Avril 2014

Arrivée de M. le Président de la République au Conseil Européen

LE PRESIDENT – « La France a déjà obtenu des modifications dans le dialogue qui s’est engagé depuis plusieurs semaines, notamment sur les réformes, que nous avons à conduire. L’objectif, nous le partageons, les modalités doivent être fixées par la France dans le cadre d’un dialogue social et je pense que c’est cette idée qui sera retenue. »

QUESTION – « Est-ce que vous avez pu demander à Monsieur BARROSO d’être un peu moins intrusif en ce qui concerne la réforme des retraites. »

LE PRESIDENT – « Je l’ai dit, sur la réforme des retraites, la France doit la conduire non pas parce que l’Europe nous la demande mais parce qu’il y a un déséquilibre qui existe depuis déjà trop longtemps, qu’il y a des injustices et que nous devons les corriger. Nous faisons la réforme des retraites, parce que c’est utile pour nos finances publiques, parce que c’est nécessaire pour les générations qui viennent et parce qu’il y a des inégalités à corriger.

Je ne me détermine pas par rapport aux personnes, mais par rapport aux décisions. Les décisions, ce sont les chefs d’Etats et de gouvernements, qui les prennent, même si elles peuvent être préparées par la Commission européenne et cela a été le cas. Il y a eu effectivement deux grandes décisions qui ont été prises ces dernières heures. La première sur l’union bancaire, qui sera extrêmement utile pour protéger les épargnants et pour éviter aux contribuables d’avoir à payer pour des crises bancaires dont ils ne sont pas responsables. Il y a eu aussi un accord sur le budget, qui va permettre justement qu’on fasse davantage pour l’emploi des jeunes. Enfin il y a eu un accord pour bien appliquer le pacte de croissance. Quand il y a croissance, emploi des jeunes et maitrise de la finance, la France est satisfaite.

C’est sur les politiques européennes que nous nous déterminons, les questions de personnes sont secondaires. Je souhaite que nous puissions avoir un bon sommet, un sommet pour l’emploi des jeunes, un sommet pour la maitrise de la finance et un sommet pour la croissance et pour l’emploi. C’est ce qu’attendent les Européens. Merci. »

Restez connecté