Publié le 6 juillet 1976

DECLARATION DE M. VALERY GISCARD D'ESTAING A L'ISSUE DU SOMMET DE HAMBOURG, LE 6 JUILLET 1976

6 juillet 1976 - Seul le prononcé fait foi

DECLARATION DE M. VALERY GISCARD D'ESTAING A L'ISSUE DU SOMMET DE HAMBOURG, LE 6 JUILLET 1976

Télécharger le .pdf
MERCI MONSIEUR LE CHANCELIER, DANS CETTE SALLE OU IL Y A QUATORZE ANS LE GENERAL DE GAULLE ETAIT RECU PAR LA VILLE DE HAMBOURG, UN AN D'AILLEURS AVANT QUE SOIT SIGNE LE TRAITE DE L'ELYSEE, JE TIENS A DIRE QUE, POUR LE GOUVERNEMENT FRANCAIS, L'ENTENTE ETROITE ET L'AMITIE ENTRE LA REPUBLIQUE FEDERALE D'ALLEMAGNE `RFA` ET LA FRANCE CONSTITUE LE FONDEMENT INDISPENSABLE A TOUT PROGRES DE L'UNITE EUROPEENNE. ET C'EST POURQUOI J'AI ETE HEUREUX DE CONSTATER QUE LES ENTRETIENS QUE J'AI EUS AVEC LE CHANCELIER FEDERAL ET LES ENTRETIENS QUE LES MINISTRES FRANCAIS ONT EUS AVEC LEURS INTERLOCUTEURS ALLEMANDS ONT TEMOIGNE DE CETTE PARFAITE ENTENTE ET DE CETTE AMITIE. LE CHANCELIER VOUS A INDIQUE LES SUJETS QUE NOUS AVONS TRAITES. ILS COUVRENT SANS EXCEPTION L'ENSEMBLE DES PROBLEMES AUXQUELS SONT INTERESSEES A L'HEURE ACTUELLE, L'ALLEMAGNE FEDERALE ET LA FRANCE. JE MENTIONNERAI LE PROBLEME DE LA CONJONCTURE POUR DIRE QU'A L'HEURE ACTUELLE, APRES UNE PERIODE OU LES CONJONCTURES FRANCAISES ET ALLEMANDES ONT ETE ASSEZ DIFFERENTES, NOUS SOMMES REVENUS A DES TAUX DE CROISSANCE QUI, SANS DOUTE, EN 1976, SERONT TRES COMPARABLES, DE-L-ORDRE DE 6 % POUR CHACUN DE NOS DEUX PAYS. CERTES, NOS EVOLUTIONS PRESENTENT SUR CERTAINS POINTS DES SITUATIONS CONTRASTEES : L'EVOLUTION DES PRIX ET DES REMUNERATIONS EST PLUS FAVORABLE EN ALLEMAGNE FEDERALE QU'EN FRANCE LA SITUATION DES FINANCES PUBLIQUES PARAIT PLUS ASSUREE EN FRANCE QU'EN ALLEMAGNE FEDERALE ET DONC L'ACTION DE NOS GOUVERNEMENTS SERA DE RAPPROCHER DES ELEMENTS DE NOTRE POLITIQUE CONJONCTURELLE POUR NOUS PLACER EN 1977 DANS DES SITUATIONS QUI SOIENT ENCORE PLUS SEMBLABLES. NOUS AVONS OBSERVE QUE DEPUIS NOTRE DERNIERE REUNION SI LA FRANCE AVAIT PRIS LA DECISION DE QUITTER LE SERPENT MONETAIRE, CE QUI AVAIT PROVOQUE UNE CERTAINE INQUIETUDE ET DES COMMENTAIRES QUI METTAIENT EN DOUTE L'ATTACHEMENT DE LA FRANCE A UNE CONCERTATION ETROITE AVEC L'ALLEMAGNE DANS LE DOMAINE ECONOMIQUE ET MONETAIRE, NOUS CONSTATONS APRES QUELQUES MOIS QUE COMME NOUS LE PENSIONS LA PORTEE PRATIQUE DE CETTE DECISION EST RESTEE TRES LIMITEE ET QUE NOUS AVONS PU MAINTENIR NOS RELATIONS MONETAIRES A L'INTERIEUR DE LIMITES TRES ETROITESÕ\
