Publié le 30 avril 2010

Interview de M. Nicolas Sarkozy, Président de la République, dans le quotidien chinois "Xinwen Chenbao" du 30 avril 2010, sur l'exposition universelle à Shangai et le partenariat franco-chinois.

Interview de M. Nicolas Sarkozy, Président de la République, dans le quotidien chinois "Xinwen Chenbao" du 30 avril 2010, sur l'exposition universelle à Shangai et le partenariat franco-chinois.

30 avril 2010 - Seul le prononcé fait foi

Télécharger Interview de M. Nicolas Sarkozy, Président de la République, dans le quotidien chinois "Xinwen Chenbao" du 30 avril 2010, sur l'exposition universelle à Shangai et le partenariat franco-chinois. - PDF 248 Ko
QUESTION - Monsieur le Président, vous avez déjà effectué une visite à Shanghai en 2007. Quel souvenir en avez-vous gardé ? Que pensez-vous de la ville ?
LE PRESIDENT - J'avais été impressionné par cette ville qui est, pour moi, le symbole de la Chine d'aujourd'hui : dynamique, ambitieuse, moderne. J'avais d'ailleurs fait part de mon enthousiasme à la communauté française de Shanghai que j'avais rencontrée.
Shanghai fascine par sa capacité à faire cohabiter, dans une harmonie subtile, son histoire et sa modernité. Je garde en mémoire ce contraste saisissant entre, d'un côté, l'impressionnant quartier de Pudong et ses gratte-ciels majestueux, élevés sur une zone qui, il y 20 ans à peine, n'était faite que de marécages £ et juste en face, sur l'autre rive du Huangpu, le Bund et ses anciens consulats occidentaux encore chargés de souvenirs. C'est cela Shanghai, pour moi : une ville qui regarde vers l'avenir sans tourner le dos à son passé £ une cité qui a su se développer, se moderniser tout en préservant son incroyable patrimoine.
Quand je suis à Shanghai, je pense aussi à notre histoire commune, dont témoignent aujourd'hui encore les rues arborées de l'ancienne concession française. Et puis je pense à ce défi commun à toutes nos grandes métropoles : celui d'imaginer la ville de demain. Une ville réconciliée avec ses habitants, avec son environnement £ une ville qui donne la primauté à l'Homme, à son cadre de vie £ une ville enfin qui ne se développe plus à côté de la nature ou à ses dépens, mais en harmonie avec elle.
Ces questions fondamentales, qui ont guidé le développement de Shanghai ces dernières années, sont aussi au centre de nos préoccupations. C'est dans cet esprit que j'ai lancé, en France, une réflexion en profondeur sur l'avenir du « Grand Paris ». Et je me réjouis que vous ayez choisi d'en faire le thème central de l'Exposition universelle de Shanghai.
QUESTION - Monsieur le Président, d'après vous, que va apporter l'Exposition Universelle à la ville de Shanghai ? En d'autres termes, que signifie cette Exposition pour Shanghai ?
LE PRESIDENT - L'Exposition universelle est, pour Shanghai, à la fois un grand honneur et une formidable opportunité.
Un honneur d'abord, car pour une grande métropole, accueillir une manifestation d'une telle ampleur est toujours une marque de reconnaissance. J'ajoute : c'est un honneur amplement mérité, tant le développement de Shanghai des dernières années est, à bien des égards, exemplaire.
Mais Shanghai Expo est aussi une formidable opportunité pour votre ville £ opportunité en termes de rayonnement et en termes de développement urbain.
De rayonnement d'abord. L'Exposition universelle permettra à Shanghai de se faire encore mieux connaître du reste du monde. Ville moderne par excellence, temple de l'architecture contemporaine, Shanghai incarne aussi l'ouverture. Comme par le passé, lorsque le port de Shanghai constituait l'une des principales porte d'entrée de la Chine, la ville reste aujourd'hui, par sa diversité et par son cosmopolitisme, un trait d'union entre les hommes et entre les cultures. Shanghai, c'est le symbole d'une Chine qui s'ouvre au monde £ et finalement, en accueillant les pavillons de près de 190 pays, Shanghai ne fait rien d'autre que d'être fidèle à son histoire, à son identité.
Mais l'Exposition universelle, c'est aussi, pour Shanghai, une opportunité extraordinaire de poursuivre son développement et sa transformation.
La France, qui a accueilli plusieurs expositions universelles, sait peut-être mieux que quiconque ce qu'une nation, ce qu'une ville peuvent tirer d'un tel événement planétaire en termes de développement urbain. Imaginez que s'il n'y avait pas eu l'Exposition universelle de 1889, il n'y aurait pas la Tour Eiffel à Paris ! La tour avait en effet été construite à cette occasion, elle devait d'ailleurs être démontée ensuite mais les Parisiens ont finalement préféré la garder comme un symbole de leur ville.
