34 millions de malades comptabilisés au niveau mondial. La lutte contre le sida demeure une priorité de la politique de santé en France.

Restez connecté