Nordiste par la naissance et le cœur, centriste par le combat politique, Catherine Fournier s’est éteinte aujourd’hui, à 66 ans des suites d’une longue maladie. Maire de Fréthun, conseillère générale du Pas-de-Calais, conseillère régionale des Hauts-de-France et enfin sénatrice de son département, elle avait fait sienne la devise « vivre, c’est se battre » et avait servi la République française à tous ses échelons durant plus de 25 ans. 

Née en 1955 à Boulogne-sur-Mer, elle grandit dans la commune rurale de Fréthun, l’une des plus septentrionales de France, à quelques encablures de Calais. 

De la « capitale de la Côte d'Opale » à la « capitale des Flandres », Lille, il n’y a qu’un pas, que Catherine Fournier franchit le temps de ses études supérieures. Son DUT de finances comptabilité en poche, elle revient à Fréthun pour monter sa propre entreprise dans le tourisme qu’elle gère jusqu'en 2004, date à laquelle elle rejoint une société d'export.

Quand elle ne travaille pas à faire voyager les gens ou les biens, Catherine Fournier aiguille sa ville vers l’avenir. Une vocation familiale puisque son propre père, René Hochart, était le maire de Fréthun avant elle. Lorsque Catherine Fournier prend son relai, en 1995, c’est lui qui lui transmet son écharpe comme on passe un flambeau. 

Pendant 22 ans, avec ambition et détermination, la « baronne du rail » s’occupa de cette commune et de ses 1300 âmes en œuvrant avec beaucoup d’efficacité sur le front de l’emploi et en portant de toute ses forces le dossier de la gare internationale de Calais-Fréthun, point d’entrée du Tunnel sous la Manche. Organiser, relier et ouvrir son territoire fut sa priorité. 

En 2015, elle est élue au Conseil Régional des Hauts de France où elle intègre la commission « Au travail ». Sa connaissance du terrain, son engagement pour que chaque territoire puisse s’exprimer en toute équité et son soutien aux élus locaux lui valent la confiance des grands électeurs du Pas-de-Calais qui l’élisent à la Haute Assemblée en septembre 2017. Sur les bancs du Palais du Luxembourg, au bureau de la délégation aux entreprises comme à la commission permanente des Affaires sociales, elle s’engage pour alléger la vie de ses concitoyens et mieux les associer aux décisions publiques. Comme présidente de la commission sur la loi Pacte, elle est notamment à pied d’œuvre pour la simplification et la dynamisation de l’entreprenariat français.

Dans sa région, au Sénat, dans l’ensemble de la classe politique, tous ceux qui ont travaillé à ses côtés louent une femme bienveillante, engagée, attentive à tous, profondément humaine. Qu’elle invite une délégation de Gilets Jaunes en 2019 pour débattre de la privatisation d’Aéroports de Paris, de la Française des jeux et de barrages hydroélectriques d’EDF, ou qu’elle se mobilise autour de la pénurie de médicaments en appelant à une Europe de la santé, Catherine Fournier a toujours fait de l’humain sa priorité. 

Le Président de la République salue un parcours politique exemplaire et adresse à son époux, ses deux enfants, ses amis, ses collègues, aux habitant des Hauts-de-France et de Fréthun en particulier, ses condoléances attristées. 

Voir tous les articles et dossiers