Publié le 25 mai 1979

INTERVIEW DE M. VALERY GISCARD D'ESTAING ACCORDEE A M. PHILIPPE BOUVARD SUR LA FONCTION PRESIDENTIELLE, PUBLIEE DANS "PARIS-MATCH" DU 25 MAI 1979

25 mai 1979 - Seul le prononcé fait foi

INTERVIEW DE M. VALERY GISCARD D'ESTAING ACCORDEE A M. PHILIPPE BOUVARD SUR LA FONCTION PRESIDENTIELLE, PUBLIEE DANS "PARIS-MATCH" DU 25 MAI 1979

Télécharger le .pdf
P. BOUVARD.- JE ME REJOUIS D'AUTANT PLUS DE CET ENTRETIEN QUI VA ME PERMETTRE D'ESQUISSER LE BILAN PERSONNEL DU TROISIEME PRESIDENT DE LA VEME REPUBLIQUE APRES CINQ ANS DE POUVOIR QUE SI L'ON AVAIT REDUIT LE MANDAT PRESIDENTIEL, SELON SES PREMIERS SOUHAITS, IL SERAIT DEJA EN-TRAIN DE FAIRE SES VALISES. IL EXPLIQUE TRES CLAIREMENT LES RAISONS QUI L'ONT FAIT, UN TEMPS, PENSER QUE LE SEPTENNAT NE CONSTITUAIT PAS LA DISTANCE IDEALE ET CELLES QUI MAINTENANT, L'INCITENT A NE RIEN CHANGER :
- LE PRESIDENT.- QUAND J'AVAIS REFLECHI AUTREFOIS A CE PROBLEME, JE M'ETAIS POSE LA QUESTION DE SAVOIR SI LA CONFIANCE QU'ON ACCORDE A UN CHEF_D_ETAT ET QUI EST LA SOURCE DE SON POUVOIR POUVAIT ETRE PORTEUSE TRES LONGTEMPS. PLUS TARD JE ME SUIS AVISE QUE DANS LES PERIODES EXCEPTIONNELLES QUE NOUS VIVONS ET OU LA RESPONSABILITE POLITIQUE EST LOURDE, LE TEMPS EST TROP COURT POUR L'ACTION S'IL FAUT PAR EXEMPLE SOUSTRAIRE D'UN MANDAT DE CINQ ANS `DUREE` LES MOIS NECESSAIRES A L'APPROCHE DES DIFFERENTS DOSSIERS ET LES MOIS QUI PRECEDENT L'ELECTION SUIVANTE.
- P. BOUVARD.- COMME SES DEUX PREDECESSEURS IMMEDIATS, VALERY GISCARD D'ESTAING A UNE TRES HAUTE IDEE DE SA FONCTION. ON PEUT MEME DIRE QUE LA FONCTION CONSTITUE DEPUIS CINQ ANS LE PRISME A TRAVERS LEQUEL IL OBSERVE LE MONDE, LA FRANCE ET, PARFOIS, SE REGARDE LUI-MEME :
- LE PRESIDENT.- QUAND ON EXERCE UNE FONCTION UNIQUE, DIFFERENTE ET QUE PERSONNE NE CONNAIT AVANT DE L'AVOIR EXERCEE, COMME CELLE-CI, ON NE DOIT PAS JOUER AVEC ELLE. ON DOIT LA RESPECTER ET LA TRAITER AVEC PRECAUTION. OR TOUS LES PAYS OU LA DUREE DU MANDAT PRESIDENTIEL EST PLUS COURTE QUE CHEZ NOUS PARAISSENT LE REGRETTER\
P. BOUVARD.- POUR L'HEURE, LA FONCTION A TENDANCE A MASQUER L'HOMME. LE PRESIDENT PENSE QU'A LA PLACE QU'IL OCCUPE ON N'A LE DROIT DE PARLER DE SOI QUE BEAUCOUP PLUS TARD ET PRECISEMENT QUAND ON NE SE TROUVE PLUS A CETTE PLACE-LA. CETTE DISTANCE QU'IL ENTEND PRENDRE AVEC LUI-MEME SE FONDE, DE SURCROIT, SUR LA CERTITUDE QU'IL EPROUVE DE N'AVOIR PRATIQUEMENT PAS CHANGE DEPUIS CINQ ANS :
- LE PRESIDENT.- JE CROIS QUE LES GENS CHANGENT TRES PEU. QUAND JE REVOIS SUR DE VIEILLES PHOTOGRAPHIES LES VISAGES D'ENFANT DE CAMARADES DE CLASSE QUE JE RENCONTRE PARFOIS AUJOURD'HUI, JE N'AI PAS L'IMPRESSION QUE LEURS TRAITS SE SOIENT VRAIMENT MODIFIES. CEUX QUI ETAIENT GAIS LE SONT TOUJOURS. LES TRISTES N'ONT PAS MODIFIE LEUR COMPORTEMENT.
