Publié le 18 janvier 1980

LA FRANCE ET LE NUCLEAIRE : INTERVIEW DE M. VALERY GISCARD D'ESTAING A EUROPE 1, DIFFUSEE LE VENDREDI 18 JANVIER 1980

LA FRANCE ET LE NUCLEAIRE : INTERVIEW DE M. VALERY GISCARD D'ESTAING A EUROPE 1, DIFFUSEE LE VENDREDI 18 JANVIER 1980

18 janvier 1980 - Seul le prononcé fait foi

Télécharger LA FRANCE ET LE NUCLEAIRE : INTERVIEW DE M. VALERY GISCARD D'ESTAING A EUROPE 1, DIFFUSEE LE VENDREDI 18 JANVIER 1980 - PDF 682 Ko
QUESTION.- MONSIEUR LE PRESIDENT, LA FRANCE N'A PAS DE PETROLE £ IL COUTE DE PLUS EN PLUS CHER ET IL SE RAREFIE. IL FAUT DONC A LA FRANCE UNE ENERGIE DE SUBSTITUTION D'OU LE CHOIX DU NUCLEAIRE. ALORS, EST-CE QUE CE CHOIX N'A PAS ETE FAIT AU DETRIMENT D'AUTRES ENERGIES, D'AUTRES INVESTISSEMENTS ?
- LE PRESIDENT.- LA FRANCE N'A PAS DE PETROLE, C'EST VRAI, CHACUN LE SAIT, NEANMOINS ELLE EN A UN PETIT PEU. NOUS AVONS EXAMINE CE PROBLEME LA SEMAINE DERNIERE ET LE PROGRAMME DE RECHERCHE QUI VA SE DEVELOPPER EN FRANCE DEVRAIT PERMETTRE A NOTRE PAYS DE DISPOSER SUR SON TERRITOIRE METROPOLITAIN ET AUX ALENTOURS, PUISQU'IL PEUT Y AVOIR DES RECHERCHES SOUS-MARINES, D'UNE QUANTITE DE PETROLE ET DE GAZ NON NEGLIGEABLE, QUI POURRAIT ATTEINDRE POUR LES DEUX SOURCES D'ENERGIE ENVIRON 10 MILLIONS DE TONNES `VOLUME` PAR AN. TEL EST MON OBJECTIF. MAIS C'EST TRES LOIN DE NOTRE CONSOMMATION NATIONALE QUI VA ATTEINDRE DANS LES ANNEES A VENIR 240 - 250 MILLIONS DE TONNES D'EQUIVALENT PETROLE. IL EST VRAI QUE LE PETROLE, DANS LE MONDE, VA DEVENIR PLUS RARE ET DEVIENT TOUS LES ANS PLUS CHER.
- NOUS AVIONS DONC A RECHERCHER DES SOURCES D'ENERGIE NATIONALE POUR LA FRANCE. CES SOURCES, NOUS LES AVONS RECHERCHEES DANS PLUSIEURS DIRECTIONS. D'ABORD, NATURELLEMENT LES ENERGIES NOUVELLES £ J'AI CREE LE COMMISSARIAT A L'ENERGIE SOLAIRE MAIS IL FAUT SAVOIR QUE CES FORMES A VENIR D'ENERGIE NE SERONT PAS D'USAGE MASSIF AVANT LES ANNEES 2000 - 2010. L'ACADEMIE DES SCIENCES DES ETATS-UNIS A PUBLIE HIER UN RAPPORT A CE SUJET ET EUX-MEMES ESTIMENT QUE C'EST A-PARTIR DE 2010 QUE L'ENERGIE SOLAIRE POURRA APPORTER UNE CONTRIBUTION - QUE NOUS SOUHAITONS - A NOS BESOINS EN ENERGIE.\
QUESTION.- PRECISEMENT, EST-CE QU'ON N'A PAS TROP ATTENDU POUR LE SOLEIL, POUR LE VENT, POUR...
- LE PRESIDENT.- NON. IL N'Y A PAS, A L'HEURE ACTUELLE, DE DECOUVERTES TECHNOLOGIQUES FORTES QUI PERMETTRAIENT LA CAPTATION FACILE ET SURTOUT LE STOCKAGE DE CES FORMES D'ENERGIE. ON FAIT DONC DES EFFORTS, TOUS LES PAYS EN FONT, LA FRANCE EST DANS LE PELOTON DE TETE A CET EGARD, MAIS IL FAUT SAVOIR QUE C'EST A ECHEANCE RELATIVEMENT LOINTAINE.
