Publié le 29 novembre 2018

Conférence de presse conjointe d'Emmanuel Macron et de Mauricio Macri à la Casa Rosada

Conference De Presse Conjointe Du President De La Republique Et Du Président De La Nation Argentine

22 avril 2019 - Seul le prononcé fait foi

LE PRESIDENT : Merci mon cher Mauricio, pour cet accueil chaleureux.  

Oui, je sens depuis notre arrivée hier soir ce lien qui évidemment est fait d'histoire. Je viens d’une région où beaucoup de gens pensent que SAN MARTIN appartient à Boulogne-sur-Mer. Donc, le voir à quelques pas d’ici était pour moi émouvant. 

Donc, c’est non seulement le poids de l’Histoire et aussi la vitalité de nos liens bilatéraux, d’une amitié qui existe entre nos peuples qui est ici parfaitement tangible.

Ce n’est donc pas un hasard si, en effet, c’est le premier déplacement que j’effectue en tant que Président dans la région, qu’il est pour l’Argentine et qu’il fait suite à des échanges que nous avions eus, intenses, amicaux et ambitieux ensemble en début d’année. 

La relation bilatérale que vous venez d’évoquer, Monsieur le Président, cher Mauricio, est faite de multiples secteurs, de multiples domaines et nourrit justement cette intensité. Nous avons souhaité parcourir justement plusieurs dossiers, nos ministres sont là pour aussi continuer de les faire avancer. 

Mais dans les domaines de la défense, des énergies renouvelables, des transports, mais aussi les domaines comme l’espace, nous avons d’ores et déjà beaucoup d’avancées obtenues ces derniers temps et signées autour de ce déplacement. Mais aussi des avancées à venir que nous souhaitons pleinement ancrer. 

En matière éducative et académique, là aussi, la relation est très intense, j’ai pu le voir moi-même ce matin en rencontrant plusieurs de vos écrivains et intellectuels. Nous souhaitons la poursuivre, à la fois en travaillant en partenariat sur notre ambition de formation des maitres – vous l’avez évoqué – mais de développement des liens bilatéraux en matière éducative, en matière de recherche, à ce titre, l’intelligence artificielle fait partie des domaines stratégiques. 

Enfin, c’est aussi ce que nous souhaitons faire avancer par des initiatives concrètes ensemble. D’une part, en matière culturelle, avec la Saison culturelle croisée, que nous allons donc organiser. D’autre part, avec la mise en place d’un forum économique bilatéral, que nous souhaitons installer ensemble, pour permettre à nos entreprises de taille moyenne et intermédiaire justement de nouer davantage de liens, d’investissements croisés, dans des secteurs que nous définirons, mais à coup sûr l’innovation numérique, le tourisme, l’agroalimentaire sont des pistes extrêmement prometteuses et nous permettra, dès l’année prochaine, d’avoir des rencontres concrètes. 

Je souhaite que nos ministres puissent se rendre à nouveau pour l’été prochain, ici, dans votre pays, pour porter ce forum. Je souhaite aussi que nous puissions porter l’intensité de cette relation à la fois économique, culturelle et complète par – je l’espère – une visite de votre part et je tenais ici à vous inviter pour le premier semestre 2019 à Paris à nouveau. 

La relation bilatérale est donc essentielle et je pense que même si l’Argentine est le troisième partenaire commercial de la France en Amérique latine, nous pouvons faire encore mieux. Elle est d’autant plus importante dans un moment très important que vit aujourd’hui l’Argentine. Vous l’avez dit, la France a constamment apporté son soutien dans le cadre du FMI pour les mesures que vous mettez en œuvre avec beaucoup de fermeté. 

Je veux ici dire combien je soutiens votre agenda de réformes, combien je continuerai de vous soutenir et combien le Gouvernement, les ministres continueront de vous soutenir au sein du FMI et combien je considère qu’il est essentiel, non seulement pour l’Argentine, mais pour toute la région, de poursuivre sur cette voie. 

Je souhaite que tous les investisseurs régionaux et internationaux puissent en prendre toute la mesure et accompagner par leur confiance l’esprit de sérieux que vous avez imprimé et votre volonté justement de conduire une ouverture de l’économie qui soit aussi bonne pour l’ensemble de la population. La France sera attachée à vous accompagner dans ce cadre. 

C’est pourquoi aussi – je l’ai redit au Président MACRI – nous apporterons le même soutien et la même confiance en faveur de la candidature de l’Argentine à l’OCDE. Je pense que c’est un agenda important pour le pays et mérité, compte tenu de toutes les réformes faites et de l’ambition ici portée. 

Nous avons évoqué beaucoup d’autres sujets régionaux, nous pourrons y revenir dans les questions, le Mercosur, le Venezuela évidemment où nos positions communes sont connues et nous les avions réaffirmées en janvier dernier. 

Mais peut-être, d’un mot, je voudrais conclure ce propos introductif par quelques remarques sur le G20. 
Nous avons évoqué en effet ce G20 qui commencera à partir de demain matin et que vous présidez. Nous aurons l’occasion, sur le climat, la gouvernance mondiale, le commerce, l’emploi, l’éducation, le financement de nos infrastructures ou l’agriculture durable, justement de pouvoir avancer et discuter de manière extrêmement libre entre partenaires sur ces sujets. 

Je veux dire que c’est pour moi la reconnaissance du rôle de l’Argentine, mais aussi de vos valeurs et de votre vision qui rend cette présidence extrêmement importante. Nous partageons cette même ambition pour les vertus du multilatéralisme, d’un échange entre l’ensemble des partenaires et un même attachement aussi à ce que ce multilatéralisme soit utile pour nos concitoyens et réponde à leurs défis contemporains. 

Donc, je m’attacherai durant ces deux jours, à vos côtés, d’obtenir les meilleurs résultats possibles en la matière et de faire progresser cette cause. Nous savons qu’il y aura des discussions multiples. Mais je crois en notre capacité à faire triompher à la fois l’esprit de dialogue et de coopération. En tout cas, je sais que vous y êtes attaché et la France apportera son plein soutien à ce travail. 

Voilà, Monsieur le Président, cher Mauricio, ce que je voulais dire en vous redisant tout le plaisir, le bonheur, non seulement de vous retrouver, mais d’être là, dans votre pays, dans votre ville et de pouvoir mesurer encore plus concrètement l’amitié qui nous lie et qui, ce faisant, nous oblige.

Je vous remercie. 

Voir tous les articles et dossiers