Publié le 11 novembre 1978

ALLOCUTION PRONONCEE PAR M. VALERY GISCARD D'ESTAING, A COMPIEGNE, POUR LA COMMEMORATION DE LA VICTOIRE, SAMEDI 11 NOVEMBRE 1978

ALLOCUTION PRONONCEE PAR M. VALERY GISCARD D'ESTAING, A COMPIEGNE, POUR LA COMMEMORATION DE LA VICTOIRE, SAMEDI 11 NOVEMBRE 1978

11 novembre 1978 - Seul le prononcé fait foi

Télécharger ALLOCUTION PRONONCEE PAR M. VALERY GISCARD D'ESTAING, A COMPIEGNE, POUR LA COMMEMORATION DE LA VICTOIRE, SAMEDI 11 NOVEMBRE 1978 - PDF 251 Ko
IL FAISAIT NUIT ENCORE. IL ETAIT CINQ HEURES DU MATIN. IL Y A SOIXANTE ANS, FOCH PARAPHAIT, DANS CE WAGON, LA CONVENTION DE L'ARMISTICE QUI METTAIT FIN A LA GRANDE GUERRE. L'UN DES PLUS GIGANTESQUES EBRANLEMENTS MONDIAUX, CELUI OU LA FRANCE EUT LA PLUS GRANDE PLACE PAR SON ROLE AU COMBAT ET PAR SES RESPONSABILITES DANS LA CONDUITE DU CONFLIT, TROUVAIT ICI SON EPILOGUE. A 10 HEURES, L'ARTILLERIE CESSAIT DE TONNER TANDIS QUE LA SONNERIE DU CESSEZ-LE-FEU COURAIT, D'UNITE EN UNITE, A TRAVERS LES PREMIERS BROUILLARDS DE L'AUTOMNE. DES 10 HEURES AUSSI, LE PEUPLE DE PARIS AVAIT ENTENDU LE CANON EGRENER SES SALVES REGULIERES. IL AVAIT COMPRIS : C'ETAIT LA PAIX. EN RANGS SERRES, IL ENVAHISSAIT LES RUES DE LA CAPITALE ET FAISAIT PARTOUT ECLATER SA JOIE. A 16 HEURES, DANS L'HEMICYCLE DU PALAIS-BOURBON, LA CHAMBRE DES DEPUTES ACCLAMAIT CLEMENCEAU. LE TIGRE RECEVAIT UNE OVATION IMMENSE, DE TOUS LES RANGS ET DE TOUS LES BANCS. IL S'EXCLAMAIT A LA TRIBUNE : "POUR MOI LA CONVENTION D'ARMISTICE LUE, IL ME SEMBLE QU'A CETTE HEURE, EN CETTE HEURE TERRIBLE, GRANDE ET MAGNIFIQUE, MON DEVOIR EST ACCOMPLI. UN MOT SEULEMENT, AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS, AU NOM DE LA REPUBLIQUE FRANCAISE, J'ENVOIE LE SALUT DE LA FRANCE, UNE ET INDIVISIBLE, A L'ALSACE ET A LA LORRAINE RETROUVEES". ET IL CONCLUAIT PAR L'AFFIRMATION, DEVENUE CELEBRE : "GRACE-A NOS GRANDS MORTS, LA FRANCE, HIER SOLDAT DE DIEU, AUJOURD'HUI SOLDAT DE L'HUMANITE, SERA TOUJOURS LE SOLDAT DE L'IDEAL". OUI, LE 11 NOVEMBRE 1918 FUT UNE GRANDE JOIE POUR LA FRANCE
-
-\
COMME ELLE AVAIT SOUFFERT, LA FRANCE
- SA BLESSURE ETAIT IMMENSE : HUIT MILLIONS `NOMBRE` D'HOMMES ENGAGES DANS LES COMBATS £ UN MILLION QUATRE CENT MILLE MORTS £ DES MILLIONS DE BLESSES £ DES MUTILES, DES VEUVES, DES ORPHELINS PAR CENTAINES DE MILLIERS £ DES PERTES MATERIELLES INCOMMENSURABLES. C'ETAIT AUSSI UNE BLESSURE DE L'AME : QUI PEUT RESSENTIR, S'IL NE LES A PAS PARTAGES, LA MISERE QUOTIDIENNE DU SOLDAT, LE FROID DE L'HIVER DANS LES TRANCHEES £ L'INSOUTENABLE PRESSION DES BOMBARDEMENTS £ LES ATTAQUES £ LA MORT DU CAMARADE LE PLUS PROCHE £ L'INTERMINABLE LONGUEUR DE CES ANNEES, QUATRE FOIS RECOMMENCEES. L'ARMISTICE DU 11 NOVEMBRE 1918, CE FUT AUSSI LA FIN DE CES TERRIBLES EPREUVES
