Publié le 4 décembre 2015

Déclaration de M. François Hollande, sur l'action des militaires français en Syrie et en Irak contre le groupe terroriste Daech , sur le porte-avions Charles de Gaulle le 4 décembre 2015.

4 décembre 2015 - Seul le prononcé fait foi

Déclaration de M. François Hollande, sur l'action des militaires français en Syrie et en Irak contre le groupe terroriste Daech , sur le porte-avions Charles de Gaulle le 4 décembre 2015.

Télécharger le .pdf

Monsieur le ministre de la Défense,
Monsieur le chef d'Etat-major des Armées,
Monsieur le chef d'Etat-major de la Marine,
Mesdames, Messieurs qui êtes réunis ici sur le porte-avions,
Après le lâche et terrible attentat qui a frappé notre pays à Paris, à Saint-Denis, c'était le 13 novembre dernier, j'ai décidé d'intensifier le combat contre Daech en Syrie et en Irak. Intensifier le combat veut dire intensifier les frappes. Et c'est pour cette raison que j'ai demandé que le groupe Aéronaval soit déployé en Méditerranée orientale.
Ce combat, vous le menez et nous le menons ensemble avec nos alliés. Le déploiement de bâtiments de guerre belges, britanniques et bientôt allemands au sein du groupe aéronaval vient nous confirmer, Amiral, la capacité qui est la nôtre et surtout la solidarité avec laquelle les Européens nous ont prodigué leur concours.
J'étais déjà ici dans ce hangar en janvier dernier. J'avais présenté mes voeux aux armées et c'était déjà au lendemain d'attaques dont notre pays avait été la cible. Vous partiez à ce moment-là soutenir l'effort de la France au sein de la coalition en Irak. Mais cette fois-ci, je vous rejoins en pleine opération. Je viens pour saluer l'action du porte-avions et de tous les bâtiments qui le protègent et vous dire combien la France est derrière vous.
Vous êtes 2.600 militaires astreints à de multiples charges - elles m'ont été présentées au cours de cette visite -, toutes sont essentielles et si une vient à manquer, c'est l'ensemble du dispositif qui peut un moment être paralysé. Il s'agit de préparer les munitions, d'assurer la maintenance, de veiller à la sécurité, d'organiser des opérations, d'effectuer des frappes et d'exploiter et d'analyser les résultats. Ce que vous faites, à la fois les actions que vous menez et les informations que vous recueillez, sont extrêmement précieuses pour la coalition et pour la frappe contre Daech. Je n'oublie pas les 600 personnels qui sont sur les bases aériennes de Jordanie et des Emirats et qui concourent aussi à l'opération.
Vous avez mis moins de cinq jours pour venir, c'est dire là aussi la capacité du groupe, la rapidité avec laquelle il peut se déployer. Ce groupe aéronaval permet l'intervention de 26 avions auxquels s'ajoutent 12 avions de chasse de l'armée de l'air. Au total, 38 appareils. Et depuis l'arrivée dans la zone, plus de 120 sorties de combats ont été réalisées et toutes ont été réussies. Ce qui démontre la fiabilité de nos appareils, de tous nos appareils - les plus modernes, le Rafale, jusqu'aux plus anciens, le Super Etendard qui l'année prochaine ne sera plus en activité. Nous avons là des appareils qui sont fiables et des personnels, vous, qui êtes de grands professionnels, les pilotes mais aussi tous ceux qui concourent à la mission : effectuer sans faiblir dans des conditions difficiles des missions aériennes et des frappes. Et c'est ce que je suis venu constater encore aujourd'hui.
La France peut se féliciter de disposer d'un porte-avions comme le Charles de Gaulle qui peut agir chaque fois qu'il est appelé, on le voit pour l'Irak et pour la Syrie : flexibilité, rapidité, disponibilité, c'est la force de l'armée française, mon Général. Et c'est ce que je vous demande avec des moyens qui justement ont été augmentés, comme l'avait demandé le ministre de la Défense, pour que nous puissions avec vous, les personnels, répondre à toutes les menaces.
La France peut être fière, fière de ses soldats puisque lorsque nous sommes attaqués, nous pouvons être en capacité d'agir. Votre présence, votre mission donc, contribue à réduire les moyens de Daech, cette organisation qui nous a assassiné 130 personnes et blessé beaucoup d'autres. Votre mission consiste aussi à soutenir les groupes qui luttent contre cette organisation terroriste et donc à soulager les souffrances des populations et à créer les conditions d'une transition politique en Syrie et d'une capacité pour le gouvernement irakien à retrouver l'intégrité de son territoire. Je connais la difficulté de votre tâche et cette visite sur le porte-avions a encore élevé mon niveau d'information et quand je prends une décision présentée par le ministre de la Défense et par le chef d'Etat-major des Armées, je sais, grâce à vous, qu'elle est étayée aux meilleures sources.
Votre combat contre Daech demande du sang-froid, de la persévérance mais aussi de la rigueur et de la précision car il s'agit de détruire les centres de commandement, des camps d'entraînement, des ressources logistiques et notamment pétrolières de Daech sans mettre en danger la vie des populations civiles. C'est là notre honneur mais c'est là aussi la difficulté de la mission. J'ai confiance en vous, confiance en vos chefs, en leur capacité à vous commander, confiance aussi en votre haut niveau technique et en votre patriotisme. Je vous exprime la gratitude de la Nation pour ce que vous faites et ce vous allez faire. Ce que vous menez comme action, c'est plus qu'une riposte à ce que nous avons subi sur notre propre sol, c'est une réponse appropriée à la lutte contre le terrorisme et à la destruction de Daech car ce groupe veut détruire nos valeurs, nos modes de vie, notre démocratie. Vous agissez au nom de la France dans le cadre d'une coalition mais vous agissez au nom de l'humanité. Prenez bien conscience que vous êtes des soldats français, oui, mais des soldats de l'humanité, pour permettre que nous puissions être libres, vivre comme nous en avons décidé mais pour permettre aussi à des populations qui sont soumises à la barbarie de retrouver à leur tour dignité, liberté.
Les Français doivent savoir que nous agissons avec fermeté et efficacité et cette visite aussi peut y contribuer. Nous sommes pleinement engagés et nous ne laisserons aucun répit aux terroristes et c'est ainsi que nous nous protégerons car vous contribuez à protéger la population française.
Dans quelques jours, vous rejoindrez une nouvelle zone de déploiement. Vous prendrez des responsabilités de commandement vis-à-vis de nos alliés dans le cadre de la coalition et vous poursuivrez d'une autre façon la lutte que nous engageons contre le terrorisme. Votre mission durera jusqu'en mars. Pendant les fêtes de fin d'année, vous veillerez sur la France, sur notre sécurité £ vous serez loin, je le sais, de vos familles. Je comprends à la fois leur fierté de vous savoir là où vous êtes et leur inquiétude parce que vous êtes en mission opérationnelle. Sachez bien que j'aurai une pensée pour elles et pour vous lorsque j'exprimerai mes voeux aux Français. Je leur dirai que nous sommes pleinement engagés dans le combat, et que nous sommes bien protégés en France grâce à nos forces de sécurité, grâce aussi aux militaires et que nous sommes également protégés par l'action que vous menez.
Nous sommes fiers de vous. Vous devez ici défendre nos valeurs, agir pour l'action qui vous a été définie mais je voulais, puisque j'en ai pris moi-même la décision, vous dire toute ma gratitude.
Vive la République et vive la France !

Voir tous les articles et dossiers