Publié le 19 juillet 1979

ALLOCUTION DE M. VALERY GISCARD D'ESTAING, DURANT SON VOYAGE DANS LE PACIFIQUE, DEVANT LE CONSEIL DE GOUVERNEMENT DE LA POLYNESIE FRANCAISE A PAPEETE, POLYNESIE, JEUDI 19 JUILLET 1979

19 juillet 1979 - Seul le prononcé fait foi

ALLOCUTION DE M. VALERY GISCARD D'ESTAING, DURANT SON VOYAGE DANS LE PACIFIQUE, DEVANT LE CONSEIL DE GOUVERNEMENT DE LA POLYNESIE FRANCAISE A PAPEETE, POLYNESIE, JEUDI 19 JUILLET 1979

Télécharger le .pdf
MONSIEUR LE VICE-PRESIDENT,
- MESSIEURS LES CONSEILLERS,
- J'AI TENU A CE QUE MA PREMIERE VISITE SOIT RESERVEE AU CONSEIL DE GOUVERNEMENT. J'Y AI TENU CAR JE VOIS DANS CET ORGANE LA CLE DE VOUTE DES INSTITUTIONS TERRITORIALES EN MEME TEMPS QUE LE SYMBOLE DE VOTRE LARGE AUTONOMIE.
- VOUS EXERCEZ, MESSIEURS LES CONSEILLERS DU GOUVERNEMENT, UNE CHARGE QUI EST UN GRAND HONNEUR ET UNE LOURDE RESPONSABILITE A L'EGARD DES HABITANTS DE CE PAYS. JE VOIS D'AILLEURS QUE NUL NE S'Y TROMPE ET QUE DEPUIS L'ENTREE EN_VIGUEUR DU NOUVEAU STATUT, CHACUN A BIEN COMPRIS QUE LA ETAIT DESORMAIS LE CENTRE DE DECISION.
- CETTE RESPONSABILITE, VOUS L'AVEZ APPELEE DE VOS VOEUX. LE GOUVERNEMENT ET LE PARLEMENT VOUS L'ONT CONFEREE, IL Y A DEUX ANS ET JE CROIS QUE L'ON PEUT DIRE DES MAINTENANT QUE C'EST UN SUCCES. SI J'AI VOULU MOI-MEME QU'IL EN SOIT AINSI, C'EST PARCE QUE VOUS M'AVEZ DONNE LA CONVICTION DE VOTRE DETERMINATION ET DE VOTRE CAPACITE A REPONDRE AU MIEUX AUX ASPIRATIONS ET AU DESIR DE PROGRES DU PEUPLE POLYNESIEN. C'EST AUSSI PARCE QUE VOUS M'AVEZ CONVAINCU QUE VOTRE VOLONTE DE VOIR AFFIRMER CETTE RESPONSABILITE ALLAIT DE PAIR AVEC VOTRE CHOIX DE DEMEURER AU-SEIN DE LA COMMUNAUTE NATIONALE ET DE CONDUIRE AVEC LA FRANCE, ET EN QUALITE DE POLYNESIEN ET DE FRANCAIS A LA FOIS, LES AFFAIRES DE LA POLYNESIE.
- AVEC L'APPUI, AVEC L'AIDE DE LA FRANCE, VOUS AVEZ DESORMAIS PRIS EN_MAIN LE DESTIN DE VOTRE PAYS ET VOUS L'AVEZ FAIT A UN MOMENT OU APPARAISSAIT CLAIREMENT LA NECESSITE D'ENGAGER CELUI-CI SUR DES VOIES NOUVELLES.\
LA POLYNESIE, EN EFFET, SE TROUVE CONFRONTEE DEPUIS QUELQUES ANNEES A UN DOUBLE IMPERATIF : CELUI DE METTRE EN_VALEUR SES PROPRES RESSOURCES, ET CELUI NON MOINS EXIGEANT D'UNE PLUS GRANDE JUSTICE SOCIALE.
- SI CES OBJECTIFS SONT CLAIRS ET INCONTESTABLES, LE CHEMIN POUR LES ATTEINDRE EST RUDE ET MALAISE.
