Publié le 9 juin 1980

Interview de M. Giscard d'Estaing accordée à TF1 Actualités, à l'occasion de l'inauguration de la chambre du Roi à Versailles, le lundi 9 juin 1980

Interview de M. Giscard d'Estaing accordée à TF1 Actualités, à l'occasion de l'inauguration de la chambre du Roi à Versailles, le lundi 9 juin 1980

9 juin 1980 - Seul le prononcé fait foi

Télécharger Interview de M. Giscard d'Estaing accordée à TF1 Actualités, à l'occasion de l'inauguration de la chambre du Roi à Versailles, le lundi 9 juin 1980 - PDF 264 Ko
LE PRESIDENT.- Pour le Président de la République c'est une grande fierté de venir présider cette inauguration aujourd'hui et pour l'amateur c'est une grande joie en-raison de la qualité artistique du travail accompli ici.
- Versailles a été, pendant un siècle et demi, le siège du Gouvernement de la France et c'est dans le monde sans doute le palais le plus célèbre et d'ailleurs copié à l'infini. Un grand effort a été entrepris depuis la dernière guerre pour remettre en-état Versailles. Versailles qui était resté à l'abandon, qui était assez largement démeublé et donc déshumanisé et que l'on s'est efforcé de remettre en-état. Au-cours des dernières années, cet effort a été accéléré puisque les crédits budgétaires consacrés à Versailles, entre 1970 et 1980 `année`, représentent au total 140 millions de francs dont plus des deux tiers, c'est-à-dire 92 millions et demi, ont été mis à la disposition de Versailles au-cours des trois dernières années. Il y a donc eu un effort considérable. C'est un effort de l'Etat, c'est un effort des Français qui font l'essentiel. Il faut savoir qu'il y a aussi la générosité des donateurs et que beaucoup de donateurs français, étrangers, les uns disposant de moyens importants, les autres disposant de moyens modestes, se sont associés pour compléter cette oeuvre de remise en-état de Versailles.\
QUESTION.- Alors Versailles, c'est trois millions et demi de visiteurs par an, le monde entier connaît Versailles, depuis aujourd'hui ce monde entier pourra voir la chambre du Roi telle qu'elle a été refaite, alors Valéry GISCARD D'ESTAING dans la chambre du Roi, c'est quelle réaction, pour l'homme qui connaît bien Versailles, parce que je vous ai vu vous promener à travers le château et vous remarquez même les objets qui ne sont pas en_place.
- LE PRESIDENT.- Il faut savoir que Versailles a été habité pendant très longtemps puisque les premiers travaux commencent peu après 1660 `année` et que Versailles a été habité ensuite de façon ininterrompue jusqu'en 1790, un peu après le début de la révolution. Donc c'est un palais qui a vécu 130 ans.
- Quand on doit restaurer ou remettre en-état une maison qui a vécu 130 ans, il faut savoir aussi quelle période on choisit, ça peut être le début, ça peut être le milieu, ça peut être la fin. Beaucoup de gens croient que la chambre du Roi a toujours été là où elle était. Elle est au-centre maintenant et d'ailleurs on lit souvent les commentaires qui expliquent que Versailles a été construit autour de la chambre du Roi, que c'était l'orgueil de LOUIS XIV, qu'il avait voulu qu'on construise le palais autour de sa chambre, c'est tout à fait faux. Lorsque LOUIS XIV s'est installé à Versailles, il s'est installé sur le côté de la cour de marbre et le premier -état de la chambre du Roi après la grande période de LOUIS XIV c'était une chambre sur le côté qu'il a gardée jusqu'en 1700. C'est à ce moment là qu'il a déménagé dans le centre. Jusque là cette chambre du Roi c'était un salon qui ouvrait sur la galerie des glaces par trois portes, LOUIS XIV se tenait dans ce salon et il allait ensuite dans la galerie des glaces par ces trois portes. Mais, par contre, sa chambre était séparée de la partie de travail, c'est-à-dire ce qu'on appelle le cabinet qui est l'endroit où se réunissait le conseil des ministres, et ensuite les bureaux où nous sommes qui étaient la partie plus privée. Pour aller plus rapidement de l'un à l'autre, le Roi a donc supprimé ce salon et installé sa chambre au milieu. C'est cette chambre que nous avons vue aujourd'hui dans son -état, en réalité du 18ème siècle. Parce que quand LOUIS XIV est mort, ses deux descendants qui étaient son arrière-petit-fils d'abord et le petit-fils de son arrière-petit-fils ont gardé très respectueusement la chambre de leur arrière-grand-père. Ils l'ont d'ailleurs peu habitée. Ils se sont installés sur le côté et ils ont laissé cette pièce en_état, ils n'y ont fait que des travaux d'entretien, c'est-à-dire restauration du mobilier, restauration des tentures et naturellement en cent ans, il a fallu le faire plusieurs fois. L'_état que vous voyez, c'est l'_état des travaux tels qu'ils ont été faits au début du règne de LOUIS XV, c'est-à-dire aux alentours des années 1725, période où on employait des matériaux d'une somptuosité naturellement qui est inconnue et a disparu de nos jours.\