- P. BOUVARD.- DANS CES CINQ ANNEES QUI ONT PASSE TELLEMENT VITE QU'ON PEUT SE DEMANDER SI LES DIFFICULTES N'ACCELERENT PAS LE COURS DU TEMPS, LE PRESIDENT DISTINGUE DEUX PHASES : UNE PERIODE COMPRISE ENTRE UN AN ET DEUX ANS `DUREE` QUI EST CELLE DE L'ACCOUTUMANCE (ON NE PEUT SE FAIRE UNE VERITABLE IDEE DE LA MAGISTRATURE SUPREME QUE LORSQU'ON A TOUT FAIT AU MOINS UNE FOIS) ET LA PHASE DE PLEIN EXERCICE DU POUVOIR QUI - EN CE QUI LE CONCERNE - A COINCIDE AVEC L'APPARITION DES PREMIERS PROBLEMES GRAVES.
- COMBIEN D'HEURES TRAVAILLE-T-IL QUOTIDIENNEMENT ? DIFFICILE DE LE PRECISER :
- LE PRESIDENT.- LE CHEF_DE_L_ETAT N'EST PAS UN BUREAUCRATE. LORSQUE JE PARTICIPE AUX FETES DE JEANNE D'ARC A ORLEANS, EST-CE UN TRAVAIL ? LORSQUE, COMME CE SOIR, JE REPRENDS UNE TRADITION QUE J'AVAIS DU SUSPENDRE DEPUIS PLUSIEURS MOIS, ET QUE JE VAIS DINER CHEZ DES FRANCAIS QUI M'ONT INVITE, EST-CE DU TRAVAIL ? LORSQUE JE PARLE AVEC VOUS, EST-CE DU TRAVAIL ?
- P. BOUVARD.- VALERY GISCARD D'ESTAING N'UTILISE PAS BEAUCOUP PLUS LE TELEPHONE QUE SES PREDECESSEURS. MAIS IL A FAIT DE L'APPAREIL GRIS QUI SE TROUVE A GAUCHE DE SA TABLE DE TRAVAIL LE PRINCIPAL INSTRUMENT DE SA POLITIQUE INTERNATIONALE. S'IL N'APPELLE PRATIQUEMENT JAMAIS - SAUF EN CAS DE CRISE - LES MEMBRES DU GOUVERNEMENT, IL A, EN REVANCHE, DES COMMUNICATIONS SYSTEMATIQUES AVEC LES DIRIGEANTS ETRANGERS :
- LE PRESIDENT.- SOUVENT JE ME DIS "TIENS IL Y A LONGTEMPS QUE JE N'AI PAS PARLE AVEC TEL OU TEL CHEF_D_ETAT" ET JE RENOUE LE CONTACT POUR M'ASSURER DE L'AVANCEMENT DE NOS PROJETS COMMUNS\
P. BOUVARD.- L'USURE DU POUVOIR ? IL N'Y CROIT PAS DU TOUT :
- LE PRESIDENT.- "CEUX QUI N'ONT PAS LE POUVOIR SOUHAITERAIENT QU'IL DETRUISE CEUX QUI L'ONT. MAIS C'EST FAUX".
- P. BOUVARD.- PLUS PERCEPTIBLE LUI PARAIT LA SOLITUDE QUE L'ON TROUVE SUR LES SOMMETS.ET MOINS PARCE QU'ON S'ECARTE ALORS DE SES CONTEMPORAINS QUE PARCE QUE LA FONCTION EST TROP ABSORBANTE POUR CONSERVER TOUS LES RAPPORTS SOCIAUX QU'ON ENTRETENAIT AUPARAVANT. A L'EN CROIRE, LE PRINCIPAL CHANGEMENT RESIDE DANS UN RAPPORT DIFFERENT AVEC LE TEMPS :
- LE PRESIDENT.- LORSQUE J'ETAIS ETUDIANT, JE VIVAIS AVEC LES SAISONS ET AVEC LES EXAMENS. MINISTRE J'AI VECU AVEC L'ANNEE ET AVEC L'EXERCICE BUDGETAIRE. CHEF_D_ETAT, JE DOIS ANTICIPER DE PLUSIEURS ANNEES. OR LE TEMPS QU'ON AIME, LE TEMPS HUMAIN, C'EST LE TEMPS QUOTIDIEN.
