Publié le 29 octobre 1979

Allocution de M. Valéry Giscard d'Estaing, Président de la République, devant la communauté française de Berlin, Quartier Napoléon, le 19 octobre 1979.

Allocution de M. Valéry Giscard d'Estaing, Président de la République, devant la communauté française de Berlin, Quartier Napoléon, le 19 octobre 1979.

29 octobre 1979 - Seul le prononcé fait foi

Télécharger Allocution de M. Valéry Giscard d'Estaing, Président de la République, devant la communauté française de Berlin, Quartier Napoléon, le 19 octobre 1979. - PDF 413 Ko
MONSIEUR L'AMBASSADEUR,
- GENERAL,
- MES CHERS COMPATRIOTES,
- JE SUIS LE PREMIER PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE FRANCAISE A ME RENDRE A BERLIN `BERLIN-OUEST` DEPUIS 1945 £ JE SUIS EGALEMENT LE PREMIER PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE FRANCAISE A RENDRE VISITE A LA GARNISON FRANCAISE DE BERLIN ET AUX FRANCAISES ET AUX FRANCAIS QUI TRAVAILLENT DANS CETTE VILLE DEPUIS DONC 34 ANS.
- POUR MOI LA PRESENCE FRANCAISE A BERLIN, JE L'AI APPRISE DANS DES CIRCONSTANCES DONT JE ME SOUVIENS. J'AVAIS L'AGE, PRESQUE, UN PEU MOINS, DE BEAUCOUP DE CEUX QUI SERVENT ACTUELLEMENT DANS NOS UNITES COMME APPELES. NOUS ETIONS DANS LE SUD DE L'ALLEMAGNE EN OPERATION, LORSQU'ON NOUS A APPRIS LE 8 MAI 1945 `DATE` QUE L'ARMISTICE ETAIT SIGNE. EN OPERATION MILITAIRE ON RECOIT PEU DE NOUVELLES DE LA POLITIQUE GENERALE £ NOUS NE SUIVIONS DONC PAS LES PRELUDES DE LA FIN DE LA GUERRE. UN MATIN, EN NOUS REVEILLANT, CERTAINS DE NOS CAMARADES QUI ECOUTAIENT LA RADIO NOUS ONT DIT : L'ARMISTICE EST SIGNE. OU ETAIT-IL SIGNE ? ON NOUS A DIT : IL EST SIGNE A BERLIN ET LES FRANCAIS Y SONT. CELUI QUI COMMANDAIT NOTRE ARMEE, LA 1ERE ARMEE FRANCAISE, LE GENERAL DE LATTRE DE TASSIGNY, AVAIT ETE DELEGUE POUR SIGNER A COTE DES ALLIES LA CAPITULATION DES FORCES DE L'EMPIRE ALLEMAND A BERLIN. QUAND JE DIS EMPIRE, JE VEUX DIRE LE REICH, JE NE VEUX PAS DIRE NATURELLEMENT LA STRUCTURE IMPERIALE. NOUS AVONS EU AINSI POUR LA PREMIERE FOIS LE SENTIMENT QU'UNE NOUVELLE ERE COMMENCAIT, QUI ETAIT A LA FOIS UNE ERE DE PAIX ET EN MEME TEMPS UNE ERE AU-COURS DE LAQUELLE LA FRANCE AVAIT, ET SANS DOUTE AURAIT, DES RESPONSABILITES A BERLIN.
- CES RESPONSABILITES, MAINTENANT C'EST VOUS QUI LES ASSUMEZ. C'EST POURQUOI J'AI TENU A CE QUE, DANS L'ORGANISATION DE CETTE JOURNEE, IL Y AIT LA REUNION DE TOUTES CELLES ET DE TOUS CEUX QUI REPRESENTENT LA FRANCE A BERLIN.\
JE SUIS TRES HEUREUX DE ME TROUVER DANS CE _CADRE SUPERBE, GENERAL, FORT BIEN AMENAGE, QUI ME FAIT PENSER A CE QUE SONT, D'UNE MANIERE GENERALE, LES CASERNEMENTS EN FRANCE, PEUT-ETRE AVEC QUELQUES DETAILS SUPPLEMENTAIRES. PARMI CES DETAILS J'OBSERVE CETTE TRES BELLE FRESQUE QUI TENDRAIT A FAIRE CROIRE QUE VERSAILLES A ETE CONSTRUIT EN AUVERGNE. JE VOUS REMERCIE DE CETTE ATTENTION DELICATE.
