Publié le 9 septembre 2015

Déclaration de M. François Hollande, Président de la République, sur le club de football du Red Star, l'Euro 2016 et sur le sport et la citoyenneté, à Saint-Ouen le 9 septembre 2015.

Déclaration de M. François Hollande, Président de la République, sur le club de football du Red Star, l'Euro 2016 et sur le sport et la citoyenneté, à Saint-Ouen le 9 septembre 2015.

9 septembre 2015 - Seul le prononcé fait foi

Télécharger Déclaration de M. François Hollande, Président de la République, sur le club de football du Red Star, l'Euro 2016 et sur le sport et la citoyenneté, à Saint-Ouen le 9 septembre 2015. - PDF 327 Ko

Monsieur le président de l'Assemblée nationale, cher Claude BARTOLONE,
Messieurs les ministres,
Monsieur le président de la Fédération française de football,
Mesdames, Messieurs les élus,
Et chers amis du Red Star,
C'est vrai que ça fait surgir plein de souvenirs que de venir ici au stade Bauer, non pas que j'y ai été joueur et que j'y ai pu déployer tous mes talents, mais parce que j'y étais plusieurs fois et des années durant spectateur à un moment où le Red Star était en première division ce n'était déjà pas facile et où de grands joueurs souvent à la fin de leur carrière venaient donner leur notoriété pour le club du Red Star. Il y a eu aussi de nombreux talents, Steve MARLET est de ceux-là, qui ont été formés, encadrés £ je veux souligner le travail de ces entraineurs pour devenir de grands champions.
Le Red Star, c'est aussi l'histoire du football français puisque c'est l'un des plus anciens clubs de notre pays et aussi c'est Jules RIMET qui l'avait fondé, celui-là même qui a eu l'idée de la Fédération française de football, Noël LE GRAET, et surtout de la coupe du monde.
Le Red Star, c'est aussi un club qui est profondément ancré dans notre histoire. Une des tribunes - je crois que c'est celle derrière- porte le nom de Rino DELLA NEGRA qui était un joueur du Red Star, qui a été un résistant avec le groupe MANOUCHIAN et qui a été fusillé au Mont Valérien le 21 février 1944 parce qu'ici aussi c'était la résistance.
Le Red Star, il a voulu aussi connaître une nouvelle jeunesse. Il est dommage que le stade n'ait pas suivi cet enthousiasme mais je ne doute pas que les élus sauront trouver des solutions pour que le Red Star retrouve le plus vite possible le stade Bauer.
Mais je ne suis pas venu ici pour vous parler du Red Star seulement. Je suis venu vous parler de la France, de la France qui va accueillir l'Euro 2016. Je veux saluer monsieur LAMBERT et à travers lui, Michel PLATINI, parce que c'est une chance formidable qui nous est donnée à nous la France non pas seulement d'obtenir la victoire si nous la méritons mais d'organiser cette très grande compétition. Comme l'a dit le président de l'Association des maires, François BAROIN, c'est toute la France qui va se mobiliser, pas simplement les villes qui vont accueillir les matchs mais toute la France et toutes les communes de France.
Alors, cet esprit a un nom, c'est l'esprit « tricolore » et j'ai voulu constituer à ma façon un 11 tricolore en plus de l'équipe de France de football. Pourquoi une équipe du 11 tricolore ? Pour que nous puissions porter les valeurs de la France et donner à notre pays toutes les opportunités pour nous mobiliser et réussir ce rendez-vous qui est prévu le 10 juin 2016. Alors jusqu'au 10 juin 2016, il va y avoir de grands événements qui vont préparer le succès de la compétition et l'idée qui nous rassemble, c'est la citoyenneté. Alors cette équipe, elle va se constituer, elle va avoir ses couleurs, son maillot et elle va avoir une ambition qui est de gagner ensemble ou plus exactement de faire gagner la France.
Les valeurs du sport -et vous êtes ici, les jeunes, conscients de les partager parce que vous les apprenez grâce à vos éducateurs- les valeurs du sport, c'est le dépassement, c'est l'engagement, c'est la solidarité et c'est le rassemblement. Et c'est pour cela que j'ai voulu qu'il puisse y avoir à travers l'événement de l'Euro 2016 l'engagement qui puisse être consacré.
