Publié le 16 septembre 2021

Déclaration conjointe du Président Emmanuel Macron et de la Chancelière Angela Merkel.

Le Président de la République Emmanuel Macron a reçu la Chancelière de la République fédérale d’Allemagne, Angela Merkel, pour un entretien suivi d’un dîner de travail au Palais de l’Elysée.

La discussion a porté sur les sujets internationaux, tels que l’évolution de la situation en Afghanistan, l’Iran, la Libye, l’Ukraine, la Biélorussie.

Les grands défis européens en matière de défense, d’asile et migration, et de transition climatique et numérique ont également été abordés. 

Enfin, il a été question de la préparation des prochaines échéances européennes, dont le sommet entre l’Union Européenne et les Balkans occidentaux, à Ljubljana, le 6 octobre prochain, et la future Présidence française du Conseil de l’Union européenne.

16 septembre 2021 - Seul le prononcé fait foi

DÉCLARATION DU PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE

Télécharger le .pdf

Bonjour Mesdames, Messieurs. 

Madame la Chancelière, chère Angela, je me réjouis de vous accueillir à nouveau à Paris pour ce dîner de travail et amical pour des consultations sur les nombreux sujets d’actualité internationale européenne et les prochaines échéances que nous aurons à vivre ensemble, en Slovénie puis à Bruxelles. Il s’agit là d’une rencontre en effet avant le sommet que nous aurons, mais en aucun cas, comme d’ailleurs j’ai pu parfois le lire, de votre dernière visite à Paris parce que nous allons continuer de vous accueillir et nous allons ensemble en reparler. 

Avant de revenir plus en détail sur l’agenda de nos discussions, je tenais à vous présenter, Madame la Chancelière, chère Angela, à vous-même, à l’ensemble de vos collaborateurs ainsi qu’à son épouse et à ses enfants mes condoléances et les condoléances du peuple français après la disparition soudaine de Jan HECKER qui fut votre conseiller diplomatique et qui venait d’être nommé ambassadeur à Pékin. Je veux ici dire combien nous avons été choqués et tristes à l’annonce de sa disparition. Jan HECKER était un grand juriste et un grand diplomate. Il a travaillé à vos côtés pendant plusieurs années et il fut une cheville ouvrière de la relation franco-allemande par ses nombreux échanges avec la cellule diplomatique française. Il était notre partenaire et était devenu notre ami. Et donc veuillez accepter toutes mes condoléances pour cela. 

Ce soir, nous reviendrons évidemment sur l’actualité internationale et en particulier la situation en Afghanistan et les conséquences que nous devons en tirer entre Européens. Il nous faut poursuivre nos efforts pour permettre que quelques ressortissants européens et des personnes menacées puissent quitter le pays, fournir un soutien humanitaire à celles et ceux qui sont en situation de détresse, et évidemment soutenir les pays voisins qui ont accueilli les Afghans. Nous serons également particulièrement vigilants quant aux relations avec les talibans avec des organisations terroristes car il en va de notre sécurité. Et donc nous aurons à évoquer ce sujet. 

Nous discuterons aussi évidemment de plusieurs autres régions qui attendent la cohérence des Européens, notre travail ensemble et la défense d’une vraie autonomie de l’Europe. C’est vrai pour le Sahel en matière de lutte contre le terrorisme, en Libye conformément aux discussions de juillet dernier à Berlin, en Iran dans le cadre des négociations sur le nucléaire, comme dans l’Indo-Pacifique où les Européens ont adopté ces derniers jours une stratégie commune. 

Nous échangerons également sur notre voisinage oriental, en particulier sur la situation en Ukraine et en Biélorussie et tous ces grands dossiers internationaux sont évidemment liés aux sujets européens que nous aborderons ensuite puisque nous préparons, notamment, le prochain sommet entre l’Union européenne et les Balkans occidentaux. Vous venez d'y passer quelque temps, madame la Chancelière, et donc nous aurons aussi à l'évoquer afin de continuer à renforcer les liens entre les pays de la région et l'Union européenne. 

A moins de quatre mois de la présidence française de l'Union européenne, la France et l'Allemagne continuent de travailler ensemble pour faire progresser notre agenda commun. Nous poursuivrons nos discussions sur les grandes priorités que nous souhaitons voir aboutir durant les 6 mois de présidence française, en particulier les négociations sur la législation climatique, pour traduire notre ambition de baisse des émissions de gaz à effet de serre en actes, l'adaptation de notre régulation du numérique et également la lutte contre les contenus illicites, la régulation économique des grandes plateformes et le renforcement de notre cybersécurité.  Cette rencontre nous permettra également de préparer les prochaines échéances du Conseil européen qui se réunira en Slovénie au début du mois d'octobre. 

Comme vous le voyez, nous avons un agenda chargé et il n'est pas encore exhaustif tel que je viens de le présenter sur le plan bilatéral, européen et international. J'ai, comme vous, conscience des échéances politiques des prochaines semaines en Allemagne, que la France suit avec attention. Mais d'ici à la formation du prochain gouvernement, madame la Chancelière, chère Angela MERKEL et moi-même continuerons à travailler main dans la main sur les grands dossiers auxquels nous cherchons à apporter des solutions franco-allemandes comme nous le faisons depuis le premier jour. 

Merci, chère Angela, d'être à Paris ce soir. C'est avec beaucoup de plaisir et d'honneur qu’une fois encore nous te recevons avec toute la délégation. 
 

Voir tous les articles et dossiers