- DEUXIEME SOURCE D'ENERGIE SI L'ON PEUT DIRE : LES ECONOMIES D'ENERGIE : IL Y A EU DANS LA PERIODE RECENTE UN GASPILLAGE MONDIAL DE L'ENERGIE DE SORTE QUE, PLUTOT QUE D'EN PRODUIRE POUR LA GASPILLER, LA PREMIERE CHOSE A FAIRE C'EST DE SUPPRIMER LE GASPILLAGE. DANS LE PROGRAMME FRANCAIS, LES ECONOMIES D'ENERGIE REPRESENTENT DES QUANTITES TRES IMPORTANTES PUISQU'ELLES SONT PRESQUE DU MEME ORDRE DE GRANDEUR QUE NOTRE PRODUCTION D'ELECTRICITE NUCLEAIRE.
- JE NE VAIS PAS VOUS ECRASER SOUS LES CHIFFRES MAIS NOUS AVONS FAIT UN PROGRAMME POUR 1985, COMME VOUS LE SAVEZ, D'OU IL RESSORT QUE NOUS ATTENDONS DES ECONOMIES D'ENERGIE L'EQUIVALENT DE 35 MILLIONS DE TONNES DE PETROLE ET DE L'ELECTRICITE NUCLEAIRE DE-L-ORDRE DE 43 MILLIONS `VOLUME ` QUANTITE` DE TONNES DE PETROLE. C'EST DONC PRESQUE DU MEME ORDRE DE GRANDEUR.\
`REPONSE` LA TROISIEME SOURCE, C'EST EN EFFET L'ELECTRICITE NUCLEAIRE. L'ELECTRICITE NUCLEAIRE, POURQUOI ? IL N'Y A PAS A L'HEURE ACTUELLE, D'AUTRES TECHNOLOGIES RAPIDEMENT DISPONIBLES, IL N'Y EN AURA PAS AVANT VINGT OU PLUTOT MEME TRENTE ANS. DE PLUS, C'EST UN INVESTISSEMENT TRES RENTABLE CAR AVEC L'AUGMENTATION DU PRIX DU PETROLE, LE KILOWATT-HEURE PRODUIT PAR LE NUCLEAIRE COUTERA AUX ALENTOURS DE 13 A 14 CENTIMES `PRIX` ALORS QUE LE KILOWATT-HEURE D'ORIGINE PETROLIERE COUTERA DE-L-ORDRE DE 24 A 25 CENTIMES. IL Y A DONC UN ECART DE PRIX TRES SENSIBLE. ENFIN, L'ELECTRICITE NUCLEAIRE PERMET A LA FRANCE D'ETRE PLUS INDEPENDANTE AU POINT_DE_VUE DE SON ENERGIE, C'EST-A-DIRE QU'ON NE PUISSE PAS DISPOSER DE NOUS. VOUS AVEZ VU, LORS DES DERNIERES CRISES PETROLIERES, QUE CEUX QUI DETIENNENT LE PETROLE PEUVENT DISPOSER DES PAYS QUI N'EN ONT PAS. IL EST TRES IMPORTANT D'AUGMENTER NOTRE INDEPENDANCE ENERGETIQUE. TELLES SONT LES RAISONS QUI CONDUISENT A CE PROGRAMME ELECTRO-NUCLEAIRE.
- VOUS ME DEMANDEZ SI ON VA LE FAIRE AU DETRIMENT D'AUTRES INVESTISSEMENTS. D'ABORD QU'EST-CE QUE CELA CORUTE AU TOTAL ? ELECTRICITE DE FRANCE `EDF` DEPENSE CETTE ANNEE 16 MILLIARDS `SOMME` DE FRANCS POUR CE PROGRAMME ET, EN PLEINE PUISSANCE DE CONSTRUCTION DE CENTRALES ON ATTEINDRA AU MAXIMUN 20 A 21 MILLIARDS DE FRANCS, CE QUI EST RELATIVEMENT PEU PAR-RAPPORT AU TOTAL DES INVESTISSEMENTS EN FRANCE. ET, COMME JE VOUS LE DISAIS TOUT A L'HEURE, CE SONT DES INVESTISSEMENTS TRES RENTABLES.
- ENFIN, NOUS SOMMES DANS UNE PERIODE OU IL FAUT SOUTENIR L'ACTIVITE ECONOMIQUE ET LE FAIT QU'UNE GRANDE ENTREPRISE NATIONALE AIT UN PROGRAMME IMPORTANT D'INVESTISSEMENTS N'EST PAS QUELQUE CHOSE QUI DIMINUE LES INVESTISSEMENTS AILLEURS £ AU CONTRAIRE CELA SOUTIENT L'ACTIVITE ECONOMIQUE DE NOTRE PAYS.\
QUESTION.- LE RECOURS AU NUCLEAIRE CHOISI PAR LA FRANCE IMPLIQUE, MONSIEUR LE PRESIDENT, UN APPROVISIONNEMENT SUR ET DURABLE EN URANIUM. LA FRANCE A-T-ELLE SUFFISAMMENT DE RESERVES ?