- LA DIFFICULTE DE VOTRE TACHE EST ACCRUE PAR DEUX AUTRES CONSIDERATIONS. TOUT D'ABORD, LE TEMPS VOUS EST COMPTE : A L'INVERSE DE LA FRANCE METROPOLITAINE, LA POLYNESIE A TOUJOURS BEAUCOUP D'ENFANTS. DE PLUS EN PLUS NOMBREUSE, DE MIEUX EN MIEUX INSTRUITE ET FORMEE, VOTRE JEUNESSE, ET C'EST NORMAL, EST DE PLUS EN PLUS EXIGEANTE. ENSUITE, VOUS DEVEZ AGIR DANS UN CONTEXTE ECONOMIQUE GENERAL MARQUE PAR LES PLUS GRANDES DIFFICULTES QUE LE MONDE LIBRE AIT CONNUES DEPUIS LA FIN DE LA DEUXIEME GUERRE MONDIALE. LA COMPETITION INTERNATIONALE EST PLUS RUDE QUE JAMAIS, ELLE NE PERMET NI LES ERREURS NI LE GASPILLAGE ET CONTRAINT SOUVENT A DES CHOIX RIGOUREUX.\
C'EST DIRE, MESSIEURS, TOUTE L'IMPORTANCE MAIS AUSSI TOUTE LA DIFFICULTE DES RESPONSABILITES QUE VOUS AVEZ CHOISI D'ASSUMER ET POUR LESQUELLES VOS CONCITOYENS VOUS ONT ELUS. C'EST DIRE QUE DANS CETTE ENCEINTE OU NOUS SOMMES, ENTRE RESPONSABLES, JE VOUS TIENDRAI LE LANGAGE DE LA RESPONSABILITE.
- VOUS M'AVEZ, MONSIEUR LE PRESIDENT, INFORME DES PROJETS ET DES PROBLEMES DE CE TERRITOIRE, ET JE VAIS A MON TOUR VOUS DIRE QUELLES SONT A MES YEUX LES CONDITIONS NECESSAIRES A LA REUSSITE DE VOTRE ACTION :
- LA PREMIERE DE CES CONDITIONS RESIDE DANS LA STABILITE INSTITUTIONNELLE. LA FRANCE NE PEUT DEMEURER PRESENTE EN POLYNESIE QUE PARCE QUE LA MAJORITE DES HABITANTS DE CE TERRITOIRE PENSE QU'IL DOIT EN ETRE AINSI. ET RIEN N'EST PLUS NEFASTE A VOTRE AMBITION DE DEVELOPPEMENT QU'UNE INTERROGATION PERMANENTE `AUTONOMIE ` INDEPENDANCE` SUR LA VALIDITE ET LA _NATURE DES LIENS INSTITUTIONNELS ENTRE LA METROPOLE ET LE TERRITOIRE. CE STATUT, TEL QU'IL EST, VOUS DONNE LA COMPLETE MAITRISE DES AFFAIRES DU TERRITOIRE, TOUT EN VOUS GARANTISSANT LE SOUTIEN ET L'APPUI DE LA FRANCE, ET SON ACTION DANS LES DOMAINES RESERVES A L'ETAT. CES DOMAINES SONT CEUX OU LA SOUVERAINETE, POUR ETRE EFFECTIVE, DOIT SE FONDER SUR LA POSSESSION DE MOYENS QUE LA FRANCE DETIENT ET QU'ELLE MET EN_OEUVRE A VOTRE PROFIT.\
LA DEUXIEME DE CES CONDITIONS RESIDE DANS LA RIGUEUR DE VOTRE GESTION. ELLE DOIT ETRE A L'IMAGE DE CELLE QUI CARACTERISE EN CE MOMENT LA POLITIQUE MENEE EN METROPOLE. LA LIMITATION AU STRICT NECESSAIRE DE L'EVOLUTION DES DEPENSES DE FONCTIONNEMENT DOIT ETRE UN IMPERATIF DE LA GESTION DE VOTRE BUDGET. C'EST AU DEMEURANT UNE CONDITION INDISPENSABLE POUR QUE, MALGRE LES DIFFICULTES DU MOMENT, VOUS PUISSIEZ CONSACRER UN EFFORT CROISSANT AUX DEPENSES D'INVESTISSEMENT LIEES A VOTRE DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE.
- LA TROISIEME CONDITION EST LA RIGUEUR ET LA PERTINENCE DE VOS CHOIX EN-MATIERE D'INVESTISSEMENT ET DE DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE. AU STADE QUE VOUS AVEZ ATTEINT, JE PENSE QUE VOUS DEVEZ MAINTENANT ENTREPRENDRE UNE REFLEXION GLOBALE AFIN D'ECLAIRER CES CHOIX ET DE FIXER L'ENSEMBLE DE VOS OBJECTIFS A MOYEN TERME. LA POLYNESIE DOIT SE DOTER D'UN PLAN PAR LEQUEL ELLE DEFINIRA CLAIREMENT SES PRIORITES, LES ETAPES QU'ELLE SE FIXE ET LES MOYENS QUI SERONT CONSACRES AU DEVELOPPEMENT DES DIFFERENTS SECTEURS DE SON ACTIVITE. IL VA DE SOI QUE L'ETAT EST PRET A VOUS APPORTER DANS CE DOMAINE TOUTE LA CONTRIBUTION NECESSAIRE.\
