Publié le 25 mars 1977

INTERVIEW DE M. VALERY GISCARD D'ESTAING SUR ANTENNE 2, A L'OCCASION DU 20EME ANNIVERSAIRE DE LA SIGNATURE DU TRAITE DE ROME, ROME LE 25 MARS 1977

25 mars 1977 - Seul le prononcé fait foi

INTERVIEW DE M. VALERY GISCARD D'ESTAING SUR ANTENNE 2, A L'OCCASION DU 20EME ANNIVERSAIRE DE LA SIGNATURE DU TRAITE DE ROME, ROME LE 25 MARS 1977

Télécharger le .pdf
P. POIVRE D'ARVOR.- MMM, BONSOIR, C'EST DONC UN JOURNAL EXCEPTIONNEL QUE NOUS VOUS PRESENTONS, CE SOIR. EXCEPTIONNEL PARCE QUE L'EVENEMENT QUE NOUS VIVONS EST LUI MEME, HISTORIQUE. IL Y A 20 ANS, TOUT JUSTE, 6 CHEFS DE GOUVERNEMENT, UN PEU INCREDULES MAIS TRES ENTHOUSIASTES, SIGNAIENT LE TRAITE_DE_ROME. 20 ANS APRES, LES 6 AUXQUELS SE SONT ADJOINTS TROIS AUTRES PARTENAIRES SE RETROUVENT A ROME, POUR UN SOMMET DE TRAVAIL. ET POUR LA CIRCONSTANCE, ANTENNE_2 `TELEVISION`, S'EST EGALEMENT DEPLACEE DANS LA CAPITALE ITALIENNE. AUSSI, CE SOIR VERREZ-VOUS UN JOURNAL FRANCO - ITALIEN. JEAN-PIERRE ELKABBACH, A ROME, PARLERA DE L'ESPRIT EUROPEEN, ET INTERROGE DANS QUELQUES MINUTES, VALERY GISCARD D'ESTAING, SUR LE SUJET. ET ICI, JE VOUS DONNERAI L'ACTUALITE FRANCAISE ET INTERNATIONALE. D'ABORD DONC, LE SOMMET DE ROME. BILAN DE LA PREMIERE JOURNEE AVEC NOTRE ENVOYE SPECIAL, DANIEL BILLALIANÕ\
D. BILLALIAN.- TOUTES LES GRANDES REUNIONS INTERNATIONALES COMMENCENT PAR UN BALLET DE MOTARDS ET DE PORTIERES. LA CONFERENCE EUROPEENNE DE ROME N'A PAS FAILLI A CETTE TRADITION. DES LEUR ARRIVEE CE MATIN, LES CHEFS_D_ETAT OU DE GOUVERNEMENT DES NEUF ONT ASSISTE A LA CEREMONIE COMMEMORATIVE DU 20E ANNIVERSAIRE DU TRAITE_DE_ROME, SIGNE ICI, AU CAPITOLE, LE 25 MARS 1957 `DATE`. CET ANNIVERSAIRE TOMBE A UN MOMENT OU LA COMMUNAUTE `COMMUNAUTE_ECONOMIQUE_EUROPEENNE` TRAVERSE UNE CRISE PROFONDE : MONTEE DU CHOMAGE, DESACCORD MONETAIRE, DIFFICULTES POLITIQUES INTERIEURES POUR PLUSIEURS DE CES RESPONSABLES. AUTANT D'OBSTACLES A UN REDEMARRAGE VERITABLE DE L'EUROPE. APRES LES CEREMONIES PROTOCOLAIRES, LES DISCUSSIONS ONT VERITABLEMENT COMMENCE EN DEBUT D'APRES-MIDI AU PALAIS BARBERI. AVEC, D'ENTREE, UN DIFFEREND QUI MARQUE BIEN LA DEGRADATION DES RAPPORTS ENTRE LES PARTENAIRES. A L'OCCASION DU PROCHAIN SOMMET DES PAYS INDUSTRIALISES A LONDRES, LA FRANCE VOUDRAIT