- LE PRESIDENT.- DANS LE PASSE NOUS AVIONS PEU DE CHARBON ET DE PETROLE. IL SE TROUVE QUE NOUS AVONS, AU CONTRAIRE, PAS MAL D'URANIUM SUR NOTRE TERRITOIRE METROPOLITAIN - LA FRANCE PRODUIT 6 % `STATISTIQUE` DUTOTAL DE L'URANIUM DANS LE MONDE - ET QU'EN PLUS NOTRE PAYS A MENE DEPUIS PLUSIEURS ANNEES UNE POLITIQUE TRES ACTIVE D'ACQUISITIONS DE DROITS OU DE GISEMENTS D'URANIUM DE SORTE QUE LES ENTREPRISES FRANCAISES S'ASSURENT LE CONTROLE D'ENVIRON 240000 TONNES D'URANIUM DANS LE MONDE, C'EST-A-DIRE 100000 TONNES EN FRANCE ET 140000 TONNES A L'EXTERIEUR ET TOUS LES ANS NOUS AUGMENTONS CETTE PROPORTION. OR LA CONSOMMATION FRANCAISE D'URANIUM QUI EST ACTUELLEMENT DE-L-ORDRE DE 6000 TONNES PAR AN ATTEINDRA DANS LES ANNEES 1990 UN PLAFOND AVEC UN PEU MOINS DE 10000 TONNES. NOUS AVONS DONC, D'UNE_PART, DES RESERVES NATIONALES, ET D'AUTRE_PART, UNE POLITIQUE TRES ACTIVE D'ACQUISITIONS DE DROITS MINIERS EN-MATIERE D'URANIUM.\
QUESTION.- SOMMES-NOUS SURS, QUE LES PAYS AVEC LESQUELS NOUS AVONS SIGNE DES CONTRATS CONTINUERONT A NOUS EN `URANIUM` VENDRE ? JE PENSE PAR EXEMPLE AUX PAYS AFRICAINS.
- LE PRESIDENT.- IL N'Y A AUCUNE RAISON DE METTRE EN DOUTE L'APPLICATION DE CES CONTRATS. JUSQU'A PRESENT LES CHOSES SE SONT DEROULEES D'UNE MANIERE TOUT A FAIT NORMALE AVEC NOS PARTENAIRES. CE SONT D'AILLEURS DES ACCORDS DE TYPE INTERNATIONAL CLASSIQUE, C'EST A DIRE QUE LES ETATS CONSIDERES ONT DES DROITS BIEN ENTENDU DANS L'EXPLOITATION QU'ILS EXERCENT CONFORMEMENT A CES ACCORDS, ET JUSQU'A PRESENT, LA FRANCE NE PEUT QUE SE FELICITER DES CONDITIONS DANS LESQUELLES LES ACCORDS ONT ETE APPLIQUES.
- AUTRE REMARQUE A PROPROS DE L'URANIUM : VOUS SAVEZ QUE DERRIERE LA TECHNIQUE ACTUELLE IL Y A UNE AUTRE TECHNIQUE POSSIBLE, CELLE QU'ILLUSTRE NOTRE CENTRALE PHENIX £ C'EST CE QU'ON APPELLE D'UN MOT UN PEU COMPLIQUE, IL FAUT BIEN LE DIRE, LES SURREGENERATEURS. CE SONT DES CENTRALES NUCLEAIRES QUI, AU_LIEU DE CONSOMMER TOTALEMENT LES PRODUITS QU'ON Y INTRODUIT, LES REGENERENT POUR UN NOUVEL USAGE. LA TECHNIQUE DES SURREGENERATEURS PERMETTRAIT DE TIRER D'UNE MEME QUANTITE D'URANIUM UNE ENERGIE ENVIRON 60 FOIS PLUS GRANDE.
- VOUS AVEZ EN MEMOIRE LES CHIFFRES QUE JE VOUS INDIQUAIS TOUT A L'HEURE. DANS LA TECHNIQUE CLASSIQUE, NOUS AVONS UN APPROVISIONNEMENT IMPORTANT EN FRANCE ET, PAR-RAPPORT A LA TECHNIQUE DES SURREGERATEURS, NOUS AURIONS ALORS, POUR LE COUP UN APPROVISIONNEMENT QU'ON PEUT QUALIFIER DE TRES LARGE.
- UNE IMAGE POUR VOS AUDITEURS : SI L'URANIUM DU SOL FRANCAIS DEVAIT FINALEMENT ETRE UTILISE DANS DES CENTRALES DE TYPE SURREGENERATEUR, NOUS AURIONS EN FRANCE UN POTENTIEL D'ENERGIE, UNE RESERVE D'ENERGIE COMPARABLE A CELLE DE L'ARABIE SAOUDITE. DONC, LA COMBINAISON DE NOS RESSOURCES NATURELLES EN URANIUM ET DE LA TECHNIQUE DES SURREGENERATEURS - SI ELLE EST APPELEE A CONNAITRE UN TRES LARGE DEVELOPPEMENT - NOUS PLACERAIT DANS UNE POSITION DE GRANDE SECURITE POUR CE QUI EST DE NOTRE APPROVISIONNEMENT.\
QUESTION.- SELON VOUS, QUEL SERAIT L'_ETAT DE LA FRANCE SI ELLE N'AVAIT PAS FAIT LE CHOIX DU NUCLEAIRE ET SI SON PROGRAMME DE CONSTRUCTION DE CENTRALES ETAIT FORTEMENT RALENTI, VOIRE STOPPE COMME C'EST LE CAS DANS LA MAJEURE PARTIE DE NOS VOISINS EUROPEENS.
