6 juillet 2016 - Seul le prononcé fait foi

Déclaration de M. François Hollande, Président de la République, sur les filières fruits et légumes, à Paris le 6 juillet 2016.

Télécharger le .pdf
Monsieur le Président,
Madame, Messieurs qui représentez ici les filières fruits et légumes,
Je suis très heureux de vous recevoir ici, dans ce palais qui était réservé jusqu'à récemment aux hôtes étrangers et que j'ai voulu transformer en palais de la gastronomie puisque, régulièrement, je vous reçois pour de nombreuses occasions. Les filières fruits et légumes présentent dans cette circonstance leurs produits et c'est toujours un moment de rayonnement pour la France.
Je suis heureux de vous recevoir avec la ministre chargée du commerce et de la consommation. C'est vrai que le ministre de l'Agriculture n'est pas là, car il est aujourd'hui à l'Assemblée nationale, mais son directeur de cabinet est ici présent. Il y a Guillaume GAROT qui a longtemps suivi les questions d'agroalimentaire et qui, comme député, est particulièrement attentif. Il préside aussi l'établissement de Chambord et peut-être l'a-t-il transformé en unité de fruits et légumes. Pourquoi pas ? Ce n'est pas simplement la chasse à Chambord. Et puis vous êtes là, comme un certain nombre de professionnels qui suivent depuis longtemps cette filière.
40 ans. Je l'évoquais tout à l'heure avec le président, c'est le bel âge de la vie. Il y en a certains ici présents qui voudraient avoir 40 ans ou avoir encore 40 ans. Mais 40 ans, c'est un temps long pour des structures comme les vôtres parce qu'il a fallu énormément d'audace pour créer cette interprofession et il a fallu aussi beaucoup de ténacité pour rester ensemble quand, souvent, des intérêts peuvent conduire à opposer des filières par rapport à d'autres ou la distribution par rapport à la production ou même à la transformation.
Il était donc très important que vous restiez unis et rassemblés. Et pour cela, il faut être capable d'avoir des objectifs. Votre objectif, c'était de créer autant d'emplois qu'il était possible, de rester sur le territoire et de faire en sorte que nous puissions multiplier les points de vente de manière à ce que le consommateur puisse avoir accès aux fruits et légumes et à tous les fruits et à tous les légumes. C'était aussi pour vous une obligation parce que le consommateur, c'est vrai, a des goûts qui évoluent mais il faut servir tous les consommateurs, y compris les plus modestes qui veulent trouver dans les fruits et les légumes une manière de pouvoir accéder au « bien vivre ». Vous avez une fonction qui est une fonction économique mais aussi une fonction sociale.
Vous avez aussi une fonction culturelle parce que ce qui fait le rayonnement de la France, c'est la qualité de ses produits, c'est cette capacité à montrer que nous pouvons aussi les présenter. Et je veux saluer ici les meilleurs ouvriers de France qui ont fait un travail excellent pour mettre en valeur les produits.
Vous me le rappeliez, au Salon de l'Agriculture, vous faites toujours en sorte de faire des monuments avec vos produits : une Tour EIFEL avec des fruits et légumes. Je me demande si vous n'êtes pas capables de faire des stades aussi avec des fruits et légumes et peut-être une équipe de football avec des fruits et légumes. Même si quand on dit qu'on est un légume, ce n'est pas toujours la meilleure des façons de nous présenter.
Vous avez aussi été très rigoureux et je voulais le dire par rapport à l'information qui est donnée au consommateur, par rapport à la qualité nutritionnelle de façon à ce que les parents qui donnent dès le plus jeune âge des fruits et légumes à leurs enfants puissent savoir exactement quel est l'apport que ces aliments vont procurer à leur progéniture. Et il est aussi très important que vous portiez désormais le Centre technique interprofessionnel des fruits et légumes ce qui permettra de répondre au plus près des besoins des professionnels.
Alors, pour toutes ces raisons, je voulais vous recevoir non seulement pour vous dire toute l'estime que nous portons au travail que vous accomplissez en tant qu'organisation mais, à travers vous, pour m'adresser à tous les producteurs, tous les salariés, tous ceux qui, distributeurs ou autres, contribuent à la filière ou aux filières parce que nous avons cette chance en France de pouvoir disposer d'atouts considérables que nous ne mettons pas suffisamment en valeur et qui nous permettent d'être reconnus au plan international.
Alors vous avez cette obligation de servir le consommateur français mais vous avez aussi cette vocation de faire rayonner la France à travers ses productions. Je ne sais pas si je serai là pour le 80e anniversaire de votre interprofession. Le 50e déjà, ce serait pas mal. Vous m'avez dit que vous aviez été réélu, vous, très facilement pour votre mandat. Donc cela prouve que les fruits et légumes ont toutes les vertus, y compris celle-là.
Merci.

Voir tous les articles et dossiers