Publié le 7 janvier 1980

ALLOCUTION DE M. VALERY GISCARD D'ESTAING A L'OCCASION DE LA RECEPTION SOUS LA COUPOLE DES VINGT NOUVEAUX MEMBRES DE L'ACADEMIE DES SCIENCES, PARIS, LE 7 JANVIER 1980

7 janvier 1980 - Seul le prononcé fait foi

ALLOCUTION DE M. VALERY GISCARD D'ESTAING A L'OCCASION DE LA RECEPTION SOUS LA COUPOLE DES VINGT NOUVEAUX MEMBRES DE L'ACADEMIE DES SCIENCES, PARIS, LE 7 JANVIER 1980

Télécharger le .pdf
MONSIEUR LE PRESIDENT,
- MESSIEURS LES SECRETAIRES PERPETUELS,
- MADAME ET MESSIEURS LES MINISTRES,
- MADAME ET MESSIEURS LES ACADEMICIENS,
- MESDAMES,
- MESSIEURS,
- EN ADRESSANT, VOICI QUELQUES JOURS, MES VOEUX AUX CORPS CONSTITUES FRANCAIS, J'AI SOULIGE QUE L'AVENIR DE LA FRANCE DEPENDRAIT LARGEMENT DANS LES ANNEES A VENIR DE SES CAPACITES D'INVENTION.
- CAPACITES D'INVENTION DE TOUTE _NATURE, MAIS PRINCIPALEMENT SCIENTIFIQUE.
- EN VENANT RENDRE VISITE AUJOURD'HUI A L'ACADEMIE DES SCIENCES, J'AI VOULU METTRE EN LUMIERE L'IMPORTANCE DECISIVE DE LA COMMUNAUTE SCIENTIFIQUE POUR L'AVENIR DE LA FRANCE, ET LE ROLE EMINENT QUE DOIT JOUER A SA TETE VOTRE COMPAGNIE, DESORMAIS RAJEUNIE ET ELARGIE.\
LORSQUE VOUS M'AVEZ CONVIE, MONSIEUR LE PRESIDENT, A ASSISTER A LA SEANCE SOLENNELLE DE RECEPTION DES NOUVEAUX MEMBRES DE L'ACADEMIE DES SCIENCES, J'AI VOLONTIERS ACCEPTE CAR VOUS ME DONNIEZ AINSI L'OCCASION DE MARQUER PAR MA PRESENCE LE _PRIX QUE J'ATTACHE A VOTRE COMPAGNIE, A SES MEMBRES ET A SES TRAVAUX.
- J'AI VERIFIE, A CETTE OCCASION, COMBIEN PEU FREQUENTES ONT ETE LES RENCONTRES DES CHEFS_DE_L_ETAT ET DE L'ACADEMIE DES SCIENCES SOUS CETTE COUPOLE.
- LES ARCHIVES NOUS INDIQUENT QU'ENTRE LOUIS XIV QUI ASSISTA A UNE SEANCE SOLENNELLE, LE 5 DECEMBRE 1681 `DATE`, ET LE GENERAL DE GAULLE POUR UNE BREVE VISITE, LE 6 JUIN 1966, AUCUN CHEF_D_ETAT NE S'EST RENDU A L'INVITATION DE L'ACADEMIE DES SCIENCES.
- IL EST VRAI QUE VOTRE COMPAGNIE A ENTRETENU, A LA FIN DU XVIIIEME SIECLE, UNE RELATION INTIME AVEC BONAPARTE, ALORS PREMIER CONSUL, QUI EN ETAIT MEMBRE DANS LA SECTION MECANIQUE. CEPENDANT, L'EXAMEN DE VOS REGISTRES DE SEANCES TEMOIGNENT QUE SON ASSIDUITE LAISSAIT A DESIRER !
- JE REGRETTE QUE CES RENCONTRES AIENT ETE, PENDANT SI LONGTEMPS, SI RARES. DEPUIS CINQ ANS, J'AI TENU, SOUS DES FORMES DIVERSES, A VOUS APPORTER LE TEMOIGNAGE DE LA CONSIDERATION DU PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE POUR LA PLUS HAUTE ET LA PLUS INDEPENDANTE DES INSTITUTIONS SCIENTIFIQUES DE LA FRANCE.\
VOUS AVEZ BIEN VOULU, MONSIEUR LE PRESIDENT, ET VOUS-MEME, MONSIEUR LE PROFESSEUR, NOUS INVITER A UNE REFLEXION PENETRANTE SUR L'ACADEMIE ET LA SCIENCE.