- LE PRESIDENT.- JE VOUS DIRAI D'ABORD QUE CE PROGRAMME PERMET DE TESTER LA CLAIRVOYANCE ET LA PREVOYANCE D'UN PAYS CAR UNE DECISION DE CONSTRUCTION DE CENTRALES NUCLEAIRES - VOUS AVEZ DU LE VOIR EN VOUS RENDANT SUR LE TERRAIN - ABOUTIT A UNE ENTREE EN_SERVICE CINQ ANS PLUS TARD. ON PREND DONC, A UN MOMENT DONNE, UNE DECISION QUI EST PARFOISPOLITIQUEMENT DIFFICILE. JE VOUS RAPPELLE QU'IL Y A CINQ ANS LA POPULATION FRANCAISE ETAIT EN MAJORITE HOSTILE AU NUCLEAIRE. ELLE A EVOLUE DEPUIS PUISQU'ELLE EST A L'HEURE ACTUELLE EN MAJORITE FAVORABLE A L'ELECTRICITE NUCLEAIRE...
- QUESTION.- 57 % `STATISTIQUE`.
- LE PRESIDENT.- MAIS A L'EPOQUE, ELLE NE L'ETAIT PAS. ON PRENAIT DONC DES DECISIONS QUI NE POUVAIENT FAIRE SENTIR LEUR EFFET POSITIF QUE CINQ ANS PLUS TARD.
- SI NOUS N'AVIONS PAS FAIT CE PROGRAMME, NOUS AURIONS SOIT DES COUPURES D'ELECTRICITE, SOIT DES INVESTISSEMENTS ACCROISSANT NOTRE DEPENDANCE VIS-A-VIS DE_L_ETRANGER. SI NOUS N'AVIONS PAS CONSTRUIT DE CENTRALES CLASSIQUES, NOUS AURIONS DES COUPURES.\
`REPONSE` A L'HEURE ACTUELLE 17 % `STATISTIQUE` DE L'ELECTRICITE CONSOMMEE PAR LES FRANCAIS TOUS LES JOURS EST FOURNIE PAR LE NUCLEAIRE.
- QUAND IL Y A SIX AMPOULES ALLUMEES DANS UNE MAISON, L'UNE EST ALIMENTEE PAR L'ELECTRICITE NUCLEAIRE. ON AURAIT PU, EVIDEMMENT CONSTRUIRE DES CENTRALES CLASSIQUES MAIS ALORS QUEL GASPILLAGE PARCE QU'ON AURAIT CONSTRUIT DES CENTRALES AUGMENTANT NOTRE DEPENDANCE VIS-A-VIS DU PETROLE ET ABOUTISSANT A UN COUT DE PRODUCTION DE L'ELECTRICITE QUI, DEJA ACTUELLEMENT, EST ENVIRON 50 % `STATISTIQUE ` PRIX` PLUS CHER QUE L'ELECTRICITE NUCLEAIRE. DE TELLES DECISIONS SERAIENT RESSORTIES DU DOMAINE DE L'IMPREVOYANCE.
- EN EFFET, EN EUROPE, LA PLUPART DES PROGRAMMES NUCLEAIRES SONT RALENTIS MAIS JE NE CONNAIS PAS UN SEUL DES GRANDS DIRIGEANTS EUROPEENS QUI, LORSQU'IL ME RENCONTRE, N'ENVIE PAS LE PROGRAMME FRANCAIS. TOUS ME DISENT : COMME VOUS AVEZ DE LA CHANCE, POUR CE QUI EST DE L'AVENIR INDUSTRIEL DE LA FRANCE, DE POUVOIR REALISER UN PROGRAMME DE CETTE _NATURE. ET ILS ME DEMANDENT : COMMENT FAITES-VOUS ? JE LEUR DIS : LA REPONSE EST TOUT A FAIT SIMPLE. C'EST LE BON SENS, C'EST L'INTELLIGENCE DES FRANCAIS CAR ILS ONT PARFAITEMENT COMPRIS QUE NOUS N'AVIONS PAS DE RESSOURCES NATURELLES TRES IMPORTANTES EN ENERGIE, ILS ONT PARFAITEMENT COMPRIS QUE POUR TRAVAILLER, AVOIR DES EMPLOIS, SE CHAUFFER ET PRODUIRE, IL FALLAIT DE L'ENERGIE £ DONC, ILS ONT ACCEPTE QUE L'ON _RECHERCHE LA SEULE SOURCE DISPONIBLE A L'HEURE ACTUELLE, C'EST-A-DIRE LE NUCLEAIRE.\
QUESTION.- COMPTE_TENU DES AVANTAGES DU NUCLEAIRE, NE FAUT-IL PAS ALORS ACCELERER LE PROGRAMME FRANCAIS ? QU'EST-CE QUI S'Y OPPOSE EN FAIT ?
