6 juin 2016 - Seul le prononcé fait foi

Déclaration de M. François Hollande, Président de la République, sur l'action des associations française et brésilienne « Sport dans la ville" et "Gol de Letra", à Paris le 6 juin 2016.

Télécharger le .pdf
Monsieur le ministre,
Monsieur le président,
Mesdames et messieurs qui représentez les partenaires, les parrains, les amis pour cette initiative qui existe déjà depuis longtemps et qui est née en 1998, une date, une année fameuse, douloureuse et joyeuse. Mais, qui avait rapproché les peuples. Heureusement, on avait fait en sorte. J'avais déjà prévenu que vous seriez français très prochainement et que donc ce serait difficile. Deux associations donc « Sport dans la ville » et « Gol de Letra » s'étaient rapprochées.
« Gol de Letra » avait été fondée par Raï et par Léonardo du Paris Saint Germain de l'époque et qui avait donné une suite immédiate à ce projet en accueillant des jeunes Brésiliens ici en France. Et « Sport dans la ville » en faisant en sorte que des jeunes Français puissent également se rendre au Brésil.
Avec la même idée, partager des expériences et emmener des jeunes d'abord vers le sport, puis ensuite vers la formation, et enfin vers l'emploi. L'idée est globale. Faire qu'il puisse y avoir une éducation à travers le sport. Le sport est déjà une école, mais le sport peut apporter encore davantage.
La formule que vous avez imaginée ensemble a même été adoptée au Brésil puisque cela a inspiré l'Etat qui a souhaité développer un programme dans des écoles sur la base de ce que vous aviez ici engagé. En France, nous le faisons sans le dire, d'une certaine façon, nous faisons du Raï sans le dire ou sans le chanter.
Nous avons aussi voulu que ces deux associations exceptionnelles nous apportent le soleil, parce qu'aujourd'hui c'est un grand événement, c'est qu'il fait beau et qu'il fait chaud, on se demande même si on ne s'est pas trompé, ou si cela va durer ? Cela ne va pas durer, mais on dit que le soleil reviendra pour l'Euro dès vendredi.
Vous avez aussi pu convaincre des chefs d'entreprise, des représentants des grands groupes aussi bien au Brésil qu'en France, de vous suivre dans cette aventure et de financer un certain nombre d'actions. C'est pourquoi j'ai tenu à les inviter et à les féliciter parce que vous vous êtes engagés les uns les autres pour vos deux pays, pour le Brésil et pour la France et pour l'amitié entre la France et le Brésil.
Le Brésil va bientôt accueillir à Rio les Jeux Olympiques, cela est une grande responsabilité. Le Brésil peut être fier d'avoir préparé cet événement, et nous allons nous en inspirer, d'abord nous allons y venir pour que nos athlètes puissent gagner un certain nombre de médailles, pour que nos nageurs, pour que bref tous ceux qui vont être présents pour cette fête puissent, en tant que Français, accomplir des performances £ mais nous allons y venir aussi pour nous inspirer et pour défendre la candidature de Paris pour les Jeux Olympiques de 2024.
Nous comptons sur le Brésil pour nous soutenir comme le Brésil a pu compter sur nous. Il y aura aussi au Brésil des rencontres qui ne seront pas que sportives puisqu'il y aura là des chefs d'Etat et de gouvernement qui se retrouveront pour échanger sur l'avenir de la région, sur l'avenir du Brésil et pour intensifier encore les relations, et cela sera le cas de la France avec le Brésil.
Vous cher Rai, la France, le Brésil ce sont vos deux patries, et vous les aimez autant l'une que l'autre. D'abord dans votre famille, la langue française a toujours compté £ votre frère Socrates était non seulement un grand footballeur mais un homme de grande culture et d'esprit, comme vous et il a pu créer des émotions considérables y compris dans un match de football France-Brésil de 1986 £ mais je ne veux pas être, une nouvelle fois, cruel.
Vous avez été un footballeur très aimé en France, et pas simplement à Paris, même à Lyon on devait aimer Rai, même s'il y avait de très bons joueurs brésiliens aussi à Lyon. Votre cur est resté ici et vous avez demandé la nationalité française, tout en gardant la nationalité brésilienne, car en France nous pensons que les binationaux enrichissent le pays, contribuent au rayonnement, favorisent l'amitié entre les peuples et donc je suis très heureux de vous remettre ce soir le décret portant attribution de la nationalité française et donc je vais demander qu'on me l'apporte.
Applaudissements
Monsieur Raï De SOUZA de OLIVEIRA, vous êtes aujourd'hui citoyen Français. Merci.
ApplaudissementsSi vous voulez dire un petit mot, faites-le.

Voir tous les articles et dossiers