Publié le 14 mars 2019

Étape 2 : Éthiopie

Le Président Emmanuel Macron écrit une nouvelle page de la relation entre la France et l’Afrique, en reconnaissant que nos destins sont liés : nous réussirons (ou échouerons) ensemble.

Le Premier ministre de l'Ethiopie, Abiy Ahmed écrit une nouvelle page de l'histoire de son pays grâce à des réformes ambitieuses. Ses efforts ont également permis une réconciliation historique entre l’Éthiopie et l’Érythree, ouvrant la voie à la construction d’une nouvelle stabilité régionale. 

Ces nouvelles pages, les deux dirigeants ont décidé de les écrire ensemble.

Pour contribuer à la paix dans la région et lutter contre le terrorisme, ils ont conclu un accord inédit de coopération en matière de défense. 

Pour poser les bases d’une relation économique mutuellement bénéfique, l’Ethiopie s’ouvrira davantage aux  investissements d'entreprises françaises. 

Pour la préservation du patrimoine culturel éthiopien, la France répond présente à la demande de l’Ethiopie : elle s’engage à partager son savoir-faire pour protéger et valoriser des sites symboliques comme celui des Eglises médiévales rupestres de Lalibela.

Cette deuxième étape de la tournée du Président Emmanuel Macron en Afrique de l'Est est à l'image de son engagement avec l'Afrique : une vision renouvelée et des actions concrètes.

Retrouvez la conférence de presse avec Abiy Ahmed, Premier ministre de l'Éthiopie :

Conférence de presse conjointe avec le Premier ministre Abiy Ahmed

12 mars 2019 - Seul le prononcé fait foi

Merci beaucoup Monsieur le Premier ministre, merci pour vos mots et pour votre accueil dans votre magnifique pays et permettez-moi, en effet, d’avoir avant toute chose un mot de condoléances pour les victimes et les familles de victimes de l’accident aérien produit sur la compagnie Ethiopian Airlines dimanche dernier. Vous savez combien nous sommes à vos côtés et aux côtés de l’ensemble des familles des victimes.

Monsieur le Premier ministre, merci de nous accueillir, ma délégation et moi-même, ici dans ce palais du Ghebbi, ancienne résidence de l’empereur Ménélik qui montre, si besoin en était, combien l’Ethiopie est un pays chargé d’une histoire millénaire prestigieuse. Nous avons vu tout à l’heure à Lalibela encore des traces de celle-ci. Et au fond nous sommes ici dans un pays ami où nous voulons renforcer, construire une page nouvelle de notre histoire commune et dans un pays qui porte aussi une histoire toute particulière au sein de l'Afrique, une fierté unique, une civilisation profonde, un alphabet qui lui est propre et la capacité à avoir constamment résisté à toute forme d'invasion. C'est ce qui fait l'Ethiopie d'aujourd'hui c'est cette utopie d'hier. C'est pourquoi, je suis extrêmement fier et convaincu de ce que nous avons décidé au mois d'octobre dernier ensemble à Paris, Monsieur le Premier ministre, et de ce que nous venons ensemble d'ailleurs in situ de confirmer, c'est le fait que la France accompagne l'Ethiopie dans la restauration, la conservation de ce patrimoine culturel. Parce qu'il fait partie non seulement de l'histoire de l'Ethiopie mais il fait partie d’une civilisation multiséculaire et il fait partie aussi de ce qui est le ciment de votre pays et aussi une des multiples passerelles qu'il y a entre nos pays. Nous avons vu à Lalibela, au-delà de la beauté spectaculaire des lieux, cette dizaine d'églises construites dans la pierre qui sont, je dois bien le dire, une trace unique, une présence unique de l'église éthiopienne et qui au-delà de cette présence architecturale montrent encore la vitalité de toutes celles et ceux qui croient, prédiquent dans ce lieu. C'est pourquoi nous avons décidé, fort justement des décennies de coopération de la présence de nos chercheurs, de nos archéologues et de nos experts qui avec beaucoup d'humilité et de passion accompagnent ce site depuis des décennies, nous avons décidé de répondre à votre sollicitation et d'être à vos côtés. La France mettra ainsi à profit son expertise et son savoir-faire pour préserver, restaurer et valoriser ce site inestimable et le faire avec les Éthiopiens et en particulier avec l'église. J'ai pu sentir à quel point il y avait non seulement une fierté mais un sentiment vivant d'appropriation de ce lieu et la restauration, la conservation de ce lieu parce que c'est une part vivante de ce patrimoine, elle ne peut réussir, elle ne peut se faire que si elle est portée en partenariat profond avec toutes celles et ceux qui non seulement vivent dans ce lieu mais le font vivre avec beaucoup de ferveur comme nous l'avons vu. Nous serons donc à vos côtés et je me suis engagé à ce que donc nous financions cette restauration, cette conservation, que nous puissions avoir ce travail scientifique et humain qui puisse se faire en partenariat, et nous poursuivrons aussi par un travail archéologique que nous souhaitons faire sur une partie d'un village ancien du 12e siècle qui est à découvrir et sur lequel nous souhaitons aussi pouvoir coopérer.