- LE PRESIDENT.- NOUS L'AVONS PORTE A SA LIMITE. IL Y AVAIT EU UN PREMIER PROGRAMME, ELABORE DU TEMPS DU PRESIDENT POMPIDOU. APRES MON ELECTION J'AI TOUT DE SUITE DECIDE QUE NOUS L'ACCELERERIONS, ET EN 1974 - 1975 `ANNEE`, ON A DECIDE DE L'ACCELERER ET DE LE PORTER AU TAUX MAXIMUM DE NOS POSSIBILITES INDUSTRIELLES. CE PROGRAMME A ETE REALISE CORRECTEMENT DE 1974 A 1979. LA CONSTRUCTION DES CENTRALES QUE VOUS AVEZ VISITEES DATE POUR LA PLUPART DE CETTE PERIODE.
- AU DEBUT DE L'ANNEE, LORSQUE NOUS AVONS VU LES EVENEMENTS D'IRAN ET AVANT MEME QUE LA SITUATION N'AIT ETE CLARIFIEE, J'AI TENU UNE REUNION - DEBUT FEVRIER - POUR VOIR SI NOUS POUVIONS ACCELERER ENCORE NOTRE PROGRAMME NUCLEAIRE. NOUS AVONS REGARDE QUELLES ETAIENT LES CAPACITES PHYSIQUES DE NOS MOYENS INDUSTRIELS ET NOUS AVONS PU PORTER L'ENGAGEMENT SUR LES DEUX ANNEES 1979 ET 1980 DE 10000 MILLIARDS DE WATTS - CE QUI ETAIT PREVU - A 12000 MILLIARDS DE WATTS, C'EST-A-DIRE LE MAXIMUN DE CE QUE L'ON PEUT FAIRE ACTUELLEMENT. DONC AVEC LES CAPACITES DE NOTRE INDUSTRIE, LES PROBLEMES D'AMENAGEMENT ET DE PREPARATION DES SITES, LA FRANCE N'A PAS LA POSSIBILITE D'ALLER PLUS VITE. LE PROBLEME EST DE BIEN REALISER CE PROGRAMME ELECTRO-NUCLEAIRE, C'EST-A-DIRE D'EVITER LES AUGMENTATIONS DE COUT DANS LES CONTRUCTIONS ET DANS LES DEVIS ET EN MEME TEMPS, DE TRAITER D'UNE MANIERE SATISFAISANTE POUR LES POPULATIONS ET POUR LES ELUS LES PROBLEMES D'IMPLANTATIONS DE CENTRALES.\
QUESTION.- L'ENQUETE D'EUROPE_1 `RADIO`, FAITE SUR LE TERRAIN, MONSIEUR LE PRESIDENT, FAIT APPARAITRE QUE LES EFFORTS QUI ONT ETE FAITS NOTAMMENT SUR L'INFORMATION - ON PEUT LE CONSTATER AVEC LES RESPONSABLES D'EDF - SEMBLENT ENCORE INSUFFISANTS. IL Y A UNE CRAINTE DIFFUSE, QUI EST REELLE, QUI AGITE BON NOMBRE DE FRANCAIS QUE J'AI RENCONTRES ET QUI SE DEMANDENT SI LES RISQUES SONT VRAIMENT MINIMES. PAR EXEMPLE, J'AI ENTENDU DES ELUS LOCAUX COMPARER UNE CENTRALE NUCLEAIRE A UNE BOMBE ATOMIQUE, ET ILS EN ONT PEUR, COMME L'EXPLOSION D'HIROSHIMA OU DE NAGASAKI. NE FAUT-IL PAS JOUER ENCORE PLUS QU'ON L'A FAIT CARTES SUR TABLE ?