QUE LA COMMUNAUTE NE SOIT REPRESENTEE QUE PAR M. CALLAGHAN, A LA FOIS PREMIER MINISTRE ANGLAIS, MAIS AUSSI, CETTE ANNEE, PRESIDENT DU CONSEIL_EUROPEEN. MAIS, CEUX QU'IL EST CONVENU D'APPELER : "LES PETITS PAYS" COMME LE LUXEMBOURG OU LES PAYS-BAS, NE SONT PAS D'ACCORD. ILS VEULENT QUE LE PRESIDENT DE LA COMMISSION_EUROPEENNE, UN AUTRE ANGLAIS M. JENKINS, SOIT EGALEMENT PRESENT. UNE QUERELLE QUE L'ON PEUT JUGER SANS GRANDE PORTEE MAIS QUI RISQUE D'OCCUPER UNE PARTIE DU TEMPS DES NEUF REUNIS JUSQU'A DEMAIN A ROMEÕ\
PATRICK POIVRE D'ARVOR.- VOUS VOYEZ ICI, SUR NOTRE ECRAN, JEAN-PIERRE ELKABBACH QUI S'EST ENTRETENU TOUT A L'HEURE AVEC LE PRESIDENT VALERY GISCARD D'ESTAING... JEAN-PIERRE ELKABBACH.- ... LES FRANCAIS SERAIENT PLUTOT INDIFFERENTS, PARCE QU'ILS ONT D'AUTRES SOUCIS, POURQUOI LE FAITES-VOUS ? VALERY GISCARD D'ESTAING.- D'ABORD, ETES-VOUS SUR QUE CELA LAISSE LES FRANCAIS INDIFFERENTS. JE NE LE SAIS PAS. ILS FONT PARTIE DU MONDE CONTEMPORAIN. CE N'EST PAS MOI, QUI L'AI CHOISI, MAIS LES ECHEANCES INTERNATIONALES NE SE REGLENT PAS SUR LA POLITIQUE INTERIEURE DE TEL OU TEL PAYS. OR, NOUS ALLONS AVOIR UN PRINTEMPS TRES CHARGE DU POINT_DE_VUE INTERNATIONAL £ PUISQUE, JE VOUS LE RAPPELLE, NOUS ALLONS AVOIR SUCCESSIVEMENT CE CONSEIL_EUROPEEN, A ROME, QUE NOUS ALLONS AVOIR DANS QUELQUES SEMAINES LE SOMMET DES PAYS INDUSTRIALISES, LA PREMIERE RENCONTRE AVEC LE NOUVEAU PRESIDENT DES ETATS-UNIS `JIMMY CARTER`, QUE NOUS ALLONS AVOIR ENSUITE LE DIALOGUE NORD-SUD, ENTRE LES PAYS RICHES ET LES PAYS EN DEVELOPPEMENT, QUI SE TIENDRA A PARIS, A LA FIN DU MOIS DE MAI, ET QUE NOUS AURONS ENFIN LA VISITE DE M. BREJNEV. DONC CELA FAIT, EFFECTIVEMENT, UN CALENDRIER INTERNATIONAL CHARGEÕ\
J.P. ELKABBACH.- ET VOUS VOULEZ QUE NOUS SUIVIONS LES DEPLACEMENTS OU LES PREOCCUPATIONS DES CHEFS_DE_L_ETAT EN PENSANT QUE C'EST PEUT-ETRE UNE SOLUTION AUX PROBLEMES D'INFLATION, DE CHOMAGE... V. GISCARD D'ESTAING.- ALORS C'EST TRES ETROITEMENT LIE AUX PROBLEMES D'INFLATION ET DE CHOMAGE. NOUS AVONS PASSE TROIS HEURES CET APRES-MIDI A PARLER D'INFLATION OU DE CHOMAGE EN EUROPE. ET D'AILLEURS, NOUS AVONS MIS L'ACCENT SUR CE QUI VA ETRE UN POINT CENTRAL DE LA POLITIQUE EUROPEENNE ET JE DIRAI DE LA POLITIQUE FRANCAISE : QUI EST LE PROBLEME DE L'EMPLOI DES JEUNES. ET NOUS AVONS EXAMINE LES MOYENS PAR LESQUELS LES RESSOURCES EUROPEENNES POURRAIENT APPORTER UNE SOLUTION A CE PROBLEME ESSENTIEL DE L'EMPLOI DES JEUNES. J.P. ELKABBACH.