Publié le 13 décembre 1985

Message de M. François Mitterrand, Président de la République, au congrès de la Fédération nationale des élus socialistes et républicains, Paris, vendredi 13 décembre 1985.

Message de M. François Mitterrand, Président de la République, au congrès de la Fédération nationale des élus socialistes et républicains, Paris, vendredi 13 décembre 1985.

13 décembre 1985 - Seul le prononcé fait foi

Télécharger Message de M. François Mitterrand, Président de la République, au congrès de la Fédération nationale des élus socialistes et républicains, Paris, vendredi 13 décembre 1985. - PDF 69 Ko
Chers collègues et amis,
- Les mandats locaux et nationaux que j'ai occupés depuis la Libération jusqu'à mon élection à la Présidence de la République en 1981 vous permettront, je pense, de me considérer encore comme l'un des vôtres.
- Ce congrès a lieu alors que se mettent en place les derniers textes relatifs à la grande oeuvre de décentralisation que nous avons -entreprise depuis cinq ans et dont les grands principes avaient été au coeur des revendications de votre organisation.
- Les Français voient peu à peu vivre ces nouvelles libertés locales, qui ont été le premier objectif de cette vaste réforme, sans précédent depuis la Révolution et le Premier Empire.
- Mais il n'y aurait pas de nouveaux espaces de libertés dans les régions, les départements et les communes sans des hommes et des femmes décidés à les défendre et à les développer.
- Je sais que cette tâche ambitieuse reste votre première préoccupation.
- C'est elle qui a justifié votre engagement dans la vie locale et nationale.
- C'est elle qui doit sortir renforcée de vos travaux, auxquels je souhaite un plein succès.
- Je vous adresse, chers amis, l'expression de mes cordiales et fidèles pensées.\

Voir tous les articles et dossiers