Publié le 27 juillet 2003

Discours de M. Jacques Chirac, Président de la République, sur le lien entre la République et la Polynésie et le projet de nouveau statut pour la Polynésie française, Pirae le 27 juillet 2003.

Discours de M. Jacques Chirac, Président de la République, sur le lien entre la République et la Polynésie et le projet de nouveau statut pour la Polynésie française, Pirae le 27 juillet 2003.

27 juillet 2003 - Seul le prononcé fait foi

Télécharger Discours de M. Jacques Chirac, Président de la République, sur le lien entre la République et la Polynésie et le projet de nouveau statut pour la Polynésie française, Pirae le 27 juillet 2003. - PDF 203 Ko
Monsieur le Président, mon cher Gaston,
Mes chers compatriotes,
Mes chers Amis,
Iaorana,
Je vous remercie pour votre accueil, pour la chaleur et la spontanéité de cette fête où s'exprime l'âme polynésienne.
Je suis particulièrement heureux de me trouver ici ce soir, avec ma femme, dans ce magnifique stade Pater pour ce spectacle vivant en l'honneur de la Polynésie française et de sa culture.
Merci, Monsieur le Président, Cher Gaston FLOSSE, de vos paroles de bienvenue et d'amitié.
Merci d'être venus aussi nombreux de tous les archipels de la Polynésie française, des Iles du Vent, des Iles-sous-le-vent, des Tuamotu et des Gambier, des Australes et des Marquises.
Vous représentez la Polynésie rassemblée, autour de son Président, de son gouvernement, de ses élus, la Polynésie géographiquement si dispersée sur l'océan et si étendue, mais qui n'a qu'un coeur, qu'une âme.
Vous l'incarnez, dans toute sa vitalité, dans toutes ses traditions, dans toute sa jeunesse.
Avec vous, je salue les représentants de la grande famille océanienne, les élus de Nouvelle-Calédonie et de Wallis et Futuna, ainsi que tous vos hôtes, venus des îles et des Etats voisins du Pacifique Sud pour participer à la réunion de coopération organisée entre les pays de la région.
Je suis heureux de saluer la Polynésie. Je suis fier du visage qu'elle présente, de sa diversité culturelle, des traditions multiples écloses dans ses archipels, des héritages lointains qu'elle a su conserver et unir dans une synthèse originale. Je suis fier aussi de son ouverture sur le monde, sur les défis d'aujourd'hui et de demain.
Au cours des dernières décennies, et même des dernières années, la Polynésie s'est considérablement développée, avec l'essor du tourisme, de la pêche, de la culture perlière. Malgré les contraintes, l'isolement, les difficultés liées au chômage des jeunes ou à la croissance urbaine, elle offre, au milieu du Pacifique, l'image d'une société moderne, dont le niveau de vie égale celui des plus grands pays de la région.
Cette réussite est celle de la Polynésie et de la France, soudées dans un passé commun, dans des valeurs partagées, dans un destin solidaire et fraternel.
Je souhaite que la Polynésie continue dans cette voie, qu'elle poursuive avec la métropole le dialogue qui a débuté il y a plus d'un siècle et demi. Depuis 1842, date à laquelle la Polynésie a librement exprimé sa volonté d'adhérer à la Nation, notre histoire commune est en effet celle d'une rencontre, d'un partenariat équilibré. Pour les Français de métropole, cet héritage séculaire est jalonné de moments inoubliables. La République sait ce qu'elle doit à la Polynésie, dont les enfants sont venus par deux fois la défendre avec héroïsme. Elle n'oublie pas ses poètes éblouis par l'océan, sa peinture et ses arts fécondés par une civilisation lointaine. Elle n'oublie pas que l'appel du 18 juin a trouvé son premier écho sous le ciel du Pacifique, dans le coeur des Polynésiens unanimes à faire le choix de la France libre. Elle n'oublie pas non plus que la Polynésie lui a permis, plus récemment, de se doter des moyens modernes de la souveraineté.
Nous devons continuer à faire vivre ce partenariat, cette relation de confiance et de solidarité.
Elle s'exprime d'abord dans le statut d'autonomie dont vous disposez. La Polynésie n'est pas isolée, elle est pleinement intégrée à la République. Mais elle y occupe une place nécessairement singulière, en raison de l'éloignement de la métropole, de votre héritage culturel fort et original, de la dispersion de vos archipels sur une étendue plus vaste que l'Union européenne.
La loi organique donnera tout son sens à l'autonomie, en accroissant les compétences déjà très larges de la Polynésie.
Si nous agissons ainsi, c'est afin de mieux assurer le présent, mais aussi l'avenir de la Polynésie, l'avenir de sa jeunesse, qui aspire à la formation, au travail et aux responsabilités.
Pour réussir et se développer, la Polynésie doit d'abord compter sur ses propres forces, sur ses élus, sur ses entreprises, sur vous tous.
Mais vous n'êtes pas seuls, l'Etat vous accompagne.
Oui, les grandes réformes engagées en métropole trouveront leur application ici, notamment en matière de sécurité.
Oui, le passeport mobilité contribuera à assurer l'égalité des chances entre étudiants d'outre-mer et de métropole.
Oui, la solidarité de la République continuera à s'exprimer grâce au fonds de reconversion qui apportera à votre collectivité des ressources stables et définitives.
Oui, la loi de programme pour l'outre-mer, qui met en oeuvre les engagements que j'avais pris, favorisera le progrès économique en privilégiant l'activité et la responsabilité.
Vous pourrez ainsi choisir plus librement les voies de votre développement.
*
La Polynésie est aux avant-postes de la France. Elle est ouverte sur l'ensemble de la région, elle porte ici le message de paix, de solidarité et de dialogue de la France.
Avec ses collectivités du Pacifique, la Polynésie, la Nouvelle-Calédonie, Wallis et Futuna, la France partage les préoccupations de l'Océanie. Elle souhaite participer au développement des pays de la région et conduire les coopérations indispensables pour assurer le maintien de la paix et la protection de l'environnement dans cette partie du monde.
Je remercie le Président Gaston FLOSSE pour les nombreuses initiatives qu'il prend dans ce domaine.
Mes Chers Amis,
Ce que je veux vous dire du fond du coeur, c'est que je suis fier et que j'ai confiance dans l'avenir de la Polynésie française. J'ai confiance parce que nous partageons la même volonté, la même ambition de réussite et de développement. Je suis fier de la Polynésie française qui est riche de ses traditions et forte d'une jeunesse formidable.
Le projet, que nous avons pour la Polynésie est exaltant. Vous me trouverez toujours à vos côtés pour le mener à bien avec détermination et enthousiasme au service des hommes et des femmes de Polynésie.
Je vous souhaite à tous une très belle soirée avec ce spectacle de la Polynésie belle et vivante.
Vive la Polynésie française,
Vive la République,
Vive la France.

Sur le même thème

Voir tous les articles et dossiers