-LE PRESIDENT.- VOUS AVEZ TOUT A FAIT RAISON : IL FAUT JOUER LE PLUS POSSIBLE CARTES SUR TABLE. IL NE SUFFIT PAS DE DONNER UNE INFORMATION, IL FAUT ENCORE QUE CETTE INFORMATION SOIT RECUE. J'AI ETE FRAPPE DE VOIR QUE L'EMISSION DE TELEVISION, QUI ETAIT SOUHAITEE PAR CERTAINS PARTIS POLITIQUES, SUR LE PROGRAMME NUCLEAIRE FRANCAIS, SUR LES PROBLEMES DE GARANTIE, DE RISQUES, A EU UNE AUDIENCE RELATIVEMENT FAIBLE. IL FAUT A LA FOIS FOURNIR L'INFORMATION, MAIS EN MEME TEMPS QUE CETTE INFORMATION SOIT RECUE, SOIT ATTENDUE..\
`REPONSE` LA REGLE QUE JE ME SUIS FIXE EST CELLE DE DONNER TOUTE L'INFORMATION POSSIBLE SUR LE PROGRAMME ELECTRO-NUCLEAIRE FRANCAIS. JE VOUS RAPPELLE QUE J'AI CREE EN 1971 `ANNEE` UN CONSEIL DE L'INFORMATION SUR L'ENERGIE ELECTRO-NUCLEAIRE COMPOSE A LA FOIS DE PERSONNALITES SCIENTIFIQUES, D'ELUS LOCAUX, NOTAMMENT, DE COMMUNES INTERESSEES PAR LA CONSTRUCTION DE CENTRALES ET EGALEMENT DE REPRESENTANTS DE MOUVEMENTS SE PREOCCUPANT DES CONSEQUENCES DE CE PROGRAMME SUR LA SANTE, L'ENVIRONNEMENT, ETC. CE CONSEIL EST PRESIDE PAR MADAME SIMONE VEIL. LORSQUE SIMONE VEIL A ETE ELUE PRESIDENT DE L'ASSEMBLEE_DES_COMMUNAUTES_EUROPEENNES, ELLE M'A DEMANDE SI JE SOUHAITAIS QU'ELLE CONSERVE DES FONCTIONS. JE LUI AI DIT : IL Y A UNE FONCTION QUE JE SOUHAITE QUE VOUS CONSERVIEZ, C'EST LA PRESIDENCE DE CE CONSEIL DE L'INFORMATION ELECTRO-NUCLEAIRE. JE CONSIDERE QUE C'EST ESSENTIEL.
- CE CONSEIL SE REUNIT ENVIRON UNE FOIS PAR MOIS ET IL EST TRES IMPORTANT QUE LE GOUVERNEMENT TIENNE DE PLUS EN PLUS _COMPTE DE SES CONCLUSIONS.\
`REPONSE` D'ABORD, IL A ETE DECIDE QUE LES ELUS ET LA POPULATION SERAIENT DESORMAIS INFORMES AVANT MEME QU'ON APPROFONDISSE LES ETUDES PREALABLES, PARCE QU'UNE DES CRITIQUES QUI EST FAITE SOUVENT PAR LA POPULATION, C'EST DE DIRE : ON NOUS INFORME, C'EST VRAI, MAIS A UN MOMENT QUI NE SERT PLUS A RIEN PUISQUE TOUT EST DEJA EN REALITE DECIDE ET EN-COURS.
- DEUXIEMEMENT, ON A DECIDE QUE LE DOSSIER TECHNIQUE, C'EST-A-DIRE LE DOSSIER DE CE QUE L'ON APPELLE LA DECLARATION D'UTILITE PUBLIQUE, SERAIT TRES LARGEMENT DIFFUSE ET QU'ON EDITERAIT UNE SORTE DE RESUME SIMPLIFIE POUR QUE TOUS CEUX QUI VEULENT ANALYSER LA SITUATION AIENT LES ELEMENTS D'INFORMATION £ QU'ON PUBLIERAIT EGALEMENT UN DOCUMENT QUI EXPOSERAIT LES QUESTIONS QUI ONT ETE POSEES PAR LES DIFFERENTES PERSONNALITES OU ASSOCIATIONS PENDANT L'ENQUETE ET LES REPONSES APPORTEES, QU'ENSUITE IL Y AURAIT UNE INFORMATION CONTINUE DU CONSEIL_GENERAL DU DEPARTEMENT ET DES MAIRES DES COMMUNES SUR LE FONCTIONNEMENT DES INSTALLATIONS, SUR LA SURVEILLANCE DU POINT_DE_VUE DE LA SECURITE ET, EN MEME TEMPS, SUR LES CONSEQUENCES ECONOMIQUES ET SOCIALES POUR LA REGION, CONSEQUENCES QUI SONT, COMME VOUS LE SAVEZ, TRES POSITIVES DU POINT_DE_VUE DE L'EMPLOI ET DE L'ACTIVITE.
- JE CROIS QUE CET EFFORT D'INFORMATION APPORTERA, SUR-LE-PLAN DE L'INSTALLATION DES CENTRALES, LES REPONSES QUE L'ON PEUT SOUHAITER.
- IL Y A ENCORE UNE INQUIETUDE DIFFUSE, ET LA JE NE VEUX PAS REPONDRE EN QUELQUES MOTS. MAIS IL FAUT BIEN VOIR QUELLE EST LA _NATURE DU DANGER OU DES CONSEQUENCES.\
QUESTION.- OUI, CAR LES FRANCAIS SE DEMANDENT QUELLE EXPERIENCE NOUS AVONS DES RISQUES NUCLEAIRES.