- JE SOUHAITE POURSUIVRE CETTE REFLEXION UN INSTANT AVEC VOUS.
- SUR L'ACADEMIE D'ABORD
- COMME VOUS AVEZ BIEN VOULU LE RAPPELER, MONSIEUR LE PRESIDENT, LA REFORME _ENTREPRISE PAR VOTRE COMPAGNIE A-PARTIR DE 1975 ET QUE J'AI APPROUVEE LE 15 NOVEMBRE 1976 `DATE`, VISE A ETENDRE LE RAYONNEMENT DE L'ACADEMIE DES SCIENCES EN FRANCE ET A_L_ETRANGER, PAR L'ACCUEIL PLUS AISE DE SAVANTS EMINENTS APPARTENANT A TOUTES LES DISCIPLINES SCIENTIFIQUES, MEME LES PLUS NOUVELLES £ APPARTENANT A TOUTES LES CLASSES D'AGE, DES LORS QUE LES SAVANTS CONCERNES ONT ATTEINT LA MAITRISE QUI EST CELLE DE VOS MEMBRES £ ET, POUR CE QUI CONCERNE VOS ASSOCIES, APPARTENANT A TOUTES LES NATIONS SCIENTIFIQUES.
- IL S'AGISSAIT AUSSI D'ETENDRE LE RAYONNEMENT DE VOTRE COMPAGNIE EN Y ACCUEILLANT LES DEUX SEXES. SI CETTE SEANCE SOLENNELLE RESTE DANS L'HISTOIRE DE VOTRE COMPAGNIE, ELLE LE DEVRA A LA PRESENCE PARMI VOUS DE LA PREMIERE ACADEMICIENNE SCIENTIFIQUE, MME CHOQUET-BRUHAT.
- VOUS ETES, MADAME, LE SYMBOLE VIVANT DE LA REFORME DE L'ACADEMIE DES SCIENCES, NON SEULEMENT PARCE QUE VOUS ETES UNE ILLUSTRE FEMME DE SCIENCES, PORTANT UN NOM QUE BEAUCOUP D'ENTRE NOUS CONNAISSENT BIEN, MAIS AUSSI PARCE QUE VOUS VOUS ETES ILLUSTREE SIMULTANEMENT DANS PLUSIEURS DISCIPLINES : LA MATHEMATIQUE, LA MECANIQUE ET LA PHYSIQUE THEORIQUE.
- CETTE SEANCE DOIT UNE LARGE PARTIE DE SON ECLAT A VOTRE PRESENCE, MAIS ELLE EN DOIT UNE PARTIE EGALE AUX MERITES INDIVIDUELS DE TOUS CEUX QUI FONT AUJOURD'HUI LEUR ENTREE SOLENNELLE SOUS LA COUPOLE ET QUE J'AI ETE HEUREUX COMME PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE, DE FELICITER PERSONNELLEMENT.\
APRES L'ACADEMIE, LA SCIENCE
- EN VOUS ECOUTANT, MONSIEUR LE PROFESSEUR ABRAGAM, EVOQUER LA DIALECTIQUE DE LA RECHERCHE FONDAMENTALE ET DE LA RECHERCHE APPLIQUEE, AVEC UNE FINESSE D'ESPRIT ET PARFOIS UNE VERVE ET UNE QUALITE DE LANGAGE QUI SOUS CETTE COUPOLE AVAIT UNE SORTE DE RESONNANCE PLURI-DISCIPLINAIRE, JE ME FAISAIS LA REFLEXION QU'IL S'AGISSAIT LA D'UNE QUESTION QUI EST AU_COEUR MEME DU CONCEPT DE SCIENCE.
- J'AI EU LA CURIOSITE DE ME REPORTER A L'ENTREE DU MOT SCIENCE DANS NOTRE LANGAGE. IL SEMBLE QUE LA PREMIERE ACCEPTION, CELLE D'UNE CONNAISSANCE EXACTE ET APPROFONDIE, REMONTE A L'ANNEE 1080. ET VOUS NE SEREZ SANS DOUTE PAS SURPRIS MONSIEUR ABRAGAM, DE CONSTATER AVEC MOI QUE 20 ANS APRES, EN L'AN 1100, APPARAIT LA SECONDE ACCEPTION : CELLE DU SAVOIR FAIRE QUE DONNENT LES CONNAISSANCES.
