Publié le 7 février 1980

ALLOCUTION DE M. VALERY GISCARD D'ESTAING A L'OCCASION DE LA PRESENTATION DES LETTRES DE CREANCE DE M. GONZALO ABAD GRIJALVA, AMBASSADEUR D'EQUATEUR EN FRANCE, PARIS, PALAIS DE L'ELYSEE, LE 7 FEVRIER 1980

7 février 1980 - Seul le prononcé fait foi

ALLOCUTION DE M. VALERY GISCARD D'ESTAING A L'OCCASION DE LA PRESENTATION DES LETTRES DE CREANCE DE M. GONZALO ABAD GRIJALVA, AMBASSADEUR D'EQUATEUR EN FRANCE, PARIS, PALAIS DE L'ELYSEE, LE 7 FEVRIER 1980

Télécharger le .pdf
`POLITIQUE ETRANGERE ` RELATIONS FRANCO - EQUATORIENNES` MONSIEUR L'AMBASSADEUR,
- C'EST BIEN VOLONTIERS QUE JE RECOIS LES LETTRES PAR LESQUELLES LE PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE DE L'EQUATEUR VOUS ACCREDITE AUPRES DE MOI-MEME ET DE MON GOUVERNEMENT EN_QUALITE D'AMBASSADEUR EXTRAORDINAIRE ET PLENIPOTENTIAIRE.
- JE ME FELICITE QUE SON CHOIX SE SOIT PORTE SUR UNE PERSONNALITE QUI, PAR LES HAUTES FONCTIONS QU'ELLE A OCCUPEES A L'UNESCO ET PAR LES LIENS PERSONNELS QU'ELLE A NOUES, CONNAIT BIEN LA FRANCE.
- C'EST AVEC SYMPATHIE ET CONFIANCE QUE NOUS AVONS SUIVI L'EVOLUTION QUI A CONDUIT, L'AN DERNIER, AU RETABLISSEMENT D'INSTITUTIONS DEMOCRATIQUES EN EQUATEUR TANDIS QUE VOTRE GOUVERNEMENT AFFIRMAIT SA VOLONTE DE PROMOUVOIR LE DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE ET SOCIAL DE VOTRE PAYS. CETTE EVOLUTION POSITIVE INTERVIENT A UN MOMENT OU SE RENFORCE LE PACTE ANDIN. LA FRANCE, COMME VOUS LE SAVEZ, PORTE UN INTERET PARTICULIER A CETTE INSTITUTION DANS LAQUELLE ELLE VOIT UN INTERLOCUTEUR POUR LA COMMUNAUTE_EUROPEENNE `CEE`. ELLE EST CONVAINCUE QU'ENTRE CES DEUX ENSEMBLES DOIVENT SE DEVELOPPER LE DIALOGUE ET LA COOPERATION QU'APPELLENT LEURS LIENS HISTORIQUES ET CULTURELS AINSI QUE LA COMPLEMENTARITE DE LEURS ECONOMIES.\
`POLITIQUE ETRANGERE ` RELATIONS FRANCO - EQUATORIENNES` COMME VOUS L'AVEZ RAPPELE, NOS PAYS SONT EGALEMENT PREOCCUPES PAR LA REORGANISATION DES RELATIONS ECONOMIQUES INTERNATIONALES. LA FRANCE S'EST EFFORCEE DE DEGAGER LES VOIES D'UN DIALOGUE REALISTE ET CONSTRUCTIF ENTRE LES PAYS INDUSTRIALISES ET LES PAYS EN DEVELOPPEMENT. J'AI RELEVE TOUT SPECIALEMENT L'INTERET ACTIF QUE VOUS PORTEZ A CE PROBLEME ESSENTIEL POUR L'AVENIR DE NOS ECONOMIES ET DE NOS SOCIETES. NUL DOUTE QUE NOUS POURRONS UTILEMENT ECHANGER NOS VUES A CE SUJET ET CONTRIBUER A LA DEFINITION, PUIS A LA MISE EN_OEUVRE, D'UN ORDRE ECONOMIQUE DONT L'EQUATEUR, COMME LA FRANCE, MESURE EGALEMENT LA NECESSITE.
- A CE DIALOGUE QUI INTERESSE LA COMMUNAUTE INTERNATIONALE DOIT CORRESPONDRE, SUR-LE-PLAN BILATERAL, UN EFFORT COMMUN POUR PORTER NOS RELATIONS A UN NIVEAU CONFORME A CE QUE NOS PAYS PEUVENT ATTENDRE L'UN DE L'AUTRE. L'ESPRIT DANS LEQUEL A ETE RECHERCHE ET TROUVE LE REGLEMENT DE CERTAINES DIFFICULTES RENCONTREES DANS LE PASSE DOIT NOUS ANIMER LORSQU'IL S'AGIT D'OUVRIR LES PERSPECTIVES DE NOTRE COOPERATION FUTURE.
- JE PUIS VOUS ASSURER QUE, POUR CE QUI CONCERNE LA FRANCE, IL EN SERA BIEN AINSI, ET QUE VOUS TROUVEREZ AUPRES DE MOI-MEME ET DU GOUVERNEMENT DE LA REPUBLIQUE FRANCAISE TOUT L'APPUI QUE VOUS POURREZ DESIRER POUR MENER A BIEN VOTRE MISSION.
- JE VOUS PRIE DE TRANSMETTRE AU PRESIDENT ROLDOS LES ASSURANCES DE MA TRES HAUTE CONSIDERATION, AUXQUELLES JE JOINS MES VOEUX LES PLUS SINCERES POUR LE BONHEUR DU PEUPLE EQUATORIEN.\

Voir tous les articles et dossiers