Le chanteur et compositeur Daniel Lévi, inoubliable interprète de « Ce rêve bleu » et de « L’Envie d’aimer », s’est éteint hier. 

Né à Constantine en 1961, c’est à Lyon que Daniel Lévi grandit, et sa vocation avec lui, car il découvre très tôt qu’il a dans les doigts, dans sa voix, des dons à épanouir. Pendant dix ans, il étudie le piano au conservatoire de la ville, déchiffre les partitions des plus grands compositeurs classiques, échauffe sa voix de ténor, et noircit déjà des carnets de ses propres mélodies. 

A 22 ans, il compose Cocktail, le premier des six albums solo qu’il publiera tout au long de sa carrière, compositions de son cru, mélanges de jazz, de soul, de variété française et de musiques du monde. Remarqué par la profession, il fait la première partie de la tournée européenne de Gloria Gaynor et collabore avec Michel Legrand sur la bande originale de Parking de Jacques Demy.

Il connaît ses premiers succès dans les années 1990. En 1991, il est à l’affiche de la comédie musicale Sand et les romantiques de Catherine Lara et Luc Plamandon où il redonne vie à Musset et à Chopin. En 1993, Disney le choisit pour chanter le titre-phare d’Aladdin, « Ce Rêve bleu », que toute une génération fera avec lui, comme portée par sa voix sur le tapis volant du héros des Mille et une nuits. En 1996, il publie son second album qui le propulse cette fois sur la scène du Bataclan. 

Mais c’est en 2000 que les Français découvrent véritablement Daniel Lévi. Il est Moïse dans Les Dix commandements, la comédie musicale d’Elie Chouraqui et Pascal Obispo qui fit surgir sur les scènes de France ces pages épiques de l’Ancien testament. Trois semaines durant, il triomphe sur la scène du Palais des Sports, puis dans une longue tournée à travers tout le pays. Da sa voix puissante et pleine, il fait d’un titre du spectacle un tube dans la France entière, « L’Envie d’aimer », qui rafle le prix de la chanson originale aux Victoires de la musique. L’album caracole en tête des ventes, s’écoulant à plus d’un million d’exemplaires. 

Daniel Lévi renoue ensuite avec ses premières amours pour la composition. Sa notoriété nouvelle lui permet de présenter ses albums suivants à l’Olympia, au Casino de Paris, à la Cigale, dans toute la France et jusqu’en Israël. 

Artiste engagé et généreux, il prêtait sa voix à toutes les causes qui lui étaient chères, la lutte contre le racisme et l’antisémitisme, la préservation de la planète ou la solidarité à travers sa participation au dixième album des Enfoirés. Alors que lui-même se battait contre un cancer, il trouva encore la force en 2020, au plus fort de la pandémie, de composer un titre pour chanter sa gratitude aux soignants et aux travailleurs de la première ligne. 

Le président de la République et Brigitte Macron saluent une grande voix et une belle âme de la chanson française. Ils adressent à son épouse et ses quatre enfants leurs respectueuses condoléances. 
 

Voir tous les articles et dossiers