L'engagement, c'est d'abord celui de beaucoup de jeunes qui se sont inscrits dans ce qu'on appelle le service civique. Le service civique, grâce à l'Etat et grâce aux communes de France, grâce aux associations, c'est ce qui permet à beaucoup de jeunes d'être utiles aux autres et finalement de se rendre utiles aussi à eux-mêmes. Et dans le cadre de cette mobilisation que le ministre de la Jeunesse et des Sports poursuit, l'Euro 2016 va être l'occasion de mobiliser beaucoup de jeunes en service civique tout au long de la compétition et même avant.
Et puis, il y a une autre idée qui nous est venue, c'est qu'il n'y a pas que des jeunes qui veulent s'engager, il y a aussi un certain nombre de personnes, parfois même âgées, qui veulent à leur tour rendre à la société ce qu'elle leur a donné. C'est l'idée de la réserve citoyenne. On sait ce que c'est qu'une équipe réserve £ elle piaffe généralement près de la ligne de touche pour rentrer et puis on fait appel à elle et elle se révèle. Donc nous avons voulu constituer une réserve citoyenne de femmes et d'hommes qui puissent à leur tour rentrer sur le terrain et nous permettre d'être encore davantage réunis. Ils pourront le faire, ces hommes et ces femmes, dans l'éducation £ ils pourront le faire également pour recevoir des réfugiés. Nous en parlons aujourd'hui y compris avec les maires de France, parce que ça sera avec les maires que cet accueil se fera. Celles et ceux qui ont souffert pour venir jusqu'à nous et que nous devons accueillir, comme d'autres générations ici ont été accueillies venant de loin, lorsque ces hommes et ces femmes pouvaient également être en danger. Alors ces réserves citoyennes, elles vont venir et elles seront là à grossir les rangs de tous ceux qui veulent servir.
Le sport, c'est aussi ce qui permet de réunir le plus grand nombre et parfois, ce sont les manifestations les plus importantes que l'on trouve dans les stades. C'est là que se rassemblent des jeunes et des moins jeunes, des hommes et des femmes, de plus en plus nombreuses, pour célébrer un match et pour soutenir leur équipe.
C'est dans les stades que l'on a sans doute la mixité sociale, la mixité culturelle, la diversité et c'est là aussi que l'on donne ou la meilleure ou la pire des images et nous devons donner la meilleure parce que le sport qui réunit le plus grand nombre, le sport qui permet d'avoir des souvenirs qui restent inoubliables -chacun en a et ce sont souvent des souvenirs de match de football ou de grandes compétitions sportives-, c'est ce qui nous réunit, c'est ce qui nous rassemble.
Mais le sport, ça se fait autour de symboles et il faut les comprendre, ces symboles. D'abord, il y a le maillot £ Steve MARLET a dit l'essentiel. Les maillots peuvent être de toutes les couleurs. Au Red Star, c'est le vert, ce qui a posé un problème pour un match de Coupe de France avec Saint-Etienne, mais il y a les maillots que l'on change, que l'on échange même à la fin des matchs et puis il y a un maillot qui est unique, je veux dire unique en France mais aussi unique au monde, c'est le maillot bleu, le maillot de l'équipe de France. C'est une grande fierté de l'avoir porté, même une fois alors quand c'est plus de vingt fois, c'est un honneur et en même temps une responsabilité.
Le drapeau, il a une histoire, ce drapeau bleu, cette équipe qui revêt ce maillot-là, frappé du coq, c'est le maillot de l'équipe de France. Porter un maillot, c'est dire son appartenance à la France mais aussi à une solidarité humaine, à des valeurs. Porter un maillot, c'est aussi le respecter et le faire respecter et c'est pourquoi il est très important qu'on puisse avoir aujourd'hui cette rencontre autour de ceux qui font les symboles de ce qu'est la France : le maillot, le drapeau tricolore, la Marseillaise.