- QUELLE MEILLEURE ILLUSTRATION DE LA NECESSITE DE L'UNE ET L'AUTRE SCIENCE, ET DE L'ARGANISATION REFLECHIE DE LEUR DIALOGUE MUTUEL ? JE VEUX D'ABORD VOUS RASSURER PLEINEMENT SUR LA RECHERCHE FONDAMENTALE. JE CROIS A LA NECESSITE POUR LA FRANCE D'UNE RECHERCHE FONDAMENTALE DONT L'ESSENCE SOIT CELLE DE L'ASPIRATION PROFONDE DE L'HOMME A LA VERITE SCIENTIFIQUE ET A LA CONNAISSANCE. A CETTE RECHERCHE FONDAMENTALE, IL FAUT ASSIGNER LE MEILLEUR NIVEAU D'EXCELLENCE INTERNATIONALE. L'IMPORTANCE PERSONNELLE QUE J'ATTACHE A LA RECHERCHE FONDAMENTALE ET QUE J'ATTACHAISN MONSIEUR LE PROFESSEUR, AVANT MEME D'AVOIR ENTENDU VOTRE PERTINENTE DEMONSTRATION, TIENT SANS DOUTE A LA FORMATION QUE J'AI RECUE, PRIVILEGIANT LES MATHEMATIQUES ET LA PHYSIQUE THEORIQUE, MAIS ELLE TIENT SURTOUT AU FAIT QUE LE PROGRES DE LA CONNAISSANCE PURE EST LE PREALABLE INDISPENSABLE A TOUT AUTRE DEVELOPPEMENT, ET PARFOIS LA SOURCE IMPREVISIBLE D'UNE NOUVELLE PERCEE DE LA SCIENCE ET DU SAVOIR. UNE RECHERCHE FONDAMENTALE, FORTE ET ACTIVE, EST, AU DEMEURANT, LE MOYEN LE PLUS SUR D'IRRIGUER TOUTES LES AUTRES ACTIVITES INTELLECTUELLES ET MATERIELLES DU PAYS, EN LEUR PRETANT DES CONCEPTS ET DES METHODES EPROUVES.\
QUANT A L'ORGANISATION DE NOS DECISIONS A L'EGARD DE L'ENSEMBLE DE LA RECHERCHE, IL NE S'AGIT PAS DE "PILOTER LA RECHERCHE PAR L'AVAL" SELON LA FORMULE QUE VOUS AVEZ UTILISEE, MONSIEUR, ET QUE JE CROIS EN EFFET TROMPEUSE.
- JE DIRAI QU'IL FAUT PLUTOT "ECLAIRER LA RECHERCHE PAR L'AVENIR" ET "ORGANISER LE DIALOGUE ENTRE LA RECHERCHE ET LES AUTRES ACTIVITES SOCIALES".
- IL FAUT ECLAIRER, SELON MOI, NOS DECISIONS RELATIVES A LA RECHERCHE A LA LUMIERE DE NOTRE VISION DE L'AVENIR.
- L'ESSENCE DE LA RECHERCHE CONSISTE A IMAGINER CE QUI N'EST PAS ENCORE, QU'IL S'AGISSE D'UN CONCEPT, D'UNE THEORIE EXPLICATIVE, D'UN PROCESSUS MATERIEL, OU MEME D'UN OBJET PHYSIQUE.
- VOUS AVEZ DIT, MONSIEUR ABRAGAM, AVEC UN TALENT ET UNE EMOTION TIRES DE VOTRE PROPRE EXPERIENCE, CE QU'ETAIT POUR LE CHERCHEUR L'ANGOISSE DE CETTE PROJECTION INTIME DE TOUT L'ETRE DANS LE NOUVEAU, C'EST-A-DIRE DANS UN FUTUR SCIENTIFIQUE QUI N'EST PAS ENCORE ECRIT OU DECRIT.
