18 octobre 2016 - Seul le prononcé fait foi

Déclaration de M. François Hollande, Président de la République, sur l'extension du centre de tri de l'aéroport de Roissy-Charles de Gaulle, à Roissy le 18 octobre 2016.

Télécharger le .pdf

Monsieur le Président,
Mesdames, Messieurs les élus,
Nous sommes là, ensemble avec Madame l'Ambassadrice des Etats-Unis, le ministre de l'Industrie et les personnalités qui sont si attachées à l'attractivité de la France, pour célébrer un grand projet.
Un grand projet pour FedEx Express, un grand projet pour les Aéroports de Paris, un grand projet pour l'Ile-de-France, mais aussi un grand projet pour la France. C'est la raison ici de ma présence, parce que c'est un investissement majeur, majeur pour le territoire puisque cela va devenir un hub principal pour l'Europe.
Paris-Charles-de-Gaulle, premier aéroport cargo d'Europe. Cet investissement, les chiffres ont été donnés, un milliard et demi £ c'est aussi des créations d'emplois directs, indirects et qui renforcent FedEx, ici en France.
Je veux personnellement vous remercier. Lorsque nous faisons des réunions avec les principaux dirigeants d'entreprise, pour dire tout le bien que nous pensons, nous, de la France, nous devons les convaincre. Même si nous parlons avec des hommes et des femmes qui sont déjà tout à fait amoureux de la France, amoureux de sa culture, amoureux de sa langue, amoureux de son savoir-faire, de sa technologie, mais qui ne sont pas encore complètement convaincus que la France peut être le meilleur territoire pour investir.
Il nous faut donc faire encore cet effort pour emmener les décisions. Et vous, Monsieur le Président, vous avez été attentif à nos arguments. Vous avez compris que nous voulions disposer des meilleures infrastructures, ici en France et en Ile-de-France. Vous avez compris que nous voulions former les personnels qui pouvaient répondre à vos besoins. Vous avez compris que nous étions prêts à aménager autant qu'il était possible nos règles, y compris nos règles fiscales, pour attirer des grandes entreprises comme les vôtres.
Augustin de ROMANET a évoqué l'auto-liquidation de la TVA £ ne cherchez pas à comprendre, ce qui compte, c'est l'intention et le résultat : ça a facilité grandement les opérations.
Nous avons aussi voulu que la logistique puisse être une des grandes priorités de notre pays. Une logistique qui devait utiliser pleinement les nouvelles technologies, les réseaux. Votre entreprise est finalement celle qui rassemble toute cette ingénierie, puisqu'il y a des réseaux, des transports, de l'informatique et tout ce qui peut permettre de satisfaire le client dans un temps record.
Vous étiez déjà installé en France puisque vous employez plus de 4 000 personnes £ vous avez même repris une autre entreprise pour donner un signe supplémentaire de votre engagement ici, en France. Mais ce qui va se produire ici, c'est que ce centre de tri permettra à FedEx de proposer un service de livraison rapide vers plus de 220 pays au monde, c'est-à-dire tout le monde. Je me pose encore la question de savoir quel est le pays qui n'est pas desservi par FedEx. S'il n'y en a, nous veillerons par des déplacements - s'il le faut personnels - à ce qu'ils puissent être raccordés.
L'inauguration de ce centre est un signe supplémentaire de l'attractivité de la France. Paris est un site multimodal où la liaison entre les voies aériennes, la route, le rail se fait aisément.
Paris est aussi la porte d'entrée du marché européen. Vous avez trouvé ici des partenaires, Aéroport de Paris, Air France, qui vous accompagnent. Comme vous l'avez souligné, vous utilisez 400 vols Air France par semaine, en complément des 300 vols que vous effectuez par votre propre flotte.
Vous avez aussi trouvé un service public efficace. Pour qu'il y ait de grandes entreprises, pour qu'il y ait des marchés qui se développent, pour qu'il y ait des investissements qui se fassent, pour qu'il y ait des créations d'emplois qui puissent être multipliées, il faut que nous ayons des services publics qui montrent un haut niveau de performance. Ici, par exemple, la présence 24/24 heures de douaniers fait gagner un temps précieux pour l'entrée sur le territoire européen des marchandises que vous transportez.
Parce que l'enjeu, c'est la vitesse. Vous, vous allez vite, très vite, parce que vous voulez satisfaire vos clients qui demandent à être livrés dans le plus faible temps possible. Nous, notre responsabilité, c'est que tout, autour de vous, puisse aller vite.
Vous avez également trouvé un important gisement d'emplois, ici en Ile-de-France, avec des centres de formation. Je suis très attaché à la formation professionnelle £ nous avons réformé cette politique pour que nous puissions amener un certain nombre de demandeurs d'emploi dans les métiers de demain et que nous puissions requalifier un certain nombre de salariés. Beaucoup de ces formations sont destinées à des emplois de logistique.
La France attire de grandes entreprises comme les vôtres, la France attire des investissements venant du monde entier et de plus en plus importants. 30 % de plus d'investissements internationaux en France depuis 2012. En 2015, il y a eu 1 000 projets d'investissements étrangers qui ont été réalisés et je remercie Business France de nous accompagner.