QUESTION.- Monsieur le Président, cela mène peut-être à vous poser la dernière question qui est double en définitive. Versailles, tout le monde en parle aujourd'hui, vous venez de nous rappeler historiquement ce que cela représente cette visite d'aujourd'hui vers l'histoire, les Français apparemment lisant de plus en plus, est-ce que ce n'est pas une occasion aujourd'hui de relancer, pas à travers Versailles mais à travers tout ce qu'on peut apprendre à travers Versailles, l'histoire en France, beaucoup ont lancé des campagnes sur l'histoire aux jeunes Français, il y a des connaissances, et puis deuxième question, ce qui serait peut-être la conclusion, c'est un travail énorme réalisé par des Français, ce que vous avez vu ce matin. LE PRESIDENT.- D'abord vous dites que les Français ne connaissent pas l'histoire, qu'ils ne s'intéressent pas à l'histoire, je n'en suis pas sûr. Je crois qu'il y a, à l'heure actuelle, un changement dans notre culture puisque notre système éducatif, qui était un système élitiste, est devenu maintenant un système au contraire à très large diffusion nationale, il y a donc eu des changements. Je crois que les Français s'intéressent à l'histoire et en tout cas je souhaite qu'ils s'intéressent à leur histoire. Pour la simple raison, que c'est une des plus des plus glorieuses du monde et quand un peuple a la chance d'avoir une histoire glorieuse, il doit la connaître, il doit s'y intéresser, il doit en tirer d'ailleurs un certain nombre d'enseignements. Le problème de l'enseignement de l'histoire a été posé récemment et j'ai demandé au ministre de l'Education `Christian BEULLAC`, en_liaison avec tous ceux qui s'intéressent à cette discipline, de voir comment il est possible, tout en gardant naturellement une allure moderne, une ouverture à notre enseignement de développer la connaissance du passé historique et des faits historiques de la France dans notre système éducatif. Un certain nombre d'esprits s'interrogent à cet égard, j'appuierai ce qui sera fait pour donner un bon niveau de précisions et de caractère complet à l'enseignement de l'histoire de notre pays.\
`Réponseù`
- Ensuite, Versailles est une oeuvre d'art extraordinaire, unique au monde. Un ensemble comme Versailles est unique au monde et a d'ailleurs complètement marqué l'art mondial, puisque la plupart des créations artistiques, de décorations, de mobiliers n'ont été que des copies, ou des transpositions de ce qui a été fait ici et ce qui a été fait à Versailles a été fait essentiellement par des Français. L'architecture est entièrement française £ le mobilier a été fait entièrement par des artisans français, tout ce que nous avons vu comme brocards, tentures, a été fait par des artisans français, ce qui montre qu'il y avait dans le génie français une capacité de création artistique qui a été comme je l'ai dit un des sommets de l'art occidental. Naturellement, nous devons conserver avec soin le résultat de cette création française.
- Ma dernière observation, c'est que beaucoup de ceux qui visitent s'imaginent que l'entretien, la restauration de Versailles ça ressemble un petit peu à de la décoration, or il faut, au contraire, que ce soit un travail scientifique de très haut niveau. Il ne s'agit pas de faire à Versailles un décor, il s'agit de conserver et lorsqu'ils ont disparu, de rétablir dans leur exactitude ce qu'étaient les oeuvres d'art, la décoration, le mode_de_vie de la France à un des moments qui reste un des sommets de sa culture. Je souhaite donc que ce qui est fait ici soit accompagné d'une publication scientifique et que l'on ajoute à ce travail de restauration un travail d'explication et de diffusion sur sa -nature. C'est un lieu où la France a connu à la fois la grandeur et la perfection et je souhaite que ceux qui y viennent, notamment j'espère l'année prochaine de très nombreuses classes et établissements d'enseignement de la région d'Ile-de-France et de province, puissent retrouver la grandeur et la perfection de la France.\

Voir tous les articles et dossiers