PARMI LES PROBLEMES INTERNATIONAUX QUE NOUS AVONS EVOQUES LONGUEMENT, LE CHANCELIER VIENT DE LE DIRE, FIGURENT DES PROBLEMES D'ORGANISATION D'ECONOMIE MONDIALE ET NOTAMMENT LA SUITE A DONNER AUX DIFFERENTES REFLEXIONS OU DECISIONS CONCERNANT L'ORGANISATION DES MARCHES DES MATIERES PREMIERES ET IL EST IMPORTANT QUE NOUS AYONS DECIDE DE CREER L'OUTIL DE REFLEXION COMMUN POUR QUE LES DECISIONS A PRENDRE DANS CE DOMAINE SOIENT ECLAIREES PAR UNE ETUDE APPROFONDIE, JE DIRAI DE CARACTERE SCIENTIFIQUE DES DONNEES ACTUELLES DE CE PROBLEME. J'AI ENFIN INFORME LE CHANCELIER FEDERAL DE L'ACCORD QUE NOUS AVIONS CONCLU AVEC LE GOUVERNEMENT BRITANNIQUE CONCERNANT LA TENUE D'UNE REUNION ANNUELLE DE NOS GOUVERNEMENTS. CECI CORRESPOND A LA PLEINE CONSEQUENCE QUE NOUS TIRONS DE LA PARTICIPATION DE LA GRANDE-BRETAGNE A NOTRE COMMUNAUTE. ET AINSI, DE MEME QU'IL EXISTE ENTRE L'ALLEMAGNE FEDERALE `RFA` ET LA GRANDE-BRETAGNE DES RELATIONS ET DES RENCONTRES FREQUENTES, DE MEME CELLES-CI EXISTERONT DESORMAIS ENTRE LA FRANCE ET LE ROYAUME-UNI. CHACUNE DE CES CONSULTATIONS, SUR-LE-PLAN BILATERAL, VISENT A APPROFONDIR NOTRE CONNAISSANCE RECIPROQUE, A EXAMINER LES CONDITIONS DANS LESQUELLES SE POSENT LES PROBLEMES MAIS BIEN ENTENDU, A RESERVER LES DECISIONS AUX INSTANCES COMPETENTES, ET NOTAMMENT, AU CONSEIL_EUROPEEN ET AUX INSTANCES COMMUNAUTAIRES. JE PEUX DIRE NEANMOINS QU'APRES LES CONVERSATIONS QUE NOUS AVONS EUES, ON PEUT AVANCER L'IDEE QUE LE PROCHAIN CONSEIL_EUROPEEN SUR DES POINTS IMPORTANTS DE SON ORDRE_DU_JOUR DEVRAIT POUVOIR ABOUTIR A DES CONCLUSIONS POSITIVES. NOUS REMERCIONS ENFIN LE CHANCELIER ET LA VILLE DE HAMBOURG DE L'ACCUEIL QUI NOUS A ETE FAIT DANS CETTE TRES GRANDE CITE ECONOMIQUE ET MARCHANDE DE L'ALLEMAGNE FEDERALE ET QUI TEMOIGNE DE LA VITALITE ET DE LA CAPACITE DE SON ECONOMIE. ET JE TERMINERAI PAR LA OU J'AI COMMENCE, POUR NOUS TOUS, POUR LE PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE ET POUR NOUS TOUS FRANCAIS, UNE COOPERATION ETROITE ET CONFIANTE AVEC L'ALLEMAGNE FEDERALE CONSTITUE UN ELEMENT FONDAMENTAL DE NOTRE POLITIQUE EUROPEENNE, MAIS AUSSI DE NOTRE POLITIQUE FRANCAISEÕ\

Voir tous les articles et dossiers