- CEUX QUI M'ONT ACCOMPAGNE DANS CETTE VISITE - LE MINISTRE DES AFFAIRES ETRANGERES `JEAN FRANCOIS-PONCET` QUI A PASSE UNE PARTIE DE SON ENFANCE A BERLIN EN-RAISON DES FONCTIONS QU'EXERCAIT SON PERE `ANDRE FRANCOIS-PONCET`, ET QUI SE SOUVIENT D'AILLEURS D'AVOIR ETE REVEILLE AU PETIT MATIN PAR L'INCENDIE DU REICHSTAG, M. L'AMBASSADEUR DE FRANCE, - DOIVENT EN PARTAGER AVEC MOI L'EMOTION.\
NOUS SOMMES ICI DANS UNE DES TRES GRANDES VILLES D'EUROPE, UNE VILLE QUI PAR SA DIMENSION, SA POPULATION, SON HISTOIRE, SA CULTURE _COMPTE PARMI LES TRES GRANDES CITES DE NOTRE CONTINENT - LORSQU'ON LA TRAVERSE OU QU'ON LA SURVOLE, ON S'APERCOIT DE CE QUE LES CONFLITS ONT COUTE A NOTRE CONTINENT : CE SONT EUX QUI ONT AMENE CETTE TRES GRANDE VILLE, QUI POURRAIT ETRE A L'HEURE ACTUELLE UNE DES GRANDES METROPOLES, PHARES DE L'EUROPE, A CETTE SITUATION DE DIVISION ET D'EPREUVES QUI EST ENCORE LA SIENNE.
- J'AI ETE TRES SENSIBLE A LA QUALITE DE L'HOSPITALITE BERLINOISE. ELLE EST FAITE DE BEAUCOUP DE SPONTANEITE ET DE BEAUCOUP DE SIMPLICITE. JE PENSE QUE L'ACCUEIL DE BERLIN POUR LE PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE FRANCAISE N'AURAIT PAS ETE LE MEME SI LES BERLINOIS N'AVAIENT DE NOTRE PAYS L'IMAGE QUE VOUS LEUR DONNEZ DANS VOTRE EXISTENCE QUOTIDIENNE. D'AILLEURS VOUS AVEZ DU REMARQUER QUE LORSQUE CE MATIN, DANS UN ALLEMAND QUE GOETHE AURAIT ENVIE, J'AI DIT QUELQUES MOTS A LA POPULATION, LA PARTIE DE MON DISCOURS QUI A ETE LA PLUS APPLAUDIE, ETAIT CELLE OU JE DISAIS QUE JE SOUHAITAIS QUE CEUX QUI REPRESENTENT LA FRANCE A BERLIN ET NOTAMMENT LES OFFICIERS, LES SOUS-OFFICIERS ET LES SOLDATS DEVELOPPENT ENCORE LEURS RELATIONS DE CORDIALITE ET D'AMITIE AVEC LA POPULATION BERLINOISE. SI J'AI ETE APPLAUDI C'EST SANS DOUTE QUE CECI REFLETAIT LE SENTIMENT DES BERLINOIS SUR CE QUE VOUS ETES. SI J'AI ETE BIEN RECU, C'EST AUSSI A VOUS QUE JE LE DOIS ET JE VOUS EN REMERCIE.\
DANS L'ORGANISATION DE CETTE JOURNEE, LA PLUS LONGUE QU'UN CHEF_D_ETAT ALLIE AIT CONSACREE A BERLIN, J'AI VOULU QUE LA PREMIERE PARTIE DE MA VISITE SOIT CONSACREE AUX FORCES FRANCAISES. DES MON ARRIVEE A TEGEL, DANS UN AVION QUI ETAIT D'AILLEURS UN AIRBUS, C'EST-A-DIRE UN PRODUIT DE LA COOPERATION AERIENNE FRANCO - GERMANIQUE - C'ETAIT LA PREMIERE FOIS POUR MA PART QUE J'UTILISAIS UN TEL APPAREIL -, J'AI PU CONSTATER LA MANIERE DONT FONCTIONNE, SOUS CONTROLE FRANCAIS, LE PRINCIPAL AERODROME DE BERLIN QUI EST AUSSI UN DES GRANDS AEROPORTS EUROPEENS ET QUI, PAR L'IMPORTANCE DE SON TRAFIC, EST LE TROISIEME AEROPORT CONTROLE PAR DES TECHNICIENS FRANCAIS. LE GENERAL D'ASTORG ME DISAIT TOUT A L'HEURE QUE, APRES ROISSY ET ORLY, C'EST LE TRAFIC DE TEGEL QUI EST LE TROISIEME PAR IMPORTANCE. L'EFFICACITE, LA REGULARITE Y SONT MANIFESTES ET C'EST UN BEL EXEMPLE DE LA CAPACITE DE NOS TECHNICIENS.