- L'EFFORT DE RECHERCHE QUE CONSENT UNE NATION DOIT ETRE LUI-MEME REPLACE DANS SA VRAIE PERSPECTIVE, C'EST-A-DIRE DANS LES EFFETS ATTENDUS DE SA DUREE. CECI EST VRAI DE LA RECHERCHE FONDAMENTALE COMME DE LA RECHERCHE APPLIQUEE.\
LA NECESSITE DE REPLACER DANS UNE PERSPECTIVE A LONG TERME NOTRE EFFORT COLLECTIF DE RECHERCHE VOUS DONNE LA CLE DE LA DECISION QUE J'AI PRISE AU MOIS DE JUILLET DERNIER `1979 ` DATE`. J'AI DEMANDE AU SECRETAIRE_D_ETAT A LA RECHERCHE `PIERRE AIGRAIN` DE REUNIR LES ELEMENTS D'UNE PROSPECTIVE SCIENTIFIQUE A LONG TERME, EN ELABORANT UN "LIVRE BLANC" SUR LA CONTRIBUTION DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE AU PROGRES DE LA FRANCE, POUR LA DECENNIE 1980 - 1990. VOUS AVEZ NOTE LE CHOIX DES TERMES, JE N'AI PAS EMPLOYE LE TERME DE PLAN, JE N'AI MEME PAS EMPLOYE LE TERME DE PROGRAMME, J'AI VOLONTAIREMENT CHOISI LE TERME DE CONTRIBUTION .
- COMME VOUS LE SAVEZ, J'AI DEMANDE QUE VOTRE COMPAGNIE `ACADEMIE DES SCIENCES` SOIT ETROITEMENT ASSOCIEE A L'ELABORATION DE CETTE REFLEXIOND DECENNALE SUR LA CONTRIBUTION DE LA RECHERCHE A LAQUELLE J'ATTACHE PERSONNELLEMENT, ET LE GOUVERNEMENT ATTACHE AVEC MOI, LE PLUS GRAND _PRIX. LA PRISE EN-COMPTE DU FUTUR SCIENTIFIQUE ET DE LA DUREE, POUR ECLAIRER LES DECISIONS EN-MATIERE DE RECHERCHE NE SUFFIT PAS. IL FAUT AUSSI ORGANISER LE DIALOGUE ENTRE LE DEVELOPPEMENT SPONTANE DES SCIENCES ET DES TECHNIQUES, ET LES PRINCIPAUX PROBLEMES QUE LA SOCIETE ET L'ECONOMIE FRANCAISES AURONT A AFFRONTER AU-COURS DES PROCHAINES ANNEES.\
C'EST POURQUOI, IL EST NECESSAIRE QU'UN DIALOGUE SOIT OUVERT ENTRE LA SCIENCE ET LA SOCIETE, ENTRE LA RECHERCHE ET LE MONDE SOCIO-ECONOMIQUE.
- ET CECI POUR TROIS RAISONS ESSENTIELLES :
- LA DIFFICULTE DES TEMPS QUE NOUS VIVONS,
- LES INTERROGATIONS DE L'HOMME CONTEMPORAIN SUR LES EFFETS DES PROGRES SCIENTIFIQUES,
- LA _NATURE DE NOTRE CARACTERE NATIONAL.
- LES DIFFICULTES DU TEMPS A VENIR, D'ABORD : LES EVENEMENTS RECENTS SONT SUFFISAMMENT ELOQUENTS POUR QUE JE N'INSISTE PAS SUR LES PROBLEMES DE TOUS ORDRES QUE NOUS POSERA L'EVOLUTION DU MONDE.
- LORSQUE LA SURVIE MEME D'UNE SOCIETE OU D'UNE ESPECE EST EN JEU, DU FAIT DES EVOLUTIONS DEMOGRAPHIQUES ET DE LA RAREFACTION DES RESSOURCES ACCESSIBLES, IL EST NATUREL QUE LES ENERGIES SOIENT TENDUES VERS LA SOLUTION DES PROBLEMES URGENTS DE L'HEURE.
- C'EST CE QUE L'HISTOIRE DE VOTRE COMPAGNIE NOUS DEMONTRE. VOUS RAPPELIEZ, MONSIEUR LE PRESIDENT, QUE L'ACADEMIE DES SCIENCES AVAIT MENE, A LA DEMANDE DU GOUVERNEMENT DE L'EPOQUE, UNE ETUDE SUR LES GAZ ASPHYXIANTS LORS DE LA PREMIERE GUERRE MONDIALE.
- C'EST LA LUTTE ECONOMIQUE QUI CARACTERISE, FORT HEUREUSEMENT, NOTRE TEMPS.\
DANS CETTE LUTTE ECONOMIQUE DES NATIONS, L'APPORT DES SCIENCES EXATES, ET DE TOUTES LES SCIENCES EXACTES, PEUT ETRE DECISIF.