- PARCE QU'IL PEUT SORTIR DE VOS CONVERSATIONS UNE SORTE DE POLITIQUE COMMUNE ? V. GISCARD D'ESTAING.- IL VA SORTIR SUR CERTAINS POINTS UNE POLITIQUE COMMUNE. VOUS SAVEZ QUE LA SITUATION DES DIFFERENTS PAYS EUROPEENS EST TRES DIFFERENTE, A L'HEURE ACTUELLE, LA FRANCE SE SITUE DANS LA MOYENNE ET JE DIRAI MAINTENANT, GRACE-A CE QUI C'EST PASSE DEPUIS SIX MOIS, DANS LA BONNE MOYENNE, MAIS IL EST PAR CONTRE UN PROBLEME COMMUN, C'EST QUE LE TAUX DE CHOMAGE EST PRATIQUEMENT IDENTIQUE DANS TOUS LES PAYS D'EUROPE, QUE CE SOIENT DES PAYS SANS INFLATION, COMME L'ALLEMAGNE FEDERALE, OU DES PAYS AVEC UNE FORTE INFLATION COMME LA GRANDE BRETAGNE OU L'ITALIE, PRATIQUEMENT LE TAUX DE CHOMAGE EST LE MEME. ET DONC CE PROBLEME DE CHOMAGE ET DE L'EMPLOI DES JEUNES ET DES FEMMES EST UN DOMAINE DANS LEQUEL IL PEUT Y AVOIR, A MON AVIS, UNE ACTION CONCERTEE EUROPEENNEÕ\
J.P. ELKABBACH.- LES PRINCIPAUX DIRIGEANTS DE L'EUROPE, QUI SONT ICI DANS LA SALLE QUI EST A COTE, ONT DES DIFFICULTES, ONT UNE EVOLUTION QUI EST PLUTOT DIFFICILE. COMMENT REPONDRE A CELA, EST-CE QU'IL FAUT ATTENDRE DES RENVERSEMENTS POLITIQUES ? OU, AU CONTRAIRE IMAGINER D'AUTRES SOLUTIONS ? V. GISCARD D'ESTAING.- MOI JE DIRAI DEUX CHOSES : D'ABORD CE SONT DES PAYS DEMOCRATIQUES ET LES PAYS DEMOCRATIQUES CONNAISSENT TOUJOURS NATURELLEMENT UNE VIE POLITIQUE PLUS ACTIVE ET DONC PLUS EXPOSEE QUE LES AUTRES. ET DEUXIEMEMENT, C'EST L'OCCASION DE RAPPELER QUE L'EUROPE VIENT DE TRAVERSER ET TRAVERSE ENCORE UNE CRISE ECONOMIQUE EXTREMEMENT SEVERE. ET L'EFFET DES CRISES ECONOMIQUES, C'EST D'AGIR SUR LES DIRIGEANTS, QUELLE QUE SOIT LEUR TENDANCE. A L'HEURE ACTUELLE, LES DIFFICULTES DE LA GRANDE-BRETAGNE, PAR EXEMPLE, C'EST DES DIFFICULTES D'UN GOUVERNEMENT TRAVAILLISTE DONC SOCIALISTE, AVEC UNE MONTEE DES CONSERVATEURS. (AU CONTRAIRE). SI VOUS PRENEZ LA SITUATION DE L'ALLEMAGNE FEDERALE, C'EST UN PEU LA MEME EVOLUTION QU'ON OBSERVE. AILLEURS, EN ITALIE, C'EST UNE EVOLUTION DIFFERENTE. MAIS, C'EST FONDAMENTALEMENT LA CRISE ECONOMIQUE, ET JE DIRAI MEME AUSSI LA CRISE SOCIALE QUI A ATTEINT L'ENSEMBLE DES GOUVERNEMENTSÕ\