Shanghai Expo marquera ainsi une nouvelle étape du développement de la ville £ la troisième, après celle du Bund et celle, beaucoup plus récente, de Pudong. Et cette troisième phase aura pour épicentre le site de Shanghai Expo.
QUESTION - Monsieur le Président, selon vous, quels sont les domaines de coopération essentiels entre la France et la Chine ? Quel rôle la Chine joue-t-elle sur la scène internationale au XXIème siècle ?
LE PRESIDENT - Le rôle de la Chine au XXIème siècle, c'est celui d'un acteur de premier plan, d'un acteur incontournable, sans lequel nous ne pourrons faire face à aucun des défis auxquels nous sommes confrontés. Sur tous les grands enjeux, face à toutes les grandes menaces, nous avons besoin de la Chine pour trouver des solutions. Qu'il s'agisse de la lutte contre le réchauffement climatique, de la réponse à la crise financière, de la gestion des grands équilibres économiques, de la résolution des crises régionales ou encore de la réforme de la gouvernance mondiale, votre engagement est nécessaire, votre contribution est irremplaçable.
Le monde a besoin de la Chine, comme il a besoin des autres puissances émergentes. C'est la raison pour laquelle je me bats pour une réforme de la gouvernance mondiale qui donne la place qu'ils méritent à ces nouveaux géants. C'est pour cela que j'ai proposé le G20 pour faire face à la crise financière et c'est pour cela que la France porte l'idée d'une réforme du Conseil de Sécurité des Nations Unies.
J'ai l'habitude de dire que la Chine n'est pas la grande puissance de demain, mais qu'elle est déjà une grande puissance aujourd'hui. J'ai toujours pensé que l'émergence de la Chine n'était pas une menace, mais au contraire une chance pour le monde £ que la Chine était un partenaire, pas un adversaire. Mais ce statut de grande puissance, s'il vous donne plus de pouvoirs, vous confère aussi plus de devoirs et plus de responsabilités. C'est vrai dans le domaine politique, comme dans le domaine économique ou environnemental. Sur tous les grands sujets -- la lutte contre le réchauffement climatique, l'Iran, la réforme du système monétaire international, etc. -- le dialogue est une absolue nécessité. Nous devons nous concerter étroitement pour faire émerger, ensemble, des solutions.
C'est la raison pour laquelle j'ai fait du renforcement du partenariat franco-chinois une priorité. Ensemble, la Chine et la France, nous sommes déterminés à renforcer notre coopération dans tous les domaines : sur le plan politique, en approfondissant notre dialogue stratégique sur tous les grands sujets £ sur le plan économique, en augmentant nos échanges et en multipliant les coopérations industrielles entre nos deux pays £ sur le plan environnemental, qui est un nouveau pilier de notre partenariat £ mais aussi sur le plan humain, en favorisant par exemple la mobilité des étudiants et en développant notre coopération culturelle.
QUESTION - Monsieur le Président, avez-vous un message pour les habitants de Shanghai.
LE PRESIDENT - Je veux d'abord leur dire qu'ils peuvent être fiers. Fiers de leur ville, fiers d'accueillir cette magnifique Exposition universelle qui, j'en suis certain, sera un très grand succès.
Je veux aussi leur dire combien la France est heureuse d'être présente à Shanghai Expo, et combien nous sommes mobilisés pour la réussite de cet événement mondial. J'ai lancé le chantier du Pavillon français dès mon élection en 2007, et j'ai personnellement veillé depuis à ce que la France propose ce qu'elle a de meilleur aux citoyens de Shanghai. J'espère qu'ils seront nombreux à visiter notre pavillon, construit par l'un de nos plus grands architectes, Jacques Ferrier, et qui, à travers le thème de la « Ville sensuelle », donne de la France l'image d'un pays résolument tourné vers l'avenir, d'un pays moderne, innovant £ et en même temps d'un pays attaché à sa culture, à son identité, à son art de vivre. C'est tout cela la France. Et c'est cela que notre Pavillon permettra de découvrir.
Enfin, je veux leur dire merci. Merci de nous ouvrir les portes de leur ville extraordinaire, merci d'accueillir les visiteurs du monde entier pour cet événement planétaire.

Sur le même thème

Voir tous les articles et dossiers