- UN PEU PLUS TARD, A WEDDING, LA REVUE DES TROUPES, QUE JE PASSE TOUJOURS, VOUS L'AVEZ REMARQUE, AVEC UNE GRANDE ATTENTION, PUIS LE DEFILE, M'ONT REMPLI DE FIERTE.
- OFFICIERS, SOUS-OFFICIERS ET SOLDATS FRANCAIS, VOUS ETES EN EFFET LES GARANTS DE LA PAIX ET DE LA LIBERTE AU_COEUR MEME DE L'EUROPE. VOUS DEVEZ PARFOIS VOUS SENTIR UN PEU LOIN, NOTAMMENT LES APPELES. MAIS, EN MEME TEMPS VOUS AVEZ LE PRIVILEGE D'OBSERVER UNE SITUATION POLITIQUE ET UNE SITUATION DE DEFENSE DANS CE QU'ELLE A DE PROFONDEMENT SIGNIFICATIF, C'EST-A-DIRE DANS UN ENDROIT OU LA PRESENCE DE NOS FORCES, OU LEUR ATTITUDE, ONT UNE SIGNIFICATION A L'ECHELLE DES GRANDS PROBLEMES DE NOTRE TEMPS. VOUS VEILLEZ SANS DOUTE A LA SECURITE DE BERLIN, MAIS VOUS VEILLEZ AUSSI A LA NOTRE, A COTE DE VOS CAMARADES BRITANNIQUES ET AMERICAINS.\
LES BERLINOIS QUI CONNAISSENT PEUT-ETRE MIEUX QUE D'AUTRES LE _PRIX DE LA LIBERTE, VOUS ONT MONTRE CE MATIN, M'ONT MONTRE CET APRES-MIDI, QU'ILS ETAIENT CONSCIENTS DE CE QU'ILS DOIVENT A CEUX QUI ASSURENT LEUR SECURITE, A CEUX QU'ILS APPELLENT DANS LEUR LANGUE, LEUR "SCHUSSMACHER" LEUR FORCE DE PROTECTION. ILS SAVENT QUE LEUR PROTECTION DEPEND DE VOTRE ENTRAINEMENT, DE VOTRE RESOLUTION, DE VOTRE VIGILANCE QUE VOUS SOYEZ MILITAIRES, COMME LE PLUS GRAND NOMBRE, OU CIVILS, COMME BEAUCOUP D'AUTRES.
- JE RETIRE UNE IMPRESSION FAVORABLE DE L'ASSOCIATION QUI EST REALISEE AU-SEIN DU GOUVERNEMENT MILITAIRE ENTRE LES PERSONNELS CIVILS ET LES ELEMENTS MILITAIRES DU SECTEUR FRANCAIS. DE NOTRE TRADITION NATIONALE OU IL EST DIFFICILE D'OBTENIR QUE DES SERVICES, QUE DES STRUCTURES ORGANISENT ENTRE EUX UNE COOPERATION ETROITE, IL EST REMARQUABLE D'OBSERVER A BERLIN QU'ENTRE LES PERSONNELS MILITAIRES, LES DIFFERENTS PERSONNELS ADMINISTRATIFS, IL REGNE - ET C'EST HEUREUX - UNE ETROITE SOLIDARITE.