- LE PRESIDENT.- D'ABORD UNE REMARQUE QU'ON FAIT TOUJOURS AVEC LA PLUS EXTREME PRUDENCE, C'EST QUE VOILA UNE FORME D'ENERGIE NOUVELLE QUI N'A ENCORE ENTRAINE LA MORT DE PERSONNE. ON NE PEUT PAS EN DIRE AUTANT, HELAS, DES MINES DE CHARBON, ON NE PEUT MEME PAS EN DIRE AUTANT DE LA CONSTRUCTION DE GRANDS BARRAGES QUI ONT ENTRAINE JADIS DES ACCIDENTS PROVOQUANT LA MORT DE DIZAINES ET PARFOIS DE CENTAINES DE PERSONNES. SIMPLEMENT, CONSTATONS QUE JUSQU'A PRESENT, ET JE DIRAI GRACE-AU CIEL, IL N'Y A EU LA MORT DE PERSONNE.
- ENSUITE, JE CROIS QUE L'OPINION, ET JE LA COMPRENDS, NE SAIT PAS TRES BIEN CE QUI SE PASSE DANS UNE CENTRALE. ELLE SE DIT : C'EST UNE ESPECE DE BOMBE NUCLEAIRE QUI EST DANS CETTE CENTRALE, ON A UN PEU APPRIVOISE CETTE BOMBE, AU_LIEU D'EXPLOSER, ELLE NOUS DONNE DE L'ELECTRICITE. CE N'EST PAS DU TOUT CELA. UNE CENTRALE NUCLEAIRE, CELA RESSEMBLE A UNE CENTRALE THERMIQUE. CE QU'ON PRODUIT DANS UNE CENTRALE NUCLEAIRE, C'EST DE LA CHALEUR. CE N'EST PAS COMME LE MOTEUR A EXPLOSION D'UNE VOITURE, IL N'Y A AUCUNE EXPLOSION DANS UNE CENTRALE. TOUTES LES CENTRALES QUI PRODUISENT DE L'ELECTRICITE DANS LE MONDE, PRODUISENT EN REALITE DE LA CHALEUR ET C'EST CETTE CHALEUR QUI, APPLIQUEE ENSUITE A DE LA VAPEUR D'EAU, FAIT TOURNER DES TURBINES QUI PRODUISENT DE L'ELECTRICITE. EH BIEN, LES CENTRALES NUCLEAIRES, C'EST PAREIL.
- CE QU'ON PRODUIT DANS LA CENTRALE, C'EST DE LA CHALEUR, C'EST DE LA CHALEUR, C'EST-A-DIRE QU'IL Y A UNE REACTION NUCLEAIRE LENTE PRODUISANT DE LA CHALEUR, QUI CHAUFFE DE L'EAU. ENSUITE, CETTE EAU, COMME DANS LES CENTRALES THERMIQUES, EST UTILISEE SOUS FORME DE VAPEUR POUR PRODUIRE DE L'ELECTRICITE. IL N'Y A AUCUN RISQUE POSSIBLE D'EXPLOSION.
- LA PRODUCTION DE CHALEUR TELLE QU'ELLE EST FAITE NE PEUT SOUS AUCUNE FORME CONDUIRE A UNE EXPLOSION. DONC, CE N'EST PAS DU TOUT UNE BOMBE ATOMIQUE. LE TYPE D'UTILISATION D'ENERGIE NUCLEAIRE DANS LA BOMBE, QUI EST DE CREER LES CONDITIONS D'UNE EXPLOSION, N'A RIEN A VOIR AVEC LES CONDITIONS DE PRODUCTION DE CHALEUR. C'EST COMME SI VOUS DISIEZ : EST-CE QU'UNE ALLUMETTE AU PHOSPHORE PEUT PROVOQUER UNE EXPLOSION. NON, UNE ALLUMETTE PROVOQUE UNE FLAMME ET PUIS VOILA. NEANMOINS, IL Y A PAR AILLEURS DES BOMBES AU PHOSPHORE. MAIS IL S'AGIT DE DEUX VOIES SCIENTIFIQUES ET TECHNIQUES COMPLETEMENT DIFFERENTES.\
`REPONSE` QUELS SONT LES RISQUES DES CENTRALES NUCLEAIRES ? CE SONT LES RISQUES LIES EN FAIT AUX MATERIAUX QUI SONT UTILISES ET DONC AUX POSSIBILITES DE RADIO-ACTIVITE OU DE FUITES RADIO-ACTIVES. ON ARRIVE A DES CONDITIONS DE SECURITE QUI SONT TELLES QUE LES CONSEQUENCES DE CETTE RADIO-ACTIVITE SONT EXTRAORDINAIREMENT LIMITEES, JE DIRAI MEME QU'ELLES SONT AU-DESSOUS DES RAYONNEMENTS DANS LESQUELS CHACUN DE NOUS VIT.