- P. BOUVARD.- EPROUVE-T-IL PARFOIS DU PLAISIR A EXERCER LE POUVOIR ? IL FERME LES YEUX. VISIBLEMENT IL NE S'EST ENCORE JAMAIS POSE CETTE QUESTION-LA. MAIS COMME IL EXCELLE PLUS QU'AUCUN AUTRE DANS LE PETIT JEU "REPONSES A TOUT", LA SOLUTION TOMBE AU BOUT DE DIX SECONDES :
- LE PRESIDENT.- LE PLAISIR DU POUVOIR EST TRES RARE. MAIS IL SE PRODUIT NEANMOINS A DEUX MOMENTS TYPES. D'ABORD QUAND JE M'EXPRIME EN PUBLIC. ENSUITE DANS LES GRANDES MANIFESTATIONS NATIONALES QUAND ELLES SONT REUSSIES ET QU'ELLES DEBOUCHENT SUR UNE VERITABLE EMOTION COLLECTIVE\
P. BOUVARD.- LES INCONVENIENTS DU POUVOIR ? ILS SONT NOMBREUX ET GENERALEMENT SITUES AU RAS DES PAQUERETTES :
- LE PRESIDENT.- CE QUI ME MANQUE LE PLUS AUJOURD'HUI C'EST DE NE PLUS POUVOIR FLANER, DE NE PLUS POUVOIR ME DIRE "IL EST CINQ HEURES ET DEMIE, IL FAIT BEAU, JE VAIS ALLER M'ASSEOIR A UNE TERRASSE DE CAFE ET LIRE MON JOURNAL PENDANT UNE HEURE". C'EST DERISOIRE QUAND ON PEUT LE FAIRE. C'EST ESSENTIEL QUAND ON NE LE FAIT PLUS. QUAND ON EST MINISTRE, LA VIE REDEVIENT NORMALE A-PARTIR DU MOMENT OU L'ON QUITTE LE MINISTERE. QUAND ON EST CHEF_D_ETAT ON N'EST PLUS JAMAIS "OFF" COMME DISENT LES SPECIALISTES DE L'AUDIOVISUEL.
- P. BOUVARD.- TRADUISEZ : PLUS JAMAIS INVISIBLE, TOUJOURS BRANCHE. LE PREMIER PLAN EST CONSTANT. LA PLUS PETITE PIECE DEVIENT CHAMBRE D'ECHO. PERSUADE QUE L'ISOLEMENT EST DESORMAIS SON LOT QUOTIDIEN, IL N'EN A PAS MOINS PRIS SES DISTANCES AVEC LES POLICIERS CHARGES DE SA SECURITE.
- LE PRESIDENT.- LE DIMANCHE IL NOUS ARRIVE D'ALLER A LA MESSE A LA MADELEINE `EGLISE`. NOUS RENTRONS A PIED. LE DANGER POUR LES CHEFS_D_ETAT CE N'EST PAS LA PROMENADE IMPROMPTUE, C'EST LE DEPLACEMENT ANNONCE A L'AVANCE. P. BOUVARD.- A-T-IL RENONCE A VOIR CERTAINES PERSONNES DEPUIS SON ACCESSION AU POUVOIR ? LA QUESTION NE S'EST PAS POSEE PUISQUE SES AMIS ONT TOUJOURS ETE CHOISIS EN DEHORS DES MILIEUX POLITIQUES. LE REGIME PRESIDENTIEL S'EST-IL ACCENTUE DEPUIS 1974 ? IL LE NIE CATEGORIQUEMENT :
- LE PRESIDENT.- MA CONCEPTION DU COMMANDEMENT EST QUE L'AUTORITE DOIT S'EXERCER AVEC TOUS CEUX QUI ASSUMENT DES RESPONSABILITES ET QUI ONT DES COMPETENCES, QUE L'EQUATION DES HOMMES EST ESSENTIELLE ET QU'IL N'Y A GUERE QU'EN CAS DE DESACCORD QU'IL FAUT SE DEMANDER CE QUI EST DE LA COMPETENCE DES UNS ET DE CELLE DES AUTRES.