- JE REALISE CE QUE VOTRE MISSION EXIGE A LA FOIS DE TENACITE, MAIS AUSSI DE DOIGTE, CAR NOTRE ROLE EST D'EVITER QU'AUCUNE INITIATIVE D'OU QU'ELLE VIENNE, N'ALTERE LES STATUTS DE LA VILLE ET N'AFFECTE L'UN DES EQUILIBRES LES PLUS DELICATS DE CE CONTINENT, EQUILIBRE DONT LE SIMPLE DEPLACEMENT, ET DONC A FORTIORI LA RUPTURE, AURAIT, VOUS L'IMAGINEZ, LES PLUS GRAVES CONSEQUENCES.
- JE CONSTATE AVEC SATISFACTION QUE CE TRAVAIL EN_COMMUN S'EFFECTUE DANS UNE ATMOSPHERE DE CONFIANCE ET DE CONSIDERATION MUTUELLES.\
LA COMMUNAUTE DES FORCES FRANCAISES DE BERLIN REGROUPE DES REPRESENTANTS DE DIFFERENTS SECTEURS DE L'ETAT : MAGISTRATS, FONCTIONNAIRES DES FINANCES, DE L'AVIATION CIVILE, DES TRAVAUX PUBLICS, PERSONNEL DE LA POLICE NATIONALE. LE CORPS ENSEIGNANT EST REPRESENTE DE MANIERE IMPORTANTE ICI PUISQUE VOUS AVEZ LA CHANCE D'AVOIR DES ECOLES COMME IL EN EXISTE EN FRANCE, SANS PARLER D'UN ETABLISSEMENT FRANCO - ALLEMAND DE TRADITION FORT ANCIENNE REMONTANT AU GRAND ELECTEUR FREDERIC-GUILLAUME, QUI S'APPELLE DEPUIS LORS LE COLLEGE FRANCAIS. J'AURAIS SOUHAITE SI LE TEMPS ME L'AVAIT PERMIS EN EFFECTUER, MONSIEUR L'AMBASSADEUR, LA VISITE.
- JE SALUE EGALEMENT NOS AUTRES COMPATRIOTES QUI CONTRIBUENT A L'IMAGE DE LA FRANCE A BERLIN. VOTRE ROLE EST AUSSI SIGNIFICATIF QUE CELUI DES FONCTIONNAIRES CIVILS OU MILITAIRES. QUELLES QUE SOIENT LES ACTIVITES QUE VOUS EXERCIEZ DANS LE DOMAINE DE L'INDUSTRIE OU DES AFFAIRES, DANS LE DOMAINE DE L'ART, DANS LE DOMAINE EMINENT DE LA CULTURE, VOUS DEVEZ ETRE, ET JE SUIS CONVAINCU QUE VOUS ETES ICI, LES DIGNES SUCCESSEURS DE CES FRANCAIS QUI, IL Y A TROIS SIECLES, ONT CONTRIBUE DE MANIERE SI DETERMINANTE AU DEVELOPPEMENT DE BERLIN. D'AILLEURS DANS LA PLUPART DES FAMILLES DU MASSIF CENTRAL, DE LA REGION DU SUD-OUEST, IL Y A DES BRANCHES, IL Y A DES PARENTES VIS-A-VIS DE CES HUGUENOTS QUI SONT PARTIS DE NOS MONTAGNES ET QUI ONT AVEC UNE CAPACITE EXTRAORDINAIRE ORGANISE L'ADMINISTRATION, L'ARMEE, L'INDUSTRIE DE BERLIN. LORSQUE J'AI RECU IL Y A QUELQUES ANNEES POUR LA PREMIERE FOIS LE MAIRE DE BERLIN, IL M'A PORTE UN LIVRE, EDITE EN FRANCAIS, QUI DATAIT DE LA PREMIERE MOITIE DU XVIIIEME SIECLE. TOUTE LA VIE CULTURELLE, ADMINISTRATIVE, POLITIQUE DE LA VILLE SE DEROULAIT DANS NOTRE LANGUE. LES MOYENS D'EDITION BERLINOIS JUSQU'AU XVIIIEME SIECLE COMPPRIS ETAIENT PRESQUE EXCLUSIVEMENT DES MOYENS D'EDITION FRANCAIS. CECI N'ETAIT PAS DU AU HASARD, MAIS A QUELQUES 20000 DE NOS COMPATRIOTES, CE QUI PERMET DE MESURER CE QU'UNE COMMUNAUTE FRANCAISE PEUT AVOIR COMME INFLUENCE A L'EXTERIEUR.