J.P. ELKABBACH.- ALORS SUR-LE-PLAN DES CONVERSATIONS QUE VOUS AVEZ ICI, MONSIEUR LE PRESIDENT, LA FRANCE NE VEUT PAS QUE LA COMMUNAUTE SOIT REPRESENTEE EN TANT QUE TELLE, D'APRES TOUT CE QUE J'ENTENDS A LONDRES, AU SOMMET DE LONDRES, AUQUEL ASSISTERONT LES AMERICAINS. POURQUOI LE FAITES-VOUS, POURQUOI DONNEZ-VOUS L'IMPRESSION D'EN FAIRE UNE QUESTION DE PRINCIPE, ALORS QU'UN CERTAIN NOMBRE DE PAYS CRITIQUENT LA POSITION DE LA FRANCE POUR CELA ? LE PRESIDENT.- NON, PARCE QUE C'EST UNE QUESTION TOUT A FAIT SIMPLE. C'EST UNE QUESTION DE PRINCIPE ET CE N'EST PAS RENDRE SERVICE A L'EUROPE, D'AILLEURS JE L'AI ECRIT A DIFFERENTS CHEFS_D_ETAT ET DE GOUVERNEMENT, QUE DE CREER LA CONFUSION SUR LES FONCTIONS EUROPEENNES. ALORS ON DEMANDE QU'EST-CE QUE C'EST QU'UNE REUNION DE CHEFS_D_ETAT ? OR, LA COMMISSION_EUROPEENNE N'A PAS, PAR SA VOCATION, PAR LE ROLE QUE LUI DONNE LE TRAITE, UNE MISSION DE CHEF_D_ETAT. LES (SERVITEURS) EUROPEENS, CE SONT LES CHEFS_D_ETAT, ET LORSQU'ILS SE REUNISSENT ENTRE EUX, LEUR PRESIDENT, C'EST LE PRESIDENT DU CONSEIL_EUROPEEN EN EXERCICE. A L'HEURE ACTUELLE, C'EST NOTRE COLLEGUE, LE PRESIDENT BRITANNIQUE £ ET DONC, PUISQU'IL S'AGIT D'UNE REUNION DE CHEFS_D_ETAT, LA COMMISSION EN TANT QUE TELLE N'A PAS A EN FAIRE PARTIE. OR, PAR CONTRE, NATURELLEMENT, SI DES QUESTIONS QUI Y SONT DISCUTEES, QUI SONT DES QUESTIONS SUR LESQUELLES LA COMMUNAUTE A DECIDE D'AVOIR UNE ATTITUDE "COMMUNE" - JE PRENDRAI UN EXEMPLE LE DIALOGUE NORD-SUD - ALORS LA QUESTION PEUT SE POSER : SI C'EST UNE PARTICIPATION DE LA COMMISSION A CERTAINES DELIBERATIONS, CE N'EST PAS UNE PARTICIPATION DE LA COMMISSION EN TANT QU'ETAT SUPPLEMENTAIRE SI VOUS VOULEZ, DE LA CONFERENCE DE LONDRESÕ\
J.P. ELKABBACH.- ALORS QUELQUE CHOSE D'AUSSI SIMPLE, EST-CE QUE CELA PEUT S'ARRANGER, EST-CE QUE CA PEUT ETRE ACCEPTE ? V. GISCARD D'ESTAING.- OUI, C'EST-A-DIRE QUE, SUR-LE-PLAN DES PRINCIPES LA POSITION FRANCAISE SERA COHERENTE ET CONSTANTE. CAR, A-PARTIR DU MOMENT OU IL S'AGIT D'UNE CONCEPTION DE L'EUROPE, JE VOUS LE RAPPELLE, CE N'EST PAS RENDRE SERVICE A L'EUROPE QUE D'ORGANISER LA CONFUSION DES FONCTIONS. ET DONC SUR_CE_POINT, MA POSITION SERA CE QU'ELLE EST. PAR CONTRE SUR-LE-PLAN TECHNIQUE, SUR-LE-PLAN DES DOSSIERS QUI INTERESSENT L'EUROPE EN TANT QUE TELLE, ON PEUT EN EFFET TROUVER DES FORMULESÕ\