- SAIT-ON, PAR EXEMPLE, QUE SI ON VIT TOUTE L'ANNEE AUPRES D'UNE CENTRALE NUCLEAIRE, LE RAYONNEMENT QUE L'ON RECOIT DANS UNE ANNEE, EN TRAVAILLANT A L'INTERIEUR DE CETTE CENTRALE, REPRESENTE QUELQUES POUR CENT DE MOINS QUE LE RAYONNEMENT QUE VOUS RECEVEZ DANS UNE SEULE VISITE OU ON VOUS FAIT, EN TERME MEDICAL UNE RADIO `RADIOGRAPHIE` ? EN L'AN 2000 LES FRANCAIS QUI VIVRONT AUPRES DES CENTRALES NUCLEAIRES, SI TOUT NOTRE PROGRAMME EST REALISE, RECEVRONT MOINS DE RAYONNEMENT TOTAL DU FAIT DE CE PROGRAMME QUE S'ILS VONT PASSER HUIT JOURS AUX SPORTS D'HIVER OU LE RAYONNEMENT DES RAYONS COSMIQUES REPRESENTE PLUS QUE LE RAYONNEMENT PRODUIT PAR LES CENTRALES. DONC, LE RISQUE DANS LA VIE QUOTIDIENNE D'UN RAYONNEMENT EST EXTREMEMENT FAIBLE. IL Y A NATURELLEMENT DES PRECAUTIONS VIS-A-VIS DES ACCIDENTS, C'EST-A-DIRE DES FUITES. MAIS NOUS DISPOSONS D'UN SYSTEME EXTEMEMENT PERFECTIONNE. IL REPOSE SUR LA QUALITE DE NOTRE PERSONNEL ET DE NOS STRUCTURES, IL FAUT EN EFFET UNE SURVEILLANCE TRES ACTIVE, PLUSIEURS NIVEAUX DE VERIFICATIONS DE TOUTES LES INSTALLATIONS. IL FAUT QUE TOUT CELA SOIT FAIT DE MANIERE EXTREMEMENT REGULIERE. IL FAUT EN MEME TEMPS, S'IL ARRIVE UNE DIFFICULTE, COMME DANS LE FONCTIONNEMENT DE TOUTE INSTALLATION, QUE DANS LES HEURES QUI SUIVENT, CELLE-CI PUISSE ETRE DETECTEE ET CORRIGEE. MAIS JE CROIS QU'AU POINT_DE_VUE DE LA SECURITE, NOUS AVONS ATTEINT UN DEGRE TEL, A L'HEURE ACTUELLE, QUE LE RISQUE PEUT ETRE CONSIDERE COMME TOUT A FAIT MINIME.\
`REPONSE` J'AJOUTE ENFIN QUE J'AI SOUHAITE QUE LES POPULATIONS QUI VIVENT AUTOUR DE CES CENTRALES EN RETIRENT UN CERTAIN AVANTAGE SUR-LE-PLAN DE LA FOURNITURE D'ENERGIE ET QUE LEUR CONSOMMATION D'ELECTRICITE SE VOIE APPLIQUER UNE REDUCTION DE TARIF. CETTE REDUCTION DE TARIF DOIT ETRE MISE EN APPLICATION CES JOURS-CI. ELLE SERA DE-L-ORDRE DE CINQ CENTIMES PAR KILOWATT DE BASSE TENSION. LE KILOWATT COUTE A L'HEURE ACTUELLE ENVIRON 33 CENTIMES. CELA FAIT DONC UNE REDUCTION DE 15 % ` STATISTIQUE` DU PRIX DE L'ELECTRICITE CONSOMMEE AUTOUR DES CENTRALES. MAIS CELA, C'EST SIMPLEMENT PARCE QUE LE FAIT QU'IL Y AIT EU UNE INSTALLATION DOIT TOUJOURS EN REGLE GENERALE BENEFICIER A LA POPULATION VOISINE.
- SUR-LE-PLAN DE LA SECURITE - J'Y REVIENS - IL EST FONDAMENTAL DE DONNER TOUS LES ELEMENTS D'APPRECIATION. IL NE FAUT PAS QU'IL Y AIT L'IDEE QUE L'ON CHERCHE A DISSIMULER TEL OU TEL ASPECT DE TEL OU TEL RISQUE. IL FAUT DONNER AU CONTRAIRE TOUS LES ELEMENTS D'INFORMATION, ET LA CONNAISSANCE DE CES ELEMENTS CONDUIRA, JE CROIS, A L'APPRECIATION, QUI EST CELLE DU GOUVERNEMENT ET QUI EST LA MIENNE, QUE NOTRE PROGRAMME EST CONSTRUIT ET ORGANISE DE TELLE MANIERE, QU'IL NE COMPORTE PAS PLUS DE RISQUES QUE LES INSTALLATIONS INDUSTRIELLES COURANTES.\

Voir tous les articles et dossiers