Oui, j'ai voulu que l'on puisse comprendre la signification, le sens de la Marseillaise. La Marseillaise qui a été entonnée la première fois durant la Révolution française lorsqu'il s'agissait de faire lever la nation contre les ennemis de l'étranger, ceux qui voulaient non seulement occuper notre territoire mais remettre en cause les valeurs de la République qui naissaient et de la Révolution française.
Alors, la Marseillaise, c'est un hymne qui nous rassemble tous. La Marseillaise figure dans la Constitution £ la Marseillaise, c'est à côté de la devise républicaine « liberté, égalité, fraternité », c'est le chant qui rassemble tous les Français. Et 220 ans après qu'elle a été pour la première fois chantée, c'est très important qu'elle soit toujours respectée, toujours partagée, toujours connue. C'est un chant de rassemblement, qui n'est pas un chant guerrier -il l'a été-, qui est un chant de paix, un chant qui permet de porter des valeurs de progrès et je veux faire de l'année 2016, l'année prochaine en même temps que l'Euro, l'année de la Marseillaise pour qu'elle puisse être partout célébrée parce que c'est -dans les moments que nous traversons- très important que nous puissions nous unir face à des menaces, elles existent le terrorisme , face à des enjeux considérables qui se passent loin d'ici mais qui nous concernent tous la guerre , face à des peurs que nous pouvons ressentir, des inquiétudes qui peuvent nous traverser, des espoirs que nous devons avoir et la fierté que la France puisse porter son message et faire son devoir. Voilà pourquoi il est très important que nous puissions nous unir sur l'essentiel.
J'évoquais la question des réfugiés, des drames qui existent. Ça peut traverser notre pays, parfois ça peut même opposer les uns aux autres, faire surgir une fois encore des crispations identitaires mais ce ne serait pas la France. La France, elle doit être capable lorsque des hommes et des femmes sont en danger de les accueillir. La France et l'Europe doivent être capables aussi de maîtriser les frontières et de faire en sorte que ne viennent que ceux qui sont dans l'obligation d'aller vers nous pour sauver leur propre vie. Et je me félicite que dans beaucoup de stades justement du monde entier, dans beaucoup de clubs, il y ait eu ce réflexe, cette volonté de rassembler quelques financements et de faire en sorte que chacun où qu'il soit et notamment lorsqu'il est sportif puisse contribuer à ce succès.
Je veux remercier Pauline GAMERRE d'avoir voulu être dans le 11 tricolore pour justement faire en sorte que la citoyenneté puisse être présente tout au long de ces prochains mois. A travers elle, c'est une femme qui est engagée depuis longtemps pour les autres. C'est aussi une dirigeante d'une équipe célèbre, le Red Star. Elle a aussi des convictions fortes et elle veut être utile. Et elle veut surtout que son message puisse être partagé.
Alors, Mesdames et Messieurs, notamment les plus jeunes, nous vous laissons un message : soyez d'abord respectueux de vous-mêmes et des autres £ soyez conscients que vous appartenez à une équipe et à une nation £ soyez rassemblés et puis soyez fiers, soyez conquérants £ pensez que la France peut vous faire la place à laquelle vous avez droit £ pensez que vous avez un avenir et que vous le préparez ici.
Et je veux aussi vous engager à lutter autant qu'il est possible et ici ça sera l'évidence contre le racisme, contre les discriminations, contre les séparations, contre les confrontations religieuses. Soyez déjà, grâce au sport, de bons citoyens. Je veux que l'Euro 2016 en France, soit une grande fête, elle sera réussie, une fête du football - ici beaucoup la préparent et d'abord l'équipe de France de football-, une grande fête de la fraternité parce que c'est une des valeurs de la France, une grande fête de la citoyenneté.
Et je vous remercie tous d'avoir ici sur ce stade Bauer rappelé l'histoire, d'où nous venons et surtout marquer l'espoir, c'est le seul but qui doit nous animer, marquer l'espoir pour que nous puissions être une France rassemblée, victorieuse et conquérante.
Merci.Vive la République, vive la France, vive le Red Star et vive la Marseillaise !

Voir tous les articles et dossiers