- C'EST LA RAISON POUR LAQUELLE J'AI DEMANDE A VOTRE COMPAGNIE DE CONDUIRE L'ETUDE QUE VOUS RAPPELIEZ EGALEMENT, MONSIEUR LE PRESIDENT, SUR LE DEVELOPPEMENT DES SCIENCES, ET DES INDUSTRIES MECANIQUES, INSUFFISANTES DANS NOTRE PAYS PAR COMPARAISON AVEC LE NIVEAU QU'ELLES ONT ATTEINT DANS TOUS LES AUTRES GRANDS PAYS INDUSTRIELS. ET J'ATTACHERAI LE PLUS GRAND _PRIX A VOS CONCLUSIONS.
- DE LA MEME MANIERE, L'EXCELLENCE, EN FRANCE DE L'ECOLE MATHEMATIQUE DOIT CONSTITUER UN POINT D'APPUI POUR DE NOMBREUX DEVELOPPEMENTS, EN-PARTICULIER CELUI DE L'INFORMATIQUE ET DE L'INFORMATISATION DE LA SOCIETE APPELE A JOUER UN ROLE CLE DANS LA COMPETITION INTERNATIONALE.
- IL EN EST DE MEME DANS LE DOMAINE DES SCIENCES DE LA VIE ET DE LA BIOLOGIE, DE L'ELECTRONUCLEAIRE, DES RECHERCHES SUR LES ENERGIES NOUVELLES, DE L'ESPACE, DES RECHERCHES SUR LES MATERIAUX NOUVEAUX, DE LA CHIMIE FINE, ET JE POURRAIS PROLONGER L'ENUMERATION... QUI CONSTITUENT AUTANT DE SECTEURS DANS LESQUELS LES SCIENCES EXACTES APPARAISSENT COMME LE MOTEUR DES DEVELOPPEMENTS ECONOMIQUES POSSIBLES.\
DEUXIEME POINT, LES INTERROGATIONS DE L'HOMME CONTEMPORAIN SUR LES EFFETS DU PROGRES SCIENTIFIQUE : LE REGARD QUE POSE SUR LA SCIENCE L'HOMME CONTEMPORAIN EST DESORMAIS PLUS LUCIDE ET PLUS EXIGEANT.
- PLUS LUCIDE, CAR IL NE CROIT PLUS, CONTRAIREMENT A CE QUE PENSAIT BACON, QUE LE BONHEUR DES HOMMES SOIT PROPORTIONNEL A LEURS CONNAISSANCES.
- PLUS EXIGEANT, CAR IL ENTEND OBTENIR DE LA SCIENCE ET DES TECHNIQUES QU'ELLES AMELIORENT SA VIE QUOTIDIENNE, DONT VOUS AVEZ RAPPELE MALICIEUSEMENT L'ENUMERATION DES OBJETS, ET QU'ELLES CONTRIBUENT A EN DIMINUER ET NON A EN AUGMENTER LES RISQUES.
- CETTE INTERROGATION EST LEGITIME. ELLE PROLONGE DANS LE DOMAINE DES SCIENCES EXACTES LE LIBRE EXAMEN QUE LES LUMIERES ONT IMPOSE DANS LE DOMAINE DES IDEES ET DES RELIGIONS.
- ELLE SUPPOSE QU'UN DIALOGUE LIBRE ET PUBLIC PUISSE S'INSTAURER ENTRE LA SCIENCE ET L'OPINION.
- JE CROIS AUX VERTUS DE CE DIALOGUE, QUOIQUE J'EN RECONNAISSE LES DIFFICULTES ET LES LIMITES, ET C'EST EN-PARTICULIER LA RAISON POUR LAQUELLE J'AI TENU A CE QUE L'INFORMATIQUE ET LA TELEMATIQUE FASSENT L'OBJET D'UN LARGE DEBAT PUBLIC AUQUEL CERTAINS D'ENTRE VOUS ONT ETE ASSOCIES.
- C'EST LA RAISON POUR LAQUELLE LE GOUVERNEMENT A DEMANDE A DEUX MEMBRES DE VOTRE COMPAGNIE ET A L'UN DE VOS CORRESPONDANTS DE CONTRIBUER A ALIMENTER LE DEBAT PUBLIC SUR LES SCIENCES DE LA VIE, CE QU'ILS VIENNENT DE FAIRE SI BRILLAMMENT, ET QUI SERA POURSUIVI.\
ENFIN, LA _NATURE DE NOTRE CARACTERE NATIONAL : C'EST SANS DOUTE UN TRAIT CONSTANT DE NOTRE CARACTERE QUE CETTE DIFFICULTE DU DIALOGUE, QUE CET ISOLEMENT SOUVENT DELIBERE DANS LEQUEL SE COMPLAISENT ET SE REPLIENT LES GROUPES SOCIAUX ET LES FAMILLES IDEOLOGIQUES.
