Publié le 27 octobre 1979

INTERVIEW ACCORDEE PAR M. VALERY GISCARD D'ESTAING, PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE, A LA TELEVISION SENDER FREIES BERLIN AVANT SON VOYAGE A BERLIN, PARIS, SAMEDI 27 OCTOBRE 1979.

INTERVIEW ACCORDEE PAR M. VALERY GISCARD D'ESTAING, PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE, A LA TELEVISION SENDER FREIES BERLIN AVANT SON VOYAGE A BERLIN, PARIS, SAMEDI 27 OCTOBRE 1979.

27 octobre 1979 - Seul le prononcé fait foi

Télécharger INTERVIEW ACCORDEE PAR M. VALERY GISCARD D'ESTAING, PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE, A LA TELEVISION SENDER FREIES BERLIN AVANT SON VOYAGE A BERLIN, PARIS, SAMEDI 27 OCTOBRE 1979. - PDF 227 Ko
QUESTION.- POUR LA PREMIERE FOIS UN PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE FRANCAISE SE REND A BERLIN `BERLIN-OUEST ` RFA`. QUELLE EST LA PORTEE POLITIQUE DE VOTRE VOYAGE ?
- LE PRESIDENT.- COMME VOUS VENEZ DE LE DIRE, MA VISITE EST LA PREMIERE QU'UN PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE FRANCAISE EFFECTUE A BERLIN DEPUIS QUE LA FRANCE Y EXERCE LES DROITS ET RESPONSABILITES QUADRIPARTITES. J'Y ATTACHE DONC UNE GRANDE IMPORTANCE. CETTE VISITE EXPRIME A LA FOIS NOTRE RESPONSABILITE, NOTRE SOLIDARITE ET NOTRE ATTACHEMENT A L'EGARD DE BERLIN.
- EN VENANT A BERLIN, JE VOUDRAIS SOULIGNER L'ENGAGEMENT DE LA FRANCE PARCE QU'AVEC LES ETATS-UNIS, LE ROYAUME-UNI `GRANDE-BRETAGNE` ET L'UNION SOVIETIQUE `URSS` LA FRANCE EXERCE A BERLIN DES DROITS ET DES RESPONSABILITES. MA VISITE SERA L'OCCASION DE RAPPELER QU'ELLE ENTEND LES ASSUMER PLEINEMENT, COMME ELLE L'A FAIT DANS LE PASSE PARFOIS DANS DES CIRCONSTANCES DIFFICILES. LES TROUPES FRANCAISES QUE JE PASSERAI EN-REVUE LUNDI MATIN, MANIFESTENT, DANS LA VIE QUOTIDIENNE DE BERLIN ET DES BERLINOIS, CET ENGAGEMENT.
- EN ME RENDANT A BERLIN, JE VEUX AUSSI MARQUER LA SOLIDARITE DE LA FRANCE A L'EGARD DE LA VILLE, A L'EGARD DE LA POPULATION DE LA VILLE, QUI A DONNE TANT DE TEMOIGNAGES DE SON COURAGE ET DE SA VOLONTE. JE SAIS QUE BERLIN - J'Y SUIS ALLE DEJA UNE FOIS COMME MINISTRE DE L'ECONOMIE ET DES FINANCES - EST UNE METROPOLE PLEINE DE VITALITE AVEC UN DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE, CULTUREL ET SCIENTIFIQUE TOUT A FAIT REMARQUABLE. ET MA VISITE ME PERMETTRA, EN EN PRENANT CONNAISSANCE, DE RENDRE HOMMAGE A CETTE VITALITE.
- C'EST ENFIN L'EXPRESSION DE MA CONFIANCE DANS L'AVENIR. BERLIN EST UN ELEMENT ESSENTIEL DE L'EQUILIBRE EN EUROPE. LA FRANCE EST PARTICULIEREMENT CONSCIENTE DE L'IMPORTANCE QU'IL Y A DE MAINTENIR LA SITUATION DE BERLIN COMME ELEMENT ESSENTIEL DE CET EQUILIBRE EN EUROPE.\
QUESTION.- EST-CE QUE BERLIN EST, SUR-LE-PLAN DE LA SECURITE, A L'ABRI D'UNE NOUVELLE CRISE ?
- LE PRESIDENT.- LES HOMMES POLITIQUES, LES HOMMES_D_ETAT NE PEUVENT PAS ETRE DES PROPHETES, ILS DOIVENT AETRE DES HOMMES D'ACTION. LEUR ROLE N'EST PAS DE CHERCHER A DEVINER CE QUI PEUT SE PRODUIRE DE DRAMATIQUE A BERLIN. LEUR ROLE EST AU CONTRAIRE D'AGIR POUR QUE CERTAINES SITUATIONS SE PRODUISENT ET QUE D'AUTRES SITUATIONS NE SE PRODUISENT PAS. NATURELLEMENT, L'ACTION DE LA FRANCE ET CELLE DE SES PARTENAIRES SONT DE FAIRE EN SORTE QU'IL N'Y AIT PAS DE NOUVELLE CRISE A BERLIN. LA SITUATION DE BERLIN, QUELLE EST-ELLE PROFONDEMENT ? C'EST D'ABORD UNE SITUATION DE DROIT, JE VEUX DIRE QU'ELLE N'EST PAS SEULEMENT UNE SITUATION DE FAIT. IL Y A UN ACCORD `QUADRIPARTITE` QUI A ETE SIGNE IL Y A MAINTENANT 8 ANS, LONGUEMENT NEGOCIE ET QUI CONFIRME TRES CLAIREMENT LES DROITS ET LES OBLIGATIONS VIS-A-VIS DE BERLIN. LA FRANCE ENTEND ETRE AU TOUT PREMIER RANG DES SIGNATAIRES POUR CE QUI EST DU MAINTIEN DE SES DROITS ET DE SES OBLIGATIONS.
