Actualités

5 juin 2018

Hommage du Président de la République, Emmanuel Macron, à Monsieur Jean-Claude Boulard

La France perd en Jean-Claude Boulard un de ses grands serviteurs, qui toute sa vie aura fait de l’intérêt général son unique boussole, comme haut-fonctionnaire et comme élu.

C’est d’abord comme haut-fonctionnaire qu’il avait choisi de servir son pays. A l’issue d’un parcours scolaire exemplaire de la méritocratie républicaine qui le mena de la Sarthe au Lycée Henri-IV puis à l’ENA (promotion Turgot, 1966-1968), il intègre le conseil d’Etat, auquel il restera attaché toute sa vie. Sa carrière administrative fut empreinte des valeurs profondes qui fondèrent par ailleurs son engagement politique.

Epris d’équité et de progrès social, croyant à l’émancipation par le travail, il devint un spécialiste éminent des questions sociales et fiscales, et du développement économique.

Sur le plan économique, il se passionna pour les sujets de développement puis pour les affaires maritimes, d’abord au sein du Secrétariat général de la marine marchande puis comme directeur de cabinet du ministre de la mer, Louis Le Pensec. Très marqué par cette expérience, il en tirera des récits maritimes pittoresques comme L’Epopée de la sardine. Un siècle d’histoires de pêche ou encore Les aventuriers de la langouste verte. Sur le plan social, il œuvra, au sein du Commissariat au Plan, sur la préfiguration de l’ANPE, et plus tard présida le Conseil national des politiques de lutte contre la pauvreté et l’exclusion sociale.

Jean-Claude Boulard était aussi cet enraciné, fidèle à ses origines sarthoises et à son fief de Saint-Marceau, où il avait été écolier tout comme son grand-père, le peintre et musicien Théodore Boulard, dont il écrivit la biographie.

Héritier d’une tradition de hussards noirs, fils d’un professeur, il s’engage au parti socialiste et obtient son premier mandat comme conseiller général de la Sarthe en 1976. Il devient en 1983 conseiller municipal du Mans et président de la communauté urbaine du Mans, puis en 1988 député de la Sarthe (5ème circonscription). Comme parlementaire, il fait valoir sa sensibilité sociale en initiant la loi sur le RMI et comme rapporteur de la loi sur la Couverture Maladie Universelle, deux textes dont il conserva toujours une grande fierté. Le voyant batailler sans relâche pour ces lois, son ami Michel Rocard le qualifia de « défenseur enragé des mal lotis ». Il poursuivit le combat parlementaire comme sénateur (2014-2017).

Elu maire du Mans en 2001, puis deux fois réélu, il put exprimer à plein son attachement à la terre sarthoise, à laquelle il consacra plusieurs livres, son goût de la proximité et son attention aux autres, mais aussi son sens de l’efficacité. Il dota sa ville du tramway et de l’ambitieux espace culturel des Jacobins, tout en préservant et rénovant le vieux Mans, dont il connaissait en profondeur l’histoire. Au Mans et au sein de la communauté urbaine, il sut œuvrer pour toutes les générations, mêler tradition et modernité, et préparer l’avenir économique dans le souci de l’environnement, avec un engagement de tous les instants qui lui fit braver les douleurs de la maladie.

Le Président de la République perd, à titre personnel, un ami et un soutien de la première heure. Il adresse à son épouse, à sa famille, à ses collaborateurs, à ses nombreux amis, à ses administrés, ses sincères condoléances.

Voir tous les articles et dossiers