-\
MAIS QUEL ESPOIR POUR LA FRANCE
- L'ALSACE ET LA LORRAINE RETROUVEES
- LA LIBERATION DES PRISONNIERS
- LE RETOUR CHEZ EUX DES REFUGIES
- L'EVACUATION DE LA RIVE GAUCHE DU RHIN, ET SON OCCUPATION PAR LES ARMEES ALLIEES. TOUT CE POUR QUOI LES FRANCAIS AVAIENT COMBATTU SE TROUVAIT DANS CETTE CONVENTION DE L'ARMISTICE `11 NOVEMBRE 1918` QUI APPORTAIT LA PAIX, AVEC UN ESPOIR QUI NE SERAIT REMPLI QUE PLUS TARD : PLUS JAMAIS LA GUERRE
-
-\
CETTE GUERRE, C'ETAIT LE PEUPLE DE FRANCE TOUT ENTIER QUI L'AVAIT GAGNEE. C'ETAIT AUSSI LA REPUBLIQUE. PENDANT CES QUATRE ANNEES, JAMAIS L'ASSEMBLEE N'A CESSE DE SIEGER, JAMAIS LE GOUVERNEMENT N'A ABDIQUE, JAMAIS L'ARMEE, SUR QUI REPOSAIT LA CONDUITE DU COMBAT, N'A TENTE D'EMPIETER SUR L'AUTORITE CONSTITUEE. IL FAUT RENDRE HOMMAGE A CES HOMMES, CIVILS ET MILITAIRES, FORMES A L'ECOLE DE LA REPUBLIQUE, ATTACHES A LEUR IDEAL DEMOCRATIQUE QUI EURENT A CONDUIRE LE DESTIN DE LA NATION. POINCARE A LA PRESIDENCE DE LA REPUBLIQUE, CLEMENCEAU, VIVIANI, BRIAND, RIBOT ET PAINLEVE A LA TETE DU GOUVERNEMENT, MAIS AUSSI JULES GUESDE ET MARCEL SEMBAT DANS L'UNION SACREE GALVANISANT LA VOLONTE D'UN PEUPLE £ LES HUIT MARECHAUX DE FRANCE, QUI COMMANDERENT EN CHEF DEVANT L'ENNEMI ET LES GENERAUX QUI LES ENTOURAIENT. GRACE-A TOUS, LA GUERRE FUT GAGNEE PAR LA REPUBLIQUE, ET L'ARMISTICE CELEBRE DANS L'UNION ET DANS LA LIBERTE
- VOICI DONC CE 11 NOVEMBRE 1918 TEL QUE LE VECURENT LES FRANCAISES ET LES FRANCAIS, JOUR DE GLOIRE, JOUR DE PAIX, JOUR DE LIBERTE, JOUR D'UNITE
-\
PEU D'ANNEES APRES, LA FRANCE RETOURNAIT A SES QUERELLES ET L'EUROPE A SES CONFLITS. ET VINGT ANS PLUS TARD, FILS DE CES COMBATTANTS DE LA GRANDE GUERRE, NOUS AVONS CONNU A NOTRE TOUR LES COMBATS, LA CAPTIVITE, LA DEPORTATION, LES DESTRUCTIONS. NOUS AVONS COMBATTU SUR LES MEMES FRONTS ET POUR LA MEME CAUSE. NOUS AVONS SOUFFERT, A ROYALLIEU, ET DANS LES CAMPS, POUR LE MEME IDEAL DE DIGNITE ET DE LIBERTE. LA FRANCE PEUT DONC ET DOIT DONC UNIR DANS LE MEME HOMMAGE TOUS SES COMBATTANTS : CEUX DE 1914 - 1918, POUR QUI CET ANNIVERSAIRE EST UN JOUR DE GLOIRE £ CEUX DE NOTRE GUERRE, CEUX DES FRONTS COMME CEUX DE L'OMBRE, RESISTANTS ET DEPORTES, PRISONNIERS ET INTERNES £ ET ENFIN, CEUX PLUS JEUNES QUI ONT COMBATTU EN INDOCHINE ET EN