- OR, L'IMAGINATION CREATRICE, LA DECOUVERTE ET L'INNOVATION NAISSENT SOUVENT DE LA RENCONTRE ET DE L'ECHANGE. VOUS LE SAVEZ MIEUX QUE QUICONQUE, MADAME ET MESSIEURS, QUI MESUREZ TOUS LES JOURS DANS VOS DISCIPLINES RESPECTIVES LES PUISSANTS PROGRES REALISES GRACE-A L'EMPRUNT D'UNE METHODE, D'UNE TECHNIQUE OU D'UN INSTRUMENT A UNE AUTRE DISCIPLINE.
- LE DIALOGUE ENTRE LE SAVANT ET L'INDUSTRIEL, L'INGENIEUR OU LE SYNDICALISTE, LE DIALOQUE ENTRE LE SAVANT ET L'ARCHITECTE OU L'URBANISTE, ENTRE LE SAVANT ET LE CITOYEN ET, PERMETTEZ-MOI DE LE DIRE, ENTRE L'HOMME DE SCIENCE ET L'HOMME DE LA VIE PUBLIQUE, ME PARAIT SPECIALEMENT NECESSAIRE DANS NOTRE PAYS.\
MADAME ET MESSIEURS, AU TERME DE CES REFLEXIONS SUR LA SCIENCE ET SUR LE TEMPS PRESENT AUXQUELLES VOUS M'AVEZ FAIT L'HONNEUR DE ME CONVIER A PARTICIPER, PERMETTEZ-MOI DE FORMULER DAVANTAGE QU'UN VOEU, UN APPEL.
- JE SOUHAITE PROFONDEMENT QUE NOUS PUISSIONS TIRER LE MEILLEUR PARTI POUR LA FRANCE, ET POUR LES LES FRANCAIS, DE CES DONS ETONNANTS POUR LE CONCEPT QUE NOTRE PAYS A CONSTAMMENT MANIFESTES DANS SON HISTOIRE DEPUIS DESCARTES ET PASCAL JUSQU'AUX MAITRES EMINENTS QUI SONT REUNIS AUJOURD'HUI SOUS LA COUPOLE.
- LA VRAIE VOCATION DE LA FRANCE DANS LE MONDE, ET SA PREMIERE RICHESSE, C'EST L'EXCELLENCE ET LA FECONDITE DE SON INTELLIGENCE.
- QUI N'APERCOIT AUJOURD'HUI QUE LA FRANCE NE PEUT COMPTER QUE SUR SES SEULES RESSOURCES, QU'ELLE DOIT LES RASSEMBLER TOUTES ET EN TIRER LE MEILLEUR PARTI ? POUR UN PAYS DEPOURVU D'ENERGIES FOSSILES, ET LARGEMENT DEMUNI DE MATIERES PREMIERES INDUSTRIELLES, ET QUI ENTEND CEPENDANT, PAR UNE SORTE DE VOLONTE PARADOXALE, PRESERVER UN NIVEAU_DE_VIE PARMI LES PLUS ELEVES DU MONDE, ET POURSUIVRE DANS SON CORPS SOCIAL UNE OEUVRE DE JUSTICE QUI SUPPOSE UN SUPPLEMENT DE RESSOURCES, QUEL EST LE SEUL GISEMENT DONT IL DISPOSE, SI CE N'EST CELUI DE SON INTELLIGENCE ET DE SON SAVOIR ?
- GISEMENT DERISOIRE D'APPARENCE, EN TERMES DE VOLUME OU DE MASSE ! ET GISEMENT QUI RENFERME POURTANT DES FORCES INCOMMENSURABLES DE PUISSANCE ET DE TRANSFORMATION DU MONDE.
- ICI, DANS CETTE ENCEINTE PAISIBLE, REMPLIE DE LA SERENITE DU SAVOIR, VOUS DETENEZ UNE LARGE PARTIE DES MOYENS QUI PERMETTRONT AUX FRANCAIS DE MIEUX VIVRE, ET A LA FRANCE D'ETRE PLUS RAYONNANTE DANS LA PERIODE A VENIR.
- C'EST POURQUOI, JE SOUHAITE QUE PARTE DE VOS TRAVAUX L'EFFORT D'INTELLIGENCE ET D'INVENTION QUI ASSURERA L'AVENIR SCIENTIFIQUE - ET DONC L'AVENIR - DE LA FRANCE.\

Voir tous les articles et dossiers