Publié le 13 mars 2019

Étape 1 : Djibouti

Première étape de sa tournée en Afrique de l’Est, le déplacement du Président Emmanuel Macron à Djibouti s’inscrit dans un engagement de long terme pour faire réussir l’Afrique (dont dépend notre propre réussite).
 
Pourquoi Djibouti ? Situé à la corne de l’Afrique, au carrefour entre l’Europe, le Moyen-Orient, l’Asie et le continent africain, Djibouti est un partenaire de la France. C’est un partenaire économique. C’est aussi un partenaire pour la sauvegarde de l’environnement, car la question climatique nous concerne tous. Mais, c’est également un allié régional majeur dans le domaine sécuritaire, en matière de lutte contre le terrorisme et contre la piraterie maritime. 1 450 soldats, marins et aviateurs français y sont stationnés.
 
Retrouvez la conférence de presse conjointe avec le Président de Djibouti Ismaïl Omar Guelleh :

Déclaration conjointe avec M. Ismaïl Omar GUELLEH, Président de la République de Djibouti

12 mars 2019 - Seul le prononcé fait foi

Merci, merci Monsieur le Président pour vos mots et merci pour l'accueil que vous nous avez réservé avec ma délégation. C'était en effet important pour moi de commencer cette tournée en Afrique de l'Est par une visite ici à Djibouti comme je m'y étais engagé en novembre dernier, chez un partenaire historique et allié stratégique de la France dans la région. Et je tiens à remercier le président Ismaël Omar GUELLEH pour son accueil. 

Notre entretien, vous l'avez parfaitement rappelé, Monsieur le Président, nous a d'abord permis d'évoquer la coopération militaire. Comme vous le savez, Djibouti héberge, en effet, notre première base militaire à l'étranger par la taille avec 1450 personnels et je me rendrai dans un instant avec les ministres pour aller au contact des hommes et des femmes qui servent la sécurité de la France loin de leur pays et en lien avec cet allié historique que j'évoquais dans le cadre d'un traité que nous avons en commun et avec des obligations réciproques. 

Cette coopération c'est aussi une coopération dans le domaine sécuritaire en matière de lutte contre le terrorisme. Djibouti joue un rôle majeur dans la sécurisation de la Somalie en consacrant près d'un tiers de ses forces armées à l'opération de l'Union africaine en Somalie, l'Amisom, et notre partenariat en particulier par le truchement de nos forces pour lutter contre la piraterie dans l'ensemble de la région, a montré son efficacité durant ces dernières années. Notre souhait est de poursuivre l'efficacité de cette coopération, de pouvoir y adjoindre de nouveaux partenaires, et nous en avons longuement discuté en particulier de la péninsule arabique, et de pouvoir intensifier la lutte contre la piraterie et le terrorisme. 

Cette coopération se traduit aussi dans le domaine judiciaire avec tout particulièrement l'extradition vers la France en décembre dernier du terroriste français Peter CHERIF qui avait combattu en Irak, en Syrie, au Yémen et était proche des auteurs de l'attentat de Charlie Hebdo. 

Nous avons ensuite échangé sur la situation dans la Corne et les évolutions spectaculaires engagées depuis l'arrivée au pouvoir du Premier ministre ABIY que je verrais cet après-midi. J'ai rassuré le président GUELLEH sur l'attention constante et indéfectible que la France accorde à Djibouti dans la région et dans les enceintes multilatérales, et vous l'avez évoqué en parlant de récentes résolutions des Nations unies. Sur ce plan, nous ferons tout ce qui est en notre pouvoir pour aider à pacifier la Corne, à construire une paix inclusive et durable qui est bonne pour l'ensemble des protagonistes de la région. L'évolution en cours dans la région est une formidable opportunité pour une stabilisation durable, une intégration vertueuse pourvu qu'elle soit précisément inclusive et ne laisse aucun partenaire de la région sur le côté. Et là aussi, dans les discussions que j'aurai tout à l'heure avec le Premier ministre éthiopien, nous évoquerons ce sujet. 

Nous avons également évoqué la situation catastrophique au Yémen qui je dois le dire me préoccupe profondément. En tant que hub humanitaire, Djibouti joue un rôle indispensable pour atténuer la souffrance des populations. Il est grand temps que ce conflit trouve une issue politique sous l'égide des Nations-unies. A ce titre l'envoyé spécial de l'ONU, Martin GRIFFITHS fait un travail remarquable pour que soit mis en œuvre l'accord de Stockholm trouvé en décembre entre les parties et nous lui apportons notre plein soutien. 

Nous avons par ailleurs eu un échange sur la situation économique à Djibouti. En effet, un certain nombre d'entreprises françaises sont présentes à Djibouti parfois depuis de longues années, plusieurs décennies, et sont prêtes à investir dans la durée. Elles ont vocation à contribuer au développement du pays notamment, vous l'avez dit Monsieur le Président, dans le domaine des activités portuaires mais aussi des énergies renouvelables. Et plusieurs entreprises de notre délégation sont en train de discuter avec leurs homologues et les autorités sur ces sujets. Les entreprises françaises sont en mesure de proposer un partenariat respectueux du développement de Djibouti qui n'entraîne pas un endettement excessif et un endettement non soutenable sur le long terme et qui soit en mesure de favoriser l'emploi local. Et c'est dans ces termes que je conçois le partenariat économique entre Djibouti et la France dans un respect réciproque, un cadre d'investissement stable, visible et le respect des termes de financement qui permettent de garantir là aussi la stabilité et la souveraineté de Djibouti. A ce titre, l'amélioration de l'environnement des affaires est une condition essentielle pour le renforcement de l'attractivité de Djibouti dans un contexte de plus en plus concurrentiel et j'ai indiqué au président notre disponibilité pour l'aider à bâtir la transparence de ce cadre et la visibilité pour l'ensemble des investisseurs internationaux. 

Enfin, nous avons évoqué la situation intérieure et les attentes de la jeunesse djiboutienne. Vous savez que j'y suis toujours attaché car c'est cela qui permet de préparer l'avenir. La France aura à cœur, je l'ai dit au président, de renforcer sa coopération en matière d'enseignement supérieur et de mobilité des jeunes afin précisément de renforcer la qualité de l'enseignement supérieur. La ministre est en ce moment en train d'échanger avec son homologue notre volonté de développer un observatoire climatique en matière de recherche, un campus numérique pour là aussi renforcer l'enseignement supérieur sont 2 éléments de cette stratégie. C'est aussi notre volonté de renforcer la coopération dans la formation des maîtres et des enseignants et de développer là aussi notre investissement dans l'enseignement du français à Djibouti comme dans l'ensemble de la Corne de l'Afrique en travaillant sur la place particulière que Djibouti à cet égard. 

Permettez-moi à nouveau de vous remercier Monsieur le Président pour votre accueil chaleureux, vous savez pouvoir compter sur la France, partenaire de Djibouti dans la durée et cette visite était particulièrement utile à l'entame de mon déplacement en Ethiopie puis au Kenya et je vous en remercie.

Les photos de la rencontre du Président Emmanuel Macron avec le Président de Djibouti Ismaïl Omar Guelleh :

À Djibouti, le Président Emmanuel Macron est allé à la rencontre des forces françaises : en savoir +.
 

Tout savoir sur le déplacement du Président Emmanuel Macron à Djibouti, en Éthiopie et au Kenya :

Voir tous les articles et dossiers