- P. BOUVARD.- LES NOMBREUX CHANGEMENTS INTERVENUS AU-SEIN DE SON EQUIPE NE PROCEDENT D'AILLEURS QUE DE SON DESIR DE NE PAS FAUSSER LA CARRIERE DE SES COLLABORATEURS. QUANT AU RECRUTEMENT, IL N'OBEIT QU'A UN PRINCIPE SIMPLE ET DONT IL S'ETONNE PARFOIS QU'IL NE SOIT PAS UNIVERSEL :
- LE PRESIDENT.- D'ABORD JE ME DEMANDE QUEL EST LE MEILLEUR DANS SA DISCIPLINE, ENSUITE JE LE PRENDS AUPRES DE MOI\
P. BOUVARD.- CINQ ANS DE POUVOIR NE LUI ONT PAS DONNE UNE VUE DIFFERENTE DES FRANCAIS. BIEN QU'IL LES VOIE DE HAUT, ILS ONT TOUJOURS LA MEME TAILLE POUR LUI. TOUT AU PLUS LEUR ACCORDE-T-IL PLUS D'IMPORTANCE ENCORE QU'AVANT :
- LE PRESIDENT.- JE N'AI PAS L'IMPRESSION DE CONNAITRE MIEUX LES HOMMES £ MAIS J'AI UNE VUE PLUS NETTE DU PERSONNEL POLITIQUE. VOUS SAVEZ, JE SUIS D'ORIGINE ELECTIVE ET JE PENSE SOUVENT QU'IL VAUT MIEUX POUR MON EQUILIBRE PERSONNEL QUE J'AIE ETE PORTE A CETTE FONCTION PAR LE SUFFRAGE UNIVERSEL. LORSQUE J'EVOQUE LES 13396203 `NOMBRE` FRANCAIS QUI M'ONT FAIT CONFIANCE EN 1974 `ANNEE ` ELECTION`, JE SONGE A EUX COMME A DES HOMMES ET COMME A DES FEMMES ET NON PAS COMME A DES VOIX.
- P. BOUVARD.- LORSQUE SA COTE DE POPULARITE BAISSE, IL CONSULTE LES SONDAGES AVEC UN BRIN DE MELANCOLIE. LORSQU'ELLE MONTE IL A UNE REACTION D'ANTICIPATION ET ENVISAGE DEJA LA PROCHAINE COURBE DESCENDANTE. CETTE TENDANCE A LA PROSPECTIVE SE CASSE NET DES QU'IL S'AGIT D'ENVISAGER UN SECOND SEPTENNAT :
- LE PRESIDENT.- JE NE PARLERAI DE CE PROBLEME-LA QUE TRES TARD. LE JOUR OU ON SE DECLARE, ON EST PLUS CANDIDAT QUE PRESIDENT. SOUVENEZ-VOUS DU GENERAL DE GAULLE A LA FIN DE SON PREMIER MANDAT.DEUX MOIS AVANT L'ELECTION, GEORGES POMPIDOU, SON PREMIER MINISTRE, NE SAVAIT PAS ENCORE S'IL SE REPRESENTERAIT. JE N'ARRIVE PAS A VOIR, QUANT A MOI, L'INTERET QU'IL Y A A ENGAGER UNE CAMPAGNE DEUX ANS A L'AVANCE. IL NE FAUT JAMAIS OUBLIER QUE LA PROVIDENCE A AUSSI SON MOT A DIRE.