LA QUATRIEME CONDITION EST L'AFFIRMATION CONCRETE DE LA SOLIDARITE ENTRE LES DIFFERENTES COUCHES DE LA POPULATION. JE SAIS, MONSIEUR LE VICE-PRESIDENT, QUE VOUS AVEZ DEJA PRIS, DANS CE DOMAINE, DES INITIATIVES COURAGEUSES ET JE SAIS COMBIEN IL EST PARFOIS DIFFICILE ET PERILLEUX DE PRENDRE DES MESURES QUI, INEVITABLEMENT, SE TRADUISENT, PAR UN EFFORT DEMANDE A CEUX QUI ONT LA CHANCE DE NE MANQUER DE RIEN. MAIS, VOUS SAVEZ AUSSI QUE LE MAINTIEN DE LA COHESION DU CORPS SOCIAL EST A CE _PRIX.
- DANS NOTRE CONCEPTION LIBERALE ET HUMAINE DE LA SOCIETE, LE PREMIER DEVOIR DES GOUVERNEMENTS EST BIEN D'ASSURER A TOUS LES CITOYENS, NON SEULEMENT L'EGALITE DEVANT LA LOI, MAIS AUSSI, ET DE PLUS EN PLUS, UN MINIMUM DE SECURITE ET DE PROTECTION FACE AUX ALEAS DE LA VIE, ET DES POSSIBILITES REELLES D'EPANOUISSEMENT.
- LA CINQUIEME CONDITION EST L'ATTENTION QU'IL FAUT PORTER A LA FORMATION DES HOMMES. C'EST UN ASPECT FONDAMENTAL D'UNE DEMOCRATIE MODERNE, TOURNEE VERS LE PROGRES. JE SAIS L'EFFORT CONSIDERABLE CONSENTI DANS LE DOMAINE DE L'EDUCATION, IL FAUT LE POURSUIVRE ET L'AMPLIFIER. IL FAUT SURTOUT PARVENIR A DONNER A TOUS LES MEMES CHANCES ET SURMONTER DONC COMPLETEMENT LE HANDICAP DU LANGAGE. JE SUIS PREOCCUPE PAR L'IMPORTANCE DE L'ECHEC SCOLAIRE ET PERSUADE QU'IL NOUS FAUT INVENTER LA PEDAGOGIE ORIGINALE QUI PERMETTRA AUX JEUNES DE CE PAYS DE MAITRISER PARFAITEMENT ET LEUR LANGUE MATERNELLE ET LE FRANCAIS, CAR ILS ONT BESOIN POUR ACCEDER A LA CONNAISSANCE D'UNE LANGUE D'ECHANGES.\
J'AI PEU PARLE DES INITIATIVES QUE L'ETAT, EN PLUS DES INTERVENTIONS MULTIPLES QU'IL EFFECTUE DEJA, ETAIT RESOLU A DEVELOPPER POUR APPORTER SON _CONCOURS AU TERRITOIRE FACE AUX LOURDES TACHES QUI VOUS ATTENDENT. J'AURAI L'OCCASION D'Y REVENIR DANS MON ALLOCUTION PUBLIQUE ET A L'ASSEMBLEE TERRITORIALE. CES INITIATIVES SONT SUBSTANTIELLES. ELLES VOUS MONTRERONT QUE MALGRE L'AUSTERITE A LAQUELLE NOUS CONTRAINT LA SITUATION ACTUELLE, LA FRANCE CONTINUERA D'AIDER LA POLYNESIE A BATIR POUR SES ENFANTS UN AVENIR DIGNE DE LEUR QUALITE DE FRANCAIS ET DE POLYNESIENS.
- JE TERMINERAI SUR UNE NOTE PLUS PERSONNELLE. JE SAIS LE SOUTIEN QUE VOUS APPORTEZ A MON ACTION SUR-LE-PLAN NATIONAL. JE VOUS EN REMERCIE ET JE VOUS ASSURE AUSSI DE TOUTE MA CONFIANCE.\

Voir tous les articles et dossiers