J.P. ELKABBACH.- M. LE PRESIDENT, SUR-LE-PLAN DE LA FRANCE, COMMENT MONTREREZ-VOUS A CEUX QUI EN DOUTENT, QUE LE PARLEMENT_EUROPEEN ELU AU SUFFRAGE UNIVERSEL N'EST PAS UN PIEGE POUR NOTRE INDEPENDANCE ? V. GISCARD D'ESTAING.- CE N'EST PAS UN PIEGE POUR NOTRE INDEPENDANCE, PARCE QUE CE PARLEMENT A DES COMPETENCES TOUT A FAIT PRECISES. J'AURAI L'OCCASION, JE REVIENDRAI SUR CE SUJET POUR BIEN EXPLIQUER LES CHOSES A L'OPINION FRANCAISE. NOUS AVONS DEUX MOUVEMENTS A ACCOMPLIR : D'UNE_PART, L'INTEGRATION ECONOMIQUE DE L'EUROPE, C'EST-A-DIRE FAIRE EN SORTE QUE L'EUROPE, PLUTOT QUE D'ETRE COUPEE EN MORCEAUX, SOIT UNE GRANDE UNITE ECONOMIQUE PERMETTANT AUX MARCHANDISES DE CIRCULER ET EN-PARTICULIER A NOS EXPORTATIONS DE SE FAIRE. JE VOUS RAPPELLE QUE 2Õ3 DES EXPORTATIONS AGRICOLES FRANCAISES SE FONT DANS LE MARCHE_COMMUN ET SEULEMENT 1Õ3 A L'EXTERIEUR. CA C'EST L'INTEGRATION ECONOMIQUE. ET D'AUTRE_PART, C'EST LA COOPERATION POLITIQUE ABOUTISSANT A LA CONFEDERATION EUROPEENNE, C'EST-A-DIRE AU FAIT QUE L'EUROPE, TOUT EN CONSERVANT LA PERSONNALITE DE SES ETATS, NOTAMMENT LA PERSONNALITE HISTORIQUE DE LA FRANCE, PUISSE NEANMOINS INTERVENIR EN TANT QUE TELLE DANS LES GRANDS DEBATS MONDIAUX. ET DONC, IL FAUT DONC LA-DESSUS, UNE POSITION TOUT A FAIT CLAIRE ET COHERENTE ET C'EST LA NOTRE. ALORS, IL A ETE PREVU QUE L'ASSEMBLEE PARLEMENTAIRE EUROPEENNE, QUI A DES FONCTIONS PRECISES QUI SONT DES FONCTIONS QU'ELLE EXERCE DEJA PARCE QUE CETTE ASSEMBLEE EXISTE, AU_LIEU D'ETRE DESIGNEE PAR LES PARLEMENTS, CE QUI EST UN PROCEDE JE DIRAI TOUT DE MEME ARTIFICIEL, INDIRECT, DE DESIGNATION D'UNE ASSEMBLEE, SERA AU CONTRAIRE ELUE AU SUFFRAGE UNIVERSEL. ET CECI FIGURE DANS LE TRAITE_DE_ROME QUE NOUS AVONS SIGNE IL Y A 20 ANS ET A ETE REPRIS A PLUSIEURS REPRISES DANS DES DISCUSSIONS EUROPEENNES ET NOTAMMENT LA DERNIERE FOIS EN 1969, DU TEMPS DU PRESIDENT POMPIDOUÕ¿\