Plus largement, la France continuera aussi de vous accompagner dans la conservation et la mise en valeur de votre patrimoine tel que le musée national ou le palais du Jubilé, l'ancienne résidence du roi Sélassié où la Présidente de la République et vous-même nous faites l'honneur de nous accueillir dans un instant pour dîner. Et pour moi, cette coopération culturelle est extrêmement importante de ce qu'elle dit de votre pays et de ce qu'elle dit du respect réciproque entre nos pays

Je suis également très enthousiaste face aux perspectives inédites de coopération entre l’Ethiopie et la France en matière de défense et de sécurité. Nous venons en effet de signer à l'instant un accord inédit de coopération de défense, vous l'avez dit, qui offre le cadre d'une coopération renforcée et ouvre notamment la voie à un accompagnement spécifique de la France sur la mise en place que vous avez souhaitée d'une composante navale éthiopienne. Plus largement, il offre un cadre à notre coopération en matière aérienne un partenariat entre nos troupes et des perspectives en termes de formation, en termes opérationnels, en termes d'équipements qui sont pour nous extrêmement importantes. Important parce que nous souhaitons que nos armées travaillent davantage ensemble, important aussi parce que l’Ethiopie joue un rôle fondamental dans la stabilisation de toute la région. En Somalie bien sûr où les forces éthiopiennes sont très engagées et où nous partageons un enjeu commun de lutte contre le terrorisme mais plus largement comme en témoigne l'évolution récente que vous avez impulsée. Et je dois le dire, depuis que vous êtes Premier ministre, notre vision a profondément changé et ce partenariat est évidemment non seulement une composante bilatérale mais nous avons conscience de le signer avec un pays et un dirigeant qui a décidé de construire la paix dans toute la région et de lutter avec force contre le terrorisme et toutes les formes de menaces. Donc, dans ce cadre, je considère que cette coopération est un jalon important de notre contribution à l'effort de stabilisation de toute la région que vous portez et le fait que nous souhaitons participer à cette stabilisation de long terme qui ne se fera, et c'est conforme à votre vision, je dirais à la fois historique et géopolitique, que par une plus grande intégration de toute la région retrouvant en cela la force d'une histoire commune. Et nous vous accompagnerons aussi autant que nous ne pourrons sur ce chemin.

Enfin, en matière économique, là aussi, nous rebâtissons une nouvelle étape de notre histoire. D'abord, l'Agence française de développement consacrera exceptionnellement un prêt de politiques publiques de 85 millions d'euros assorti d'une assistance technique de 15 millions d'euros. Pourquoi ? Pour accompagner les réformes de politique économique que vous avez décidées. Vous avez décidé de moderniser l'économie de votre pays, d'ouvrir de nombreux secteurs, de mettre fin à des monopoles, de construire les règles et le cadre d'un investissement de long terme et d'une attractivité. Et donc indépendamment de toute opportunité commerciale, nous considérons que c'est un effort, une transformation que nous nous devons d'accompagner et c'est le choix qui est ainsi porté.

Ensuite, nous ferons tout pour que la France puisse participer justement de l'accroissement des investissements directs étrangers et à cet égard nos entreprises sont très intéressées de contribuer à cette dynamique d'ouverture économique de votre pays. Vous m'aviez demandé en octobre dernier de venir avec une délégation d'entreprises, elles sont là, certaines sont présentes depuis de longues années et sont des partenaires dans la durée. Je pense notamment à Orange, Bolloré, BGI Castel. D'autres ont décidé de s'y implanter récemment. Je pense aux malteries Boormalt et Soufflet qui ont engagé des investissements importants et qui inaugurent ces jours-ci les premières pierres de ces investissements. Et d'autres souhaitent s'investir en renouvellement. Je pense à la CMA-CGM, Canal Plus, Lagardère Travel Retail ou Ariane espace et des investisseurs de long terme comme le font Meridiam qui était également prêt à investir 500 millions d'euros pour financer un ambitieux projet de géothermie. Et donc vous le voyez, nous souhaitons à travers cette présence historique, ces nouveaux projets - et celles et ceux qui nous ont accompagnés sont prêts à aller plus loin - à pleinement porter le renouvellement qui est aujourd'hui le vôtre et prendre notre part dans cette nouvelle page de l'Éthiopie.

Nous avons évoqué bien d'autres sujets avec Monsieur le Premier ministre. Bien évidemment la coopération universitaire également, le renforcement de l'enseignement du français auquel je suis extrêmement attaché. Et donc là aussi, nous prendrons des initiatives ensemble. Mais je dois vous dire, Monsieur le Premier ministre, que je suis extrêmement heureux après votre visite au mois d'octobre dernier à Paris d'être présent ici avec une délégation de ministres, de représentants de l'administration et d'entreprises, pour vous dire que la France revient, la France est à vos côtés et la France croit dans la politique que vous conduisez non seulement pour l’Éthiopie mais en cette volonté de réconciliation de toute la région. Je vous remercie.

Les images de la rencontre entre le Président Emmanuel Macron et le Premier ministre de l'Éthiopie Abiy Ahmed, ainsi qu'avec la première PrésidentE d'Éthiopie (et seule actuellement en Afrique), Sahle-Work Zewde :

Tout savoir sur le déplacement du Président Emmanuel Macron à Djibouti, en Éthiopie et au Kenya :

Voir tous les articles et dossiers