ALGERIE. NOUS POUVONS RENDRE LE MEME HOMMAGE AUX COMBATTANTS VENUS D'OUTRE-MER ET AUX COMBATTANTS ALLIES QUI ONT FAIT POUR LA FRANCE LE SACRIFICE DE LEUR VIE ET DONT JE SALUE ICI LES DELEGATIONS. ET, PARCE QUE L'EUROPE EST MAINTENANT EN PAIX DEPUIS UN TIERS DE SIECLE ET QUE NOUS ENTENDONS QU'ELLE LE DEMEURE A JAMAIS, PARCE QUE LE TEMPS TRANSFORME TOUTE CHOSE, PARCE QUE LA FRATERNITE DES ARMES REUNIT DANS LA MORT ET LE SOUVENIR CEUX QUI SE SONT COMBATTUS, NOUS SALUONS AUSSI LES MORTS ET LES COMBATTANTS DE L'AUTRE CAMP
-
-\
"IL RESTE AUX VIVANTS A PARACHEVER L'OEUVRE MAGNIFIQUE DES MORTS", DECLARAIT CLEMENCEAU EN JUIN 1918. ET IL EST BIEN VRAI QUE LES TACHES DE LA PAIX ONT AUTANT DE GRANDEUR QUE LES ENJEUX DES COMBATS. C'EST POURQUOI RETENONS CECI : IL N'Y A PAS DE FATALITE DE LA DIVISION ENTRE LES FRANCAIS. TOUT MONTRE QU'IL EXISTE DANS NOTRE PEUPLE DES FORCES SIMPLES ET PROFONDES QUI BALAIENT TOUT SUR LEUR PASSAGE DES LORS QUE LE SORT DU PAYS EST EN JEU ET QUE L'UNITE L'EMPORTE ALORS SUR LA DISCORDE. PARCE QUE LA FRATERNITE DU COMBAT A MELE LES CLASSES SOCIALES ET LES AGES, LES ANCIENS COMBATTANTS PEUVENT ENTENDRE, MIEUX QUE D'AUTRES, L'APPEL A L'UNITE QUE JE LEUR ADRESSE. ET PARCE QUE NOUS AVONS LUTTE A COTE DE NOS FRERES D'ARMES DE NOS ANCIENS TERRITOIRES D'AFRIQUE ET D'ASIE PUISQUE NOUS AVONS PARTAGE L'EPREUVE DES FRANCAIS DE TOUTES ORIGINES NOUS DEVONS TENIR LA FRANCE A L'ABRI DE CETTE VERITALE PERVERSION DE L'ESPRIT QUE CONSTITUENT TOUTES LES FORMES DU RACISME, BRUTABLES OU DETOURNEES. IL N'Y A PLUS DE FATALITE DE L'AFFRONTEMENT EN EUROPE. DESORMAIS L'EFFORT D'ORGANISATION DE L'EUROPE, AUQUEL LA FRANCE APPORTE SA CONTRIBUTION EMINENTE ET DECISIVE, DOIT FAIRE DE NOTRE CONTINENT UN MODELE PACIFIQUE. IL N'Y A PLUS ENFIN DE FATALITE DE LA GUERRE POUR LA FRANCE DES LORS QU'ELLE ASSURE ELLE-MEME SA DEFENSE, A TRAVERS SON PEUPLE ET SON ARMEE, QU'ELLE CONTRIBUE ACTIVEMENT AUX TACHES DE LA PAIX, DE LA DETENTE ET DU DESARMEMENT, ET QU'ELLE EST A LA POINTE DE L'EFFORT POUR UNE COOPERATION JUSTE ET FRATERNELLE ENTRE LES PEUPLES DU MONDE. MESDAMES, MESSIEURS, ICI, DANS LES BROUILLARDS DE L'AUTOMNE 1918, L'ESPERANCE DE LA PAIX S'EST LEVEE. PLUS TARD, ICI-MEME, ELLE A ETE DISLOQUEE ET MEURTRIE. NOUS QUI EN RETROUVONS AUJOURD'HUI LA FLAMME, AVEC DANS NOS COEURS TOUS LES SOUVENIRS DE LA GRANDE AVENTURE HISTORIQUE DE LA FRANCE, PORTONS AUTOUR DE NOUS, DANS NOTRE PAYS ET DANS LE MONDE, L'ARDENT MESSAGE DE LA PAIX ET DE LA LIBERTE
-\

Voir tous les articles et dossiers