J.P. ELKABBACH.- J'AI NOTE UNE PHRASE DU PRESIDENT ITALIEN CE MATIN : "ICI - DISAIT-IL - L'EUROPE EST POUR TOUS, Y COMPRIS LES SOCIALISTES ET LES COMMUNISTES UN MOTIF DE CONVERGENCE ET NON UN SUJET D'AFFRONTEMENT". PENDANT L'ANNEE QUI VIENT, EST-CE QU'IL PEUT Y AVOIR EN FRANCE DES MOTIFS OU DES TERRAINS DE CONVERGENCES ? V. GISCARD D'ESTAING.- OUI, MAIS D'ABORD, IL FAUT NOTER QUELQUE CHOSE, C'EST QUE L'ACCORD EN QUESTION VIENT D'ETRE RATIFIE PAR LES DEUX CHAMBRES ITALIENNES, PAR LA CHAMBRE DES DEPUTES, JE CROIS EN DECEMBRE DERNIER ET PAR LE SENAT PRECISEMENT HIER. IL A ETE RATIFIE A L'UNANIMITE C'EST-A-DIRE QUE TOUS LES PARTIS, COMMUNISTES COMPRIS, ONT VOTE EN_FAVEUR DE CE TRAITE. ALORS JE N'ARRIVE PAS A COMPRENDRE POURQUOI LES COMMUNISTES ITALIENS ONT VOTE POUR, EN TROUVANT EN EFFET QUE C'ETAIT UNE SOLUTION RAISONNABLE ET PRATIQUE ET POURQUOI LES COMMUNISTES FRANCAIS QUI, PAR AILLEURS, LES RENCONTRENT NOUS EXPLIQUENT QUE CE SERAIT UN ABANDON DE L'INDEPENDANCE NATIONALE. TOUT CECI PROCEDE EN REALITE D'UNE VOLONTE DE DEFORMER LE CONTENU DU DOSSIER. VOUS SAVEZ D'UNE_PART QUE J'AI SAISI LE CONSEIL_CONSTITUTIONNEL QUI A CONSTATE QUE C'ETAIT COMPATIBLE AVEC NOTRE CONSTITUTION ET D'AUTRE_PART, JE VOUS LE REPETE, IL S'AGIT DE FAIRE FONCTIONNER L'ASSEMBLEE TELLE QU'ELLE EST PREVUE PAR LE TRAITE_DE_ROMEÕ\
J.P. ELKABBACH.- MEME SI VOUS NE L'AVEZ PAS, C'EST UNE UNANIMITE QUE VOUS SOUHAITEZ AU PARLEMENT FRANCAIS. V. GISCARD D'ESTAING.- JE CROIS QU'AU PARLEMENT FRANCAIS, APRES QUE DES EXPLICATIONS AIENT ETE DONNEES NON PAS DANS UN ESPRIT DE POLEMIQUE MAIS DANS UN ESPRIT D'EXPLICATION ET DE PERSUASION, JE CROIS QUE NOUS POUVONS ESPERER AVOIR UNE LARGE MAJORITE. J.P. ELKABBACH.- M. LE PRESIDENT, LES FRANCAIS VOUS REGARDENT ET ILS CONSTATENT QUE SUR-LE-PLAN DE LA POLITIQUE ETRANGERE, VOUS LE DITES SOUVENT, VOUS NE TRANSIGEZ PAS, VOUS NE CHANGEZ PAS. EST-CE QUE C'EST LA MEME CHOSE SUR-LE-PLAN DE LA POLITIQUE INTERIEURE ET, D'AUTRE_PART, EST-CE QU'ILS PEUVENT S'ATTENDRE A DE TRES PROCHAINES INITIATIVES ? V. GISCARD D'ESTAING.- ILS PEUVENT S'ATTENDRE A DE TRES PROCHAINES INITIATIVESÕ\
J.P. ELKABBACH.- EST-CE QUE VOUS RECEVREZ BIENTOT LE MAIRE DE PARIS ? V. GISCARD D'ESTAING.