- LES FRANCAIS DISPOSENT D'UN MEME HERITAGE. ILS CROIENT SOUVENT QU'ILS SONT DIVISES ENTRE EUX, MAIS ILS N'ONT QU'UN BIEN COMMUN QUI EST LEUR HERITAGE HISTORIQUE, POLITIQUE ET NATIONAL. LE SOIN DE CET HERITAGE, DE LE FAIRE CONNAITRE, N'EST LE MONOPOLE DE PERSONNE. CE SOIN APPARTIENT A LA COLLECTIVITE NATIONALE TOUT ENTIERE, C'EST-A-DIRE A CHAQUE FRANCAISE ET A CHAQUE FRANCAIS, A CHAQUE ADMINISTRATION, A CHAQUE SECTEUR D'ACTIVITE ET DONC CHAQUE CITOYEN FRANCAIS DOIT Y CONTRIBUER.\
M. LE MINISTRE DES AFFAIRES ETRANGERES `JEAN FRANCOIS-PONCET` S'EST ATTACHE RECEMMENT A REMODELER SON MINISTERE DE MANIERE A LE METTRE DAVANTAGE A L'ECOUTE DE VOS BESOINS ET DE VOS PROBLEMES. IL A CREE, VOUS LE SAVEZ, UNE DIRECTION DES FRANCAIS_DE_L_ETRANGER ET VOUS ETES LES UNS ET LES AUTRES, PARFOIS POUR UN TEMPS COURT, PARFOIS POUR UN TEMPS PLUS LONG, DES FRANCAIS DE_L_ETRANGER QUI ONT DONC DES SOUCIS, DES BESOINS, DES PROBLEMES.
- AU-COURS DES DERNIERES ANNEES UN EFFORT IMPORTANT A ETE ENGAGE EN_FAVEUR DE CES FRANCAIS DE_L_ETRANGER, EN-MATIERE DE PROTECTION SOCIALE, DE MINIMUM VIEILLESSE, D'ASSURANCE CHOMAGE ET D'EXERCICE DES DROITS CIVIQUES. CES MESURES ONT POUR OBJET DE RENFORCER LES LIENS DE LA COMMUNAUTE NATIONALE, QUE LES FRANCAIS VIVENT EN FRANCE OU QU'ILS VIVENT AU-DELA DE NOS FRONTIERES. ET D'AUTRES MESURES SUIVRONT : MAIS D'ORES ET DEJA UNE DIMENSION NOUVELLE EST DONNEE A CETTE SOLIDARITE NATIONALE SANS LAQUELLE IL N'EST PAS DE GRAND PEUPLE ET IL N'EST PAS DE GRAND PAYS.
- C'EST POUR MOI UN TRES AGREABLE PRIVILEGE DE RENCONTRER LA COMMUNAUTE DES FRANCAISES ET DES FRANCAIS DE BERLIN.
- LORSQUE JE PENSE A LA FRANCE, JE ME DIS TOUJOURS QUE LA FRANCE EST A LA FOIS UN SOL ET UN PEUPLE. C'EST UN SOL SANS DOUTE, C'EST CELUI DONT NOUS SOMMES ISSUS LES UNS ET LES AUTRES, MAIS C'EST AUSSI UN PEUPLE. JE VEUX DIRE CELLES ET CEUX QUI SONT VENUS S'INSTALLER SUR CE SOL, QUI L'ONT TRAVAILLE, QUI L'ONT FAIT FRUCTIFIER ET QUI Y RESTENT ATTACHES OU QU'ILS SOIENT. C'EST POURQUOI FAISANT PARTIE DE CE PEUPLE, MEME SI VOUS ETES POUR L'INSTANT LOIN DE SON SOL, VOUS FAITES PARTIE DE NOTRE CHALEUREUSE COMMUNAUTE FRANCAISE.
- A TOUTES ET A TOUS, MERCI DE CETTE JOURNEE BERLINOISE QUE VOUS AVEZ CONTRIBUE A ORGANISER POUR LA REPUTATION DE LA FRANCE. JE PARTIRAI CE SOIR AVEC UN SENTIMENT DE FIERTE POUR LA MANIERE DONT VOUS TOUTES ET VOUS TOUS SAVEZ REPRESENTER LA FRANCE A BERLIN.\

Voir tous les articles et dossiers