- P. BOUVARD.- FRAPPE PAR LE FAIT QU'UN SECOND SEPTENNAT NE PARVIENT GENERALEMENT PAS A SON TERME, LE PRESIDENT ATTRIBUE UNE BONNE PART DE CETTE DECOURAGEANTE CONSTANTE A L'AGE ET A LA MALADIE. BRONZE, MURI, AYANT COMPLETEMENT ELIMINE LES STIGMATES DE FATIGUE QU'IL PRESENTA PARFOIS DURANT SES DEUX PREMIERES ANNEES D'ELYSEE, GISCARD A PLUTOT L'ALLURE D'UN HOMME QUI EST AU DEBUT D'UNE CARRIERE QUE DE QUELQU'UN QUI SE TROUVE A L'APOGEE. CE N'EST TOUTEFOIS PAS POUR CETTE RAISON QU'IL S'EST ABSTENU DE TENIR LA PROMESSE QU'IL AVAIT FAITE DURANT SA CAMPAGNE ELECTORALE DE PUBLIER PERIODIQUEMENT SON BULLETIN DE SANTE :
- LE PRESIDENT.- J'AI VU QUE CEUX QUI AGISSAIENT AINSI PROVOQUAIENT DES REMOUS, DES CURIOSITES ET DES IRONIES. JE CROIS QU'IL EST ENCORE TROP TOT POUR LE FAIRE EN FRANCE\
P. BOUVARD.- LE VISAGE EST UN LAC. COMME SI SON PROPRIETAIRE EN AVAIT, A FORCE DE VOLONTE, ELIMINE TOUS LES FREMISSEMENTS. SEUL, DE TEMPS A AUTRE, APPARAIT UN SOURIRE QUI NE SIGNIFIE PAS L'AMUSEMENT OU UN PLI DE REFLEXION QUI DIMINUE MOMENTANEMENT LA SURFACE DU FRONT. QUE D'EXERCICES QUOTIDIENS A-T-IL DU FALLOIR POUR LUTTER CONTRE LES BOUILLONNEMENTS INTERIEURS ET POUR APPRENDRE LA SERENITE :
- LE PRESIDENT.- C'EST POUR MOI UNE VIEILLE DISCIPLINE. JE SUIS UN VERSEAU `SIGNE DU ZODIAQUE` TRES TYPE, TRES EMOTIF, TRES ACCESSIBLE A L'IMPRESSION DU MOMENT. CETTE TENDANCE RISQUE DE NUIRE A L'ACTION QUI DOIT ETRE D'AUTANT PLUS MENEE DANS LE CALME QUE LA VIE POLITIQUE FRANCAISE EST PLUS TURBULENTE QU'AILLEURS.
- P. BOUVARD.- LUI DIT-ON LA VERITE ? CE QU'IL DOIT SAVOIR PARVIENT-IL A FRANCHIR LES MULTIPLES BARRAGES QUI LE SEPARENT DE LA BASE ET DONC PARFOIS DE L'EVENEMENT ?
- LE PRESIDENT.- MES COLLABORATEURS NE ME MENTENT PAS MAIS ILS NE SUFFISENT PAS A M'APPORTER TOUTE LA VERITE. ENCORE QU'AU POSTE OU JE SUIS LES INFORMATIONS VIENNENT AVEC UNE FACILITE EXCEPTIONNELLE. JE ME SOUVIENS QUE DE GAULLE N'AVAIT PAS UN PAPIER SUR SON BUREAU ET QU'IL ETAIT AU COURANT DE TOUT. JE ME SOUVIENS AUSSI QUE LORSQUE J'AI CESSE D'ETRE MINISTRE DES FINANCES JE ME SUIS SENTI QUELQUE TEMPS PRIVE D'INFORMATIONS.
- CE QU'IL SAIT, IL L'APPREND DAVANTAGE DES HOMMES QUE DES RAPPORTS QU'ON LUI REMET OU DES JOURNAUX QU'ON DEPOSE SUR LA TABLE BASSE PRES DE LA FENETRE :
- LE PRESIDENT.- PAR DISCIPLINE, JE NE LIS PAS BEAUCOUP LA PRESSE. ET QUAND JE LA LIS JE RECHERCHE L'INFORMATION EN NEGLIGEANT LA LOUANGE OU LA CRITIQUE. SI JE TENAIS _COMPTE DE CE QUI SE DIT OU S'ECRIT, AU_LIEU D'AVOIR UNE LIGNE CONTINUE, JE N'OFFRIRAIS QU'UNE SERIE DE LIGNES BRISEES\
P. BOUVARD.- IL NE SE PLAIT PAS A L'ELYSEE QU'IL CONSIDERE DAVANTAGE COMME UN LIEU DE TRAVAIL QUE COMME UNE RESIDENCE, MAIS IL APPRECIE CET ENDROIT TRANQUILLE, A L'ABRI DES ECLATS, OU L'ON RESPECTE LES HORAIRES, LES HABITUDES ET LES USAGES. IL N'AIME PAS DAVANTAGE - ET QUOIQU'UNE CERTAINE PARTIE DE L'OPINION PUBLIQUE AIT PU EN PENSER - LES VOYAGES OFFICIELS A_L_ETRANGER :
- LE PRESIDENT.- C'EST TOUJOURS UNE EPREUVE MAIS CELA FAIT PARTIE DU DEVOIR DE PRESENCE DE LA FRANCE. LA FRANCE ENTRETIENT DES RELATIONS DIPLOMATIQUES AVEC CENT CINQUANTE-TROIS `NOMBRE` ETATS DANS LE MONDE. SI L'ON CONSIDERE QU'IL EST SOUHAITABLE DE LES VISITER CHACUN UNE FOIS TOUS LES DIX ANS `PERIODICITE`, ON NE PEUT FAIRE MOINS DE QUINZE `NOMBRE` VOYAGES PAR AN. SANS COMPTER QU'UN PRESIDENT FRANCAIS DOIT VISITER TOUS LES PAYS AFRICAINS UNE FOIS DURANT SON SEPTENNAT. MAIS IL Y A ENCORE BEAUCOUP A FAIRE ET JE M'ETONNE QUE NOUS AYONS, PAR EXEMPLE, SI PEU DE RAPPORTS AVEC L'INDE, UN DES PAYS LES PLUS IMPORTANTS DU MONDE OU AUCUN PRESIDENT FRANCAIS N'EST ENCORE ALLE.