- VOUS PARLEZ DU MAIRE DE PARIS, VOUS PARLEZ DE L'ELECTION QUI A EU _LIEU AUJOURD'HUI. OR, JE DIRAI QUE CETTE ELECTION DU MAIRE DE PARIS, C'EST L'ABOUTISSEMENT D'UNE PROMESSE QUE J'AVAIS FAITE, AU MOMENT DE LA CAMPAGNE PRESIDENTIELLE OU J'AVAIS ANNONCE LE CHANGEMENT DU STATUT DE LA VILLE DE PARIS £ ET C'EST L'ABOUTISSEMENT D'UNE REFORME QUE J'AI VOULUE EN 1975 ET 1976 QUI EST DE DONNER A PARIS, AUX PARISIENNES, AUX PARISIENS UN STATUT DE PLEIN EXERCICE COMME LES AUTRES MUNICIPALITES FRANCAISES. ET C'EST TOUT DE MEME POUR MOI UN EVENEMENT DE PENSER QUE APRES MAINTENANT 106 ANS `DUREE` SANS MAIRE, GRACE-A L'ACTION DE REFORMES DONT J'AI PRIS L'INITIATIVE, PARIS A SON MAIRE £ ET D'AUTRE_PART, JE ME REJOUIS QUE CE MAIRE SOIT UN MAIRE DE LA MAJORITE TEL QU'IL A ETE ELU CE MATIN. ALORS JE LE RECEVRAI EN EFFET, LA SEMAINE PROCHAINEÕ\
J.P. ELKABBACH.- QUE FAUDRAIT-IL AUX NATIONS, AUX DIRIGEANTS, POUR REPONDRE AU TEMPS D'INCERTITUDE DANS LEQUEL NOUS ALLONS COMMENCER A ENTRER, OU NOUS SOMMES PEUT-ETRE DEJA ? V. GISCARD D'ESTAING.- JE CROIS QU'IL FAUT A LA FOIS BEAUCOUP DE REFLEXION ET BEAUCOUP DE DETERMINATION. IL FAUT D'ABORD REGARDER LES CHOSES TELLES QU'ELLES SONT. IL NE FAUT PAS SE RACONTER DES HISTOIRES. IL NE FAUT PAS SE TROMPER SUR LA _NATURE DES PROBLEMES. IL FAUT ETRE COURAGEUX LORSQU'ON EXAMINE UNE SITUATION. IL FAUT EN MEME TEMPS UNE DETERMINATION, C'EST-A-DIRE CHOISIR OU L'ON VA, DECIDER D'Y ALLER ET ENSUITE PRENDRE LES MESURES NECESSAIRES POUR Y PARVENIR. J.P. ELKABBACH.- QUELS QUE SOIENT LES ALEAS DE TOUTE SORTE ? V. GISCARD D'ESTAING.- ET BIEN, OUI ! QUELS QUE SOIENT LES ALEAS DE TOUTE SORTE. ET C'EST CE QUI FERA L'OBJET DES INITIATIVES DE CE DONT VOUS PARLIEZ TOUT A L'HEURE. J.P. ELKABBACH.- QUAND VOUS PARTIREZ DE ROME, VOUS AUREZ L'IMPRESSION QUE CE SOMMET AURA SERVI A GRAND CHOSE, APRES ... CES 20 ANS. V. GISCARD D'ESTAING.- JE PEUX VOUS DIRE DES A PRESENT, AUJOURD'HUI, QUE CE SOMMET AURA ETE UTILE SUR DEUX POINTS CERTAINEMENT : LA CONCEPTION COMMUNE POUR LA LUTTE POUR L'EMPLOI DES JEUNES ET CONTRE LE CHOMAGE ET D'AUTRE_PART UN PROGRES TRES SIGNIFICATIF EN CE QUI CONCERNE LE TRES IMPORTANT DIALOGUE NORD-SUD. CE QUI FAIT QUE, MEME S'IL N'Y AVAIT EU QUE CET APRES-MIDI, CE SOMMET AURA ETE UTILE ET NOUS POURSUIVRONS, COMME VOUS LE SAVEZ, LES TRAVAUX DEMAIN MATIN. J.P. ELKABBACH.- M. LE PRESIDENT, JE VOUS REMERCIE, NOUS SUIVRONS VOS INITIATIVES CELLES QUE VOUS ANNNONCEZ. MAINTENANT, LE RESTE DE L'ACTUALITE, TOUS LES AUTRES EVENEMENTS, VUS DE PARIS : PATRICK POIVRE D'ARVORÕ\

Voir tous les articles et dossiers