- ENSUITE, LA SITUATION DE BERLIN FAIT PARTIE DE LA POLITIQUE GENERALE DE DETENTE. NOUS SOMMES ATTACHES A LA POURSUITE ET A LA CONSOLIDATION DE CETTE POLITIQUE. NOUS PARTAGEONS, A CET EGARD, LES MEMES PREOCCUPATIONS QUE NOS PARTENAIRES EUROPEENS, NOTAMMENT LES DIRIGEANTS DE LA REPUBLIQUE FEDERALE `RFA`. OR, IL Y A CONTRADICTION ENTRE UNE CRISE A BERLIN ET LE DEVELOPPEMENT DE LA POLITIQUE DE DETENTE. C'EST POURQUOI, LORSQU'ON PENSE A L'AVENIR DE BERLIN, IL FAUT TOUJOURS PENSER QU'IL S'AGIT D'UNE SITUATION DE DROIT A LAQUELLE IL FAUT DONNER A TOUT INSTANT LA FORCE DU DROIT ET EVITER QUE LE DROIT NE SOIT ALTERE. C'EST ENSUITE UN ELEMENT ESSENTIEL DE LA DETENTE ET DE L'EQUILIBRE EN EUROPE. C'EST UN ELEMENT INSEPARABLE DE LA DETENTE.\
QUESTION.- QUE PENSEZ-VOUS DES DECLARATIONS FAITES A BERLIN PAR M. BREJNEV, EN-PARTICULIER DANS LE DOMAINE DE LA REDUCTION DES ARMEMENTS ?
- LE PRESIDENT.- DES DECLARATIONS ONT ETE FAITES A BERLIN `BERLIN-EST ` RDA` PAR M. BREJNEV NOTAMMENT AU SUJET DE LA REDUCTION, DE LA POSSIBILITE DE REDUCTION DES EFFECTIFS ET DE CERTAINS ARMEMENTS. TOUT CE QUI EST REDUCTION DES EFFECTIFS ET DES ARMEMENTS VA DANS LA BONNE DIRECTION. DONC, A CET EGARD, ON DOIT ACCUEILLIR UNE TELLE PROPOSITION.
- POUR JUGER COMPLETEMENT DES PROBLEMES DE LA SECURITE EN EUROPE, LA POSITION FRANCAISE EST QU'IL FAUT AVOIR UNE VUE GLOBALE DE LA REGION. LA SECURITE NE REPOSE PAS PRINCIPALEMENT SUR LE NIVEAU DES EFFECTIFS ET DES ARMEMENTS DANS UNE SOUS-REGION DE L'EUROPE, MAIS DANS L'ENSEMBLE DE L'EUROPE. NOUS AVONS PROPOSE QUE SOIT ORGANISE PROCHAINEMENT UNE CONFERENCE SUR LE DESARMEMENT EN EUROPE, MAIS COUVRANT DANS SA COMPETENCE L'ENSEMBLE DU TERRITOIRE EUROPEEN. NOUS AVONS ETE HEUREUX DE CONSTATER D'AILLEURS, A L'OCCASION DE LA REUNION DES MINISTRES DES AFFAIRES ETRANGERES DES NEUF A DUBLIN, QUE NOS PRINCIPAUX PARTENAIRES, ET NOTAMMENT LA REPUBLIQUE FEDERALE D'ALLEMAGNE `RFA` APPORTAIENT LEUR SOUTIEN A CETTE PROPOSITION DE CONFERENCE.
- C'EST DANS-LE-CADRE D'UN EXAMEN, A L'ECHELLE DE L'EUROPE, DES POSSIBILITES DE REDUCTION D'ARMEMENTS QUE NOUS POUVONS AMELIORER SENSIBLEMENT LE CLIMAT DE CONFIANCE. TOUT CE QUI VA DANS LE SENS D'UNE REDUCTION DES ARMEMENTS EST EN SOI POSITIF, MAIS C'EST A L'ECHELLE DE NOTRE CONTINENT QUE L'ON PEUT PORTER UN JUGEMENT TOTAL SUR LA SITUATION AU REGARD DE LA SECURITE.
- JE DIRAI EFIN QUE JE SUIS TRES HEUREUX DE ME RENDRE A BERLIN. J'AI PREPARE AVEC BEAUCOUP DE SOIN CETTE VISITE. IL Y A PLUSIEURS JOURS QUE J'AI DANS MON BUREAU UNE CARTE DE BERLIN. JE NE VEUX PAS Y ARRIVER COMME UN ETRANGER DE PASSAGE, QUI NE CONNAIT PAS LES LIEUX, LES RUES, LES PLACES ... JE SOUHAITE QUE LA POPULATION DE BERLIN TROUVE DANS CETTE PREMIERE VISITE D'UN PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE FRANCAISE UN SENTIMENT DE RECONFORT, DE SOUTIEN ET DE FRATERNITE.\

Voir tous les articles et dossiers