- P. BOUVARD.- LA DECRISPATION POLITIQUE ? ELLE EST EN BONNE VOIE :
- LE PRESIDENT.- LE TON A CHANGE. ON A MAINTENANT DE VRAIES CONVERSATIONS. LORSQUE FRANCOIS MITTERRAND EST VENU ME VOIR L'AUTRE JOUR, JE LUI AI LU LES DECLARATIONS DE BREJNEV SUR LA CHINE. J'ESSAIE D'ETRE UN PRESIDENT FRANCAIS. OR LA FRANCE EST UN PAYS COMPLEXE ET RAFFINE.
- P. BOUVARD.- LA REDUCTION DES INEGALITES SOCIALES ? LA AUSSI ON AVANCE :
- LE PRESIDENT.- C'EST UN FAIT ET C'EST UNE BONNE CHOSE QUE LES BORDS DU NOYAU CENTRAL SE RAPPROCHENT. IL Y A ENCORE DES EFFORTS A FAIRE POUR LES PLUS BASSES REMUNERATIONS `SMIC` MAIS CE QU'ON APPELLE AUJOURD'HUI LE MALAISE DES CADRES PROVIENT AUSSI SANS DOUTE DE CETTE REDUCTION\
P. BOUVARD.- APPARTENANT A LA PREMIERE GENERATION D'HOMME_D_ETAT A DEVOIR COMPTER QUOTIDIENNEMENT AVEC L'AUDIOVISUEL, LE PRESIDENT QUI ECRIT TOUS SES DISCOURS A LA MAIN, RECOURT SOUVENT AU "GUEULOIR" CHER A FLAUBERT. IL S'ASTREINT A UTILISER DES PHRASES COURTES DONT IL EPROUVE LA SONORITE ET QU'IL SE REFUSE A APPRENDRE PAR COEUR :
- LE PRESIDENT.- LA SUBSTANCE DOIT L'EMPORTER SUR L'EFFORT DE MEMOIRE. ET PUIS, SI L'INTERVENTION OBEIT AUX REGLES DU THEATRE, ELLE A TENDANCE A DEVENIR UN ROLE.
- P. BOUVARD.- CONSCIENT QUE L'AGORA N'EST PLUS AUJOURD'HUI UNE VILLE DE CINQ MILLE HABITANTS MAIS UNE CHAINE DE TELEVISION REGARDEE PAR QUINZE MILLIONS DE CITOYENS, GISCARD ESTIME DE PLUS EN PLUS QUE LE DISCOURS SANS REPLIQUE EST MAL PERCU. DANS CE DOMAINE AUSSI IL S'INSPIRE DU FONDATEUR DE LA VEME REPUBLIQUE :
- LE PRESIDENT.- J'AI VU TRAVAILLER DE GAULLE PENDANT PLUSIEURS ANNEES. JE L'AI OBSERVE. J'AI NOTE LES PLUS PETITS DETAILS. ALORS AUJOURD'HUI, DANS LES SITUATIONS DIFFICILES QUI NE SONT PAS FORCEMENT LES PLUS DRAMATIQUES, JE ME DEMANDE COMMENT IL FERAIT ET QUELLE SERAIT SA REACTION\

Voir tous les articles et dossiers