Ces projets d'investissement ont créé près de 35 000 emplois, 30 % de plus en 2015 par rapport à 2014. De grands investisseurs viennent, américains et nous en sommes très heureux £ vous connaissez les liens, Madame l'Ambassadrice y travaille, qui unissent nos deux pays et nous pensons aux Etats-Unis à chaque instant, surtout en ce moment.
Nous faisons en sorte que les Etats-Unis puissent considérer la France non pas simplement comme un allié, comme un partenaire, mais comme un ami fidèle £ et nous savons que c'est vrai de votre côté. Chaque fois que la France a été éprouvée, les Etats-Unis ont été à ses côtés.
Nous avons aussi réussi à attirer des investisseurs venus de Chine £ la Chine a investi 3 milliards et demi de dollars en France en 2015, c'est-à-dire plus qu'au Royaume-Uni et en Allemagne.
Enfin, les grandes entreprises qui investissent en France le font aussi dans des centres de Recherche et de Développement. Ici, je considère que d'une certaine façon, nous sommes dans la Recherche et le Développement puisqu'il s'agit d'inventer le transport, la logistique, la livraison de demain.
Vous savez que le grand débat qui se produit partout, dans toutes les démocraties et avant chaque échéance électorale, c'est de savoir si un pays, un grand pays doit rester ouvert ou doit au contraire se replier sur lui-même.
La question est toujours de savoir si un pays a cette force qui lui permet de comprendre qu'il va peser dans le destin du monde. Puis il y a des tentations qui peuvent nous conduire, à cause de la peur, vers le repli, vers la fermeture, vers la protection au meilleur sens du terme £ elle est souhaitable la protection, mais au pire sens du terme, c'est le protectionnisme qui affaiblirait les échanges internationaux. C'est pourquoi nous croyons au développement des échanges, dès lors qu'ils sont équilibrés, dès lors qu'il y a de la réciprocité, dès lors qu'il y a le respect des normes environnementales. C'est d'ailleurs ce que vous voyez ici. Nous avons fait en sorte que la France puisse être un pays pleinement ouvert et qui puisse prendre toute sa place sur le marché mondial, mais aussi attirer des investissements, ici.
Quand il y a des investissements français qui vont vers l'étranger - et il y en a beaucoup - certains s'en inquiètent. Il y a toujours un certain nombre de personnes qui s'inquiètent de tout, en se demandant : « mais pourquoi investit-t-on à l'extérieur alors que l'on pourrait investir dans notre propre pays ? ». Mais chaque fois que nous investissons à l'extérieur, c'est pour tirer un courant d'échanges, pour susciter de l'exportation et pour favoriser l'investissement et l'emploi. Quand il y a des investissements étrangers qui viennent en France, certains s'en inquiètent en se posant la question : « mais est-ce que ce n'est pas au détriment de notre propre indépendance » et là, vous faites la démonstration que lorsqu'il y a un investissement qui vient ici, en France, et qui noue des partenariats avec les grandes entreprises françaises, c'est une richesse que nous sommes capables de créer et qui ne se serait pas produite si vous n'étiez pas venus.
Voilà pourquoi dans un contexte que chacun connait, avec la décision des Britanniques de quitter l'Union européenne, cela doit nous conduire encore davantage à attirer des investissements, à susciter une attractivité pour le territoire français. Il ne s'agit pas de vouloir enlever ce que les Britanniques ont, mais dès lors qu'ils ont fait ce choix, ils doivent en assumer les conséquences. Nous, la France, nous devons être l'accès au marché européen £ nous devons montrer que nous pouvons permettre à des grandes entreprises venant investir en France, d'être pleinement présentes sur le marché intérieur européen, avec toutes les conditions pour réussir.
Nous voulons donc attirer des entrepreneurs étrangers, faire en sorte que nous puissions adapter nos règles, notamment pour les cadres qui sont rapatriés £ faire en sorte que nous puissions trouver les meilleures modalités pour que l'investissement soit sécurisé. Il est très important que nous ayons pu fixer aussi des règles quant à la non-rétroactivité fiscale, pour qu'il n'y ait pas de doute sur les investissements et les revenus qui pourront en être tirés quant à leur fiscalité £ que nous puissions offrir un cadre stabilisé.
Je veux terminer en disant que pour nous, c'est une fierté que de pouvoir accueillir un tel investissement, non pas parce qu'il représente en capacité - ici il y a tant de structures logistiques - mais parce qu'il est sans doute l'un des plus modernes et il est celui qui est le plus connecté dans le monde. Grâce à cet investissement, il va y avoir d'autres investissements qui vont venir £ c'est donc toute une stratégie au service de ce que l'on appelle le Grand Paris de l'Ile-de-France, toute une stratégie pour l'attractivité de la France qui ainsi est confirmée.
Je ne veux pas abuser en laissant penser que ce sera un excellent atout pour les jeux olympiques de Paris, en 2024, car je sais qu'il y a une grande ville américaine qui est également concurrente. Je ne veux donc surtout pas vous créer quelques difficultés mais nous pourrons dire, nous en France, que nous avons toutes les capacités justement pour assurer le meilleur service logistique pour tous les grands événements que nous aurons à organiser, mais surtout pour l'économie française au service de l'économie mondiale.
Merci d'avoir fait confiance à la France. Merci, comme vous l'avez dit, d'aimer la France.

Voir tous les articles et dossiers