Publié le 30 juillet 1981

Allocution de M. François Mitterrand, Président de la République, à l'occasion de la réception des Lettres de créance de S.E.M. Samuel M'Baye, ambassadeur du Gabon, Paris, Palais de l'Élysée, jeudi 30 juillet 1981.

Allocution de M. François Mitterrand, Président de la République, à l'occasion de la réception des Lettres de créance de S.E.M. Samuel M'Baye, ambassadeur du Gabon, Paris, Palais de l'Élysée, jeudi 30 juillet 1981.

30 juillet 1981 - Seul le prononcé fait foi

Télécharger Allocution de M. François Mitterrand, Président de la République, à l'occasion de la réception des Lettres de créance de S.E.M. Samuel M'Baye, ambassadeur du Gabon, Paris, Palais de l'Élysée, jeudi 30 juillet 1981. - PDF 151 Ko
`Politique étrangère `
- Monsieur l'ambassadeur.
- C'est avec le plus grand plaisir que je reçois aujourd'hui les Lettres par lesquelles Son Excellence le président Omar Bongo vous accrédite auprès de moi en qualité d'ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire.
- Permettez-moi de vous dire dès l'abord combien j'ai été touché par les paroles très aimables que vous venez d'exprimer à l'égard de la France. Elles reflètent, j'en suis convaincu, la sincérité et la solidité de l'amitié qui unit nos deux pays, ainsi que la qualité des relations que nos peuples respectifs ont su nouer depuis plus de vingt ans.
- Tout concourt en effet, à ce qu'il en soit ainsi : une longue histoire commune, une même foi dans le progrès de l'homme et une communauté de destin qui confère un esprit particulier aux relations franco - gabonaises. Cet esprit, monsieur l'ambassadeur, doit se maintenir pour renforcer davantage encore notre solidarité.\
`Politique étrangère ` relations franco - gabonaises`
- C'est tout naturellement dans la coopération étroite et fructueuse qui s'est établie entre nos deux pays, dans le respect de l'indépendance de chacun de nous, que notre solidarité devra trouver son plein épanouissement pour donner l'image de ce que devraient être, à l'avenir, les relations nouvelles de coopération et de dialogue que la France veut établir avec nos amis africains.
- A cet égard, laissez-moi vous dire que le réalisme et la prudence des choix économiques dans-le-cadre de votre plan triennal de développement, méritent la considération. Tout comme la stratégie économique que vous avez retenue, qui vise à préparer d'ores et déjà l'ère de l'après-pétrole en accordant une place importante à l'exploitation de toutes vos potentialités économiques et plus spécialement celles de vos ressources agricoles.
- Soyez assuré, monsieu l'ambassadeur, que la France continuera à apporter sa contribution au développement économique du Gabon et s'attachera à maintenir avec votre pays une coopération fructueuse comme en témoigne la récente réunion à Libreville de la première grande commission mixte franco - gabonaise.\
`Politique étrangère - relations franco - gabonaises`
- Les liens étroits que la France entend maintenir avec le Gabon prennent d'ailleurs tout leur sens dans l'intérêt accru que nous portons à l'Afrique. La France, en effet, et en-raison même des obligations particulières qu'elle a à l'égard de l'Afrique aura à coeur et a l'honneur d'être à côté des pays africains pour en finir avec les dernières séquelles de la colonisation, pour faire disparaître l'inadmissible et odieuse politique de discrimination raciale, pour donner à votre continent les moyens de reconquérir son identité culturelle, pour aider à conquérir leur autonomie agricole et industrielle, enfin pour faire respecter le droit à la sécurité de tous les Etats africains. C'est à ce prix seulement, j'en suis persuadé, que s'établira le climat de liberté, de dialogue et de solidarité entre les pays industrialisés et ceux en voie de développement, et singulièrement, entre l'Europe et l'Afrique.\
`Politique étrangère ` relations franco - gabonaises`
- Vous commencez votre mission, monsieur l'ambassadeur, au moment même où le président de la République du Gabon effectue en France une visite d'amitié et de travail. Je me réjouis de la perspective de pouvoir dès demain m'entretenir avec le président Bongo sur tous les sujets qui intéressent nos deux pays. Je suis persuadé que le dialogue que nous allons amorcer donnera un élan vigoureux et nouveau aux relations franco - gabonaises.
- La haute mission que vous commencez aujourd'hui, monsieur l'ambassadeur, et que vous remplirez, j'en suis sûr, avec succès, sera de maintenir et de renforcer le caractère privilégié des relations entre nos deux pays. Soyez assuré que vous trouverez toujours auprès de moi et de mon Gouvernement, pendant votre séjour en France, toute l'aide et la compréhension nécessaires à l'accomplissement de votre noble tâche.\

Sur le même thème

Voir tous les articles et dossiers